Archives de catégorie : événements

Journée d’étude Image(s) et texte(s)

Valérie Wampfler et Jean Balsamo participeront à la journée d’étude Image(s) et texte(s) organisée par Bruno Restif (CERHIC) et Christine Sukic (CIRLEP) le vendredi 26 avril 2019.

Valérie Wampfler (CRIMEL) : “La Peruviana de Claude-Barthélemy Morisot (1644). Représentations dioscuréennes à la Cour de Louis XIII.”
Cette communication mettra en lumière la convergence idéologique entre les images dioscuréennes produites entre 1628 et 1634 sur des jetons ou des gravures valorisant l’entente fraternelle entre Louis XIII et Gaston d’Orléans, et le roman à clef historique de Morisot, qui élabore une utopie politique reposant sur la quête d’une concorde sociale et familiale, menée par les héros du roman : nous étudierons en particulier un épisode identifiant le Roi et son frère aux Dioscures.

Jean Balsamo (CRIMEL) : “L’illustration des livres de piété dans le cadre de la politique éditoriale du libraire parisien Abel L’Angelier (1584-1610).
Le marchand libraire parisien Abel L’Angelier, établi au Palais entre 1572 et 1610, a développé une « politique éditoriale » originale, fondée sur la publication de livres modernes en langue vernaculaire, illustrant les Lettres françaises, au sens le plus large, de l’éloquence juridique à la poésie de cour. Toutefois, à côté de cette production, il n’a pas négligé de publier des livres de piété en latin, en une vingtaine d’éditions. Ces ouvrages sont encore mal connus, en raison de la rareté des exemplaires conservés. En dépit de leur sujet traditionnel et de leur langue, ils ont constitué un autre aspect original important de la production du libraire, également novateur : ce sont ses premières éditions illustrées et, à Paris, parmi les premières à mettre en œuvre la gravure sur cuivre.
Cette communication se propose d’étudier cette production peu connue et d’en examiner les enjeux religieux, culturels et économiques, dans le cadre plus général de l’édition parisienne et de la vie de cour sous Henri III.

LIEU
Bibliothèque Carnegie – Auditorium
2, place Carnegie – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
Programme_IET
presentation des interventions journee_Images(s) et texte(s)

Crédit: Marinus Van Roejmerswaelen (école de), Saint Jérôme, 16e siècle, Reims, Musée des Beaux-Arts.

 

(À suivre)… Journalisme et bande dessinée, d’hier à aujourd’hui

La prochaine séance du séminaire “Cultures populaires” (CIRLEP EA4299) aura lieu le mercredi 25 mai à 16h30 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche – salle R240). Elle sera animée par Alexis Lévrier, Maître de conférences au CRIMEL.

“(À suivre)…Journalisme et bande dessinée, d’hier à aujourd’hui”.
Cette séance abordera, d’un point de vue historique, la question des relations entre journalisme et bande dessinée. En Europe comme aux États-Unis, cette proximité est particulièrement ancienne : des deux côtés de l’Atlantique, le neuvième art s’est construit au contact de la culture périodique. Une trajectoire semblait pourtant s’être progressivement dessinée au cours des dernières décennies. La prépublication périodique dans des magazines souvent populaires a en effet laissé la place, à partir des années 1980, au règne de l’album. En s’éloignant du journalisme, la bande dessinée a semblé trouver enfin la reconnaissance et la dignité dont elle était privée jusque là.

Une stupéfiante aventure de Viny K. - Tome 1 Une si jolie petite gueule © Dupuis
Une stupéfiante aventure de Viny K. – Tome 1 Une si jolie petite gueule © Dupuis

Depuis une quinzaine d’années, le succès du reportage graphique a pourtant conduit à un mouvement inverse. Le succès de « mooks » publiant des reportages BD (XXI et surtout La Revue dessinée), a mené à la création de revues d’actualité s’adressant à la jeunesse (Groom, Topo) et à la renaissance d’une presse spécialisée dans la bande dessinée de fiction : Pandora, que vient de lancer Casterman, s’inspire par exemple délibérément du célèbre magazine (À suivre), disparu en 1997.
Le lien entre bande dessinée et journalisme se réinvente donc sous nos yeux, au moment même où sa disparition semblait programmée. Nous tenterons de montrer qu’il n’a en réalité jamais disparu, en privilégiant trois aspects en particulier : la question de l’imaginaire médiatique d’abord, à travers notamment la figure du reporter, dont Tintin est en quelque sorte l’archétype ; la question du lien entre journalisme et actualité, dont le reportage graphique n’est que l’une des déclinaisons les plus récentes ; la question de la poétique des supports enfin, puisque la prépublication périodique a durablement influencé la manière même de concevoir un « strip » ou une planche de bande dessinée.

