La résonance lectorale

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 10

À quoi tient qu’une œuvre littéraire nous émeut, nous touche, nous donne à penser ? L’incursion dans l’imaginaire de l’autre, dans ses fantasmes, la reconnaissance des éléments de l’histoire  (la grande et la petite)  convoqués dans le roman, la pièce de théâtre ou le poème viennent élargir notre expérience.

Toute création est sans doute dépassement d’un donné arrière-textuel par la confrontation avec la langue, ses contraintes et ses potentialités. Mais que se passe-t-il si l’on replace l’acte créatif dans la relation littéraire comme co-création ? C’est ce  phénomène d’écho qu’explore,  sous le nom de résonance, le présent volume, dixième de la collection Approches Interdisciplinaires de la Lecture, entre harmonie et dissonance, dans la confrontation des espaces socioculturels liés à la production du texte et à ses lectures successives, dans la recherche, par-delà les problèmes  de longueur d’onde, d’un noyau de vérité à exhumer ou à faire advenir.

Dir. Marie-Madeleine Gladieu,  Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé

SOMMAIRE

Alain Trouvé – Avant-propos

I. Résonance, fiction et vérité

Thomas Pavel – Vérité et résonance.
Alain Trouvé – « Here Comes Everybody« ? Résonance et fiction littéraire chez Joyce, Yourcenar, Le Clézio.

II. Harmonie / dissonance, d’une langue à l’autre

Jean-Michel Potttier – La voix et l’écoute – Effets de résonance dans la lecture.
Nathalie Roelens – Lire entre les langues : résonance et idiorythmie.
Anikó Ádám – Les inquiétantes résonances de la traduction.
Maria de Jesus Cabral – Voyager entre deux langues ou l’intranquillité du traducteur.

III. Arrière-texte et résonance

Marie-France Boireau – La double résonance lectorale et scripturale dans Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre.
Marie-Madeleine Gladieu – Mario Vargas Llosa : résonance des discours politiques sur le discours romanesque.
Thierry Davo – Eduardo Halfon : résonances croisées chez un juif arabe né au Guatemala.
Coralie Pressacco – La résonance lectorale : de Rubén Darío à Yuri Herrera.
Audrey Louyer-Davo – Le fantastique en Extrême-Occident (Pérou) : quelles résonances ?
Roselis Batista – O que resta dos mortos : les échos de l’écriture de Políbio Alves.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages : 228 p.
ISSN 1771-236X
ISBN-13 978-2-37496-014-2

(À suivre)… Journalisme et bande dessinée, d’hier à aujourd’hui

La prochaine séance du séminaire « Cultures populaires » (CIRLEP EA4299) aura lieu le mercredi 25 mai à 16h30 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche – salle R240). Elle sera animée par Alexis Lévrier, Maître de conférences au CRIMEL.

« (À suivre)…Journalisme et bande dessinée, d’hier à aujourd’hui ».
Cette séance abordera, d’un point de vue historique, la question des relations entre journalisme et bande dessinée. En Europe comme aux États-Unis, cette proximité est particulièrement ancienne : des deux côtés de l’Atlantique, le neuvième art s’est construit au contact de la culture périodique. Une trajectoire semblait pourtant s’être progressivement dessinée au cours des dernières décennies. La prépublication périodique dans des magazines souvent populaires a en effet laissé la place, à partir des années 1980, au règne de l’album. En s’éloignant du journalisme, la bande dessinée a semblé trouver enfin la reconnaissance et la dignité dont elle était privée jusque là.

Une stupéfiante aventure de Viny K. - Tome 1 Une si jolie petite gueule © Dupuis
Une stupéfiante aventure de Viny K. – Tome 1 Une si jolie petite gueule © Dupuis

Depuis une quinzaine d’années, le succès du reportage graphique a pourtant conduit à un mouvement inverse. Le succès de « mooks » publiant des reportages BD (XXI et surtout La Revue dessinée), a mené à la création de revues d’actualité s’adressant à la jeunesse (Groom, Topo) et à la renaissance d’une presse spécialisée dans la bande dessinée de fiction : Pandora, que vient de lancer Casterman, s’inspire par exemple délibérément du célèbre magazine (À suivre), disparu en 1997.
Le lien entre bande dessinée et journalisme se réinvente donc sous nos yeux, au moment même où sa disparition semblait programmée. Nous tenterons de montrer qu’il n’a en réalité jamais disparu, en privilégiant trois aspects en particulier : la question de l’imaginaire médiatique d’abord, à travers notamment la figure du reporter, dont Tintin est en quelque sorte l’archétype ; la question du lien entre journalisme et actualité, dont le reportage graphique n’est que l’une des déclinaisons les plus récentes ; la question de la poétique des supports enfin, puisque la prépublication périodique a durablement influencé la manière même de concevoir un « strip » ou une planche de bande dessinée.

