Les petits aventuriers du quotidien. Bande dessinée, journal et imaginaires médiatiques (XIXe-XXIe siècles)

Appel à communications

Organisé par Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (EA 33311), l’Université Laval et le CELSA Paris-Sorbonne, le colloque aura lieu à Reims les 28, 29 et 30 juin 2017.

Responsables : Alexis Lévrier (Université de Reims Champagne-Ardenne) et Guillaume Pinson (Université Laval)

image Marque jLes relations entre la bande dessinée et le journalisme sont anciennes et durables. Art médiatique conciliant l’image et le texte, la bande dessinée est née au creuset du journal et de la culture périodique, exploitant dès l’origine les enjeux de l’actualité, recyclant les imaginaires médiatiques et inventant des personnages qui évoluent proches des milieux de l’information, souvent journalistes eux-mêmes. Ce colloque international souhaitera ainsi interroger l’ensemble de ces relations à partir d’une réflexion alliant une poétique de la bande dessinée et un historique de ses formes telles qu’elles se sont développées au cœur de la culture médiatique et des supports périodiques.

La séquence temporelle que nous envisageons pour ce colloque sera largement ouverte, du XIXe siècle à aujourd’hui. Au XIXe siècle, la « civilisation du journal » (Kalifa, Reigner, Thérenty et Vaillant 2011) a profondément renouvelé le rapport au monde et la représentation du réel. La bande dessinée émerge au sein de cette nouvelle culture du regard et de l’image, tôt théorisée par Rodolphe Töpffer (Groensteen 2014) puis pratiquée dans certains périodiques par de grands précurseurs (Nadar, Doré, Cham). Accompagnée de la floraison de la presse illustrée et satirique, le phénomène ira s’amplifiant au XXe siècle, tant sur le rythme quotidien (et des suppléments illustrés) que périodique (ainsi de la série La Famille Fenouillard de Christophe dans Le Petit Français illustré, ou encore des succès de L’Épatant lancé en 1908). La voie sera ainsi ouverte à l’âge d’or des revues pour la jeunesse (Spirou, Tintin, Pilote…) qui ont assuré depuis l’après-guerre le succès de la bande dessinée franco-belge et en ont fait une véritable « médiaculture » (Maigret et Stefanelli 2012). Depuis une quinzaine d’années enfin, le succès du reportage graphique, venu notamment des États-Unis et du travail pionnier de Joe Sacco, a trouvé un prolongement dans certaines revues d’actualités telles que XXI ou La Revue dessinée. Des revues consacrées à la bande dessinée de fiction ont également vu récemment le jour, à l’image de Pandora, lancée par Casterman presque vingt ans après l’interruption de son magazine (À suivre). Ces « mooks » s’adressent il est vrai à un public adulte, mais 2016 a marqué la naissance de plusieurs revues de BD-reportage destinées à la jeunesse : les éditions Dupuis publient depuis le mois de janvier 2016 un semestriel intitulé Groom, et La Revue dessinée lancera au mois de septembre Topo, un magazine d’actualité en bande dessinée pour les moins de 20 ans. Ces évolutions confirment la capacité de la bande dessinée à se réinventer au contact étroit de la culture médiatique, ainsi qu’un attachement au support papier qui vient s’ajouter aux expérimentations numériques.

Au cœur de cette histoire qui court sur près de deux siècles, notre colloque invitera les participants à proposer des interventions éclairant un aspect de la relation entre bande dessinée et culture médiatique. Nous ouvrons plus particulièrement trois axes de réflexion, qui ne seront pourtant pas exclusifs, et dans lesquels les interventions pourraient s’inscrire :

