Archives de catégorie : Partenaires

Parcours de la reconnaissance intertextuelle

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 1 – 2006

 

Parcours de la reconnaissance intertextuelle  rassemble quelques-unes des communications présentées durant la session 2005-2006 du séminaire « Approches interdisciplinaires de la lecture ». Le sujet  retenu cette année se proposait de revisiter  sous un angle nouveau ce qui est peut-être la question littéraire par excellence : l’intertextualité. Sous le signe de la reconnaissance, acte philosophique et esthétique, le volume tente de faire apercevoir cette vue renouvelée.

Ce numéro est aussi le premier d’une série qu’on espère régulière. La collection « Approches interdisciplinaires de la lecture » reprend les principaux travaux présentés durant l’année précédente. Il s’agit d’approfondir ce qui touche à l’acte de lecture, spécialement littéraire, en tant qu’activité de synthèse. Les études publiées relèvent de différentes spécialités : théorie de la littérature, littérature française, comparée ou de langue étrangère. Cette approche plurielle est conforme à l’esprit de l’équipe interdisciplinaire dont l’atelier  de recherche constitue une émanation ; elle s’inscrit plus précisément dans l’un des trois axes du CIRLEP, l’axe « Interprétation et Théorie de la Lecture ». D’abord destinées aux étudiants en master et en doctorat, les communications s’adressent à tous ceux qu’intéresse dans sa complexité le fait littéraire.

 

dir. Marie-Madeleine Gladieu et Alain Trouvé

 

SOMMAIRE

  • Avant-propos
  • Alain Trouvé, « Lecture et intertextualité »
  • Marie-Madeleine Gladieu, « Mario Vargas Llosa et Jean-Paul Sartre »
  • Emmanuel Le Vagueresse, « L’« intertextualité conjugale » entre les romans de Juan Goytisolo et ceux de Monique Lange »
  • Alain Trouvé, « Événements intertextuels dans L’Opoponax de Monique Wittig »
  • Emmanuel Le Vagueresse, « María de Zayas vue par Juan Goytisolo »
  • Marie-Madeleine Gladieu, « Mario Vargas Llosa et José Maria Arguedas  »
  • Sébastien Hubier, « Intertextualité et comparatisme, entre anthropologie culturelle et théorie de la lecture »

 

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages : 96p
ISBN: 9782915271140

 

Crédit : Thomas Hawk, Powell’s Book, 2017 – Source: Flickr

Université d’été Padova-2014

ImpressionLe Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Littéraires ; Esthétiques (CRIMEL-EA 3311) de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, le Département des Études Linguistiques et Littéraires de l’Università degli Studi di Padova et le Gruppo di Studio sul Cinquecento Francese s’associent pour organiser une université d’été. Elle est destinée à apporter à de jeunes chercheurs européens (doctorants ou jeunes docteurs) une formation scientifique transversale autour d’une dialectique majeure de l’évolution littéraire européenne dans ses productions comme dans sa réflexion critique.
La thématique retenue pour cette manifestation scientifique est : Inventio / Transmissio : la dialectique du neuf et de l’ancien dans la création littéraire (du Moyen Âge aux romantismes). Volontairement large, elle permettra de faire se rencontrer des spécialistes de périodes différentes et d’aires linguistiques et culturelles variées.
Il s’agit d’en interroger les actualisations (textuelle, générique, historique, critique), selon des configurations propres, à différentes époques et dans différentes littératures.
Cette université d’été aura lieu à Padoue du 7 au 11 juillet 2014, dans les locaux de l’université. Elle est ouverte à 14 jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) qui seront encadrés par une dizaine d’enseignants-chercheurs confirmés.

Un portail internet dédié a été mis en place : http://padova2014.port-elrod.fr

Les activités scientifiques proposées seront les suivantes : leçons magistrales, communications des jeunes chercheurs, deux ateliers collaboratifs (au choix). Deux visites culturelles liées à la thématique générale seront organisées, dont la visite de la Villa Pisani à Stra.

