Territoires, communautés, appartenances : la question de l’identité dans les « spectateurs » (Édimbourg, 16 juillet 2019)

Le Club de « Mr Spectator » (illustration pour l’édition en volumes de 1788)

Cette journée d’études s’inscrira dans le cadre du 15ème Congrès de la SIEDS qui se tiendra à Édimbourg du 14 au 19 juillet 2019, et dont la thématique sera « Lumières et identités ». Organisée par Klaus Ertler (Prof. à l’Université de Graz) et Alexis Lévrier (MCF à l’Université de Reims, CRIMEL), cette journée donnera lieu à un ouvrage publié aux éditions Peter Lang, dans la collection « Die Aufklärung in der Romania ».

Cette journée viendra prolonger les ateliers et les tables rondes consacrés aux études spectatoriales lors des Congrès des Lumières de Graz (en 2011) et de Rotterdam (en 2015), puis lors des rencontres de Düsseldorf (2016), de Graz (2017) et de Paris (2018). La thématique du Congrès d’Édimbourg se prête en outre particulièrement bien à une réflexion sur la tradition spectatoriale. La question de l’identité est en effet centrale dans les centaines de « spectateurs » publiés en Europe et dans le monde au cours du siècle des Lumières. L’expansion rapide de ce phénomène journalistique, qui déborde au bout de quelques semaines l’Angleterre et finit par toucher l’ensemble du continent, est en effet révélatrice du développement d’une culture et même d’un sentiment européens. Beaucoup d’auteurs de « spectateurs » revendiquent même leur cosmopolitisme et se définissent volontiers comme des « citoyens du monde ». Mais dans le même temps, le succès mondial des « spectateurs » est inséparable de l’affirmation d’identités locales et nationales particulièrement fortes : dans chaque ville où le modèle du Spectator est imité, il est adapté à ce nouveau contexte et devient même, dans bien des cas, le prétexte à la revendication d’une culture et d’une langue spécifiques.

À cette question de l’identité collective s’ajoutent, dans nombre de « spectateurs », des questionnements et des revendications plus individuels. Certes, dans le périodique fondé par Joseph Addison et Richard Steele, « Mr Spectator » servait surtout de point focal, et n’était doté que de caractéristiques physiques et psychologiques très abstraites. Mais, en Angleterre comme sur le continent, les successeurs des deux journalistes anglais choisiront souvent de donner la parole à des énonciateurs beaucoup plus incarnés, qui feront de leur identité (sociale, culturelle ou sexuelle) la matière même de leurs réflexions. Continuer la lecture de Territoires, communautés, appartenances : la question de l’identité dans les « spectateurs » (Édimbourg, 16 juillet 2019)

Grandes et petites mythologies: PROGRAMME 2019-2020

Programme 2019 -2020

Albert Anker, Königin Bertha und die Spinnerinnen (1888), Musée des Beaux-Arts, Lausanne

Le séminaire se tiendra le premier jeudi du mois.

DATES: 3 octobre, 7 novembre et 5 décembre 2019 ; 6 février (journée d’étude), 5 mars, 3 avril 2020.

HORAIRE: 16h30-18h30

LIEU: Bibliothèque Robert de Sorbon

Jeudi 3 octobre, Bernard Teyssandier (Université de Reims), “Le centaure Chiron ou comment s’en débarrasser? Variations et dissolutions mythologiques”

Jeudi 7 novembre :  Galina Kabakova (Université de Paris IV), “Satan, le diable et les esprits des lieux dans les récits étiologiques slaves”

Jeudi 5 décembre : Virginie Le Roux (EPHE – PSL),  Sujet autour de Bacchus ou de Morphée

Jeudi 6 février : Journée d’étude : « Confluences mythologiques : au carrefour de l’espace et du temps ».

Jeudi 5 mars, Asdis Magnusdottir (Université d’Islande), “Géants, revenants et angoisse. Les monstres de la nuit dans une saga islandaise (Saga de Grettir)”.

Jeudi 2 avril,Christine Ferlampin-Acher (Université Rennes II),  “Les fées dans les romans arthuriens tardifs: phénomène de mode?”

Crédit: Gustave Doré, [Il marcha vers le château qu’il voyait au bout d’une grande avenue où il entra], estampe pour les Contes de Charles Perrault (“La Belle au bois dormant”), 1862 – source: Gallica

Le passé à l’oeuvre

Jean Balsamo, Le passé à l’oeuvre. Essais d’histoire littéraire, Avant-propos de Bernard Teyssandier et Jean-Louis Haquette, Reims, EPURE, 2019, 324 p.