  1. Les imaginaires médiatiques: la bande dessinée est friande de représentations du monde du journal (salles de rédaction, héros journalistes, petites scènes de la vie quotidienne et personnages lisant des journaux). Elle n’hésite pas en outre à mettre en abyme le support journal (présence de journaux fictifs dessinés dans les cases, enjeux narratifs et diégétiques liés à la présence d’une culture médiatique au cœur même des aventures) : on sait que des dessinateurs tels que Hergé (Les Aventures de Tintin) et Jacobs (Les Aventures de Blake et Mortimer) sont coutumiers de tels procédés. Les interventions pourront ainsi viser à penser cette construction d’imaginaires médiatiques, sans doute en phase avec l’essor d’une culture de l’information et du reportage à partir des années 1920, jusqu’aux renversements narratifs aujourd’hui opérés dans le reportage graphique.
  1. Fictionnalisations graphiques de l’actualité: cette vogue du reportage dessinée constituera également un aspect important du colloque. Le succès actuel de la livraison graphique d’enquêtes de types journalistiques confirme la plasticité poétique de la bande dessinée. Souvent engagée, cette nouvelle « fiction d’actualité » (Thérenty 2004) accompagne les révolutions actuelles de l’information et situe la démarche enquêtrice au centre du dispositif narratif. Elle paraît ainsi accompagner activement les nouveaux regards posés sur le monde, mettant de l’avant un point de vue sensible et immergé, au cœur de l’expérience. Les interventions chercheront à comprendre l’articulation poétique du reportage graphique, sa liaison avec les grands enjeux sociaux et médiatiques, de même que ses racines historiques (notamment avec le genre du grand reportage).
  1. Poétique des supports : enfin, les participants seront invités à réfléchir aux effets des supports sur la bande dessinée, afin de montrer en quoi les contraintes matérielles et médiatiques ont été hier, et demeurent aujourd’hui encore aux sources de la poétique de la bande dessinée. L’approche support permet probablement de revoir les enjeux de travail collectif (la planche de BD est souvent un élément parmi un ensemble périodique et elle engage sans doute des relations de coprésence avec les autres illustrations), de temporalité (périodicité et dynamique du feuilleton), d’effet-rubrique (la BD occupant un espace bien défini et proposant un rendez-vous régulier à ses lecteurs) ou encore de mise en recueil (passage du périodique à l’album, engageant souvent un travail d’adaptation ou de reprise). Les enjeux numériques pourraient être abordés sous cet angle.

Les interventions seront de 25 minutes. Les organisateurs du colloque invitent chercheurs et étudiants à soumettre leurs propositions (250 mots + courte biographie) par courriel à Alexis Lévrier et Guillaume Pinson avant la date du 1er décembre 2016.

Comité scientifique

  • Benoît Berthou (Université Paris 13, revue Comicalités)
  • Jacques Dürrenmatt (Université Paris-Sorbonne)
  • Thierry Groensteen (Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, Angoulême)
  • Valérie Jeanne-Perrier (Celsa Paris-Sorbonne)
  • Philippe Kaenel (Université de Lausanne)
  • Björn Olaf-Dozo (Université de Liège)
  • Nathalie Preiss (Université de Reims Champagne-Ardenne)
  • Julien Schuh (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Bibliographie indicative :

  • Benoît Berthou (dir.), La Bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ?, Paris, Éditions de la BPI, collection « Études et Recherches », 2015.
  • Will Eisner, Les Clés de la bande dessinée, Paris, Delcourt, 2009-2011 (t. I : La Bande dessinée, art séquentiel, 2009 ; t. II : La narration, 2010 ; t. III : Les Personnages, 2011).
  • Thierry Groensteen, La Bande dessinée : son histoire et ses maîtres, Paris, Skira Flammarion, Angoulême, Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, 2009.
  • Thierry Groensteen, M. Töpffer invente la bande dessinée, Bruxelles, Les impressions nouvelles, 2014.
  • Thierry Groensteen, Parodies. La bande dessinée au second degré, Paris, Flammarion, 2010.
  • Thierry Groensteen, Système de la bande dessinée, Paris, PUF coll. « Formes sémiotiques », 1999 (vol. II : Bande dessinée et narration, Paris, PUF coll. « Formes sémiotiques », 2011).
  • Éric Maigret et Matteo Stefanelli (dir.), La Bande dessinée : une médiaculture, Paris, Armand Colin, coll. « Médiacultures », 2012.
  • Scott McCloud, L’Art invisible, Paris, Vertige Graphic, 1999.
  • Scott McCloud, Réinventer la bande dessinée, Paris, Vertige Graphic, 2002.
  • Harry Morgan, Principes des littératures dessinées, Angoulême, L’An 2, 2003.
  • Benoît Mouchart, De la bande dessinée en France, Paris, Les Belles lettres, 2013.
  • Pascal Ory, Laurent Martin, Jean-Pierre Mercier, et al. (dir.), L’Art de la bande dessinée, Paris, Citadelles & Mazenod, 2012.
  • Benoît Peeters, Lire la bande dessinée, Paris, Flammarion, coll. « Champs Arts », 1998, rééd. 2003.
  • Thierry Smolderen, Naissances de la bande dessinée : de William Hogarth à Winsor McCay, Paris, Les Impressions nouvelles, 2009.
  • Marie-Ève Thérenty, « L’invention de la fiction d’actualité », dans Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), Presse et plumes. Journalisme et littérature au XIXe siècle, Paris, Éditions Nouveau monde, 2004, p. 415-428.

