Archives de catégorie : Publications des membres du centre

Lire Borges aujourd’hui. Autour de Ficciones et El Hacedor

Lire Borges aujourd’hui. Autour de Ficciones et El Hacedor, sous la direction de Roland Béhar et Annick Louis, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2016, 168p.

L’œuvre de Borges n’est pas seulement un objet de recherche, elle est aussi un objet d’enseignement aux défis particuliers. L’incorporation de Ficciones (1944-1956) et de El Hacedor (1960-1974) aux programmes de concours français a été l’occasion de proposer une réflexion sur les problèmes spécifiques à ces ouvrages lors d’une première lecture.
Les inscriptions et les déclinaisons de la figure d’auteur font l’objet d’une étude par R. Lefere, dont le travail a permis de saisir la complexité et l’originalité de la proposition borgésienne. Le rêve et le songe dans leur double dimension thématique et opératoire sont abordés par R. Spiller, qui mène une étude sur la question dans l’ensemble de l’œuvre borgésienne. M. Blanco analyse la figure du théologien dans l’œuvre de Borges, notamment dans son rapport avec l’image de l’auteur. L’érudition borgésienne est ici abordée du point de vue de la réception par A. Louis. Les dimensions poétique et politique de El Hacedor sont envisagées respectivement par I. Salazar et par Ch. Larrue. R. Béhar revisite la présence de Franz Kafka dans la fiction borgésienne, revenant sur les modes spécifiques de cet hommage. Enfin, M. Covindassamy illustre la productivité toujours actuelle de l’écriture de Borges telle qu’on peut la constater chez W. G. Sebald.
Ce livre met en évidence la puissance de l’écriture borgésienne et de ses conceptions, en particulier de la lecture comme fondement de la création littéraire.

Annick Louis est maître de conférences HDR à l’Université de Reims-Champagne Ardenne, chercheuse au CRAL (UMR 8566) et chercheuse associée au CRIMEL (EA3311).

ISBN-978-2-7288-3594-2
11€
Disponible sur le site de l’éditeur.

Subversion des hiérarchies et séduction des genres mineurs

En littérature comme en peinture, le brouillage des hiérarchies est aussi constant que leur formulation, tant l’acte créateur se confond avec leur transgression et leur déplacement. L’importance théorique des genres paraît disproportionnée au regard de leur influence réelle sur la création littéraire et artistique. En revanche, leur impact se fait bien plus ressentir sur la réception des oeuvres, car ils fournissent des critères de jugement et permettent d’instaurer dans le système des beaux-arts une manière d’ordre politique. La transgression des hiérarchies est bien souvent involontaire, et quand elle est volontaire, elle apparaît comme un geste iconoclaste, mais ce geste lui-même n’est pas loin de devenir institutionnel. S’il est aujourd’hui banal d’étudier la transgression des frontières génériques, le présent volume interroge la fascination que les hiérarchies ont toujours exercée, envers et contre toute réalité, et la séduction paradoxale des genres mineurs.

Dirigé par Cécile Gauthier (URCA), Emmanuelle Hénin (URCA) et Virginie Leroux (URCA).


Editeur: Louvain, Peeters
Coll. « La République ds Lettres » n°66
ISBN: 978-90-429-3323-1
Pages: IV-260 p.
Prix: 74 EURO
Disponible sur le site de l’éditeur

Les « Lettres à Alexandrine », prix Sévigné de la Correspondance

L’édition critique des lettres d’Emile Zola à son épouse, publiés en 2014 chez Gallimard sous le titre Lettres à Alexandrine (1876-1901), et à laquelle Jean-Michel Pottier (CRIMEL EA3311) a contribué, vient de recevoir le prix Sévigné de la Correspondance (BNF et Fondation de la Poste).

A13921Ces 318 lettres, adressées par Émile Zola à son épouse, Alexandrine, constituent le dernier grand inédit de l’écrivain, publié plus d’un siècle après sa disparition. Elles montrent le romancier face à ses contemporains, placé au cœur de la vie littéraire parisienne, et affrontant ce qui a constitué le choix décisif de son existence : son engagement dans l’affaire Dreyfus. Elles retracent en même temps l’histoire intime d’un couple qui a réussi à surmonter la crise dont il a failli être victime.
Alexandrine fait plusieurs séjours en Italie, entre 1895 et 1901. Zola doit subir un interminable exil en Angleterre, à la suite de la publication de son J’accuse. Pour lutter contre l’absence, ils se retrouvent à travers les lettres qu’ils échangent.
Dialoguant avec Alexandrine, Zola se livre entièrement. «J’ai la certitude intérieure qu’une fois encore, je vais à mon étoile», lui écrit-il, en lui confiant les raisons qui le poussent à se lancer dans son combat en faveur d’Alfred Dreyfus. Sa correspondance accompagne la longue marche qu’il a entreprise pour le triomphe de la vérité et de la justice.