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Boèce au fil du temps : la réception de son œuvre et son influence sur les lettres européennes du Moyen Âge à nos jours

Affiche_BoeceUniversité de Reims, 2-3 juin 2016
« Littérature et Arts »

Jeudi 2 juin 2016

09h00 Accueil des participants

09h30Allocution d’ouverture : Didier Marcotte, Vice-président du conseil académique ; Thomas Nicklas, Directeur du CIRLEP ; Jean-Louis Haquette, Directeur du CRIMEL ; Sophie Conte, au nom des trois organisatrices du colloque.

Conférence inaugurale
10h00Vincent Zarini (Université Paris-Sorbonne)

Approches linguistiques : mots et concepts
Présidence de séance : Karin Ueltschi

10h30María Jesús Soto Bruna (Universidad de Navarra) : « Unité et bien. Boèce compris par Gundissalinus (XIIe siècle) »

11h00Béatrice Stumpf et Bernard Combettes (Université de Lorraine) : « La Consolatio Philosophiae et sa traduction en français au Moyen Âge. Le problème des noms abstraits : le cas particulier des suffixes –tas et –tio »

Discussion
Pause

11h45 Carmen Cortés Zaborras (Universidad de Málaga) : « Trois concepts boétiens dans la réflexion féminine, du XIVe au XVIIIe siècle »

12h15Isabelle Turcan (Université de Lorraine) : « La présence des références à Boèce dans les textes linguistiques des XVIIe et XVIIIe siècles »

Discussion
Déjeuner

De la technique à l’esthétique
Présidence de séance : Antoine Pietrobelli

15h00Donatella Restani (Università di Bologna) : « Embryologie, numérologie et musica humana : un nouveau regard sur les sources et la réception du concept »

15h30 Nicoletta Palmieri (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Présence de Boèce chez les maîtres de Salerne : commentaires et “diagrammes figurés” »

16h00Bruno Bouchard (Université du Québec à Rimouski) : « L’homo fortuna et la dette des maîtres d’algorisme envers Boèce : entre arithmétiques, proportions, patrimoines et esthétisation de soi, du monde marchand au monde de l’art »

Discussion
Pause

Présidence de séance : Didier Marcotte

17h00Isabel María León Sanz (Universidad de Navarra) : « Influencia de las ideas estéticas de Boecio en San Buenaventura »

17h30Alice Lamy (Université Paris-Sorbonne): « Henri Bate de Malines, lecteur de Boèce »

18h00Jean-Baptiste Guillaumin (Université Paris-Sorbonne-IUF) : « Glaréan lecteur et éditeur de l’Institution musicale »

Discussion

Vendredi 3 juin 2016

La Consolatio philosophiæ et le thème de la fortune
Présidence de séance : Sophie Conte

09h00 Olga Vassilieva-Codognet (EHESS) : « La roue de Fortune et la Consolation de Philosophie. Antécédents et postérité d’un motif iconographique médiéval »

09h30Christian Brouwer (Université Libre de Bruxelles) : « Fortune et destins de Boèce dans la poésie latine des XIe et XIIe siècles »

Discussion
Pause

Présidence de séance : Alicia Oïffer-Bomsel

10h30Anna-Maria Babbi (Università degli Studi di Verona) : « La réception en Angleterre de la Consolatio Philosophiae : le Roman de Philosophie de Simund de Freine (XIIe-XIIIe s.) »

11h00 Miren Lacassagne (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « L’Estrif de Fortune et Vertu de Martin Le Franc : de l’exemplum boétien au miroir de Fortune »

Discussion
Déjeuner

Lectures de Boèce : de l’humanisme à l’époque contemporaine
Présidence de séance : Jean-Louis Haquette

13h30Jean-Frédéric Chevalier (Université de Lorraine) : « Le soleil et les abeilles : Pétrarque et Coluccio Salutati lecteurs de Boèce »