soutenance d’Alessandro Bertolino

Alessandro Bertolino soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la codirection de Madame le Professeur Paola CIFARELLI (Univ. Turin) et Monsieur le Professeur Jean BALSAMO (Univ. Reims), et intitulée

Traduction de l’italien et apologie de la langue française : la contribution des préfaces de traduction autour de 1550

le Samedi 9 juillet 2016 à l’université de Turin en vue de l’obtention du Doctorat nouveau régime

Le jury sera composé de
Paola CIFARELLI (Professeur, Université de Turin, Co-Directrice),  Jean BALSAMO (Professeur, Université de Reims Champagne-Ardenne, Co-Directeur), Sabine LARDON (Professeur, Université de Lyon III, Rapporteur), Nora VIET (Maître de Conférences HDR, Université de Clermont-Ferrand, Rapporteur), Daniela MAURI (Professeur, Université de Milan) et Rosanna GORRIS (Professeur, Université de Vérone).

Crédit: Domenico Ghirlandaio, San Girolamo nello studio, 1480, Florence (Ognissanti) – source: Wikipedia.

soutenance de Florent Gilles

Florent Gilles soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la codirection de Madame le Professeur Françoise GEVREY (Univ. Reims), et intitulée

Soumission, Révolte, Sexualité : l’éducation des jeunes filles de Mme de Lafayette à Sade

le Jeudi 30 juin 2016 à 14 heures au Campus Croix Rouge, Bâtiment Recherche, Salle R 240.

Le jury sera composé de Françoise GEVREY (Professeur émérite, URCA, Directeur), Régine JOMAND-BAUDRY (Professeur, Université de Lyon 3, Rapporteur), Christophe MARTIN (Professeur, Université Paris Sorbonne, Rapporteur) et Jean-Louis HAQUETTE (Professeur, URCA).

Crédit: Charles Louis François Le Carpentier, L’Éducation de l’enfance, 2e moitié du XVIIIe siècle, musées de la Ville de Rouen – source: Joconde.

 

(À suivre)… Journalisme et bande dessinée, d’hier à aujourd’hui

La prochaine séance du séminaire “Cultures populaires” (CIRLEP EA4299) aura lieu le mercredi 25 mai à 16h30 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche – salle R240). Elle sera animée par Alexis Lévrier, Maître de conférences au CRIMEL.

“(À suivre)…Journalisme et bande dessinée, d’hier à aujourd’hui”.
Cette séance abordera, d’un point de vue historique, la question des relations entre journalisme et bande dessinée. En Europe comme aux États-Unis, cette proximité est particulièrement ancienne : des deux côtés de l’Atlantique, le neuvième art s’est construit au contact de la culture périodique. Une trajectoire semblait pourtant s’être progressivement dessinée au cours des dernières décennies. La prépublication périodique dans des magazines souvent populaires a en effet laissé la place, à partir des années 1980, au règne de l’album. En s’éloignant du journalisme, la bande dessinée a semblé trouver enfin la reconnaissance et la dignité dont elle était privée jusque là.

