Michèle Métail. La poésie en trois dimensions

Se déployant dans le sillage des poésies concrètes, visuelles et sonores nées dans les années 1950-1960, la poésie de Michèle Métail frappe par sa singularité. Tout d’abord parce qu’elle s’enracine, dès 1975, à la fois dans la contrainte oulipienne et dans la poésie sonore ; ensuite parce qu’elle est intrinsèquement multilingue et multiculturelle, rayonnant notamment en Allemagne et en Chine ; enfin parce qu’elle explore les contiguïtés sonores, visuelles et textuelles des arts poétiques et plastiques dans des œuvres personnelles ou en collaboration avec le compositeur Louis Roquin.

Cet ouvrage se propose d’éclairer ces quarante-cinq années d’activités poétiques protéiformes, d’en fournir les clés contextuelles et biographiques, de faire saillir les thèmes et les concepts qui nourrissent l’œuvre, et d’analyser les poétiques propres aux trois modalités médiatiques fondamentales d’exploration du texte poétique chez Michèle Métail : le texte imprimé, le texte exposé et le texte proféré.

Dans un double mouvement rétrospectif d’archivage et prospectif d’études poétiques, il fait appel à des chercheurs internationaux, mais aussi aux poètes et artistes témoins de son parcours créatif. S’il sonde les domaines littéraire, plastique, et performatif de l’œuvre, il souhaite aussi éclairer les relations que Michèle Métail entretient avec l’Allemagne, la Chine et le Japon, sources d’une importante activité de création et de traduction. Enfin ce livre se veut un outil pour les futurs chercheurs en publiant, pour la première fois, une bibliographie exhaustive et un catalogue de ses œuvres plastiques.

Avec les contributions de Violaine Anger, Jeff Barda, Patrick Beurard-Valdoye, Julien Blaine, Camille Bloomfield, Jean-Pierre Bobillot, Jean-François Bory, Alain Frontier, Michel Giroud, Marie Laureillard, Jean-Jacques Lebel, Michèle Métail, Bernhard Metz, Bernard Ollier, Nina Parish, Louis Roquin, Anne-Christine Royère, Marianne Simon-Oikawa, Christian Steinbacher, Hannah Steurer, Gaëlle Théval, Emma Wagstaff.

Anne-Christine Royère est maître de conférences en Littérature française à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires (CRIMEL).

Sommaire

Les presses du réel
448 pages (ill. coul. et n&b)
30.00 €
ISBN : 978-2-37896-053-7
EAN : 9782378960537

Crédit: Gigantexte n° 12, Le Cours du Danube, 2012 © Michèle Métail

Du jeu dans la théorie de la lecture

Séminaire Approches Interdisciplinaires
et Internationales de la Lecture
(A2IL – 4)
CRIMEL-CIRLEP
2018-2019

Séminaire dirigé par : Christine ChollierMarie-Madeleine Gladieu (CIRLEP EA 4299), Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé (CRIMEL EA 3311).

 

ANNONCE

Introduire la notion de jeu dans la théorie de la lecture est a priori le contraire d’une innovation. Les Rencontres Internationales de Reims qui se sont tenues durant la dernière semaine de mai ont placé la lecture comme jeu au cœur de l’hommage rendu par l’université et la ville de Reims au professeur Michel Picard, fondateur en 1976 à Reims du premier Centre de Recherche sur la Lecture littéraire et auteur d’un essai marquant, La Lecture comme jeu (Minuit, 1986). Les débats qui ont associé nombre de jeunes chercheurs ont évoqué comme un fil conducteur la formule toujours novatrice de Picard décrivant la littérature comme une activité. Cette position non essentialiste implique que l’activité littéraire se déploie dans le cadre d’une relation verbale, d’une performance redoublée plaçant en résonance une parole d’auteur dont le style serait la trace et une parole de lecteur investissant le texte à lire de différentes manières, selon les contextes. Le thème directeur des deux derniers séminaires consacrés à cet objet difficile à cerner, les « Paroles de lecteurs », a pu ainsi venir dialoguer avec la notion de jeu qui implique de saisir la relation littéraire comme une activité de synthèse intégrant toutes les composantes de la personne : composante psychoaffective (le lu), corporelle et sensible à la présence au monde (le liseur), intellectuelle et apte au maniement du symbolique (le lectant). La performance liée à la parole au sens plein du terme ne se décline pas de la même manière selon que l’enjeu en est une traduction du texte d’auteur dans une autre langue, un commentaire interprétatif élaboré dans une salle de classe ou une représentation théâtrale, voire la simple profération orale, en public, d’un texte fabriqué par autrui.

