Journée d’étude – 17 mars 2022 : La Faune et la Flore

                                             Mandragore, fr. 12322 f°180v°

Journée d’Étude du 17 mars 2022
9h-17h
Amphi Recherche de l’Université de Reims  (Campus Croix-Rouge)

Faune et Flore dans la Grande et la Petite Mythologie

Après la Journée d’Étude consacrée à l’espace et le temps en février 2020, cette nouvelle Journée sera consacrée à la faune et la flore, voire les minéraux : les grandes comme les petites mythologies ont toujours exploité ces thèmes avec une dilection particulière et en ont fait le siège de leur langage intime. De grandes épopées, des lapidaires, des herbiers et des bestiaires en particulier, mais aussi des encyclopédies, enfin tous les contes du foyer nous transmettent un héritage immémorial au sujet de ces vénérables créatures, de leurs vertus secrètes, ainsi que des pactes qui de tout temps les ont liées aux hommes, pour le meilleur souvent, et parfois le pire.

Selon l’esprit de nos recherches, nous souhaiterions que les propositions aient à cœur de mettre tout particulièrement en évidence les coïncidences qui existent entre les traditions savantes et populaires, même si naturellement, selon le sujet choisi, la balance pourra pencher davantage vers la grande ou la petite mythologie : le but ultime de tous nos travaux est de montrer qu’il n’y a pas lieu de séparer radicalement les deux continents, qu’ils sont complémentaires plutôt qu’antagonistes et qu’ils ne cessent de se nourrir dans une réciprocité mystérieuse mais constante et féconde.

Les actes de cette Journée d’Étude seront publiés ensemble avec les conférences données, dans le cadre du séminaire, entre septembre 2020 et juin 2022, dans le second volume des « Grandes et Petites Mythologies ».

PROGRAMME :
9 h : Accueil

9h30 : Laurence Helix (Université de Reims/ CRIMEL) : « Des sirènes et des ondines ».

10h : Myriam White-Le Goff (Université de l’Artois) : « Des licornes ».

Discussion & Pause

11h : Anne Berthelot (Université du Connecticut) : « Les sorts sans les plantes : magie rituelle dans le monde arthurien ? »

11h30 : Dominique Pauvert (Université de Bordeaux) : « Mythologies de l’ours et carnaval ».

Discussion et Déjeuner

14h : Aurore Noirault (Université de Lausanne) : « Entre force et fragilité : le lion comme miroir des héros épiques dans l’Iliade et les Posthomériques ».

14h30 : Cécile Mauré (Université de Reims/ CIRLEP) : « Ephémérité et dégénérescence : l’étude du Narcisse ».

Discussion & Pause

15h15 : Quentin Vincenot (Université de Rennes) : « Des loups-garous ».

15h45 : Justine Breton (Université de Reims/CEREP) : « Le bestiaire dans l’oeuvre médiévaliste de T.H. White ».

16h15 : Karin Ueltschi (Université de Reims/ CRIMEL) : bilan et perspectives ou du rempotage de mandragores.

Discussion

TÉLÉCHARGEMENT :
PROGRAMME Journée d’Etude 17 MARS 2022 Grandes & Petites Mythologies

Galien, Commentaire au régime des maladies aiguës d’Hippocrate

Galien, Œuvres. Tome IX, 1re partie : Commentaire au régime des maladies aiguës d’Hippocrate, Livre I, texte établi et traduit par Antoine  Pietrobelli, Paris, CUF, 2019.

Lauréat du Prix Alfred Croiset, 2020

Si vous buvez aujourd’hui une tisane à la fin du repas, vous ignorez sans doute que c’est en raison de la fortune d’un texte oublié : le commentaire de Galien au Régime des maladies aiguës d’Hippocrate. Le premier livre de ce commentaire porte en effet sur la prescription de la « ptisane », une décoction d’orge que les médecins antiques, médiévaux et modernes ont utilisée pour nourrir et soigner les patients atteints de maladies infectieuses (ou maladies aiguës). Après avoir été traduit en arabe, puis en latin, ce commentaire fut l’un des textes médicaux les plus étudiés en Occident entre le XIIIe et le XVIe siècle.

