Archives de catégorie : Publications des membres du centre

“Jusqu’au sombre plaisir d’un cœur mélancolique”

“Jusqu’au sombre plaisir d’un cœur mélancolique”. Études de littérature française du XVIIe siècle offertes à Patrick Dandrey, sous la direction de Delphine Amstutz, Boris Donné, Guillaume Peureux et Bernard Teysssandier, Paris, Hermann, 2018, 456p.

Comment honorer mieux un maître de la critique qu’en suivant les pistes qu’il a ouvertes, en parcourant les territoires qu’il a explorés, en dialoguant avec lui sur les œuvres et les questions qui le requièrent depuis près de quarante ans ?

Collègues, disciples et amis de Patrick Dandrey se sont réunis dans ces pages pour lui offrir un bouquet d’études sur ses auteurs de prédilection – La Fontaine, Molière, et bien d’autres encore –, et sur les thèmes qui jalonnent toute son œuvre : les humeurs et l’humour, la mélancolie et la gaîté, les replis de l’âme et les abîmes du cœur, la psychologie et la dramaturgie, l’éthique et l’esthétique du classicisme.

Dans sa composition même, ce volume de mélanges voudrait donner une idée de la diversité harmonieuse qui sous-tend son propre travail : en hommage à un esprit aussi sensible aux tensions fécondes, aux tempéraments heureux, aux équilibres classiques, il fallait essayer de parcourir toute la gamme des plaisirs de la littérature et de l’intelligence – jusqu’au sombre plaisir d’un cœur mélancolique, comme le dit si bien La Fontaine dans son Hymne à la Volupté.

Bernard Teyssandier est maître de conférences HDR à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).

Editeur: Hermann
Hors collection
ISBN 9782705697105
Disponible sur le site de l’éditeur.

Histoire du couvent royal des Minimes français de la très Sainte Trinité sur le Mont Pincius à Rome

Père Charles-Pierre Martin, Histoire du couvent royal des Minimes français de la très Sainte Trinité sur le Mont Pincius à Rome, édition critique par Maria Giovanna Canzanella-Quintaluce, regestes des actes latin par Benoît Schmitz, coordination éditoriale de Jean-François Chauvard, avec la collaboration de Laurence Beck, Sophie Conte, Sebastiano Roberto, Rome, École française de Rome, “Sources et documents” 6, 2018, 1237 p.

Œuvre de pierre perchée sur les hauteurs du Pincio à Rome, le couvent royal des Minimes français de la Trinité-des-Monts est aussi une œuvre de papier sous la forme d’un imposant manuscrit écrit, au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, par le père Charles Pierre Martin (1747-1806) et aujourd’hui conservé dans les Archives des Pieux Établissements de la France à Rome et à Lorette. Témoin de la tourmente révolutionnaire qui entraîna en 1798 la suppression d’un couvent trois fois séculaire, le père Martin entreprit la rédaction d’une monumentale histoire qui se voulait tout à la fois restitution du passé, témoignage de son époque, fondation d’une possible renaissance à venir. Cette œuvre de mémoire est construite comme un triptyque dont chaque tableau correspond à un temps de l’histoire du couvent : le temps des fondations sous l’impulsion de saint François de Paule, sous la protection des rois de France, de souverains pontifes et de grands seigneurs avec l’aide d’une multitude d’humbles donateurs ; le temps des épreuves, marqué par une interminable querelle juridictionnelle au sujet des privilèges des Minimes français sur le couvent, qui prit un tour éminemment politique du fait de la rivalité entre les monarchies catholiques et des oscillations de la position pontificale ; le temps de l’accomplissement durant lequel des frères, par leur foi et leur science, établirent la renommée du couvent.Inspirée par une quête d’exhaustivité, cette œuvre composite emprunte à plusieurs genres – les annales, l’hagiographie, la vie des hommes illustres, le corpus d’inscriptions lapidaires, la compilation d’archives, le recueil juridique – avec le souci de toujours mettre en avant les sources, en français et en latin.Les spécialistes de l’histoire de l’Église, de l’histoire de l’art, de l’histoire des sciences savent combien ce manuscrit constitue une source aussi précieuse qu’inépuisable. Son édition, accompagnée d’études critiques sur la documentation mobilisée par le père Martin et d’index pour s’orienter dans le labyrinthe de l’œuvre, met à la disposition des lecteurs un livre qui, à l’image de son objet, est un monument de foi et de science.

Sophie Conte est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).

Le projet Trinité-des-Monts dirigé par l’École française de Rome.

ISBN:978-2-7283-1208-5
Prix: 80€
Disponible sur le site de l’éditeur.