Argumentaire complet

 

PROGRAMME
Séances de 17 à 19h

Jeudi 20 septembre 2018

Christine Chollier, « Articuler instances lectorales et régime textuel: du jeu entre théories : l’exemple de City of glass de Paul Auster » (salle R240)

Jeudi 18 octobre 2018

Alain Trouvé, « Bricolage et déconstruction : autour de La Potière jalouse (Lévi-Strauss) » (Salle R202)

Jeudi 22 novembre 2018

François Rastier, « Un jeu sérieux : la mission critique de la littérature » (Salle 17026, Bâtiment de l’UFR Lettres, face à la MSH)

Jeudi 14 février 2019

Nathalie Roelens (U. Luxembourg) : « Rien ne va plus »

Jeudi 28 mars 2019

Gabrièle Wersinger (URCA) : « le jeu d’Erôs dans la Pharmacie platonicienne de Jacques Derrida ».

Jeudi 25 avril 2019

Marie-France Boireau (U. Orléans) : « Aragon : J’abats mon jeu: autour des Cloches de Bâle »

Jeudi 15 mai 2019

Johanne Le Ray (U. Paris VII) : sujet à préciser

 

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R202
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Le Réseau A2IL

 

Crédit: Jean Pénuel, Le Souvenir, 1996.

Les gilets jaunes et les médias

Alexis Lévrier analyse les relations entre les gilets jaunes et les médias :

– « Gilets jaunes et journalistes, pourquoi tant de haine? », interview pour Les Inrocks par Mathieu Dejean, article paru en ligne le 16 janvier 2019.

– « Gilets jaunes: la défiance envers les médias », entretien dans le journal de France 24, 13 janvier 2019: voir la vidéo.

– « La presse, ennemie fantasmée des gilets jaunes », tribune parue dans Le Monde, Dimanche 13-Lundi 14 janvier 2019, « Débats et analyses », p. 24. Article disponible en ligne (accès réservé aux abonnés).

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

Crédit: Christophe Becker, Gilets jaunes #12 – source: Flickr.

MODÈLES ET FICTION À L’ÂGE CLASSIQUE ET AU SIÈCLE DES LUMIÈRES

Spécialiste de la fiction en prose, Françoise Gevrey a contribué par de nombreux travaux à la compréhension de l’évolution des formes narratives entre l’âge classique et le Siècle des Lumières. Vingt-quatre articles, dispersés par les circonstances de leur publication, sont ici réunis, à l’initiative du CRIMEL, centre de recherche rémois que dirigea Françoise Gevrey entre 2004 et 2011. Ils témoignent à la fois de la diversité et de la convergence de ses intérêts scientifiques.

L’enquête critique concerne le plus souvent les techniques narratives, les enjeux poétiques et la portée morale de la fiction en prose. Elle prend aussi en compte l’incarnation matérielle des textes, leur mise en livre et leur illustration, convoqués pour enrichir ou orienter les interprétations. Elle s’élargit à d’autres genres, comme le conte ou la présence du théâtre dans le roman.

Dans chaque cas, il s’agit, à partir d’une lecture attentive au grain des textes, de mieux saisir la dynamique temporelle de la création littéraire, dans son rapport aux modèles, admirés, assimilés, questionnés ou recréés.

Avant-propos de Jean-Louis Haquette, directeur du Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires (Université de Reims Champagne-Ardenne).

Collection Dix-Huitième siècles (Les)
Format 15,5 X 23,5 CM
No dans la collection 0205
Nombre de pages 446
Type de reliure BROCHÉ
Date de publication 25/01/2019
Lieu d’édition PARIS, Honoré Champion
ISBN 9782745349606

https://www.honorechampion.com/fr/champion/10924-book-08534960-9782745349606.html

“Le petit monde des journalistes politiques”

samedi 26 janvier 2019
Hervé Gardette, Politique! sur France culture
“Le petit monde des journalistes politiques”

 

Alexis Lévrier est l’invité d’Hervé Gardette sur France culture pour l’émission Politique!. Il y est question de son livre Le Contact et la distance. Le journalisme politique au risque de la connivenceNeuilly-sur-Seine, CELSA Paris-Sorbonne / Paris, Les Petits Matins, 2016, 196p.

Écouter l’émission.