A. Pietrobelli propose une nouvelle édition critique du livre I, mais aussi sa première traduction en langue moderne, accompagnée d’un commentaire. À travers ce texte, on perçoit les méthodes exégétiques de Galien et son érudition sur Hippocrate. Cette édition permet aussi de comprendre un chapitre important de l’histoire de la médecine, notamment sur les théories de la digestion et des fièvres. Mais ce livre a surtout un grand intérêt pour l’histoire de la philosophie : Galien défend l’idée que c’est dans le Régime des maladies aiguës qu’Hippocrate a inventé, avant Platon et Aristote, la méthode logique des philosophes.

Antoine Pietrobelli est helléniste et philologue, spécialiste d’histoire de la médecine. Il est maître de conférence habilité à diriger des recherches à l’Université de Reims et membre de l’Institut Universitaire de France. En 2005, il a découvert un nouveau manuscrit de Galien à Thessalonique qui contenait des inédits, dont le Ne pas se chagriner publié en 2010 dans la CUF. Il a publié de nombreux articles sur Galien et la médecine galénique.

Table des matières

Introduction

I. Place du commentaire dans le corpus galénique
1. L’ordre des commentaires hippocratiques
2. Datation du traité
3. Liens avec d’autres textes du corpus

II. Un commentaire hippocratique
1. Qu’est-ce qu’un hypomnèma ?
2. Héritage alexandrin
3. Galien philologue
4. Genre en gestation
5. Stochastique du destinataire
6. Principes du commentaire médical

III. Ptisane et maladies aiguës
1. Qu’est-ce qu’une maladie aiguë ?
2. Recettes de ptisane
3. Éloge hippocratique
4. Culte galénique
5. Digestion, coction et décoction

IV. Un discours de la méthode
1. Hippocrate inventeur de la méthode logique
2. Le problème de la ptisane
3. Diorismes
4. La démonstration linéaire

Histoire du texte

V. La tradition manuscrite directe
L’archétype des manuscrits grecs
Présentation et classement des manuscrits

VI. La tradition indirecte
VII. Les éditions imprimées

Stemma
Conspectvs siglorvm

Texte et traduction

Notes complémentaires
Bibliographie
Index nominvm
Index opervm

Livre broché
12.5 x 19.3 cm
Français, Grec ancien
Collection des universités de France Série grecque – Collection Budé – N° dans la collection : 545
Parution : 23/05/2019

Le livre est disponible sur le site de l’éditeur.

LA PAROLE DE MONTAIGNE

Jean Balsamo, La Parole de Montaigne, Torino, Rosenberg & Sellier, 2019, 392p.

Espace de travail, de loisir ou d’évasion, la bibliothèque remplit toutes sortes de fonctions pour un écrivain.
Elle est un patrimoine matériel qui se construit, se transmet et se disperse, mais aussi un atelier où les lectures, savantes ou sauvages, viennent nourrir la création; enfin elle constitue le lieu d’un réseau de savoirs où se découvrent des filiations, des circulations et des dialogues parfois insoupçonnés. Telles sont les trois facettes des bibliothèques d’écrivains explorées…

Jean Balsamo est un professeur de littérature française à l’Université de Reims, a publié de nombreuses études consacrées aux relations littéraires entre la France et l’Italie au XVIe siècle, à la culture de cour et à Montaigne en particulier.

Il est le coéditeur de l’édition philologique des Essais, publiée dans la Bibliothèque de la Pléiade (Paris, Gallimard, 2007).

392 p.
Publication : 2019
EAN 9788878857261
Disponible sur le site de l’éditeur

Crédit : Gravure du XIXe siècle, représentant Michel de Montaigne. (Photo Bianchetti. Leemage)

LES TEMPLIERS

Laurence Hélix, Les Templiers, La Crèche, La Geste, 2019, 56p.

Dans cet ouvrage de 56 pages, Laurence Hélix invite le lecteur à découvrir ou redécouvrir l’histoire des chevaliers des templiers pour enfin tout comprendre sur leur vie, leurs coutumes, leur combat et leur histoire. Grâce aux nombreuses illustrations et aux textes très documentés vous deviendrez incollables sur ces mystérieux chevaliers du Moyen Âge.