Édition de Brigitte Émile-Zola et Alain Pagès avec la collaboration de Céline Grenaud-Tostain, Sophie Guermès, Jean-Sébastien Macke et Jean-Michel Pottier.

An American Dream. Éléments pour une étude culturaliste du cinéma hollywoodien

Couverture Hollywood, an American Dream CPTCL’interrogation du concept de fiction est au cœur de toute étude entreprise dans le champ des humanités. Or, en notre âge hypermoderne, intrinsèquement post-littéraire, notre appréhension de la fiction passe de moins en moins par les romans, contes et nouvelles et de plus en plus par les jeux vidéo, les séries télévisées et, bien sûr, les films de divertissement, lesquels, au reste, ont essaimé des seules salles obscures vers les nombreux écrans de notre vie quotidienne : home cinemas, smartphones, video game consoles, Chromebooks et autres iPads. C’est à ces films, dans leur version hollywoodienne, que s’attache cet essai qui s’inscrit moins dans le cadre disciplinaire des études filmiques, qui ressortissent à une esthétique du cinéma, que dans la perspective de ces cultural studies qui visent à interpréter les productions populaires du monde d’aujourd’hui — en l’occurrence les expressions cinématographiques de l’American dream. Aussi, malgré d’importantes différences de traitements filmiques, verrons-nous poindre, d’un genre à un autre, les mêmes canevas anthropologiques, psychologiques et sociologiques : angoisse de la perte, de la séparation, de l’abandon, panique à la pensée d’errer dans un monde hostile et labyrinthique, affolement devant la Bête étrangère à affronter, combats ordaliques, fascination pour l’ensauvagement, crainte de l’anarchie et du chaos, épouvante à l’idée de l’apocalypse qui approche, valorisation de l’effort, grandeur du sacrifice, etc. Toutes images à partir desquelles s’élabore, pour nous, le rêve hollywoodien.

Par Sébastien Hubier

Éditeur : Presses du Centre Pluridisciplinaire Textes et cultures
Collection : ABELL
Nb de pages : 358 p.
ISBN-13 978-2-904911-89-8

Le Sommeil. Approches philosophiques et médicales de l’Antiquité à la Renaissance

9782745327666Ce volume a été conçu pour satisfaire les besoins des spécialistes du sommeil, de médecine et de philosophie, des littéraires, des historiens, en particulier des historiens de l’art, et plus largement d’un public cultivé. Une première section est consacrée aux philosophes antiques, des Présocratiques à Macrobe ; une seconde aux médecins, d’Hippocrate aux médecins de la Renaissance et la troisième section réunit des articles portant sur des philosophes humanistes. Si elles répondent à un véritable desideratum de la recherche scientifique, les questions abordées dans ce livre concernent tout un chacun et nous espérons que les insomniaques y trouveront des recettes inédites.

Sous la direction de Virginie Leroux, Nicoletta Palmieri et Christine Pigné.

Éditeur : Honoré Champion
Collection : Sciences techniques et civilisations du Moyen Âge à l’aube des Lumières, n° 16
Nb de pages : 480 p.
ISBN-13 978-2-74532-766-6

| Bon de commande Le Sommeil

Walter Scott « De Waterloo à Paris – 1815 »