Crédits : Jean-Baptiste Camille Corot, La Trinité-des-Monts, Étude inachevée de la Trinité-des-Monts, vue depuis la villa Médicis, c. 1825-1828, musée du Louvre – source : wikipédia

Le mythe de l’art antique

Le mythe de l’art antique, Emmanuelle Hénin et Valérie Naas (dir.), Paris, éditions du CNRS, 2018, 488 p.

De la peinture antique, qui fut certainement d’une grande richesse, nous ne conservons que de rares traces matérielles. Mais ces chefs-d’oeuvre disparus ont subsisté à travers des textes qui les décrivent et nous racontent, à leur propos, des anecdotes, mythes et récits que la tradition a fini par transformer en lieux communs : l’artiste tombant amoureux de son modèle, le jeune homme préférant la statue à la femme de chair, le peintre se livrant à la torture pour mieux représenter la douleur, des raisins si parfaitement imités que les oiseaux viennent les picorer.
C’est par la médiation de ces discours et de ces narrations que l’art antique a irrigué tout l’art occidental, dans sa pratique comme dans sa conception. Sans cesse repensés et reformulés, ces récits fondateurs ont offert à chaque auteur l’occasion d’exprimer sa vision singulière et se sont finalement traduits par autant d’interprétations originales.
Quelle a pu être l’influence de ces lieux communs sur les théories artistiques de l’âge moderne et contemporain ? Ont-ils contribué à alimenter, enrichir et populariser les discours théoriques, ou au contraire à les mettre en défaut, à les entraver ou à s’y substituer ? Par quelles médiations – rhétorique, philosophique, académique – cet ascendant des lieux communs s’est-il exercé ? Quel rôle ont-ils joué dans la pratique des artistes, notamment dans le choix et le traitement des sujets ? Par quel processus artistique s’accomplit la transposition fictionnelle du lieu commun ? Par quels indices peut-on identifier sa présence subliminale dans une oeuvre ? Voilà l’enquête à laquelle nous convie cet ouvrage qui revisite magistralement l’histoire de l’art à la lumière de ses origines narratives.

Ce ouvrage collectif est issu du colloque organisé par Emmanuelle Hénin, alors professeur à l’URCA et membre du CRIMEL dans le cadre de son projet IUF (Reims, 2009-2015). Depuis 2017, Emmanuelle Hénin est Professeur de littérature comparée à Sorbonne Université.

ISBN : 978-2-271-09020-1
Format : 15.0 x 23.0 cm
Reliure : Broché
Pagination : 488
Disponible sur le site de l’éditeur.

Richard Coeur de Lion

Laurence Hélix, Richard Coeur de Lion, La Crèche, la Geste, 2018, 56p.

Richard Ier d’Angleterre (1157-1199), mieux connu sous le nom de Richard Coeur de Lion, a laissé dans l’Histoire une trace profonde. Fils du roi Henri II Plantagenêt, il n’était pas destiné à régner ; mais les hasards de l’Histoire et la mort de son frère aîné le conduisent sur le trône en l’an 1189. Lors de la troisième Croisade, Richard se taille une solide réputation de guerrier, puis sa mort précoce, à l’âge de 41 ans, le fait entrer dans la légende : dès le Moyen Age, le “Coeur de Lion” se pare d’une aura fabuleuse ; plus près de nous, les Romantiques le vénèrent et Hollywood le célèbre ; même Walt Disney, à la fin de Robin des Bois, présente Richard en sauveur, revenu délivrer son peuple de Jean sans Terre, son ignoble frère cadet. Dans cet ouvrage, riche de dizaines d’illustrations et de nombreux encadrés, nous découvrirons les diverses facettes de ce roi devenu mythique : on l’ignore souvent, mais Richard le guerrier était un amateur de musique et de poésie dont il nous reste quelques chansons ; bien plus, ce roi d’Angleterre ne passa que quelques mois de son règne sur le sol anglais : Occitan par sa mère, la fameuse Aliénor, il parlait français et n’apprit peut-être jamais l’anglais ! Sous le vernis de la légende, le “Coeur de Lion” reste un souverain méconnu : de la France à l’Angleterre et de l’Histoire au mythe, il faut partir à la rencontre de ce roi d’exception qui n’a pas fini de nous surprendre !

Laurence Hélix est maître de conférences en langue et littérature médiévales à l’URCA et membre du CRIMEL (EA3311).

ISBN : 979-10-353-0013-5
EAN13: 9791035300135
Édition : Brochée
Format : 16,5 x 24 cm

Crédit: détail de Merry-Joseph Blondel, Richard Ier Cœur de Lion roi d’Angleterre, 1841, château de Versailles – source: wikipedia.