 

Laurence Hélix, ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, est agrégée de Lettres classiques et docteur ès lettres. Elle est actuellement maître de conférences à l’Université de Reims- Champagne-Ardenne, où elle enseigne la langue et la littérature du Moyen Âge. Auteur de plusieurs ouvrages et articles sur l’histoire de la langue française, l’ancien français et les grands mythes médiévaux – notamment le mythe tristanien et la quête du Graal -, elle a récemment élargi son champ d’études à la littérature pour la jeunesse.

56 pages
Publication : 2019
ISBN 979-10-353-0492-8
Prix 4,90 €
Disponible sur le site de l’éditeur

Crédit : Couverture de “Les Templiers” de Laurence Hélix aux éditions Geste

POUVOIRS DE LA FICTION : POURQUOI AIME-T-ON LES HISTOIRES ?

Vincent Jouve, Pouvoirs de la fiction : Pourquoi aime-t-on les histoires ?, Paris, Armand Colin, 2019, 192 p.

Qu’est-ce qui nous pousse à ouvrir un roman  ? à entrer dans une salle de cinéma  ? à entamer le visionnage d’une série  ? Plus encore  : une fois établi le premier contact avec le récit, pourquoi, dans la plupart des cas, avons-nous tant de mal à le lâcher  ? Et comment expliquer ce sentiment de vague tristesse qui nous saisit parfois au dénouement, quand nous sommes obligés d’abandonner un monde et des personnages  ? En un mot, pourquoi aimons-nous tant les histoires  ?
Tous supports confondus, les récits de fiction n’ont jamais été aussi nombreux, et leur succès public transcende les barrières générationnelles et sociales. Mais les fictions textuelles sont aujourd’hui largement concurrencées par les séries télévisées dont la consommation est en constante augmentation. L’enjeu de cet essai est de comprendre d’où vient la force d’attraction du narratif qu’il soit question d’un roman, d’un film ou d’une série télévisée.
La question du plaisir narratif ne sera donc pas envisagée d’un point de vue culturel  – qu’est-ce qui fait qu’à telle époque et dans tel milieu on s’intéresse à tel type de fictions  ?  – mais sur un plan «  anthropologique  »  : comment expliquer cette attirance de l’être humain pour les récits  ? qu’y recherche-t-il et qu’y trouve-t-il  ?

Vincent Jouve est professeur de littérature française à l’université de Reims Champagne-Ardenne.

292 pages
Publication : septembre 2019
EAN 9782200627096
Prix 17,90 € (Format Papier) / 12,99 € (Ebook)
Disponible sur le site de l’éditeur

Crédit : Bernard Fidel, “le lecteur”, Flickr, 2015 (lien)

Des femmes, des sons, des silences, une voix ?

LES MASTÉRIALES DU MASTER MENTION « LETTRES ET HUMANITÉS »

Jeudi 20 mai 2021
Des femmes, des sons, des silences, une voix ?

Contact : nathalie.preiss@univ-reims.fr

Télécharger l’argumentaire.

PROGRAMME
Matin
(en distanciel, par lien Zoom, adressé aux participants)

9h 30. Ouverture de la journée par Léa Lallement et Manon Lorrain (étudiantes de master, CRIMEL).

Table ronde (étudiants de master et doctorants)
Du mémoire de master à la thèse : évolution ou révolution ?
Animateur : Quentin Lamorlette (étudiant de master, CRIMEL)

10h. Interventions des étudiantes et étudiants du master 2 « Lettres et Humanités » (Léa Damoiseau, Marie Daumont, Apolline Gautier, Coraline Hipolito, Léa Lallement, Quentin Lamorlette, Manon Lorrain, Wendy Perrin, Thomas Rollin) sur les questions et difficultés rencontrées lors de la préparation de leur mémoire (sources, rapport au discours critique, choix et construction du sujet et de la réflexion).
Animatrices : Rose-Lucie Cahoua (doctorante, CRIMEL),
Léa Lallement (étudiante de master, CRIMEL) Manon Lorrain (étudiante de master, CRIMEL), Flore Verdon (docteur, CRIMEL)

10h 30. Du sujet de mémoire au sujet de thèse (choix, construction du sujet, corpus, méthode).