Les jeunes chercheurs, pour y participer, doivent proposer une intervention orale (30 min) sur un sujet clairement lié à la thématique générale. La contribution aux frais d’organisation est de 50 €. L’hébergement et la restauration sont pris en charge par les organisateurs.

Ce projet s’inscrit dans le cadre du Grand Accord entre l’Université de Reims Champagne-Ardenne et celle de Padoue.

RESPONSABLES SCIENTIFIQUES
Jean-Louis HAQUETTE, professeur de littérature comparée à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, directeur du CRIMEL
Anna BETTONI, professeur de littérature française de la Renaissance à l’Université de Padoue, sénatrice académique, responsable des relations internationales avec les pays francophones

INFORMATIONS
Suivi scientifique 
– Benoît ROUX – padova2014@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.12

Articuler le fantasme et l’histoire

Séminaire
Approches Interdisciplinaires
de la Lecture
(AIL – 9)
CRIMEL-CIRLEP
2014-2015

*  *  *

ANNONCE

La réflexion sur « Le corps à l’œuvre » a dû composer avec une difficulté annoncée : on peut concevoir que le corps, entité physique hors langage, interfère dans le processus créateur mais on ne peut en rendre compte que par du langage. Pour autant, il est apparu que ce corps agissant peut-être reconnu et appréhendé moins par le lexique spécialisé, façonné par les différentes disciplines culturelles qui s’occupent de le penser, que par un certain nombre de traces de sa présence : façon d’occuper l’espace, intonation de la voix dans la profération orale, formations mixtes dont jouent les différentes écritures littéraires et dont le nom le plus courant est fantasme. La littérature peut s’attacher à cette volonté d’ex-crire le corps, selon le mot de Jean-Luc Nancy repris par un de nos intervenants. Le théâtre, par la matérialisation de l’espace et des corps des acteurs, rend tangible cet en-deçà du langage qui entre dans le processus de création. A tel point que les romanciers et poètes, comme l’ont montré certaines communications, ont souvent éprouvé le besoin d’en importer l’expression métaphorique dans des genres a priori non conçus pour la scène. C’est dire que le fantasme, cette autre scène rendue accessible par la littérature, en constitue sans doute une face déterminante. Lorsque quelque chose se joue du corps vers la psyché, la parole impossible se traduit en visions, actes, manipulations d’objets. Le propre du romancier, du poète autant que du dramaturge, est de donner à saisir cette projection d’un corps indicible dans l’évocation de scénarios fantasmatiques.  Dans ce processus de réflexion indirecte, nous avons constaté le fort retentissement des cultures et contextes historiques. Tout corps agissant, qu’il soit corps d’auteur, de personnage, ou de lecteur est un corps inséré dans un réseau de circonstances accordant des lieux traversés et des moments vécus. Les tragédies historiques, les dictatures impriment leurs marques sur les corps, l’impossible résonance psychique se résout en traces somatiques.

Dès lors, ce que nous voudrions appréhender est l’articulation du fantasme et de l’histoire dans sa dimension individuelle et collective. Si on a pu définir le fantasme comme « scénario imaginaire où le sujet est présent et qui figure, de façon plus ou moins déformée par les processus défensifs, l’accomplissement d’un désir, et en dernier ressort, d’un désir inconscient » (Laplanche et Pontalis), les recherches de la psychanalyse vivante montrent qu’on ne peut réduire ce désir inconscient à un noyau infantile individuel. L’inconscient n’est peut-être que « l’envers du temps », pour reprendre le mot du poète Aragon qui en faisait la formule de la poésie. Les travaux d’Abraham et de Torok sur le fantôme et la crypte ont souligné que cet inconscient qui nous traverse et nous anime peut aussi venir de générations antérieures. Le mythe dans sa dimension collective sans cesse retravaillée par les imaginaires individuels, joue ici un rôle important. L’histoire, de son côté, qu’on la comprenne comme discipline à part entière ou dans son interférence avec l’activité littéraire, ne laisse pas d’être une notion problématique sans cesse repensée par ceux qui la pratiquent. Exposée aux avatars de la subjectivation et de la falsification, elle demeure, dans sa visée, une science humaine plus directement soumise, peut-être, à un impératif d’objectivité.