14h00Thierry Grandjean (Université de Lorraine) : « Les éditions et la réception des œuvres de Boèce à Strasbourg et Sélestat entre 1491 et 1515 »

14h30Alicia Oïffer-Bomsel (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Entre le Libro de las consolaciones de la vida humana de l’antipape Pedro de Luna et le Boecio de consolación d’Agustín López : la réception de la Consolatio Philosophiae en Espagne, de la pré-Renaissance au Baroque »

Discussion
Pause

15h30Elena Cantarino-Suñer (Universidad de Valencia) : « Presencia y pervivencia de Boecio en las letras españolas del Siglo de Oro »

16h00Gábor Förköli (Universités Eötvös Loránd-Paris-Sorbonne) : « Une “Consolation philosophique” méconnue : Les deux Vérités de Jean de Silhon (1596-1667) »

16h30Alain Trouvé (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Francis Ponge lecteur de Boèce »

Discussion

Clôture
17h15 – Jérôme Lagouanère (Université de Montpellier) : « Boèce et Augustin, deux influences contradictoires (VIIIe-XVIe siècle) ? Réflexions sur les usages polémiques des sources »

Deuxième partie du colloque, « Théologie et Philosophie », 17-18 novembre 2016 (Université de Valence, Espagne).

DATE
Jeudi 2 juin et vendredi 3 juin 2016

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche
57, rue Pierre Taittinger – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
Affiche du colloque
| Programme du colloque

Dolbreuse de Loaisel de Tréogate

Dolbreuse_page_de_couvertureDès sa parution en 1783, Dolbreuse connaît un succès considérable. D’inspiration rousseauiste, ce roman-mémoires est porté par un idéal social et politique qui en fait une œuvre emblématique des Lumières finissantes. Sa composition repose sur une dynamique où alternent en permanence récit de soi et considérations philosophiques. La peinture du libertinage et les mensonges de la vie mondaine y jouent le rôle d’un contre-modèle auquel s’oppose la célébration du mariage d’amour, de la retraite champêtre et d’une société des cœurs. C’est pourquoi ce roman sensible se définit avant tout comme une « histoire philosophique ». Si de nombreuses réflexions se rapportent à des thèmes traditionnels de la pensée morale – le gouvernement des passions, la critique de la cour –, Loaisel leur confère souvent une dimension historique et critique. En rappelant l’éloquence du barreau ou de la tribune, le style de Loaisel montre à quel point cette « histoire philosophique » fait du roman l’instrument d’un combat politique, un moyen d’expression et de dénonciation engagé dans la transformation du monde. Avec Dolbreuse, Loaisel signe un roman où s’expriment les rêves, les refus et les aspirations des Lumières, qu’invite à redécouvrir cette première édition critique récemment publiée par Charlène Deharbe (CRIMEL EA 3311) à la Société des Textes Français Modernes (Paris, 2015).

Éditeur : Société des Textes Français Modernes
Nb de pages : 332 p.
ISBN-13 978-2-86503-302-7

Les « Lettres à Alexandrine », prix Sévigné de la Correspondance

L’édition critique des lettres d’Emile Zola à son épouse, publiés en 2014 chez Gallimard sous le titre Lettres à Alexandrine (1876-1901), et à laquelle Jean-Michel Pottier (CRIMEL EA3311) a contribué, vient de recevoir le prix Sévigné de la Correspondance (BNF et Fondation de la Poste).

A13921Ces 318 lettres, adressées par Émile Zola à son épouse, Alexandrine, constituent le dernier grand inédit de l’écrivain, publié plus d’un siècle après sa disparition. Elles montrent le romancier face à ses contemporains, placé au cœur de la vie littéraire parisienne, et affrontant ce qui a constitué le choix décisif de son existence : son engagement dans l’affaire Dreyfus. Elles retracent en même temps l’histoire intime d’un couple qui a réussi à surmonter la crise dont il a failli être victime.
Alexandrine fait plusieurs séjours en Italie, entre 1895 et 1901. Zola doit subir un interminable exil en Angleterre, à la suite de la publication de son J’accuse. Pour lutter contre l’absence, ils se retrouvent à travers les lettres qu’ils échangent.
Dialoguant avec Alexandrine, Zola se livre entièrement. «J’ai la certitude intérieure qu’une fois encore, je vais à mon étoile», lui écrit-il, en lui confiant les raisons qui le poussent à se lancer dans son combat en faveur d’Alfred Dreyfus. Sa correspondance accompagne la longue marche qu’il a entreprise pour le triomphe de la vérité et de la justice.