11h. Les conditions de réalisation de la thèse (charte de la thèse, contrats doctoraux, gestion du temps, équilibre entre vie professionnelle, personnelle, familiale, et recherche).

11h 30. La thèse : la fin, et après ? (quand arrêter les recherches et la rédaction ? Poursuite d’études, débouchés).
Intervention d’Agnès Faller (conservateur, responsable de la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon, URCA).

12h. Présentation par Marie Daumont (étudiante de master, CRIMEL) et Nathalie Preiss (CRIMEL) de l’édition critique électronique du Carnaval du dictionnaire (1874) de Pierre Véron, sur la plateforme PLANETE.

Après-midi
(en distanciel, par lien Zoom, adressé aux participants)
Des femmes, des sons, des silences, une voix ?
Animatrices :
Léa Lallement (étudiante de master, CRIMEL) et Manon Lorrain (étudiante de master, CRIMEL)

14h 30. Justine Cudorge (doctorante, CERHIC, URCA, et PRaME, Université de Namur) : « Dimension acoustique et manifestations de l’agentivité féminine : entendre et faire entendre sa voix dans la familia royale (VIe-VIIe siècles) ».

15h. Margaux Gérard (doctorante, CRIMEL, URCA) : « Le rôle de la voix dans la construction du personnage de la mère dans La Promesse de l’aube de Romain Gary ».

15h 30. Discussion et pause.

16h. Laureline Chatriot (étudiante de master, CERHIC, URCA) : « La figure de la sorcière, une porte-parole féministe ? Étude de la voix, des silences et des sons dans les revues Sorcières et New Witch ».

16h 30. Andrew Watts (professeur, Université de Birmingham) :
« Balzac, la radio, et l’adaptation de la voix féminine : quelques pistes de réflexion ».

17h. Discussion, conclusion et perspectives.

Comité scientifique : Régine Borderie (co-responsable du master mention « Lettres et Humanités », CRIMEL), Frédéric Gugelot (responsable du parcours du master « Histoire » : « Normes, Cultures, Pouvoirs »), Jean-Louis Haquette (directeur du CRIMEL), Nathalie Preiss (co-responsable du master mention « Lettres et Humanités », CRIMEL), Karin Ueltschi (directrice adjointe de l’École doctorale SHS, CRIMEL).

Comité d’organisation : Léa Lallement et Manon Lorrain, étudiantes du master 2 mention « Lettres et Humanités », avec la collaboration de Léa Damoiseau, Apolline Gautier, Coraline Hipolito, et la participation de Marie Daumont, Quentin Lamorlette, Wendy Perrin, Thomas Rollin, tous étudiants du master 2 mention « Lettres et Humanités », et d’Emma Simon, étudiante de L3 de Lettres Modernes.

CONTACTS :
Nathalie Preiss (responsable des mastériales) : nathalie.preiss@univ- reims.fr
Stéphanie Hatat (responsable du secrétariat du CRIMEL) : stephanie.hatat@univ-reims.fr
Plamena Zhekova (responsable du secrétariat du master mention
« Lettres et Humanités ») : plamena.zhekova@univ-reims.fr

Crédits :
bandeau: extrait de Berthe Morisot, Le Violondit aussi Julie Manet au violon, huile sur toile, coll. part. – source : Spectacles Selection
dans le billet:
Edvard Munch, La Voix. Nuit d’été, 1896. Huile sur toile. Musée Munch, Oslo. Source : Wikipédia. DR.
Vignette sur bois de H. Faxardo pour Les Mystères des théâtres de Parispar un vieux comparse, Marchant, 1844, p. 181.

Du « théâtre de société » avant 1700 ?