Une stupéfiante aventure de Viny K. - Tome 1 Une si jolie petite gueule © Dupuis
Une stupéfiante aventure de Viny K. – Tome 1 Une si jolie petite gueule © Dupuis

Depuis une quinzaine d’années, le succès du reportage graphique a pourtant conduit à un mouvement inverse. Le succès de « mooks » publiant des reportages BD (XXI et surtout La Revue dessinée), a mené à la création de revues d’actualité s’adressant à la jeunesse (Groom, Topo) et à la renaissance d’une presse spécialisée dans la bande dessinée de fiction : Pandora, que vient de lancer Casterman, s’inspire par exemple délibérément du célèbre magazine (À suivre), disparu en 1997.
Le lien entre bande dessinée et journalisme se réinvente donc sous nos yeux, au moment même où sa disparition semblait programmée. Nous tenterons de montrer qu’il n’a en réalité jamais disparu, en privilégiant trois aspects en particulier : la question de l’imaginaire médiatique d’abord, à travers notamment la figure du reporter, dont Tintin est en quelque sorte l’archétype ; la question du lien entre journalisme et actualité, dont le reportage graphique n’est que l’une des déclinaisons les plus récentes ; la question de la poétique des supports enfin, puisque la prépublication périodique a durablement influencé la manière même de concevoir un « strip » ou une planche de bande dessinée.

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Boèce au fil du temps : la réception de son œuvre et son influence sur les lettres européennes du Moyen Âge à nos jours

Affiche_BoeceUniversité de Reims, 2-3 juin 2016
« Littérature et Arts »

Jeudi 2 juin 2016

09h00 Accueil des participants

09h30Allocution d’ouverture : Didier Marcotte, Vice-président du conseil académique ; Thomas Nicklas, Directeur du CIRLEP ; Jean-Louis Haquette, Directeur du CRIMEL ; Sophie Conte, au nom des trois organisatrices du colloque.

Conférence inaugurale
10h00Vincent Zarini (Université Paris-Sorbonne)

Approches linguistiques : mots et concepts
Présidence de séance : Karin Ueltschi

10h30María Jesús Soto Bruna (Universidad de Navarra) : « Unité et bien. Boèce compris par Gundissalinus (XIIe siècle) »

11h00Béatrice Stumpf et Bernard Combettes (Université de Lorraine) : « La Consolatio Philosophiae et sa traduction en français au Moyen Âge. Le problème des noms abstraits : le cas particulier des suffixes –tas et –tio »

Discussion
Pause

11h45 Carmen Cortés Zaborras (Universidad de Málaga) : « Trois concepts boétiens dans la réflexion féminine, du XIVe au XVIIIe siècle »

12h15Isabelle Turcan (Université de Lorraine) : « La présence des références à Boèce dans les textes linguistiques des XVIIe et XVIIIe siècles »

Discussion
Déjeuner

De la technique à l’esthétique
Présidence de séance : Antoine Pietrobelli

15h00Donatella Restani (Università di Bologna) : « Embryologie, numérologie et musica humana : un nouveau regard sur les sources et la réception du concept »

15h30 Nicoletta Palmieri (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Présence de Boèce chez les maîtres de Salerne : commentaires et “diagrammes figurés” »

16h00Bruno Bouchard (Université du Québec à Rimouski) : « L’homo fortuna et la dette des maîtres d’algorisme envers Boèce : entre arithmétiques, proportions, patrimoines et esthétisation de soi, du monde marchand au monde de l’art »

Discussion
Pause

Présidence de séance : Didier Marcotte

17h00Isabel María León Sanz (Universidad de Navarra) : « Influencia de las ideas estéticas de Boecio en San Buenaventura »

17h30Alice Lamy (Université Paris-Sorbonne): « Henri Bate de Malines, lecteur de Boèce »

18h00Jean-Baptiste Guillaumin (Université Paris-Sorbonne-IUF) : « Glaréan lecteur et éditeur de l’Institution musicale »

Discussion

Vendredi 3 juin 2016

La Consolatio philosophiæ et le thème de la fortune
Présidence de séance : Sophie Conte

09h00 Olga Vassilieva-Codognet (EHESS) : « La roue de Fortune et la Consolation de Philosophie. Antécédents et postérité d’un motif iconographique médiéval »