L’écriture et la lecture sont le moment où ce matériau disparate – fantasme et histoire –  se condense et s’articule en une forme : « j’ai seul la clef de cette parade sauvage » écrivait Arthur Rimbaud dans une belle intuition réflexive. Jusqu’à quel point, néanmoins, la clef du lecteur peut-elle s’adapter à la serrure du texte, pour en faire tourner la porte sur ses gonds ? Par clef on n’entendra pas cette plate traduction des romans à clefs, mais quelque chose comme la formule permettant de faire jouer ensemble les composants hétérogènes entrant dans l’élaboration du texte afin de leur donner ou redonner vie.

PROGRAMME

24 septembre 2013

Antonia Fonyi (CNRS, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) : Fantasme et narration littéraire

08 octobre 2013

Marie-Madeleine Gladieu (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Armas Marcelo : Penser l’histoire avec la psychanalyse

22 octobre 2013

Entretien avec Paul Gayot (professeur d’histoire, pataphysicien, écrivain) autour de : Queneau, le fantasme et l’Histoire

05 novembre 2013

Nathalie Roelens (Université du Luxembourg) : Le fantasme de destruction chez Sade et Pasolini

19 novembre 2013

Jean-Michel Pottier (Université de Reims Champagne-Ardenne) : À propos de Jean Rosny Aîné : La Guerre du feu

17 décembre 2013

Alain Trouvé (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Croisements rêvés de l’Histoire et des Lettres : lecture du Sermon sur la chute de Rome (Jérôme Ferrari)

 

LIEU
UFR Lettres et Sciences Humaines (Campus Croix-Rouge)
Maison de la Recherche – Salle R.202 (rez-de-chaussée)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

DATE
Les mardis de 17h à 19h

CONTACT
Suivi scientifique – Benoît ROUX – benoit.roux@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.12

Colloque “Le cardinal de Lorraine, Reims et l’Europe. Un grand prélat français à l’époque du concile de Trente”

Cardinal de Lorraine, Reims et l'EuropeANNONCE

Le colloque international consacré au cardinal de Lorraine, archevêque de Reims et fondateur de l’Université de cette ville, vise à renouveler les synthèses déjà anciennes qui avaient été consacrées à cette figure centrale de l’histoire française et européenne du XVIe siècle, en intégrant les apports historiographiques récents. Le cardinal de Lorraine, par son rôle central, se prête non seulement à de nouvelles mises en perspective mais aussi à des mises en relation entre les domaines politiques, religieux, sociaux et culturels. Réseaux nobiliaires et ecclésiastiques, réformes religieuses et affrontements confessionnels, émergence de l’État moderne et redéfinition des rapports politique-religion, patronage intellectuel et artistique… tous ces grands enjeux d’un XVIe siècle marqué à la fois par la Renaissance, le concile de Trente et la guerre civile font apparaître la figure, souvent complexe et parfois vivement contestée, du cardinal de Lorraine.

Colloque organisé par Bruno Restif – CERHiC (URCA – EA 2616), Jean Balsamo – CRIMEL (URCA – EA 3311) et Thomas Nicklas – CIRLEP (URCA – EA 4299).