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Exposition “Livres italiens imprimés à Paris à la Renaissance”

Du 13 avril 2016 au 13 juillet 2016, à la bibliothèque Mazarine se tiendra l’exposition “Livres italiens imprimés à Paris à la Renaissance”, présentée à l’occasion de la publication de l’ouvrage de Jean Balsamo (CRIMEL EA 3311), L’amorevolezza verso le cose Italiche : Le livre italien à Paris au XVIe siècle (Genève, Droz, 2015).

bandeau-verticalSous le règne des derniers Valois et de Henri IV, Paris accueillit de nombreux Italiens. Les uns, exilés florentins, seigneurs napolitains ou milanais, y avaient trouvé une nouvelle patrie ; les autres, prélats, diplomates, militaires, banquiers, comédiens venaient y exercer leur mission ou leur activité. Cette présence italienne variée est à l’origine d’une activité éditoriale qui fit de Paris une capitale du livre italien. Imprimeurs et libraires de l’Université et du Palais, parmi lesquels les plus célèbres, publièrent une centaine d’ouvrages en langue italienne, des Rime d’Amomo (1535) aux oraisons funèbres pour la mort de Henri IV (1610), des traités d’architecture de Serlio (1547) à l’étonnant recueil des Diverse machine d’Agostino Ramelli (1588), sans oublier les poèmes de Luigi Alamanni, de Gabriel Symeoni, et d’Angelo Tuccaro, les comédies de Giordano Bruno et de Vincenzo Belando, les travaux de l’érudit Jacopo Corbinelli, les recueils musicaux.

l-amorevolezza-verso-le-cose-italicheIl s’agit pour l’essentiel d’une production privée, élaborée par des Italiens et quelques italianisants de l’entourage royal, qui illustre la protection que les rois de France, en même temps qu’ils favorisaient la défense et l’illustration de la langue française, accordaient à la langue et aux lettres italiennes. Ces livres, souvent d’une typographie soignée, offraient en retour une contribution originale à la célébration royale, à l’agrément de la vie mondaine, à la constitution des savoirs, à un catholicisme et une spiritualité rénovés. Par leurs auteurs, leurs textes et leurs thèmes, ils se distinguent tant des livres en langue italienne publiés en Italie même que de ceux imprimés à Lyon, Genève ou Londres à la même époque.

La Bibliothèque Mazarine, riche d’un fonds italien exceptionnel, conserve un bel ensemble de ces livres italiens de Paris, réuni et exposé ici pour la première fois.

Commissariat : Jean Balsamo (Université de Reims Champagne-Ardenne), avec la collaboration d’Amélie Ferrigno (Bibliothèque Mazarine / EDITEF).

INFORMATIONS PRATIQUES
Du 13 avril 2016 au 13 juillet 2016
Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h
23, quai de Conti – Paris 6e

Contact : contact@bibliotheque-mazarine.fr

TÉLÉCHARGEMENT
|
 Flyer de l’exposition

Survivre à la fin. Espoir et mémoire dans “The Walking Dead”

AfficheWalkingDeadPréparant une thèse de doctorat à l’Université du Québec à Montréal, Christian Guay-Poliquin travaille sur les enjeux du récit de chasse dans les littératures française et québécoise. Il est l’auteur d’un essai sur l’imaginaire de la fin et la survie du politique dans le roman d’anticipation contemporain, publié aux Presses de l’Université du Québec dans la collection « Mnémosyne ». Il est aussi romancier et Le Fil des kilomètres paraîtra en France, au mois de mars, aux Éditions Phébus.

Il présentera une conférence sur “Survivre à la fin. Espoir et mémoire dans “The Walking Dead” le lundi 16 mars, de 14h à 15h30, à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge – Bâtiment 17 – Salle 17.20)

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Bâtiment 17 – Salle 17.20
57, rue Pierre Taittinger – Reims

DATE
lundi 16 mars 2015

TÉLÉCHARGEMENT
Affiche de la conférence

Jeux et enjeux de la mort. Guerre et chasse dans “The Deer Hunter” de Michael Cimino

Affiche_DeerHunterPréparant une thèse de doctorat à l’Université du Québec à Montréal, Christian Guay-Poliquin travaille sur les enjeux du récit de chasse dans les littératures française et québécoise. Il est l’auteur d’un essai sur l’imaginaire de la fin et la survie du politique dans le roman d’anticipation contemporain, publié aux Presses de l’Université du Québec dans la collection « Mnémosyne ». Il est aussi romancier et Le Fil des kilomètres paraîtra en France, au mois de mars, aux Éditions Phébus.