L’historien de la littérature, dont la méthode est l’histoire littéraire, étudie un objet qui provient d’une autre époque, élaboré selon l’art, pour répondre aux besoins et aux goûts d’un temps révolu. Mais, dans les cas les plus remarquables, la Divine Comédie, les Essais, Les Tragiques, les Promessi sposi, cet objet n’a pas cessé d’être présent et parlant, de donner à voir et à comprendre, de suggérer et d’émouvoir, longtemps après la disparition de son auteur, de ses destinataires, de ses premiers lecteurs. Si l’historien cherche à connaître sa genèse et les premières raisons qui lui donnaient un sens, il a aussi pour tâche de comprendre les effets et les discours qu’il a suscités sur la longue durée. L’histoire de la littérature se déploie dans la perspective historique des œuvres comme dans celle, historiographique et idéologique, de leur réception moderne par l’institution qui l’érige en discipline savante.

Jean Balsamo est professeur de littérature du XVIe siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).

Support: Livre relié
ISBN-10: 2374960803
ISBN-13: 9782374960807
Date de publication: 13 juin 2019
Prix: 25,00 €
Disponible sur le Comptoir des Presses d’Université.

soutenance d’Anaïs Oléron

Mme Anaïs Oléron soutiendra sa thèse de doctorat, préparée sous la direction de Vincent JOUVE (URCA), et intitulée

La fiabilité narrative en question(s), parcours textuels et liberté du lecteur

membres du jury :
Raphaël BARONI Université de Lausanne Rapporteur
Vincent JOUVE (Univ. Reims-Champagne Ardenne), directeur
Liesbeth KHORTALS ALTES Université de Groningue Rapporteur
Frank WAGNER Université de Rennes 2 Co-directeur de thèse

Quand :
Mardi 25 juin 2019 à 14h30

Où :
Salle E14
Université de Reims Champagne-Ardenne
Bâtiment recherche, RDC aile droite
57 bis rue Pierre Taittinger
51100 REIMS

Résumé:
La formule «narrateur non crédible » apparaît sous la plume du théoricien américain Wayne C. Booth, au début des années Soixante. Par-là, il entend rendre compte de situations dans lesquelles le lecteur repère une distance entre le récit que rapporte le narrateur et ce que le texte donne à entendre par ailleurs. Cet effet de distance repose sur la détection, par le lecteur, d’indices textuels corroborant son sentiment. Le problème principal est alors celui de l’interaction entre l’« interface » que constituent le texte et le lecteur qui l’actualise. Au-delà du pacte de lecture noué entre l’œuvre et son lecteur, entrent également en ligne de compte certaines attentes correspondant à l’expérience commune ou façonnées par la culture littéraire. L’objectif de cette thèse est ainsi d’élaborer une synthèse des travaux passés et actuels sur la notion de narrateur non fiable. Un premier axe décline les différentes hypothèses et méthodes d’approche des textes permettant d’expliquer que certains narrateurs apparaissent moins fiables que d’autres. Un deuxième axe s’inscrit dans une perspective typologique et présente différentes formes de non fiabilité, invitant en outre à repérer les indices présents au sein des textes. Une troisième partie se concentre sur la question de l’interaction entre données textuelles et choix interprétatifs du lecteur. Elle propose pour cela l’étude de plusieurs œuvres contemporaines aux pactes de lecture ambigus ou indécidables. Un dernier temps du travail interroge les enjeux esthétiques et anthropologiques des narrations non fiables, le procédé étant symptomatique des tensions et des interrogations qui traversent notre société.

Crédit: Marc Frant, Carnaval longovénitien 2018 – au golf – source: Flickr.

L’édition de création 1930-1970. Le grand illustré, et après ?

L’édition de création 1930-1970.
Le grand illustré, et après ?

Sous la responsabilité de Sophie Lesiewicz (Bibliothèque littéraire Jacques Doucet) & Anne-Christine Royère (Université de Reims Champagne-Ardenne, CRIMEL EA3311)

