Archives de catégorie : Séminaires

De la personne au personnage : traitements génériques différenciés

Séminaire A2IL7 (CRIMEL-CIRLEP)
Jeudi 4 mai 2023, de 13h30 à 18h

De la personne au personnage : traitements génériques différenciés

Demi-journée d’étude organisée par Christine Chollier, Anne-Élisabeth Halpern, Audrey Louyer et Alain Trouvé.

Au terme d’une réflexion ayant porté sur des sujets tels que le statut du personnage mythologique confronté au « je » lyrique et à l’autobiographie, les personnages nourris de figures et leur transposition au cinéma, le passage de la personne empirique au « type » en littérature, les transmutations du « moi » dans la nouvelle, les portraits et leurs référents dans le roman, les jeux de masques que permet le recours à la figure en poésie ou encore les glissements subtils et ambigus entre récit et référent, nous avons constaté, pour ne citer que brièvement les conférences de cette année, à quel point la figure acquiert des apparences diverses, subissant de multiples métamorphoses en raison de la porosité perceptible entre la personne et le personnage, au point de devenir parfois une forme qui peut atteindre l’abstraction.

Dans l’idée de conserver la richesse et la diversité de ces approches internationales et interdisciplinaires, car telle est l’identité de notre séminaire, nous avons décidé de clore cette année universitaire par une après-midi de travaux qui aura lieu le jeudi 4 mai prochain, de 13h30 à 18h, au bâtiment Recherche du Campus Croix-Rouge.
Nous remercions chaleureusement nos collègues intervenus cette année et nous réjouissons de pouvoir échanger autour de nouvelles communications lors de cette demi-journée d’étude qu’il sera possible de suivre à distance.

 

PROGRAMME

Télécharger le programme

14h – Ouverture de la demi-journée

14h15 – Anne Strasser (Université de Lorraine)
Quand le lecteur écrit à l’autobiographe : «Vous êtes quelqu’un que je ne connais pas, que je ne connaîtrai pas. Cependant vous êtes un personnage familier de ma vie. “Lettre d’une lectrice à Simone de Beauvoir“

14h45 – Claudia Reyes (Université Paul Valéry – Montpellier III)
L’autofiction dans les romans Formas de volver a casa d’Alejandro Zambra et El espíritu de mis padres sigue subiendo en la lluvia de Patricio Pron : créer un personnage d’auteur pour (re)construire un passé traumatique.

15h15 : Discussion et pause

15h45 – Fabio Libasci (Université de Bologne)
De Michel à Muzil. Foucault dans l’œuvre de Guibert.

16h15 – Marie Julie (Université de La Réunion)
Samo, Jean-Michel Basquiat, Basquiat & Eroïca : de l’être au persona, du personnage à la figure.

16h45 – Discussion et clôture

 

LIEU

Université de Reims, Bâtiment Recherche du Campus Croix-Rouge
Salle R418

Lien zoom :
Sujet : A2IL Journée d’études Chollier – Halpern – Louyer – Trouvé
Heure : 4 mai 2023 01:30 PM Paris
Participer à la réunion Zoom
https://univ-reimsfr.zoom.us/j/95058689701?pwd=T3NlVGtWWndZWVJEbXdvREE3cW43dz09
ID de réunion : 950 5868 9701
Code secret : 055997

Séminaire du 4 mai 2023: Christine Ferlampin-Acher

Pour cette dernière séance de l’année, nous aurons la joie d’accueillir Madame Christine Ferlampin-Acher. Elle donnera une conférence intitulée

Zéphyr le luiton et la Belle Endormie: d’ Apuléee à Mme d’Aulnoy, en passant par Perceforest.

La conférence aura lieu, comme d’habitude, de 17h à 19h, à la Bibliothèque Robert de Sorbon;

Christine Ferlampin-Acher est professeure de langue et littérature françaises du Moyen Âge à l’université Rennes 2 et membre senior honoraire de l’IUF. Ses travaux portent surtout sur le roman, en particulier arthurien tardif, sur Perceforest et Artus de Bretagne. Elle est l’auteur de trois monographies Fées, bestes et luitons. Croyances et merveilles dans les romans français en prose (xiiie-xive siècles), Paris, Presses de l’Université Paris Sorbonne, 2002 ; Merveilles et topique merveilleuse dans les romans médiévaux, Paris, Champion, 2003 ; Perceforest et Zéphir : propositions autour d’un récit arthurien bourguignon, Genève, Droz, 2010. Elle a dirigé le projet LATE (Littérature arthurienne tardive en Europe) et le volume collectif La matière arthurienne tardive en Europe. Late Arthurian Tradition in Europe), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2020, 1393 p. Elle a récemment mené à terme le projet « onomastique littéraire médiévale », qui a donné lieu à une publication : Par le non conuist an l’ome. Études d’onomastique littéraire médiévale, éd. C. Ferlampin-Acher, F. Pomel et E. Egedi-Kovàcs, Budapest, Collegium Eötvös Jozsef, 2021 et en ligne :http://byzantium.eotvos.elte.hu/wp-content/uploads/Onomastique.pdf