Édition de Brigitte Émile-Zola et Alain Pagès avec la collaboration de Céline Grenaud-Tostain, Sophie Guermès, Jean-Sébastien Macke et Jean-Michel Pottier.

Théâtre de société du comte de Caylus. Comédies jouées au château de Morville (1738-1740)

Héritages critiques  – vol. 5

HC_5Dès les années 1730-1740, on assiste en France à un prodigieux essor des spectacles de société, comme en témoigne l’Histoire et recueil des Lazzis, où le comte de Caylus retrace les divertissements auxquels il se livre en 1731-1732 avec sept autres « théâtromanes » parisiens. Ce « gentilhomme universel » (M. Fumaroli) fréquente à cette époque plusieurs cercles d’acteurs amateurs, telle la société du comte de Morville, dont la mort ne met pas fin aux représentations données par sa famille et ses amis, sous la « direction » de Caylus. Lequel, en plus d’être acteur, devient alors le principal pourvoyeur de pièces pour les « saisons » du château de Morville, dans la Beauce, de 1737 à 1741. C’est la contribution de Caylus à ce « Théâtre du château de Morville » que conserve un recueil manuscrit ayant fait partie de la Bibliothèque dramatique Soleinne. Recueil acquis en 1999 par la BnF (département des Arts du spectacle), et dont est issue la présente édition de six pièces de Caylus – dont un ballet pantomime, Le Prince Pot à thé, avec la musique notée (comme pour les divertissements de trois des cinq comédies). Cette « résurrection littéraire » et « spectaculaire » d’inédits de Caylus entend rendre hommage, en ce 250e anniversaire de sa mort, à ce « grand seigneur polygraphe et anticonformiste » (J. Boch).

Ont contribué à ce volume :

  • Jean DAGEN est professeur émérite de l’Université Paris-Sorbonne. Ses travaux portent sur l’histoire des idées et leur expression littéraire aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il a consacré études et éditions à Fontenelle, Marivaux, Crébillon fils, Voltaire, aux moralistes français de Montaigne à Vauvenargues et Chamfort, et s’intéresse par prédilection aujourd’hui aux écrivains et philosophes des premières Lumières (1680 à 1750 environ).
  • Marie-Emmanuelle PLAGNOL-DIÉVAL est professeure à l’Université Paris-Est-Créteil et directrice de l’École Doctorale « Cultures et Sociétés ». Spécialiste du théâtre du XVIIIe siècle et de littérature pédagogique, elle a publié 5 ouvrages (3 monographies et 2 éditions scientifiques de Rousseau et Voltaire), plus de 75 articles, et co-dirigé 11 volumes collectifs, ainsi qu’une base de données sur les théâtres de société (avec D. Quéro et D. Trott).
  • Dominique QUÉRO est professeur de littérature française du XVIIIe siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Ses recherches portent sur la comédie et l’évolution des formes comiques, la satire et la parodie, les rapports entre littérature et société au siècle des Lumières. Co-éditeur des actes de colloques sur Regnard, Collé, Favart, il s’intéresse depuis des années aux théâtres de société (surtout avant 1750).
  • Nathalie RIZZONI est docteur ès lettres, ingénieur de recherche au Centre d’Étude de la Langue et des Littératures Françaises du XVIe au XVIIIe siècle (CELLF 16-18, UMR 8599), un laboratoire du CNRS et de l’Université Paris-Sorbonne. Ses travaux portent sur les spectacles du XVIIIe siècle et sur l’esthétique rococo du « petit », avec une ouverture sur les arts décoratifs de l’époque.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 488 p.
ISSN 2257-4719
ISBN-13 978-2-374960-05-0

Réécriture et création littéraire

Affiche_ReecritureLe CRIMEL organise le 26 janvier 2016 (14h-17h) un séminaire de recherche à destination des étudiants des Masters lettres et enseignement du second degré. Il s’agit de renforcer les liens entre la formation et la recherche, en proposant une série d’interventions scientifiques autour d’une question centrale de la dynamique littéraire, celle de la réécriture.