ANNONCE
Après la crise des années 1930, le champ du livre de luxe se reconfigure. S’ouvre alors la période de ce que l’on considère en France comme l’âge d’or du « livre d’artistes ». Principalement édité par des galeristes, il affirme la littérarité du texte, sollicite des peintres au détriment des illustrateurs de métier ou des décorateurs, rejette l’édition de demi-luxe. Ainsi, dans la seconde moitié du XXe siècle, l’alliance de la poésie et de la peinture devient paradigmatique de ce que l’on a pu nommer « livres de peintre », « livres de dialogue » ou encore « grands illustrés ». Nombreuses sont les études consacrées aux grandes figures de ce renouveau bibliophilique : il convient désormais de mettre en lumière des éditeurs moins flamboyants ou plus éphémères.
La production éditoriale des années 1930 au début des années 1980 ne se résume cependant pas à ces ouvrages. Il y a un « après », mais aussi un « autour » du « grand illustré », porté notamment par l’innovation typographique initiée dans le livre de poésie par Mallarmé en 1897 et faisant de celle-ci une des données de la littérarité du texte dans des livres que l’on pourrait qualifier de « livres (typo)graphiques ». Enfin, dans les années 1960, l’artist’s book traverse l’Atlantique pour devenir « livre d’artiste », au singulier, dont les articulations avec le substrat français restent à discuter : la théorie du texte et de l’histoire du livre sont-elles hors du champ de ce livre d’artiste? Une production alternative semble en effet s’inscrire dans le double sillage des théories du texte et de l’intermedia tandis qu’une autre met en cause et en crise le livre, l’interroge, en procédant à sa réévaluation critique pour en explorer ou en détourner la forme objectale.

PROGRAMME
Lundi 3 juin 2019
9h30 Accueil

10h Introduction — Sophie Lesiewicz & Anne-Christine Royère

10h30 – 12h30 > Compléments à l’histoire de l’âge d’or du livre de peintre

Jean-Michel Galland (École nationale des chartes), “Une approche bourdieusienne de l’illustration de l’entre-deux-guerres : quelques éléments pour nourrir le débat sur « le grand illustré, et après »?”

Irène Fabry-Tehranchi (Cambridge University Library), “Les livres d’artistes à la Libération : autour de la collection Chadwyck-Healey (1944-1946)”

Jean Lissarrague (Éditions Écarts), “Les livres de peintre publiés par les éditions Bordas 1944-1953”

14h – 15h15 > Écrivains/éditeurs, artistes du livre

Frédéric Acquaviva (Compositeur),Roberto Altmann, la Geste hypergraphique

Reine Bürki (ENSSIB), “Robert Morel : faire des livres, une entrée en matières”

15h30 – 17h30 > Le livre d’artiste en question

Sibylle Orlandi (Université Statale, Milan / Institut français Italia), “Ghérasim Luca et les livres-objets : « entrée libre »”

Didier Mathieu (Centre du livre d’artiste de Saint-Yrieix-la-Perche), “Paul Armand Gette. Un goût certain pour la publication”

Didier Schulman, Aurélien Bernard (Bibliothèque Kandinsky), “Christian Boltanski, premiers livres d’artiste”

LIEU
Bibliothèque de l’Arsenal
1 rue de Sully – 75004 Paris
Entrée gratuite, sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49

CONTACTS
anne-christine.royere@univ-reims.fr
sophie.lesiewicz@bljd.sorbonne.fr

TÉLÉCHARGEMENT
Programme et résumés des communications

Crédit: Bibliothèque Jacques Doucet

La Mythologie des boiteux sur Radio VMC Montréal

Le livre de Karin Ueltschi, Mythologie des boiteux et du pied fabuleux. Œdipe, Jacob, Mélusine & Cie, Paris, Imago, 2019 (300p.) sera recensé par Marilou Brousseau dans l’émission “Au Coeur de l’être” sur Radio VMC Montréal:

  • jeudi 9 mai à 20h
  • vendredi 10 mai à 13h
  • mardi 30 mai à 4h
    (heure de Montréal)

L’émission Au Cœur de l’Être vise à mieux saisir les comportements individuels et sociaux grâce à des entrevues avec des psychiatres, psychologues, psychanalystes, philosophes, travailleurs sociaux, psychoéducateurs et des gens du milieu artistique et littéraire. Il s’agit de réflexions en profondeur sur les conduites individuelles et sociales.

Écouter l’émission.

Accéder à la page Facebook de l’animatrice.

Karin Ueltschi est professeur de Langue et Littérature du Moyen Âge à l’Université de Reims et membre du CRIMEL.