09h30Christian Brouwer (Université Libre de Bruxelles) : « Fortune et destins de Boèce dans la poésie latine des XIe et XIIe siècles »

Discussion
Pause

Présidence de séance : Alicia Oïffer-Bomsel

10h30Anna-Maria Babbi (Università degli Studi di Verona) : « La réception en Angleterre de la Consolatio Philosophiae : le Roman de Philosophie de Simund de Freine (XIIe-XIIIe s.) »

11h00 Miren Lacassagne (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « L’Estrif de Fortune et Vertu de Martin Le Franc : de l’exemplum boétien au miroir de Fortune »

Discussion
Déjeuner

Lectures de Boèce : de l’humanisme à l’époque contemporaine
Présidence de séance : Jean-Louis Haquette

13h30Jean-Frédéric Chevalier (Université de Lorraine) : « Le soleil et les abeilles : Pétrarque et Coluccio Salutati lecteurs de Boèce »

14h00Thierry Grandjean (Université de Lorraine) : « Les éditions et la réception des œuvres de Boèce à Strasbourg et Sélestat entre 1491 et 1515 »

14h30Alicia Oïffer-Bomsel (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Entre le Libro de las consolaciones de la vida humana de l’antipape Pedro de Luna et le Boecio de consolación d’Agustín López : la réception de la Consolatio Philosophiae en Espagne, de la pré-Renaissance au Baroque »

Discussion
Pause

15h30Elena Cantarino-Suñer (Universidad de Valencia) : « Presencia y pervivencia de Boecio en las letras españolas del Siglo de Oro »

16h00Gábor Förköli (Universités Eötvös Loránd-Paris-Sorbonne) : « Une “Consolation philosophique” méconnue : Les deux Vérités de Jean de Silhon (1596-1667) »

16h30Alain Trouvé (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Francis Ponge lecteur de Boèce »

Discussion

Clôture
17h15 – Jérôme Lagouanère (Université de Montpellier) : « Boèce et Augustin, deux influences contradictoires (VIIIe-XVIe siècle) ? Réflexions sur les usages polémiques des sources »

Deuxième partie du colloque, “Théologie et Philosophie”, 17-18 novembre 2016 (Université de Valence, Espagne).

DATE
Jeudi 2 juin et vendredi 3 juin 2016

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche
57, rue Pierre Taittinger – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
Affiche du colloque
| Programme du colloque

Exposition “Livres italiens imprimés à Paris à la Renaissance”

Du 13 avril 2016 au 13 juillet 2016, à la bibliothèque Mazarine se tiendra l’exposition “Livres italiens imprimés à Paris à la Renaissance”, présentée à l’occasion de la publication de l’ouvrage de Jean Balsamo (CRIMEL EA 3311), L’amorevolezza verso le cose Italiche : Le livre italien à Paris au XVIe siècle (Genève, Droz, 2015).

bandeau-verticalSous le règne des derniers Valois et de Henri IV, Paris accueillit de nombreux Italiens. Les uns, exilés florentins, seigneurs napolitains ou milanais, y avaient trouvé une nouvelle patrie ; les autres, prélats, diplomates, militaires, banquiers, comédiens venaient y exercer leur mission ou leur activité. Cette présence italienne variée est à l’origine d’une activité éditoriale qui fit de Paris une capitale du livre italien. Imprimeurs et libraires de l’Université et du Palais, parmi lesquels les plus célèbres, publièrent une centaine d’ouvrages en langue italienne, des Rime d’Amomo (1535) aux oraisons funèbres pour la mort de Henri IV (1610), des traités d’architecture de Serlio (1547) à l’étonnant recueil des Diverse machine d’Agostino Ramelli (1588), sans oublier les poèmes de Luigi Alamanni, de Gabriel Symeoni, et d’Angelo Tuccaro, les comédies de Giordano Bruno et de Vincenzo Belando, les travaux de l’érudit Jacopo Corbinelli, les recueils musicaux.