PROGRAMME

Jeudi 7 novembre 2013

13h30Accueil des participants

14h00Allocutions d’ouverture

L’archevêque de Reims
Président de séance : Alain Tallon (Université Paris-Sorbonne)

14h30Joseph Bergin (University of Manchester) : L’Empire ecclésiastique des Guises : Reims et les autres bénéfices

15h00 Patrick Demouy (Université de Reims Champagne-Ardenne) : La liturgie rémoise au XVIe siècle, permanences et évolutions

15h30Bruno Restif (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Reims, un pôle de la Réforme catholique, pré-tridentine et tridentine, au temps du cardinal de Lorraine

16h00Pause

16h20 – Isabelle Balsamo (Ministère de la Culture et de la Communication) : Les commandes artistiques du cardinal de Lorraine à Reims. Un manifeste tridentin

16h50Isabelle de Conihout (Conservateur en chef, Bibliothèque Mazarine), Le cardinal de Lorraine et ses livres

17h20Discussions

18h00 – Présentation de l’exposition « Un fastueux mécène au XVIe siècle. Le cardinal de Lorraine et ses livres » à la Bibliothèque Carnegie.
Par Isabelle de Conihout, co-commissaire aux côtés de Maxence Hermant, conservateur à la Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, service médiéval, et Sabine Maffre, conservateur responsable de la bibliothèque Carnegie et des collections patrimoniales

 

Vendredi 8 novembre 2013

Réforme catholique, Humanisme, Contre-Réforme
Président de séance : Denis Crouzet (Université Paris-Sorbonne)

9h00Peter Walter (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg) : Humanisme et dogme. Le cardinal de Lorraine et Claude d’Espence

9h30 Alain Tallon (Université Paris-Sorbonne) : Le cardinal de Lorraine et la réforme de l’Église : évolutions de 1547 aux dernières sessions du concile de Trente

10h00Loris Petris (Université de Neuchâtel) : Le cardinal de Lorraine et le cardinal Jean du Bellay

10h30Discussions

10h50Pause

11h00Max Engammare (Institut d’histoire de la Réformation, Genève) : Le cardinal de Lorraine et Théodore de Bèze

11h30Hugues Daussy (Université de Franche-Comté) : Le cardinal de Lorraine vu par les protestants en Europe

12h00Discussions

12h15Déjeuner

Questions politiques. La Champagne, la Lorraine, la France
Président de séance : Werner Paravicini (Christian-Albrechts-Universität zu Kiel – Académie des Inscriptions et Belles-Lettres)

14h15Mark Konnert (University of Calgary) : Les Guises et les villes de Champagne

14h45Stefano Simiz (Université de Lorraine, Nancy) : Le cardinal de Lorraine, les Guises et la Lorraine 

15h15Benoist Pierre (Université François Rabelais, Tours) : Le rôle du cardinal de Lorraine à la cour de France

15h45Discussions

16h00Pause

16h15Mark Greengrass (University of Sheffield) : Le cardinal de Lorraine : homme d’affaires

16h45Vladimir Chichkine (Université de Saint-Pétersbourg) : La correspondance du cardinal de Lorraine conservée en Russie

17h15Discussions

 

Samedi 9 novembre 2013

Politiques et diplomaties européennes
Président de séance : Jean-Louis Haquette (Université de Reims Champagne-Ardenne)

8h30Thomas Nicklas (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Le cardinal de Lorraine, les princes du Saint-Empire et la cour impériale

9h00Alain Cullière (Université de Lorraine, Metz), Le cardinal de Lorraine et son frère le cardinal Louis de Guise sur la scène européenne

9h30Matteo Provasi (Università degli studi di Ferrara) et Federica Veratelli (Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis) : Échanges d’hommes et de biens. Réseaux diplomatiques entre les Guises et les cours italiennes

10h00François Pernot (Université de Cergy-Pontoise) : Le cardinal de Lorraine et le cardinal de Granvelle : deux grands Européens

10h30Discussions

10h50Pause

11h00Julie Versele (Université Libre de Bruxelles) : Le cardinal de Lorraine, les Guises et les Pays-Bas

11h30Éric Durot (Paris) : Le cardinal de Lorraine, les Guises et l’Écosse

12h00Discussions

12h15Déjeuner

Le mécène et l’intellectuel
Président de séance : Philippe Desan (University of Chicago)