Crédit: Artiste anonyme, “Oedipe abandonné”, dans Jean Mansel, Fleur des histoires, fin du 15e siècle – BNF

Vices et dysfonctionnements pops

Colloque organisé à l’Université de Haute-Alsace
par Sébastien Hubier (CRIMEL, EA3311)
et Frédérique Toudoire-Surlapierre (ILLE, EA4363)
avec le soutien du CRIMEL

PROGRAMME
Jeudi 2 Mai après-midi

14h – Frédérique Toudoire-Surlapierre (université de Haute-Alsace), «dys-troduction»

14h30 – Sébastien Hubier (université de Reims-Champagne-Ardenne), « le néo-Hygiénisme : entre mépris de classe et “fascisme mou” »

15h – Federica Santoni (Università degli Studi di Roma Tre), « Désir et névrose dans la contemporanéité»

15h30 – Victor-Arthur Piégay (Université de Lorraine), « Agir en fonctionnaire non éthique et irresponsable : fictions scolaires et enseignant·e·s indignes»

16h Pause

16h30 – Lorène Trémerel (Tulane University), « La trinité satanique : au nom du sexe, de la drogue et de l’alcool »

17h – Lucie Bertrand-Luthereau (Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence), « Règles, graisse et vomi : le personnage féminin des romans de Virginie Despentes, doigt d’honneur cathartique aux injonctions infernales de la féminité occidentale »

17h30 – Sophie Benard (Université de Picardie-Jules Verne), « Give me vice : Ed Sheeran, le roi de la pop qui se néglige »

18h – Elise Van Haesebroeck (Université de Toulouse-Jean Jaurès), «Privacy, mettre en scène la pornographie de l’intime»

Vendredi 3 mai – matinée

9h – Cyril Cottineau (Université Sorbonne Nouvelle), « L’avènement du coach de vie. Comment la pop culture a contribué à créer et à nous faire aimer un gourou moderne »

9h30 – Arthur Ségard (New York University – Department of French Literature), « “À part niquer j’vois rien à faire cet après-midi” : figures de l’oblomovisme dans le rap français »

10h – Camille Zimmermann (Université de Lorraine), « Guerrières badass et furies hystériques : le tabou de la violence féminine appliqué à la pop culture »

10h30 Pause

11h – Fleur Hopkins (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Inventions ratées, machines extrapolées et gadgets secrets dans Phinéas et Ferb sur Disney Channel »

11h30 – Angel Delrez (Université Paris Nanterre & Università degli studi di Torino), « “Everything burns“, ou la société de consumation »

Vendredi 3 mai – après-midi

14h – Guillaume Gomot (Université Sorbonne Nouvelle), « ”I failed you“ : Star Wars : Les Derniers Jedi ou la poétique de l’échec »

14h30 – Guillaume Labrude (Université de Lorraine), « Ivre, il traverse la ville en char d’assaut : ébriété et morale dans les jeux vidéo Rockstar Games»

15h Discussion et clôture

LIEU
Salle Nizami Gandjavi
FLSH – 10, rue des frères Lumière – 68093 Mulhouse cedex

CONTACTS
sebastien.hubier@univ-reims.fr
frederique.toudoire@uha.fr

TÉLÉCHARGEMENT
Affiche
Programme

 

Journée d’étude Image(s) et texte(s)

Valérie Wampfler et Jean Balsamo participeront à la journée d’étude Image(s) et texte(s) organisée par Bruno Restif (CERHIC) et Christine Sukic (CIRLEP) le vendredi 26 avril 2019.

Valérie Wampfler (CRIMEL) : “La Peruviana de Claude-Barthélemy Morisot (1644). Représentations dioscuréennes à la Cour de Louis XIII.”
Cette communication mettra en lumière la convergence idéologique entre les images dioscuréennes produites entre 1628 et 1634 sur des jetons ou des gravures valorisant l’entente fraternelle entre Louis XIII et Gaston d’Orléans, et le roman à clef historique de Morisot, qui élabore une utopie politique reposant sur la quête d’une concorde sociale et familiale, menée par les héros du roman : nous étudierons en particulier un épisode identifiant le Roi et son frère aux Dioscures.

Jean Balsamo (CRIMEL) : “L’illustration des livres de piété dans le cadre de la politique éditoriale du libraire parisien Abel L’Angelier (1584-1610).
Le marchand libraire parisien Abel L’Angelier, établi au Palais entre 1572 et 1610, a développé une « politique éditoriale » originale, fondée sur la publication de livres modernes en langue vernaculaire, illustrant les Lettres françaises, au sens le plus large, de l’éloquence juridique à la poésie de cour. Toutefois, à côté de cette production, il n’a pas négligé de publier des livres de piété en latin, en une vingtaine d’éditions. Ces ouvrages sont encore mal connus, en raison de la rareté des exemplaires conservés. En dépit de leur sujet traditionnel et de leur langue, ils ont constitué un autre aspect original important de la production du libraire, également novateur : ce sont ses premières éditions illustrées et, à Paris, parmi les premières à mettre en œuvre la gravure sur cuivre.
Cette communication se propose d’étudier cette production peu connue et d’en examiner les enjeux religieux, culturels et économiques, dans le cadre plus général de l’édition parisienne et de la vie de cour sous Henri III.