Téléchargement : Affiche Christine FA_Annonce

Séminaire du CRIMEL

1re séance le mardi 4 avril 2023
12h-14h

Yann Calbérac présentera ses travaux lors d’une intervention intitulée « Spatialités scéniques, dramaturgie et scénographie. Quand Aurélien Bory adapte à la scène Espèces d’espaces de Georges Perec ».

LIEU :

BU Robert de Sorbon – Reims.

Séminaire en hybride, contacter Stéphanie Hatat (stephanie.hatat[at]univ-reims.fr) pour obtenir le lien Zoom.

Crédits : Nicolas Marie Potain. Source : wikimedia.

Séminaire du 6 avril: Denis HÜE

Denis HÜE (Université de Rennes), Autour de saint Julien

Jeudi 6 avril 2023 à 17h-19h
Bibliothèque Robert de Sorbon

La conférence sera également diffusée via ZOOM:  Participer à la réunion Zoom

 

 

La vie de saint Julien l’Hospitalier est étonnamment romanesque, au point d’avoir inspiré au XIXe siècle des écrivains comme Flaubert ou Schwob. Les premiers témoignages écrits sont contemporains des premiers vitraux qui la représentent, et cette dimension visuelle a certainement nourri la dévotion au saint parricide, dont l’expansion est européenne.

Au travers de l’étude de plusieurs versions, on montrera comment certains motifs se transforment en épisodes dramatiques, et comment cette dévotion à un saint imaginaire trouve à se matérialiser en divers endroits et de diverses façons.

Denis HÜE, professeur émérite de l’Université Rennes 2, a consacré sa thèse d’État et de nombreuses autres publications au Puy de Palinods de Rouen et à la poésie de la fin du Moyen Âge, dont La Poésie palinodique à Rouen, 1486-1550  (Champion 2002). Il a également travaillé sur le théâtre médiéval et sur la littérature didactique. Parmi ses publications, mentionnons Rémanences, mémoire de la forme dans la littérature médiévale (Champion 2010), Les fragments sagiens d’Aspremont, Bibliothèque d’Alençon, (Paradigme 2020). Il a dirigé la publication des actes du colloque de Jersey, Le Style de Wace (Paradigme 2020). Il a édité et traduit, avec Christine Ferlampin Acher, Amadas et Ydoine (Champion 2020).

Téléchargement: Affiche Denis HUE Annonce

Séance du 13 mars

Séance du 13 mars 2023
16h-18h

Céline Fournial (Université de Clermont Ferrand) : « L’indicible dans Hippolyte de Robert Garnier (1573) » & Diane Larquetoux (URCA) : « La traduction anglaise de l’Hippolytus de Sénèque  par John Studley (1581) ».

Séminaire dirigé par Séverine Reyrolle (CRIMEL) et Christine Sukic (CIRLEP).

Consulter la page du séminaire D’autres Scènes

Séance en distanciel
Lien de connexion : https://univ-reims-fr.zoom.us/j/93389068109?pwd=cmpZNXY5Ti83cWhWREl4QXZ6ai9Pdz09

ID de réunion : 933 8906 8109
Code secret : 102179

Contact et inscriptions
severine.reyrolle@univ-reims.fr et christine.sukic@univ-reims.fr

Crédits : “Phèdre et Hippolyte”  de Desnoyers et Guerin – Source : Wikimedia.

Séminaire du 2 mars: Martin Aurell

Nous aurons l’immense plaisir et l’honneur d’accueillir le Professeur Martin Aurell, de l’Université de Poitiers. Ce grand historien médiéviste, après avoir notamment consacré des ouvrages aux Plantagenêt ou encore au Roi Arthur, vient de publier un livre sur l’épée. Il nous entretiendra au sujet de cet objet mythique dans le cadre de nos travaux, aux confluents de la grande et petite mythologie.