14h15Madeleine Molin (Université Paris-Sorbonne) : Le patronage intellectuel du cardinal de Lorraine sur les ordres mendiants

14h45Antoine Pietrobelli (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Les manuscrits grecs du cardinal de Lorraine

15h15Pause

15h30Jean Balsamo (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Celui qui rayonna le concile de Trente / De zèle, de vertu, d’industrie savante ; / […] L’Appolon des Français ». Le cardinal de Lorraine et les poètes

16h00Claude Langlois (École Pratique des Hautes Études) : La postérité historiographique du cardinal de Lorraine

16h30Discussions

16h45 – Conclusions, par Jean-Marie Le Gall (Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne)

 

LIEU
Médiathèque Jean Falala – Auditorium
2, rue des Fuseliers – Reims

DATES
jeudi 7, vendredi 8 et samedi 10 novembre 2013

TÉLÉCHARGEMENTS
|Programme du colloque
|Affiche du colloque

INSCRIPTIONS EN LIGNE
AuditeursPublic | Tagungsteilnehmer
Étudiants 
Students | Studenten

CONTACTS
Suivi administratif – Marie-Hélène MORELL – mh.morell@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.75
Suivi scientifique – Benoît ROUX – benoit.roux@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.12

Le contre-texte

La lecture littéraire – vol. 12 – 2013

lecture_litteraire n12En 1982, dans son numéro 48, la revue Littérature mettait en relation le texte, désacralisé depuis les années 1960, et un nouveau venu, le « contre-texte », susceptible d’apparaître comme son contraire, son corollaire ou son contre-point. La psychanalyste Anne Clancier avait lancé le terme en 1976, l’adaptant de sa pratique du contre-transfert. Dans d’autres recherches portant sur la littérature et la culture, l’expression a connu entre-temps des applications différentes, notamment dans les études médiévales.

Le présent volume tente de faire le point sur la question en intégrant les apports des dernières décennies. Selon les auteurs et les articles, diverses déclinaisons sont envisagées qui mettent l’accent sur les problèmes du texte et de la langue posés par l’idée de contre-texte, sur ses enjeux psycho-affectifs, sur sa dimension constitutive dans l’écriture, sur ses potentialités créatrices, enfin, dans le cas du lecteur lui-même écrivain ou aspirant à le devenir.

Décidément, le « contre », décliné sous toutes ses formes, serait-il l’autre nom de la littérature ?

SOMMAIRE

Avant-propos, par Alain Trouvé
Entretien avec Anne Clancier

Langue et  texte en question

  • Serge ROLET, « Contexte ou contre-texte » : les positions du « cercle de Bakhtine »
  • Yannick CHEVALIER, « Le contre-texte comme étai subjectif : l’exemple du j/e du Corps lesbien (Monique Wittig, 1973) »
  • Abdelhak RYM, « Crevel/Engels, Le texte perpétuel du contre-texte »

Le « contre », d’une psyché à l’autre

  • Jacques POIRIER, « Contre le texte, tout contre »
  • Karl CANVAT, « L’Autre scène du texte ; contre-texte et in-dicible »
  • Serge BÉDÈRE, « Le face-à-face silencieux lecteur auteur »

Le « contre » constitutif du texte

  • Pierre LEVRON, « Le troubadour à contre-courant, ou  le devinalh, vers de non re ou poésie critique ? »
  • Gabor GELLERI, « Un cas spécial de contre-texte : la réplique de voyage »
  • Yao Louis KONAN, « Théâtralisation du je narratif et jeux d’écriture : le contre-texte en question »
  • Nancy MURZILLY, « L’invitation au contre-texte dans l’écriture contemporaine »

Créativité contre-textuelle

  • Tatsiana CHALLIER, « Les Âmes Mortes de Gogol ressuscitées par Adamov »
  • Bertrand GERVAIS, « Un pli ténu : le contre-texte des gauchers contrariés »
  • Franc SCHUEREWEGEN, « L’affaire Francis Tulloch »

Nb de pages : 226 p.
ISSN 1279-7308

Crédit : @Valencia 2010, AEH, collection particulière.