Il présentera une conférence sur “Jeux et enjeux de la mort. Guerre et chasse dans The Deer Hunter de Michael Cimino” le mercredi 25 février, de 15h à 17h, à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge – Maison de la Recherche – Bât. 13 – Amphithéâtre)

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – Amphithéâtre
57, rue Pierre Taittinger – Reims

DATE
mercredi 25 février 2015

TÉLÉCHARGEMENT
Affiche de la conférence

 

Lire les œuvres mythologiques des XVIe et XVIIe siècles : outils, méthodes et enjeux

Séminaire interdisciplinaire organisé au Centre de Musique Baroque de Versailles et au Centre d’Études Supérieur de la Renaissance  (UMR 7323)

Organisé par Céline Bohnert (CRIMEL) dans le cadre de sa délégation au CESR (2014-2015)

ANNONCE

L’objectif de ce séminaire est de permettre un dialogue entre spécialistes de différentes disciplines autour de documents de la période dite moderne qui portent sur la mythologie ou comprennent des références mythologiques. On voudrait ainsi interroger les pratiques herméneutiques actuelles et les mettre en regard des habitudes mentales des hommes du XVIIe siècle. Quelle approche des objets mythologiques aujourd’hui et alors ? Il s’agira de montrer concrètement quelles questions ces objets posent à la recherche actuelle et quels outils nous forgeons pour y répondre.

On éloignera au départ la notion de mythe, qui suppose souvent une forme d’autonomie de l’objet et tend à lui prêter un statut particulier, pour partir des œuvres elles-mêmes sans préjuger de leur statut. De même, tout en reconnaissant leur fécondité, nous voudrions éviter les approches thématique, intertextuelle et poïétique. Ce n’est ni le mythe comme thème, ni la question des réécritures et des avatars, ni la dynamique poétique propre à tel mythe, tel genre ou telle œuvre qui nous arrêtera en soi : il s’agira d’interroger la place du matériau mythologique dans la culture de la période moderne et de questionner les conditions de sa réception. On examinera donc cette culture de manière large, en tenant compte des œuvres d’art et d’érudition, des genres spectaculaires, des outils pédagogiques, compilations et répertoires, des élaborations théoriques et des usages rhétoriques de la référence mythologique dans les différents domaines de la pensée.

S’il existe des corpus mythologiques (mais dans quelle mesure les dessinons-nous aujourd’hui, en imposant des lignes de partages étrangères aux mentalités du XVIIe siècle ?), bien souvent la mythologie s’insère dans des systèmes dont elle n’est qu’un élément parmi d’autres. Ce sont ces systèmes que nous voudrions interroger, car ce sont eux qui font de la mythologie antique un matériau adéquat pour des usages divers – artistiques, rhétoriques, politiques, philosophiques… qu’il s’agira de cerner. Les catégories rhétoriques, la « philosophie des images » (P. Ménestrier), les concepts historiographiques (même inconscients et implicites, et plus encore quand ils sont inconscients ou implicites), de même que la position de l’Église post-tridentine face au paganisme ont contribué à former le cadre de la réception de la mythologie en programmant de possibles recompositions. Ces opérations ont pu correspondre à des régimes d’historicité variés. Dans quelle mesure et à quels moment la référence mythologique est-elle sentie comme une référence à un passé antique ?

L’atelier sera ainsi structuré autour de deux interrogations principales : de quels outils avons-nous besoin aujourd’hui pour lire les œuvres mythologiques au plus près de ce qu’elles ont pu signifier ; et quel peut être l’apport de chaque discipline à cette entreprise

PROGRAMME
11 février 2015 (14h-17h)  Séance d’introduction: approches de la mythologie en littérature, en musicologie et en histoire de l’art
Céline Bohnert (Univ. Reims/CNRS), Jean Duron (CMBV) et Alain Mérot (Univ. Paris IV)

CMBV, salle Denis Papillon de la Ferté

11 mars 2015 (14h-17h)  Mythologie et politique à la Renaissance (littérature et histoire de l’art)
Rachel Darmon (Univ. Paris 8) et Elinor Myara Kélif (Univ. Paris I)