Appel à communication

Du « théâtre de société » avant 1700 ?
vendredi 24 septembre 2021
à Reims en présentiel (si possible) et par visioconférence

journée d’étude organisée par Dominique Quéro (Université de Reims Champagne-Ardenne, CRIMEL), Valentina Ponzetto et Jennifer Ruimi (FNS, Université de Lausanne)

Peut-on parler de « théâtre de société » avant 1700, et sous quelles formes se manifeste alors ce phénomène qui connaît son plein essor à partir des années 1750 et perdure au(x) siècle(s) suivant(s) ?

Objet de maints ouvrages au tournant des 19e et 20e siècles, les théâtres de société suscitent depuis 25 ans un regain d’intérêt de la part des dix-huitièmistes, dont David Trott, créateur du site « Théâtres de société : rayonnement du répertoire français entre 1700 et 1799 », et Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, à qui l’on doit l’étude de référence sur Le théâtre de société, un autre théâtre ? (2003) et un colloque sur Les théâtres de société au XVIIIe siècle (2005) organisé avec Dominique Quéro. Si Jean-Claude Yon et Nathalie Gonidec ont enchaîné par un colloque sur Le théâtre de société au XIXe siècle (2008, publ. 2012), la poursuite en aval des investigations sur ce phénomène est encore au cœur du projet FNS dirigé par Valentina Ponzetto à l’Université de Lausanne depuis 2016, « Théâtres de société. Entre Lumières et Second Empire », projet dans le cadre duquel elle a, en collaboration avec Jennifer Ruimi, organisé plusieurs rencontres sur « La scène des théâtres de société », « Genres et esthétique des théâtres de société (18e-19e siècles) », « Théâtre de société et société : quelles interactions ? », un tout dernier colloque se proposant d’aller « Du théâtre de société aux théâtres amateurs » (22-23 avril 2021) autour de la « Permanence de pratiques (18e-21e siècles) ».

S’interroger sur la continuité des phénomènes considérés incite à élargir plus encore l’empan chronologique des investigations sur le sujet pour se pencher également sur la période antérieure à 1700. Si l’on a pu montrer que, dès la première moitié du 18e siècle, même avant la première vague de théâtromanie des années 1730, les spectacles de société n’étaient pas rares, pourquoi ne pas tenter de remonter aux sources de telles pratiques au 17e voire au 16e siècle ? On trouve en effet, tant dans les mémoires, correspondances ou gazettes, que  dans des œuvres de fiction ou des pièces de théâtre, bien des mentions, plus ou moins précises, de représentations de (ou en) société. Non sans liens avec le théâtre de cour, tout comme avec le théâtre de collège ou d’éducation, ces spectacles – en France et à l’étranger – témoignent d’échanges entre public et privé, professionnels et amateurs, l’importance des femmes dans les réseaux de sociabilité ayant sans doute favorisé cette pratique du théâtre (comme en témoigne par exemple la marquise de Rambouillet ou la duchesse du Maine). Or peu d’études spécifiques ont été consacrées au phénomène, brièvement abordé par Pierre Mélèse dans un chapitre sur « Les représentations privées » (Le théâtre et le public à Paris sous Louis XIV, 1934) ou ponctuellement étudié en détail par Denis Lopez (« Le théâtre à l’hôtel de Rambouillet », 2006).

Il s’agira donc, lors de cette journée d’étude susceptible d’être prolongée par d’autres rencontres, de dresser un état des lieux sur la question :
–  en proposant un début d’inventaire des spectacles de/en société avant 1700 et en réfléchissant à la pertinence même de la notion de « théâtre de société » appliquée aux phénomènes considérés ;
– en explorant les liens entre théâtres publics et théâtres privés, entre acteurs professionnels et amateurs ;
– en soulignant plus particulièrement le rôle joué par les femmes dans l’essor de ce phénomène de société.

Les propositions de communications, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, seront à envoyer conjointement avant le 10 juillet 2021 à :
Valentina Ponzetto valentina.ponzetto@unil.ch
Dominique Quéro dominique.quero@univ-reims.fr
Jennifer Ruimi jennifer.ruimi@unil.ch

rédiger un billet pour les carnets du crimel : la marche à suivre et mon ressenti

Madame Bohnert, spécialiste du XVIIe siècle, a beaucoup travaillé sur La Fontaine. L’aspect mythologique et la fable l’intéresse. Elle entretient des cours au sein du master pour les Humanités Numérique pour faire participer les étudiants sur un projet numérique du nom de EMAN. C’est elle qui m’a formé le 15 mars 2021, en compagnie de trois autres camarades, pour me montrer comment on peut mettre des informations dans les différents onglets du site des carnets du CRIMEL.