La non-lecture

La lecture littéraire – vol. 11 – 2011

SOMMAIRE

  • Cécile BISHOP et Léa VUONG : “La « traversée des livres » : Enjeux d’une approche critique de la non-lecture”
  • Entretien avec Pierre BAYARD
  • Florian PENNANECH :  “Comment ne plus avoir à en parler”
  • Chantal LAPEYRE-DESMAISON : “Pourquoi je n’ai pas lu Cercle de Yannick Haenel”
  • Maxime GOERGEN : “Pour une délecture de La Comédie Humaine”
  • Bertrand BOURGEOIS : “À rebours de la lecture, habiter la maison-livre”
  • Pierre-Frédéric CHARPENTIER : “Du mythe à l’archéologie : sur les traces du roman perdu de Paul Nizan, La Soirée à Somosierra
  • Benoît TANE : “Pierre Bayard et le livre imaginaire ++. Dans la fiction des Liaisons dangereuses
  • Denis BRIAND : “De la littérature à l’art: l’érudition hantée par les « fantômes imprécis qui y circulent »”
  • Rebecca FERREBOEUF : “Le canon littéraire de l’entre-deux-guerres et les femmes-écrivains : le cas de Bonsoir Thérèse d’Elsa Triolet »
  • Laetitia PERRET-TRUCHOT : “L’enseignement de la littérature : injonction paradoxale ou injonction contradictoire”
  • Ros MURRAY : “Alice de l’autre côté des intestins : Lewis Carroll adapté par Antonin Artaud, Problèmes de lecture
  • Sébastien HUBIER : “Compréhension, explication, interprétation”
  • Karl CANVAT : “Les genres : espaces des possibles et mémoire du littéraire”

Nb de pages : 224 p.
ISSN 1279-7308

Crédit : Art of imagined reality, Book, 2015 – Source : Flickr

Théorie littéraire et culturalisme

La lecture littéraire – vol. 10 – 2009

 

SOMMAIRE

  • Alain TROUVÉ Avant-propos
  • Entretien Vincent JOUVE & et Sébastien HUBIER Questions aux études culturelles
  • Étienne BEAULIEU, Médiations culturelles et prose des cultures selon Rousseau
  • Vanessa BESAND, Bienfaits et dérives de la culture populaire dans Vente à la criée du lot 49 de Thomas Pynchon
  • Antonio DOMINGUEZ-LEIVA, La lecture littéraire, enjeu du comparatisme culturaliste
  • Odile GANNIER, Lectures plurielles de L’Autre Face de la mer de Louis-Philippe Dalembert et The Farming of Bones d’Edwidge Danticat »
  • Frank GREINER, Littérature, culture et fonctions : l’exemple du roman sentimental dans la France de l’âge baroque
  • Sébastien HUBIER, Pour une anthropologie culturelle de la croyance littéraire
  • Efraim KRISTAL, L’art, la littérature et la modernité liquide : Richard Wolheim, Zygmunt Bauman et Yves Michaud
  • Florian PENNANECH, La narratologie féministe : des méthodes et de leurs enjeux
  • Johanna PORCU-ADAMS, Anthropologie littéraire : De l’ultra-violence dans la tragédie post-renaissante
  • Simona ROSSI, Simona, Cuisine et littérature: invitation au mariage ou au divorce ?
  • Catherine ROVERA Music-hall et modernisme

Notes de lecture

  • « Pierre Bayard : L’Affaire du chien des Baskerville ou le complexe du critique romancier »
  • « La réception entre théories de la littérature et théories de la culture », Studia Romanica Tartuensia V, dir. Stefano Montes, Katre Talviste et Tanel Lepsoo,Tartu, 2007