l-amorevolezza-verso-le-cose-italicheIl s’agit pour l’essentiel d’une production privée, élaborée par des Italiens et quelques italianisants de l’entourage royal, qui illustre la protection que les rois de France, en même temps qu’ils favorisaient la défense et l’illustration de la langue française, accordaient à la langue et aux lettres italiennes. Ces livres, souvent d’une typographie soignée, offraient en retour une contribution originale à la célébration royale, à l’agrément de la vie mondaine, à la constitution des savoirs, à un catholicisme et une spiritualité rénovés. Par leurs auteurs, leurs textes et leurs thèmes, ils se distinguent tant des livres en langue italienne publiés en Italie même que de ceux imprimés à Lyon, Genève ou Londres à la même époque.

La Bibliothèque Mazarine, riche d’un fonds italien exceptionnel, conserve un bel ensemble de ces livres italiens de Paris, réuni et exposé ici pour la première fois.

Commissariat : Jean Balsamo (Université de Reims Champagne-Ardenne), avec la collaboration d’Amélie Ferrigno (Bibliothèque Mazarine / EDITEF).

INFORMATIONS PRATIQUES
Du 13 avril 2016 au 13 juillet 2016
Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h
23, quai de Conti – Paris 6e

Contact : contact@bibliotheque-mazarine.fr

TÉLÉCHARGEMENT
|
 Flyer de l’exposition

Dolbreuse de Loaisel de Tréogate

Dolbreuse_page_de_couvertureDès sa parution en 1783, Dolbreuse connaît un succès considérable. D’inspiration rousseauiste, ce roman-mémoires est porté par un idéal social et politique qui en fait une œuvre emblématique des Lumières finissantes. Sa composition repose sur une dynamique où alternent en permanence récit de soi et considérations philosophiques. La peinture du libertinage et les mensonges de la vie mondaine y jouent le rôle d’un contre-modèle auquel s’oppose la célébration du mariage d’amour, de la retraite champêtre et d’une société des cœurs. C’est pourquoi ce roman sensible se définit avant tout comme une « histoire philosophique ». Si de nombreuses réflexions se rapportent à des thèmes traditionnels de la pensée morale – le gouvernement des passions, la critique de la cour –, Loaisel leur confère souvent une dimension historique et critique. En rappelant l’éloquence du barreau ou de la tribune, le style de Loaisel montre à quel point cette « histoire philosophique » fait du roman l’instrument d’un combat politique, un moyen d’expression et de dénonciation engagé dans la transformation du monde. Avec Dolbreuse, Loaisel signe un roman où s’expriment les rêves, les refus et les aspirations des Lumières, qu’invite à redécouvrir cette première édition critique récemment publiée par Charlène Deharbe (CRIMEL EA 3311) à la Société des Textes Français Modernes (Paris, 2015).

Éditeur : Société des Textes Français Modernes
Nb de pages : 332 p.
ISBN-13 978-2-86503-302-7

Mélusine

Laurence Hélix, Mélusine, La Crèche, la Geste, 2016, 56 p.

Dans cet ouvrage, qui fait la part belle aux illustrations, nous reviendrons aux sources littéraires et médiévales de Mélusine ; héroïne, dès le XIVe siècle, de plusieurs récits en vers et en prose, la jeune fée fascine les hommes et incarne un schéma récurrent et mythique : celui de l’épouse merveilleuse qui s’unit à un simple mortel et assure sa descendance. Défricheuse et bâtisseuse, Mélusine incarne aussi l’essor économique féodal et le rêve de tout chevalier : régner sur un territoire prospère, couvert de forteresses imprenables ; par ses fils, qui combattent outre-mer et font de somptueux mariages, elle est même liée aux croisades et aux plus grandes dynasties : les rois de Jérusalem et de Chypre, les comtes de la Marche et de Parthenay la revendiquent tous pour ancêtre. Ancrée dans notre imaginaire et notre histoire, Mélusine, enfin, est une fée du terroir : en terres poitevines
et charentaises demeurent bien des croyances qui lui sont liées et de nombreux monuments dont elle serait l’architecte.

Laurence Hélix est maître de conférences en langue et littérature médiévales à l’URCA et membre du CRIMEL (EA3311).