Pendant la formation à l’initiation d’utilisation des carnets du CRIMEL, nous avons pu découvrir l’interface administrateur et nous avons pu apprendre à publier un article. Pour cela, il faut se rendre sur l’espace administrateur et retrouver dans le tableau de bord à gauche, la catégorie « articles » et cliquer sur « ajouter ». Le premier point à regarder lorsque l’on publie un article, c’est la question de la mise en forme du texte que l’on veut publier. Le titre s’écrit automatiquement en majuscules, il faut seulement penser aux accents. Pour rédiger un compte rendu, il faut reprendre le titre de l’ouvrage et placer entre parenthèses le nom du directeur. Il faut cependant penser à la présentation des informations car il est bon que cette présentation soit harmonisée entre les différents billets.

En ce qui concerne l’espace pour rédiger le billet, il correspond à l’interface que l’on peut trouver sur un support de traitement de texte : il est possible de rédiger en gras, en italique, souligner, de placer un indice ou de centrer un texte. Nous pouvons également insérer un lien en copiant l’URL en question, en sélectionnant le texte où l’on veut mettre le lien et en ajoutant le lien avec le bouton correspondant. Il est aussi possible de casser un lien, donc de l’enlever. En revanche, lorsque l’on veut mettre en ligne un billet concernant les évènements, il faut utiliser le code #a31a1a. À tout moment, lorsque l’on publie un billet, il est possible de prévisualiser ce que l’on est en train de faire. Cela permet de mieux se rendre compte des modifications qui peuvent être nécessaires.

Nous avons également pu découvrir comment insérer une image dans un billet. Pour cela, il faut cliquer sur le bouton « Ajouter un média ». Nous arrivons alors dans la médiathèque des carnets du CRIMEL qui rassemble toutes les images déjà utilisées ainsi que les pdfs ou autres types de documents que l’on a pu déposer dans les billets. Mais il est aussi possible d’importer une image depuis son ordinateur en choisissant l’option « Téléverser des fichiers ». Une condition : les documents doivent faire moins de 10 méga octets. Pour ne pas confondre un lien URL avec un lien de téléchargement (pour un pdf par exemple), il faut indiquer juste avant d’afficher le lien que c’est un téléchargement, en l’écrivant en majuscule et de la même couleur que les évènements.

Il reste ensuite deux choses à faire : annoter la date du billet (le publier tout de suite si c’est un évènement). En revanche, lorsque l’on veut placer un billet au bon endroit, notamment lors d’un rattrapage de billets non-rédigés, il faut placer une date entre le dernier billet mis en ligne et la date de l’avant dernier billet. La seconde chose à faire est de placer le billet dans la bonne catégorie.

Et la dernière chose est de ne pas oublier de placer l’image mise en avant, sous la forme de bandeau. Cet effet de signature en images permet un effet de série entre les billets. Pour cela il faut cliquer sur le bouton « Image mise en avant » et choisir l’image correspondante. Il faut au préalable préparer l’image aux bonnes dimensions. Lorsque l’on partage une image, il faut absolument penser à annoter les crédits. Le droit français insiste sur le fait que toute image doit être créditée. On inscrit les droits tout en bas du billet avec le gris clair. Si l’on ne donne qu’un extrait d’une image, il faut placer juste avant la référence l’expression « D’après ».  Ensuite il faut instaurer, le nom de l’auteur, le titre de l’ouvrage, et si possible ajouter la source avec un lien vers l’image dans son contexte numérique d’origine. Si l’image nous appartient, il faut préciser « Collection particulière ».