CESR, salle Saint-Martin

15 avril 2015 (14h-17h)  Expliquer, enseigner, décoder, illustrer les anciens mythes : les outils et leurs usages
Emmanuel Bury (Univ. Versailles Saint-Quentin) et Ralph Häfner (Univ. Fribourg)

CMBV, salle Denis Papillon de la Ferté

24 juin (14h-17h)  La culture de deux grandes dames : la princesse de Conti et la duchesse du Maine
Catherine Cessac (CNRS) et Thomas Vernet (Fondation Royaumont)

CMBV, salle Denis Papillon de la Ferté

CONTACTS

Jean Duron : jduron@cmbv.com
Céline Bohnert : celine.bohnert@univ-reims.fr

INFORMATIONS PRATIQUES

Inscription obligatoire auprès de Céline Bohnert

Atelier de recherche du Centre de Musique Baroque de Versailles
Hôtel des Menus-Plaisirs – 22, avenue de Paris – Versailles
Tél. : 01 39 20 78 10

Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (UMR 7323)
59, Rue Néricault-Destouches – Tours
Tél. : 02 47 36 77 61

LIENS
| CMBV
| CESR (UMR 7323)

seminaire_bohnert

Résidence de l’ensemble Faenza à l’URCA

Impressionsept. 2014-juillet 2016

La résidence de l’ensemble Faenza à l’UFR Lettres et Sciences Humaines est une expérience pilote en France. Elle lie la création, l’enseignement supérieur et la recherche en collaboration avec les institutions culturelles champardennaises.
Elle repose sur la notion de patrimoine culturel : il s’agit de faire comprendre et apprécier le contexte culturel des XVIIe et XVIIIe siècles aux étudiants et de donner à réfléchir sur les modes de transmission de ce patrimoine aujourd’hui. Elle comprend un ensemble de cours et d’atelier assurés conjointement par des enseignants de l’URCA et par les membres de l’ensemble Faenza, chaque semestre de formation étant couronné par une série de concerts (entrée gratuite, réservation obligatoire).
Responsables du projet : Céline Bohnert (CRIMEL-EA3311), Aurélien Girard, Bertrand Porot (CERHiC-EA2616).

L’ensemble Faenza

Faenza a développé une démarche artistique qui privilégie les formes légères au sein desquelles il redéfinit les conditions de transmission de musiques conçues pour l’intimité (Le Salon de Musique, Le Bel Air, Le Jeu des Amants) et le spectacle musical (Les Voyages de Bellerofonte, Les Musiques de l’Astrée, La Semaine Mystique). L’ensemble n’en est pas moins à l’aise dans le cadre du concert « traditionnel » (Le Jardin de Giulio Caccini, Il Mazzetto di Fiori, Amorosa Fenice, La Conversation). Après avoir enregistré trois CDs chez Alpha, Faenza sort chez agOgique Amorosa Fenice, un enregistrement consacré à la redécouverte de l’œuvre de Giulio San Pietro de’ Negri. Faenza est en résidence départementale dans les Ardennes et à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. L’ensemble est conventionné par la DRAC Champagne-Ardenne et soutenu par la Région Champagne-Ardenne.

www.faenza.fr

Les concerts

Quatre concerts seront donnés à destination des étudiants, avec une ouverture au public dans la limite des places disponibles et sur inscription obligatoire par courriel (res-faenza@univ-reims.fr) ou sur le portail de réservation “Le Jeu des Amants”.

  • 1er décembre : Galerie de peinture du Musée Saint-Loup (Rue de la Cité – Troyes)
  • 3 décembre : Salon de musique de la Villa Douce (9 boulevard de la Paix – Reims)
  • 4 et 5 décembre : BU Robert de Sorbon (Avenue François Mauriac – Reims)
  • 24 février : Auditorium du Musée d’art moderne (14 place Saint-Pierre – Troyes)

Atelier “lire un texte ancien”
5 décembre 2014 de 13h à 15h

Cet atelier sera une introduction ludique au spectacle : Marco Horvat proposera aux participants différentes façons de goûter, lire, dire, manipuler les textes du XVIIe siècle.
Nombre de places limité. Inscription par courriel : res-faenza@univ-reims.fr
L’atelier aura lieu Campus Croix Rouge, bâtiment 17, salle 17.026.

TÉLÉCHARGEMENTS
|Flyer des concerts
|Affiche des concerts