ISBN : 978-2-36746-436-7
Édition : Brochée
Format : 16,5 x 24 cm
Disponible sur le site de l’éditeur.

Michaux et le cinéma

Né en 1899 et donc contemporain des débuts du cinéma, féru de documentaires scientifiques qu’il allait voir avec Emil Cioran, autant que de films d’horreur auxquels il entraînait Joyce Mansour, Henri Michaux est pratiquement entré en littérature par un article sur Charlie Chaplin en 1922. Quoi qu’il n’ait jamais été acteur, à la différence de son ami Antonin Artaud, il incarne la voix off d’un documentaire d’Éric Duvivier sur la drogue, Images du monde visionnaire, pour lequel il a écrit le texte. Même si ce film le déçoit au bout du compte, le cinéma l’accompagne sa vie durant, parfois explicitement, du moins continûment, car il est la réalisation technique de son idéal de mouvement qui constitue aussi sa définition de l’existence. Ce que Michaux préfère dans la vie, la peinture, la musique et jusqu’à l’écriture elle-même, c’est la cinétique. Ce rêveur d’images en mouvement réalise, par le pinceau, la drogue, la poésie et tout ce qui dans le monde est dynamique, son objectif : faire son cinéma et ainsi échapper à la fixité mortifère.

Anne-Élisabeth Halpern est maître de conférences en littérature française à l’université de Reims. Elle a publié un ouvrage sur les rapports entre Michaux et la science : Le Laboratoire du poète. Ses recherches portent sur la poésie moderne, les avant-gardes, les relations entre les arts. Elle est également directrice littéraire des éditions L’improviste.

128 pages
Format : 11,3 x 17,5 cm
ISBN : 9782858939824
Date de parution : mars 2016
Prix : 10 €
Disponible sur le site de l’éditeur.

RECENSIONS:
Dans L’Avant-Scène Cinéma par René Marx
Dans Studi Francesi par Mireille Brangé

Crédit: Étienne-Jules Marey, Pélican en vol, c. 1882 – source: wikipedia.

Lire Borges aujourd’hui. Autour de Ficciones et El Hacedor

Lire Borges aujourd’hui. Autour de Ficciones et El Hacedor, sous la direction de Roland Béhar et Annick Louis, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2016, 168p.

L’œuvre de Borges n’est pas seulement un objet de recherche, elle est aussi un objet d’enseignement aux défis particuliers. L’incorporation de Ficciones (1944-1956) et de El Hacedor (1960-1974) aux programmes de concours français a été l’occasion de proposer une réflexion sur les problèmes spécifiques à ces ouvrages lors d’une première lecture.
Les inscriptions et les déclinaisons de la figure d’auteur font l’objet d’une étude par R. Lefere, dont le travail a permis de saisir la complexité et l’originalité de la proposition borgésienne. Le rêve et le songe dans leur double dimension thématique et opératoire sont abordés par R. Spiller, qui mène une étude sur la question dans l’ensemble de l’œuvre borgésienne. M. Blanco analyse la figure du théologien dans l’œuvre de Borges, notamment dans son rapport avec l’image de l’auteur. L’érudition borgésienne est ici abordée du point de vue de la réception par A. Louis. Les dimensions poétique et politique de El Hacedor sont envisagées respectivement par I. Salazar et par Ch. Larrue. R. Béhar revisite la présence de Franz Kafka dans la fiction borgésienne, revenant sur les modes spécifiques de cet hommage. Enfin, M. Covindassamy illustre la productivité toujours actuelle de l’écriture de Borges telle qu’on peut la constater chez W. G. Sebald.
Ce livre met en évidence la puissance de l’écriture borgésienne et de ses conceptions, en particulier de la lecture comme fondement de la création littéraire.

Annick Louis est maître de conférences HDR à l’Université de Reims-Champagne Ardenne, chercheuse au CRAL (UMR 8566) et chercheuse associée au CRIMEL (EA3311).

ISBN-978-2-7288-3594-2
11€
Disponible sur le site de l’éditeur.

Carnet du Centre de recherche interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires (CRIMEL EA 3311)