Ayant déjà réalisé de la rédaction de publications à portée informative sur des forums en ligne, ce type d’interface ne m’était pas inconnue. J’étais déjà très à l’aise avec l’outil qui n’était pas si différent d’un support de traitement de texte. En revanche, j’ai beaucoup appris sur la manière dont il faut écrire un billet critique. Je me suis sentie libre une fois la formation aboutie, j’ai pu participer au rattrapage des billets non-rédigés notamment ceux de la collection Héritages Critiques.

 

Crédit: Collection particulière, gravure et caricature du lecteur-chercheur datant du XIXe siècle.

Séminaire du jeudi 1er avril: Grands et petits boiteux, pour une exégèse de la marelle

Karin Ueltschi,
Grands et petits boiteux, pour une exégèse de la marelle
Jeudi 1er avril 2021, 17h-19h

ATTENTION : changement de programme, veuillez nous en excuser.

Les problèmes de pied sont récurrents dans la Grande comme la Petite Mythologie ; le boiteux est une des figures les plus riches de notre héritage culturel, pensons à Œdipe, Héphaïstos ou Achille dans la tradition antique, à Ève, Jacob ou Lucifer dans l’univers biblique, enfin à toute la horde de diables boiteux dans la mémoire populaire et littéraire.

Le boiteux est porteur d’une  « déficience qualifiante » (G. Dumézil). C’est le merveilleux langage du jeu, en l’occurrence de la marelle, qui nous en donne une clef de lecture : le signe du boiteux, après la chute, c’est bien l’ascension.  Or, on ne peut atteindre le ciel qu’à cloche-pied…

Karin Ueltschi est professeur de langue et littérature du Moyen Âge à l’université de Reims. Elle y anime, avec Flore Verdon, le séminaire “Grandes et Petites Mythologies” dont les premiers Actes viennent de paraître:  Grandes et Petites mythologies 1. Monts et abîmes : des dieux et des hommes, Reims, EPURE, 2020. En lien avec le sujet traité, elle est aussi l’auteur d’une Mythologie des Boiteux et du pied fabuleux, Paris, Imago, 2019.

Par Visioconférence. Le lien ZOOM figure dans la pièce jointe.

TÉLÉCHARGEMENT :
Affiche Karin Ueltschi 1er avril 2021

Séminaire du 11 mars 2021 : Le sacrifice d’Iphigénie aura-t-il lieu ?

Sophie Conte, Le sacrifice d’Iphigénie aura-t-il lieu?
Jeudi 11 février 2021, 17h-19h

https://univ-reims-fr.zoom.us/j/92243997349?pwd=NVNVREJVWlN0bDk3N1M4dDZqTHBlUT09
ID de réunion : 922 4399 7349
Code secret : 502783

Prélude à la guerre de Troie, le sacrifice d’Iphigénie dans la baie d’Aulis est absent des épopées homériques, mais il est développé par Euripide dans Iphigénie à Aulis. Cet épisode du mythe des Atrides comporte pour la société grecque un sens politique (le panhellénisme en pleine guerre du Péloponnèse) et une dimension religieuse (le sacrifice humain demandé par Artémis). Thème tragique par excellence, il pose aussi aux artistes une question de représentation, comme en témoignent les commentaires suscités à l’époque romaine par le célèbre tableau de Timanthe, connu par une fresque de Pompéi. On s’interrogera sur le sens de l’expression « sacrifice d’Iphigénie » qui recouvre, au sein de la tradition gréco-romaine et pour la postérité, ce qui est impossible à penser, à dire et donc à représenter. Le sacrifice d’Iphigénie aura-t-il lieu ?

Sophie Conte est maître de conférences HDR en Langue et Littérature Latines à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Ses travaux portent sur la rhétorique et l’enseignement dans le monde gréco-romain, en particulier Quintilien, et sur les rhétoriques sacrées post-tridentines des xvie et xviie siècle, d’expression néo-latine, notamment les traités jésuites.

TÉLÉCHARGEMENT :
Affiche Sophie Conte

Crédits : Le Sacrifice d’Iphigénie (Pompéi, Maison du Poète tragique), fresque (d’après Timanthe), Naples, Musée national d’archéologie

Carnet du Centre de recherche interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires (CRIMEL EA 3311)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search