Jeudi 2 mars 2023 à 17h-19h

Bibliothèque Robert de Sorbon /ZOOM

 Martin AURELL: Le glaive: symboles et société

 Au sein de l’aristocratie médiévale, nul objet n’est plus chargé d’affect et de symboles que l’épée. Du strict point de vue de l’efficacité militaire, elle est certes reléguée, autour de l’an mil, par la lance, arme par excellence de la chevalerie. Elle ne l’en surclasse pas moins par les mythes qu’elle véhicule. Forgée dans l’au-delà par des artisans surnaturels, demi-dieux ou elfes, transmise de père en fils au sein du lignage, recelant des reliques dans son pommeau, elle relève du talisman aux pouvoirs magiques, menant son possesseur courageux et fidèle vers la victoire ou, au contraire, abandonnant le parjure et le félon au milieu de la mêlée. Ce système de croyances, somme toute païen, coexiste avec la théorie des deux glaives, que les écoles exégétiques parisiennes développent au XIIe siècle. Séparant strictement le temporel du spirituel, elle propose au roi et au guerrier aristocratique de ne pas empiéter sur le sacré, mais d’assumer une éthique chrétienne, largement évangélique et, sinon pacifiste, du moins pacifique. Les passerelles entre l’épée du chevalier et le glaive du prêtre existent cependant. Elles se concrétisent sur la notion de justice, dont les thèmes sont développés par le clergé autour de la remise de l’épée au roi lors du couronnement, puis au chevalier lors de l’adoubement. Elles peuvent même prendre la forme du Pont de l’Épée emprunté par Lancelot pour rejoindre Guenièvre, sa maîtresse adultère. Sermons et sculpture ecclésiale s’emparent, en effet, du thème au xiiie siècle. L’épée est, en définitive, un lieu privilégie d’hybridations entre la guerre et la paix, la sacralité et la sainteté, le profane et l’ecclésiastique.

Martin Aurell est professeur d’histoire à l’Université de Poitiers, où il a dirigé Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (UMR 7302). Il a été membre de l’Institut Universitaire de France entre 2002 et 2012. Il étudie les structures de parenté, la chevalerie et, plus généralement, l’histoire de la société et de la culture occidentales des xe-xiiie siècles. Quelques-uns de ses livres récents : L’Empire des Plantagenêt (1154-1224), Paris, Perrin, 2003 (trad. angl., 2007, trad. esp., 2012) ; La Légende du roi Arthur (550-1250), Paris, Perrin, 2007 ; Le Chevalier lettré : savoir et conduite de l’aristocratie aux XIIe et XIIIe siècles, Paris, Fayard, 2011 ; Des Chrétiens contre les croisades (XIIe-XIIIe siècle), Paris, Fayard, 2013 ; Excalibur, Durendal, Joyeuse : la force de l’épée, Paris, PUF, 2021.

Téléchargement :
Affiche Aurell Martin_Annonce

 

Crédits : Excalibur (creative commons).

Séance du jeudi 19 janvier 2023

Séminaire A2IL7 (CRIMEL-CIRLEP) « De la personne au personnage : traitements génériques différenciés », organisé par Christine Chollier, Anne-Élisabeth Halpern, Audrey Louyer et Alain Trouvé.

Séance du 19 janvier 2023 à 17h

François Rastier (CNRS) présentera  une communication intitulée
« D’un nouveau personnage inventez-vous l’idée ? »

Comme depuis bientôt deux siècles le roman est devenu le genre majeur de la littérature, la notion de personnage a pris une importance considérable, en France comme à l’échelon international. Alors que le roman réaliste du XIXe siècle privilégiait les personnages si l’on peut dire « en pied », dont l’état-civil, l’apparence physique, les vêtements, les sentiments sont détaillés, dans sa contestation du réalisme, le roman du XXe semble s’être ingénié à le priver peu à peu de tous ses attributs substantiels, jusqu’à devenir parfois une réflexion critique sur la notion de personnage, voire de personne : énigmatique, privé d’identité à soi, réduit à des contenus de conscience sans substrat identifiable, son évidement a accompagné une récusation des reliquats de la pensée humaniste qui avait fait de l’intériorité réfléchie son lieu de prédilection.

S’il est trop tôt pour dire qu’il puisse revenir en grâce, plusieurs courants y concourent cependant, malgré une littérature du Moi dont l’auteur devient l’unique personnage, au demeurant inavoué.

Adoptant un double point de vue, littéraire et linguistique, l’exposé entend problématiser la notion même de personnage, sans aucunement prétendre la refonder.

LIEU
Université de Reims
BU, Salle 139-140

et par Zoom
https://univ-reims-fr.zoom.us/j/94991374076?pwd=d2FZcytEeVZGSW1pN0s0Wm9vU2Uxdz09
ID de réunion : 949 9137 4076
Code secret : 907898

Expositions littéraires – scénographies d’objets

 Séminaire conjoint des réseaux  PatrimoniaLitté et RIMELL, organisé par Anne-Christine Royère (CRIMEL & RIMELL) et Camille Van Vyve (Université libre de Bruxelles, aspirant FRS-FNRS & RIMELL).