Le CRIMEL a invité Florence Naugrette, spécialiste de Victor Hugo et profite également de la présence à l’université de Reims Champagne-Ardenne de deux collègues d’universités italiennes, Monica Barsi et Anna Bettoni, avec lesquelles existe une tradition de coopération bien établie.

PROGRAMME
Monica Barsi (Università degli Studi di Milano) La réécriture du mythe de Mars à la Renaissance

Anna Bettoni (Università degli Studi di Padova) La belle aventure d’un poète protestant : la réécriture du Psautier par François Perrot (1576-1577)

Florence Naugrette (Université Paris-Sorbonne) Comment transformer une grande épopée guerrière en petite épopée pacifiste : Le Mariage de Roland de Victor Hugo

DATE
Mardi 26 janvier 2016 (14h-17h)

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R202)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
| Affiche-programme du séminaire

An American Dream. Éléments pour une étude culturaliste du cinéma hollywoodien

Couverture Hollywood, an American Dream CPTCL’interrogation du concept de fiction est au cœur de toute étude entreprise dans le champ des humanités. Or, en notre âge hypermoderne, intrinsèquement post-littéraire, notre appréhension de la fiction passe de moins en moins par les romans, contes et nouvelles et de plus en plus par les jeux vidéo, les séries télévisées et, bien sûr, les films de divertissement, lesquels, au reste, ont essaimé des seules salles obscures vers les nombreux écrans de notre vie quotidienne : home cinemas, smartphones, video game consoles, Chromebooks et autres iPads. C’est à ces films, dans leur version hollywoodienne, que s’attache cet essai qui s’inscrit moins dans le cadre disciplinaire des études filmiques, qui ressortissent à une esthétique du cinéma, que dans la perspective de ces cultural studies qui visent à interpréter les productions populaires du monde d’aujourd’hui — en l’occurrence les expressions cinématographiques de l’American dream. Aussi, malgré d’importantes différences de traitements filmiques, verrons-nous poindre, d’un genre à un autre, les mêmes canevas anthropologiques, psychologiques et sociologiques : angoisse de la perte, de la séparation, de l’abandon, panique à la pensée d’errer dans un monde hostile et labyrinthique, affolement devant la Bête étrangère à affronter, combats ordaliques, fascination pour l’ensauvagement, crainte de l’anarchie et du chaos, épouvante à l’idée de l’apocalypse qui approche, valorisation de l’effort, grandeur du sacrifice, etc. Toutes images à partir desquelles s’élabore, pour nous, le rêve hollywoodien.

Par Sébastien Hubier

Éditeur : Presses du Centre Pluridisciplinaire Textes et cultures
Collection : ABELL
Nb de pages : 358 p.
ISBN-13 978-2-904911-89-8

Séminaire « Montmartre ou la confusion des genres : Approche intermédiale d’un lieu mythifié (1871-1914) »

Sous la direction de Laurent Bihl (Paris 1, ISOR-CRHXIX) et Julien Schuh (URCA, CRIMEL, IUF).

2015-2016, Centre Universitaire de Troyes

Willette-LAlbum-no15-librairie-illustrée-Tallandier-1902-p.16
Willette, L’Album no15, librairie illustrée Tallandier, 1902, p.16

Notre projet de recherche concerne la Butte Montmartre comme lieu de rencontres, d’échanges et d’hybridation des courants esthétiques et politiques. En effet, la force folklorique de l’« esprit Chat noir » est telle qu’elle a occulté la plupart des démarches d’analyse critique comme double laboratoire des avant-gardes et de la culture de masse. Il s’agit dès lors d’expliciter le processus par lequel une culture d’avant-garde, celle de la communauté d’artistes résidant à Montmartre, s’est progressivement popularisée au point de devenir l’un des principaux pourvoyeurs d’images diffusées par les industries touristiques et culturelles. La confusion est d’abord celle des frontières et des hiérarchies esthétiques, qui mêlent l’art légitime et l’illustration populaire, la création d’avant-garde et le divertissement plus trivial. La publicité est au cœur de ces rencontres surprenantes, qui transforment en œuvre d’art des affiches, des lithographies ou des toiles initialement conçues pour la promotion des cabarets. L’étude comparée des lieux de sociabilité vécus – bistrots, cafés – et représentés permet de restituer la trace de la ville comme espace sensible. L’étude de l’univers sonore véhiculé par le genre satirique dévoile une pluralité de ressentis.