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

Littérature, politique et représentation

Jeudi 31 janvier 2019
Conférences autour du programme 2018-2019
des classes préparatoires littéraires

PROGRAMME
13h: Accueil des étudiants et présentation du Master Lettres et Humanités

13h30: Anne-Elisabeth Halpern, « Onze petits traits de plume pour Michon »

14h15: Alain Trouvé, « Le Roman inachevé, d’un genre à l’autre : écriture littéraire et vérité »

15h-15h30 : pause

15h30: Régine Borderie, « “C’est intime, la guerre”. À propos de Quatrevingt-treize »

16h15: Céline Bohnert, « La représentation littéraire au XVIIe siècle »

LIEU
Amphithéâtre de la Maison de la Recherche (bâtiment 13)
Campus Croix Rouge, 57 avenue Pierre Taittinger – Reims

CONTACT et INFORMATIONS
Stéphanie Hatat – Stephanie.hatat@univ-reims.fr
03.26.91.36.15

Après-midi organisée par Céline Bohnert (URCA) et Emmanuel Échivard (Lycée Jean Jaurès)

Les captations vidéo des conférences sont disponibles sur Les Carnets du CRIMEL.

Crédit: David, esquisse pour Le Serment du Jeu de Paume, 1791, château de Versailles – source: Joconde

“Les médias ne doivent jamais renoncer au combat pour les faits”

24 janvier 2019
Le Figaro
“Les médias ne doivent jamais renoncer au combat pour les faits”

Une interview d’Alexis Lévrier dans Le Figaro par Enguérand Renault à lire en ligne (accès limité aux abonnés).

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

 

Master Lettres et Humanités

Le Master Lettres et Humanités est une formation de haut niveau dans le domaine des Humanités littéraires : Littératures antiques, Littérature française et Littérature comparée. Il conjugue un approfondissement des études littéraires, une initiation aux humanités numériques et un accompagnement vers la vie professionnelle : aux cours dispensés pendant les trois premiers semestres (258h par semestre), s’ajoutent une formation professionnalisante dans le cadre du CRIMEL (Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires, EA 3311), un stage dirigé (106h) et la préparation d’un projet de recherche personnel (rédaction d’un mémoire en M1 et en M2 et soutenance devant un jury).

Responsable de la formation: Jean Balsamojean.balsamo@univ-reims.fr

Secrétariat: Plamena Zhekova – master.llce@univ-reims.fr
Master LLCE, Master MEEF ALL et Agrégation
UFR Lettres et Sciences Humaines
Université de Reims Champagne-Ardenne

57, rue Pierre Taittinger – 51096 REIMS Cedex
Tél. : 03 26 91 36 58
Ouvert du Lundi au Vendredi 9h00-12h et 13h-16h30
Fermé Vendredi après-midi

TÉLÉCHARGEMENTS
Présentation du Master
Intitulés des cours
Les programmes précis des cours seront bientôt disponibles.
Encadrement des Mémoires: directions de recherche
Les étudiants sont invités à consulter également les biographies des chercheurs sur le site de l’URCA.

 

Les Kinder- und Hausmärchen des frères Grimm : un monument ambivalent aux êtres de la petite mythologie

SÉANCE DU JEUDI 7 FÉVRIER 2019

Natacha Rimasson-Fertin
(Maître de Conférences, Université de Grenoble)

SALLE E13, Maison de la Recherche (Bâtiment 13)
16h30-18h30

Cette contribution cherche à retracer l’évolution de la représentation de quelques êtres de la petite mythologie dans les Contes de Grimm au fil des éditions du recueil, du manuscrit de 1810 à la dernière édition revue par les Grimm de leur vivant, en 1857. En effet, sorcières et magiciennes, ondins et ondines, comme d’autres êtres surnaturels, n’ont pas toujours eu les traits que nous leur connaissons aujourd’hui et qui ont contribué à les ancrer durablement dans notre mémoire de lecteur.
À partir de plusieurs exemples illustrant le devenir de ces êtres sous la plume des Grimm, on s’interrogera sur le rôle à attribuer aux auteurs du plus célèbre recueil de contes allemands : plutôt que des collecteurs cherchant à sauver de l’oubli le petit peuple des croyances populaires, n’en auront-ils finalement pas été les fossoyeurs ?

TÉLÉCHARGEMENT
Résumé de la communication

PROCHAIN RENDEZ-VOUS
Jeudi 7 mars, 16h30-18h30: Philippe Walter, “Le nain tricoteur et fouettard du Chevalier au Lion (Chrétien de Troyes)”

Carnet du Centre de recherche interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires (CRIMEL EA 3311)