De Waterloo à Paris_couvLe 18 juin 1815 eut lieu la bataille de Waterloo où l’armée française, emmenée par Napoléon Ier, connut une cinglante défaite face à celle des alliés (Britanniques, Allemands et Néerlandais) qui signa la chute définitive de l’Empereur des Français contraint d’abdiquer quatre jours plus tard à son retour à Paris.
Au lendemain de la bataille, le célèbre romancier Walter Scott et trois de ses amis s’embarquent pour la Belgique afin de prendre la mesure du « théâtre du plus grand événement de nos temps modernes ». Ce voyage est le premier de Walter Scott sur le continent, et se déroule d’août à septembre 1815, de Berg-op-Zoom à Paris.
Sur la bataille, Scott avait déjà écrit un long poème en prose, The Field of Waterloo. Mais il livra aussi ses impressions de voyage détaillées dans un ouvrage publié en janvier 1816 sous le titre Paul’s Letters to His Kinsfolk (Lettres de Paul à sa famille). Il consiste en une série de seize lettres adressées par son double – Paul, gentilhomme écossais –, à différents membres de son entourage, sélectionnant les sujets en fonction de la personnalité de ses destinataires (sa sœur, son cousin ancien militaire, un pasteur, etc.). Il privilégie une forme de récit qui donne une vivacité remarquable à des observations très détaillées sur les contrées traversées comme sur la crise politique et militaire alors à son paroxysme entre Bruxelles et Paris. Qui plus est, la verve scottienne plonge le lecteur dans les tumultes de cette période. Le regard de Walter Scott se fait extrêmement sensible autant aux petits détails de la vie quotidienne qu’aux évolutions historiques auxquelles il assiste.
Au moment du bicentenaire de la bataille de Waterloo, ce récit publié sous le titre De Waterloo à Paris – 1815 est l’occasion de découvrir une vision iconoclaste de cette bataille – grande victoire ou amère défaite selon le camp – où se mêlent la fiction épistolaire, la lucidité historique, l’esprit critique, l’humour britannique et le goût du concret.

Cette édition critique des Lettres de Paul à sa famille est présentée et annotée par Jean-Louis Haquette (CRIMEL-EA 3311) et Benoît Roux (CRIMEL-EA 3311 & CIRLEP-EA 4299).

Éditeur : Mercure de France
Collection : Le Temps retrouvé
Nb de pages : 430 p.
ISBN-13 978-2-71524-199-2

| Présentation de De Waterloo à Paris 1815

Le Travail du Savoir / Wissensbewältigung. Philosophie, sciences exactes et sciences appliquées dans l’Antiquité

Ouroboros_SchlangeComment traiter et organiser le savoir ? Comment intégrer les découvertes nouvelles aux connaissances déjà acquises ? Comment articuler la théorie à la pratique ? Ce volume réunit neuf études en français, en allemand, en anglais et en italien qui exposent les réponses apportées à ces questions par quelques textes anciens. À travers toute l’Antiquité gréco-romaine et jusqu’à l’époque byzantine, ces études relèvent de nombreuses intersections entre sciences et philosophie. Ainsi, elles éclairent le problème toujours actuel qu’on peut désigner du nom de Wissensbewältigung – le « travail du savoir ». Les thématiques suivantes figurent au premier plan : mathématiques, médecine et astrologie ; cosmologie, géographie et biologie ; réception et critique de la science.

Ces études ont été réunies par Victor Gysembergh (CRIMEL-EA 3311) et Andréas Schwab (Universität Heidelberg).

Éditeur : Wissenschaftlicher Verlag
Collection : AKAN Einzelschriften ; 10
Nb de pages : 252 p.
ISBN-13 978-3-86821-588-5

| Sommaire Le Travail du Savoir
| Avant-propos Le Travail du Savoir
| Couverture Le Travail du Savoir

Proust et les « Moyen Âge »

9782705690373Sur fond d’engouement du XIXe siècle pour le Moyen Âge, Proust porte à l’art médiéval un intérêt intime, reflété dans ses lettres à Reynaldo Hahn : la fantaisie médiévalisante, qui sert de code aux deux amis, s’y épanouit en un « lansgage » pseudo-médiéval et en « dessindicaces », croquis généralement décalqués sur les illustrations de L’art religieux du XIIIe siècle en France d’Émile Mâle.

Ces calques peuvent se lire comme des allégories du Moyen Âge proustien, marqué par une relation médiatisée, une recréation personnelle et une pluralité de sens, hétérogènes et ambigus. Aussi s’agit-il dans ce volume collectif moins du Moyen Âge que des « Moyen Âge », ces représentations, médiévistes, médiévalisantes ou moyenâgeuses, que Proust a héritées du XIXe siècle et qu’il a reconfigurées dans son oeuvre. C’est pour revisiter cette cathédrale, ou plutôt cette « kasthédralch », que proustiens, médiévistes et médiévalistes croisent ici leurs éclairages respectifs.