LIEU
Bibliothèque Carnegie – Auditorium
2, place Carnegie – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
Programme_IET
presentation des interventions journee_Images(s) et texte(s)

Crédit: Marinus Van Roejmerswaelen (école de), Saint Jérôme, 16e siècle, Reims, Musée des Beaux-Arts.

 

Mythologie des boiteux et du pied fabuleux

Karin Ueltschi, Mythologie des boiteux et du pied fabuleux. Œdipe, Jacob, Mélusine & Cie, Paris, Imago, 2019, 300p.


Œdipe, Héphaïstos, Achille dans la tradition antique, Caïn, Jacob et Lucifer dans la tradition biblique, Mélusine et toute la horde de pédauques et de diables boiteux dans la mémoire populaire…, le pied blessé, déformé ou singulier se retrouve dans nombre de nos récits, de nos mythes et de nos contes. Pourtant, on a rarement rapproché ces figures, et le scénario immémorial dont elles procèdent est mal identifié. C’est cependant à ce niveau que se joue notre fragilité : la déchéance du genre humain, à la suite de l’expulsion du paradis, n’est-elle pas signifiée par la morsure du serpent infligée au talon d’Ève, blessure devenue héréditaire ?
Dès lors, la recherche de l’équilibre entre la lumière et les ténèbres, la droite et la gauche, l’aspiration à l’envol et la menace de la chute figure notre condition comme un parcours à cloche-pied entre terre et ciel, un jeu de marelle où chacun cherche à atteindre les sphères inaccessibles. Car, nous dit Karin Ueltschi, telle est l’ambiguïté de tous ces êtres claudicants : ils sacrifient leur intégrité physique, subissent leur handicap ou leur mutilation comme un châtiment mais, en échange, parviennent à gravir les degrés menant vers des univers impénétrables…

Karin Ueltschi est professeur de Langue et Littérature du Moyen Âge à l’Université de Reims et membre du CRIMEL.

300 pages
Publication: mars 2019
ISBN 978-284952-973-7
Prix 24 €
Disponible sur le site de l’éditeur.

Crédit: Artiste anonyme, “Oedipe abandonné”, dans Jean Mansel, Fleur des histoires, fin du 15e siècle – BNF

Autour de Mélusine

Roman de Mélusine, par Couldrette, vers 1450-1500. BNF Fr. 24383, fol. 19

SÉANCE DU JEUDI 4 AVRIL 2019

Laurence HÉLIX
Autour de Mélusine

SALLE E13, Maison de la Recherche (Bâtiment 13)
16h30-18h30

Au tournant des XIVème et XVème siècles, la fée Mélusine est l’héroïne de deux romans – l’un en vers, l’autre en prose – qui font entrer dans la culture savante cette figure fascinante de la culture folklorique et populaire. A la fois « défricheuse et bâtisseuse », pour reprendre ici les célèbres mots de Jacques Le Goff, la jeune épouse du chevalier Raymondin incarne les idéaux de l’âge féodal et le rêve de tout chevalier : régner sur un territoire prospère et donner naissance à une nombreuse descendance.

Mais Mélusine dépasse et transcende les limites du Moyen Âge occidental : incarnant un schéma récurrent et mythique, celui de l’épouse merveilleuse qui s’unit à un simple mortel, elle interroge le rapport complexe entre l’autre monde et l’ici-bas et traduit l’étrange perméabilité de la frontière séparant les vivants et les morts. Tour à tour adulée et rejetée, Mélusine illustre aussi l’ambivalence d’une littérature portant sur la femme un regard où se mêlent la crainte et la fascination. Enfin, plus fondamentalement peut-être, Mélusine soulève l’épineuse question du lien entre culture savante et culture populaire : quand le folklore païen devient matériau littéraire, sous les traits rassurants de la bonne fée surgissent parfois ceux de l’effrayante sorcière !

Laurence Hélix est maître de conférence en langue et littérature médiévales à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).

Cette séance sera la dernière de l’année 2018-2019.

TÉLÉCHARGEMENT:
Ajout au 8 avril 2019: Résumé de la séance

Crédit: Gustave Doré, [Le Chaperon rouge fut bien étonné de voir comment sa grand’mère était faite en son déshabillé] – source: Gallica

Carnet du Centre de recherche interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires (CRIMEL EA 3311)