Expositions littéraires – scénographies d’objets

« Quoi de plus abstrait que l’activité littéraire ? Que faire voir ? ». Depuis ce questionnement inaugural de Paul Valéry au moment de la conception d’un Musée de la Littérature à l’occasion de l’Exposition internationale des arts et techniques à Paris en 1937 (Valéry, 1938), institutions et chercheurs se sont beaucoup intéressés à la muséalisation et à l’exposition de la littérature (Régnier, 2015 ; Martens et Lahouste, 2021). Si l’attention s’est d’abord portée sur la matière à montrer, depuis les années 1990 elle se concentre également sur la manière d’exposer la littérature.

Le nouveau séminaire de PatrimoniaLitté propose un panorama des enjeux et des pratiques en matière d’expographies et de muséographies liées à l’imaginaire du livre et de la littérature. Quels sont les objets et archives privilégiés pour rendre tangible et visible le patrimoine littéraire dans l’espace d’exposition ? Existe-t-il une évolution de leurs usages ?

Chaque séance abordera un objet différent, à savoir le livre, le manuscrit littéraire, les objets personnels des écrivains, leurs sources d’inspiration visuelle. Retirés de leur contexte natif et
de leurs fonctions originelles, et dotés d’une aura selon la théorie benjaminienne, ces objets subissent une transformation importante qui mérite plus d’attention. Quelles sont les nouvelles fonctions attribuées à ces objets muséifiés et quelles sont les valeurs transmises par les discours qui les entourent ? Qu’apporte désormais le numérique dans de tels dispositifs ? Le livre, le support par excellence des savoirs littéraires, continue-t-il d’occuper une place de choix dans les expositions littéraires (Régnier, 2015) ? Dans ce séminaire ces questions seront adressées tant à des spécialistes académiques qu’à des professionnels venus du terrain, qui partageront leurs expertises lors de tables rondes.

Télécharger l’argumentaire complet.

CALENDRIER

Le manuscrit littéraire – 28 mars (16h-18h CEST)
Camille Van Vyve, (aspirante FNRS à l’Université libre de Bruxelles) – Faire éclore l’idée naissante sous vitrine. Exposer les manuscrits littéraires dans l’espace muséal.
Table ronde avec Laurence le Bras (chargée de collections au département des Manuscrits à la BnF) et Agnès Marcetteau (ancienne directrice Musée Jules Verne)

Les objets personnels d’écrivains – 25 avril (15h-17h CEST)
Marie-Clémence Regnier (maîtresse de conférences en littérature et communication à l’Université d’Artois) – Minuties, reliques et autres artefacts du “bazar de la Gloire” : objets personnels, objets littéraires de l’écrivain en ses musées.
Table ronde avec Inga Walc-Bezombes (responsable du service pédagogique de la Maison Victor Hugo) et Christophe Meurée (attaché scientifique aux Archives et Musée de la
Littérature).

Les sources d’inspiration visuelle – 30 mai (16h-18h CEST)
David Martens (professeur à KU Leuven) & Julie Bawin (professeure à l’Université de Liège) – Exposer les arts visuels au prisme de la littérature.
Table ronde avec Florence Huybrechts (attachée scientifique aux Archives et Musée de la Littérature) et Alexandre Mare (commissaire de l’exposition Nadja, un itinéraire surréaliste).

Le livre – 27 juin (16h-18h CEST)
Marcela Scibiorska (chargée de communication à la Wittockiana) – La matérialité du patrimoine littéraire : l’objet-livre à l’exposition.
Entretien avec Christophe Imperiali (professeur ordinaire à l’Institut de Littérature Française de l’Université de Neuchâtel) et Pierre Clouet (responsable des expositions à l’IMEC).

Séminaire en ligne
Veuillez envoyer un courriel à Camille Van Vyve (camille.van.vyve@ulb.be) pour obtenir un lien de connexion.

Crédits : Musée de monastère. Source : wikimedia.

Séminaire du 2 février 2023

Nous aurons le plaisir de recevoir  Martine Hennard Dutheil de la Rochère, qui nous vient de l’Université de Lausanne pour nous présenter une conférence intitulé :

« Des ‘contes’ contre les ‘mythes’ dans l’œuvre d’Angela Carter: L’exemple de The Bloody Chamber », ou de la “démythologisation”

 

 

Téléchargement: Affiche Martine Hennard Dutheil Annonce

Crédits : Neuw Jag vnnd Weyderwerck Buch, Francfort1582.Source : Wikipedia

Téléchargement: quelques souvenirs