 

 

 

Transmettre les textes médicaux grecs: traductions, recueils, image

Galenos, Rivista di filologia dei testi medici antichi, n°11, 2017: “Transmettre les textes médicaux grecs: traductions, recueils, image”, dir. Nicoletta Palmieri, 308p.

Ce numéro de la revue Galenos rassemble les actes du VIe séminaire sur la tradition indirecte des textes médicaux grecs, organisé à l’URCA les 25 et 26 septembre 2014 par Nicoletta Palmieri (CRIMEL EA3311) et Brigitte Mondrain (EPHE- SAPRAT EA  4116).

 

 

Nicoletta Palmieri est professeur de langue et littérature latine à l’URCA et membre du CRIMEL (EA3311).

ID: 4298656
Permalink: http://digital.casalini.it/4298656
ISSN: 1974-4870
Le volume peut être acheté en ligne.

Pinup Girls, playmates et bimbos

Sébastien Hubier, Pinup Girls, playmates et bimbos, Neuilly-lès-Dijon, Le Murmure, 2017, 90p.

Née dès le XIXe siècle, la pin-up est, par excellence, LA représentation érotique et marchande de la féminité dans notre monde de la société de consommation,elle-même régie par trois principes qui ne laissent pas de se recouper : « sex sells », « sex is for sale », « sex is health ». Ayant subi des métamorphoses successives dans les Années folles, pendant la Seconde Guerre mondiale ,puis tout au long des fifties, tantôt elle s’est rapprochée d’autres types comme la flapper ou la media lolita, tantôt elle a engendré de nouveaux modèles de beauté tels la playmate et la bimbo. C’est à l histoire de ces beautés particulières que s’attache le présent ouvrage.

Sébastien Hubier est maître de conférence HDR en littéraure comparée à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).

ISBN-10: 2373060205
ISBN-13: 978-2373060201
Editeur : Murmure
coll. « Borderline » (14 septembre 2017)
Disponible sur le site de l’éditeur.

Les cours comme lieux de rencontre et d’élaboration des langues vernaculaires à la Renaissance (1480-1620)

Poursuivant la collection De lingua et linguis, ce volume analyse d’un côté des lieux, la cour impériale de Maximilien Ier, celle de François Ier, la cour d’Espagne, la cour de l’électeur du Palatinat à Heidelberg, la cour ducale de Munich, mais aussi les cours des rois de Pologne et du Danemark, celle des duc de Savoie et des Vice-rois de Naples ; de l’autre des langues anciennes et modernes, savantes ou populaires, voire des langues littéraires. Les études réunies examinent la relation subtile qui oppose ou réunit les différentes langues à la cour et les différentes cours elles-mêmes. L’évidence d’une pratique multilingue, rendue nécessaire par la diversité territoriale et dynastique ou les relations diplomatiques, apparaît le plus souvent être dépassée en un choix plurilingue, assumant une fonction culturelle porteuse de prestige et destinée à la célébration princière par la conjonction des langues.

Coordination éditoriale de Jean BALSAMO, Anna Kathrin BLEULER
Editeur: Genève, Librairie Droz
Coll. “Travaux d’Humanisme et Renaissance”
ISSN 0082-6081
Langues: Français, Allemand
Date de première publication du titre 05/08/2016
Disponible sur le site de l’éditeur

Le rayonnement de la cour des premiers Valois à l’époque d’Eustache Deschamps

Le rayonnement de la cour des premiers Valois à l’époque d’Eustache Deschamps, sous la direction de Miren Lacassagne, Paris, PUPS, 2017, 218p.

Troisième opus d’un cycle concernant l’œuvre du poète champenois Eustache Deschamps (1346-1405 ?), le présent ouvrage élargit le champ des études à l’échelle européenne. Proche des cours de Charles V et Charles VI de Valois, Eustache Deschamps témoigne des mutations esthétiques et idéologiques qui s’y déroulent, tant sur le plan artistique que politique sans que, très souvent, l’un n’exclue l’autre. Ailleurs sa verve comique s’exerce sur les us et coutumes insolites avec lesquelles il a dû composer lors de ses voyages en dehors des frontières de la France aux côtés de ces figures royales, voyages qui l’ont fréquemment placé sur les lieux où se décidait le sort du royaume.

Cette extension géographique correspond à l’actualité politique de l’époque agitée par la guerre de Cent Ans, par le Schisme de l’Église, par les projets de croisade, mais aussi par l’intérêt personnel que l’auteur portait à son écoumène. Fastueuse en des temps de malheurs, la cour des premiers Valois est un agent notoire de la diffusion du « gothique international » – comme elle l’est de l’internationalisation des conflits guerriers – et suscite l’espoir d’un renouveau dynastique. L’œuvre du poète champenois est un miroir où se reflètent par touche ces grandes questions.