L’appréhension de ces lieux de sociabilité peut alors se concevoir dans la perspective de la ville comme espace sensible, du prolongement vers la rue, les terrasses, le refuge diurne ou nocturne auquel ils correspondent…

Rapport à la norme en même temps qu’à la subversion, arts plastiques, littérature, musique, théâtre, photographie ou jeune cinéma même se mélangent en un va-et-vient constant qui détermine l’apparition ou le renforcement de courants esthétiques novateurs. Fixation d’une nostalgie aussi, puisque ce sont des dessinateurs satiriques comme Albert Robida qui dénoncent le dépeçage de la ville par les promoteurs, initient un titre de presse comme Paris qui meurt et se voit chargé par la ville de concevoir un éphémère « Paris médiéval » en grandeur nature, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900.

Certaines manifestations charivariques réactivent un mode de désordre, de contestation ancrée dans le siècle et correspondent à une prolongation du trait satirique au cœur même de l’espace urbain. Le brouillage est aussi social, qui fait côtoyer sur la butte l’artiste déclassé, le voyou et le bourgeois encanaillé. Il est, de fait, moral (vice et vertu provisoirement confondus dans la figure de la cousette par exemple) et idéologique (anarchistes, antisémites et beau monde mélangés). C’est la notion de « culture partagée » qu’il s’agit de réévaluer aux réalités des multiples microcosmes sociaux, lesquels pouvant fort bien se côtoyer sans nécessairement se mêler, se comprendre ou même se remarquer. Enfin, Montmartre exerce une véritable force d’attraction sur les nombreux artistes venus de toute l’Europe pour y éprouver leur talent.

Ainsi, par l’inscription du genre satirique au cœur de l’espace urbain, nos intérêts portent donc sur la ville comme laboratoire de la modernité.

Nous comptons donc expérimenter des sources de nature diverse, aussi bien imprimées que graphiques. Mais nous avons aussi pour projet le décryptage des archives administratives, policières ou judiciaires, pour une compréhension globale des enjeux de réglementation en matière de presse et de structuration de la sphère publique. Les relations complexes entre l’image satirique et les couvertures de presse classique nous ont jusqu’ici amenés à connaître et à étudier la presse illustrée dans son ensemble, et ce sur une temporalité longue. Enfin, la définition d’un corpus large comprenant des sources épistolaires, sonores ou cinématographiques, ainsi que l’étude des représentations, ont exigé différentes approches méthodologiques qu’il s’agit dès lors de croiser, afin de mieux définir les enjeux épistémologiques d’une étude globale et interdisciplinaire de cette ambition. Il s’agit notamment d’avoir recours, outre les méthodes propres à l’histoire culturelle, à l’analyse sémiologique, la sociologie de la réception ou le maniement des outils statistiques.

Pour tout renseignement, nous contacter.

PROGRAMME
09 novembre 2015
Montmartre de 1830 aux années 1920.
14 décembre 2015
Avant-gardes, arrière gardes et culture de masse.
25 janvier 2016
Cartographier les plaisirs et les rêves.
08 février 2016
Presse et cabarets.

Soutenance de Valérie Boutrois-Wampfler

Valérie Boutrois-Wampfler soutiendra sa thèse de doctorat, préparée sous la direction de Jean-Claude Ternaux, Professeur à l’Université d’Avignon, en codirection avec Jean-Frédéric Chevalier, Professeur à l’Université de Lorraine et Nicoletta Palmieri, Professeur à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, et intitulée

Roman, histoire et alchimie au XVIIe siècle : traduction et étude de la Peruviana de Claude-Barthélemy Morisot,

le samedi 28 novembre 2015 à 14h30 à la Maison de la Recherche de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, 57 rue Pierre Taittinger, Reims), Amphi Recherche (rez-de-chaussée bas).

Le jury sera composé de Jean-Claude TERNAUX (Université d’Avignon), directeur de thèse, Jean-Frédéric CHEVALIER (Université de Lorraine), codirecteur de thèse, Nicoletta PALMIERI (Université de Reims Champagne-Ardenne), co-directrice de thèse, Jean-Yves BORIAUD, (Université de Nantes), rapporteur, Frank GREINER (Université Lille III), rapporteur, Étienne WOLFF (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense), examinateur.

Carnet du Centre de recherche interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires (CRIMEL EA 3311)