Avant-propos de Michel Zink (Académie des inscriptions et belles-Lettres).

Ces études ont été réunies par Sophie Duval (Université Bordeaux Montaigne) et Miren Lacassagne (CRIMEL-EA 3311).

Éditeur : Hermann
Nb de pages : 422 p.
ISBN- 978 2 7056 9037 3

| Fiche de présentation de Proust et les « Moyen Âge »
| Commander Proust et les « Moyen Âge »

L’imaginaire du mot « slave » dans les langues française et allemande, entre dictionnaires et romans

Dans quel lointain Orient, entre mysticisme et parfum de scandale, « l’âme slave » plonge-t-elle ses racines? À quoi tient « le charme slave », usé « jusqu’au trognon » selon René Crevel, mais source évidente de romanesque, comme le montre son succès au tournant du XXe siècle, de Jules Verne à Thomas Mann? Et pourquoi les savants français accusent-ils les Allemands d’avoir dégradés le glorieux nom des Slaves, et d’en avoir fait le honteux synonyme d' »esclave »?
Entre dictionnaires et romans, l’examen du mot « slave » s’avère exemplaire des enjeux idéologiques et politiques propres au geste de nomination, déterminant dans la construction identitaire de la communauté. L’imaginaire de ce nom sulfureux oscille entre outrance exotique dans le corpus français (Lorrain, Vogüé, Leroux, Delteil, Radiguet, Rolland, Kessel…), et sa réticence, voire refoulement, dans le corpus germantique (Sacher-Masoch, Rilke, Roth, Brod, Mauthner, Broch, Werfel…). Ce voyage dans l’histoire du mot trouve son prolongement dans l’étude des rêveries suscitées par la langue slave, langue « primitive », incomprise et désirable, mais susceptible de devenir l’arme de combat du Slave esclave révolté.Ce « récit du Slave », lié à la consolidation des savoirs linguistique et anthropologique au XIXe siècle, met donc en lumière la violence grandissante dans les rapports entre les « nations » et les « races » en Europe à l’orée du XXe siècle : les représentations de cet inquiétant « Aryen oriental », figure hybride de l’altérité intérieure (croisant en partie l’altérité juive), nous donnent à lire tout un pan de l’histoire des tensions nationalistes qui éclatent lors de la Première Guerre mondiale.Sommaire

Cécile GAUTHIER est maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Reims Champagne-Ardennes. Elle travaille sur les transferts culturels franco-germano-slaves, la construction des identités nationales et linguistiques, le mythe de la langue maternelle, les problématiques liées au multilinguisme et à la traduction.

Éditeur : PÉTRA
Collection : Sociétés et cultures post-soviétiques en mouvement
EAN : 9782847430769
ISBN : 9782847430769
Pagination : 522 pages
Disponible sur le site de l’éditeur

RECENSION:
Dans la revue Lectures par Olga Artyushkina

L’Anthologie. histoire et enjeux d’une forme éditoriale du Moyen Âge au XXIe siècle

Couverture_AnthologieQuel lecteur d’aujourd’hui n’a jamais eu en main une anthologie? Le présent volume – fruit du travail mené dans un séminaire du Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires de l’Université de Reims (CRIMEL-EA 3311) – explore les facettes de cet objet pluriel qu’est l’anthologie. Au cœur des processus de transmission des textes, l’anthologie est partie prenante non seulement de la diffusion, mais également de la formation des modèles, qu’ils soient esthétiques, critiques, génériques, historiques, nationaux. Les contributions ici réunies portent sur une large période, du Moyen Âge au XXIe siècle, pour interroger les phénomènes de lecture à l’œuvre dans cette forme, et pour dégager les principes de ce qu’on pourrait appeler une dynamique anthologique, puisque le geste anthologique dépasse largement le cadre des ouvrages qui portent ce titre. Au-delà des processus de conservation, de distinction, de légitimation et de hiérarchisation, l’anthologie a une dimension créative qui suppose aussi la participation du lecteur. Cette pratique éditoriale multiforme questionne ainsi la définition de la littérature et les modes de diffusion du savoir.

Ces études ont été réunies par Céline Bohnert et Françoise Gevrey (CRIMEL-EA 3311).

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 512 p.
ISBN-13 978-2-91527-192-8

 | Sommaire L’Anthologie
Le livre est disponible au Comptoir des Presses d’Université.