C’est donc à l’actualité événementielle, à l’influence française sur des cours étrangères, réelle comme celle de Bohème ou fictive comme celle, romancée, d’Espagne, sur les régions frontalières agitées par les conciles, mais aussi à la création littéraire et paléographique en France ou en Angleterre, et musicale que nous avons consacré cet ouvrage. Il témoigne de l’importance du « Prince de haulte éloquence » qui a su saisir les courants majeurs de la pensée de son temps.

Miren Lacassagne est maître de conférences en littérature française du Moyen Âge à l’université de Reims Champagne-Ardenne (CRIMEL EA3311). Elle est l’auteur d’une thèse de doctorat sur l’œuvre d’Eustache Deschamps et de travaux consacrés à la poésie lyrique de la fin du Moyen Âge. Elle a co-édité les deux premiers volumes sur ce poète publiés aux PUPS, ainsi qu’un ouvrage sur l’influence de l’époque médiévale dans l’œuvre de Proust (2015).

ISBN : 979-10-231-0553-7
Date de publication : 20/01/2017
Format : 16 x 24 cm
Nombre de pages : 218
Disponible sur le site de l’éditeur

 

Fiction et diction de la peur dans les récits du XIXème siècle

Dans les récits du XIXème siècle, on a peur de la nature et du surnaturel, mais aussi de la guerre, du peuple, du criminel, de soi-même… Passion du récit, présente dans les divers genres romanesques ainsi que dans les contes et nouvelles, la peur émerge sur fond de Terreur, de conflits militaires et politiques, de transformations sociales et artistiques profondes. Elle se dresse également sur un arrière-plan scientifique en partie renouvelé.

Quelles formes prend-elle selon les personnages mis en scène ? Quelle représentation de l’espace induit-elle ? Comment nourrit-elle la composition et la matière dramatique du récit ? Quel regard les écrivains portent-ils et nous amènent-ils à porter sur ceux qui l’éprouvent ?

L’ouvrage s’interroge sur la fécondité de la peur pour la fiction narrative, y compris dans le détail de son style ; il déplace donc l’intérêt de l’action à la passion. Il met de plus en perspective sa configuration littéraire en mobilisant les représentations non littéraires de ce temps ou du nôtre. Ce faisant, il cherche comment fiction et diction contribuent à modeler la pensée de la peur, autrement nommée crainte, angoisse, panique collective.

Maître de conférences HDR, Régine Borderie enseigne la littérature française du XIXème siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Principaux ouvrages : Balzac, peintre de corps. La Comédie humaine ou le sens des détails (Paris, SEDES, 2002) et « Bizarre », « Bizarrerie », de Constant à Proust (Grenoble, ELLUG, 2011).

Editions La Baconnière, 2017
219 p.
ISBN: 978-2-940431-77-9
Disponible sur le site de l’éditeur

Du Théâtre Au Récit De Soi Dans Le Roman-mémoires Du XVIIIe Siècle

Charlène Deharbe, Du Théâtre au récit de soi dans le roman-mémoires du XVIIIe siècle, Leiden-Boston, Brill, 2016, 408 p.

Tout semble opposer le théâtre au récit de soi. Le premier se rattache aux arts du spectacle, tandis que le second relève de l’intime. Genre littéraire emblématique du XVIIIe siècle, le roman-mémoires invite à dépasser cette opposition. S’il place l’expérience vécue au cœur de son écriture, il s’approprie également le langage de la scène comique ou tragique au profit d’une fiction de l’intériorité. Ce livre montre ce que le roman-mémoires doit au théâtre, en étudiant comment son écriture s’élabore à partir de différents emprunts et procédés caractéristiques de la scène. En s’inventant au sein d’une culture dominée par le goût du spectacle, ce genre lègue ainsi à la littérature à venir les éléments constitutifs d’un langage de l’intime.

Charlène Deharbe est docteure ès en lettres et spécialiste de la littérature française du XVIIIe siècle, elle a publié, à la Société des Textes Français Modernes, la première édition critique de Dolbreuse (1783) de Loaisel de Tréogate.

 

  • Éditeur : Brill; Lam édition (28 avril 2016)
  • Relié : 408 pages
  • ISBN-10 : 9004313656
  • ISBN-13 : 978-9004313651

Le livre est disponible sur le site de l’éditeur.

Crédit : Claude Lacourarie.