Nb de pages : 242 p.
ISSN 1279-7308

Crédit : Thomas Hawk, Curiosity, 2011 – Source: Flickr

Lecture et psychanalyse

La lecture littéraire – vol. 9 – 2007

SOMMAIRE

Avant-propos

  • Jean BELLEMIN-NOËL « Voilà un texte pour toi ! » Inconscient et écriture
  • Pierre BAYARD, De l’importance de savoir se taire Jacques POIRIER, « Qui expose s’expose » : sur Fils de Serge Doubrovsky
  • Gérard COGEZ, Nerval : comment peut-on être femme ?
  • Marie BAUDRY, Fantasmatique de la (mauvaise) lecture
  • François MIGEOT, La lecture, du « lecteur modèle » au modèle du « ziuthre »
  • Roselyne WALLER, « Traduise qui peut » À propos d’un chapitre de Théâtre/Roman, « L’acteur rêve-t-il ? »
  • Dagmar WIESER, « Innombrable Albertine » De la lecture comme relation d’inconnu
  • Alain TROUVÉ, Sur les traces de l’intertexte latent
  • Anne-Elisabeth HALPERN, Dada et la « psychobanalyse »
  • Sébastien HUBIER, Comparatisme, anthropologie culturelle et psychanalyse
  • AE-YOUNG CHOE, Lecture textanalytique d’un récit coréen : Le Paratonnerre de Kim Young-Ha
  • KIM Young-Ha, Le Paratonnerre

Nb de pages : 242 p.
ISSN 1279-7308

Crédit : Sigmund Freud (1856-1939) photographié par son beau-fils Max Halberstadt, vers 1921 – source

La case blanche

La lecture littéraire – vol. 8 – 2006

SOMMAIRE

Présentation
MARC ESCOLA & SOPHIE RABAU
« Inventer la pratique » : pour une théorie des textes possibles

Possibles de la théorie : réflexions épistémologiques

  • Nancy MURZILLI, Logique et ontologie de la « case aveugle » : sur le statut du possible en littérature
  • Christine NOILLE-CLAUZADE, les théories non écrites, du XVII° siècle à Aristote : La logique de l’évitement en rhétorique et en poétique
  • Alain BRUNN, Sainte-Beuve et La Rochefoucauld : l’auteur, case aveugle de la théorie littéraire
  • Vincent DEBAENE, Pourquoi une case vide n’est pas une case blanche. Structuralisme et théorie littéraire
  • Alexandre GEFEN, Du bon usage des tableaux à double entrée : stratégies taxinomiques et ambitions épistémologiques de la théorie littéraire

Possibles de l’Histoire : l’imaginaire théorique de l’histoire littéraire

  • Jean-Louis JEANNELLE, Valeur et littérature : le point aveugle de la théorie
  • Marielle MACÉ, Listes de genres : sur la place de l’essai et l’imaginaire théorique
  • François HOFF, De l’inexistence du roman policier dans l’Antiquité
  • Pierre CAMPION & Yvon LOGÉAT, La littérature dans l’ordre des événements
  • Marc ESCOLA, D’une page de Paul Bénichou qui faillit bien révolutionner l’histoire littéraire

Théorie des possibles : entre commentaire et réécriture

  • Éloïse LIÈVRE, L’autre case aveugle : pour une théorie de la création littéraire ?
  • Christelle REGGIANI, Le discours oulipien comme rhétorique spéculative
  • Maya LAVAULT, Mondes possibles et possibles narratifs dans À la Recherche du temps perdu
  • Sophie RABAU, Trois petits vers et puis s’en vont.  Correction  textuelle  et  scènes  possibles  dans Les  Perses d’Eschyle
  • Entretien avec Thiphaine SAMOYAULT & Christiane MONTALBETTI

Nb de pages : 282 p.
ISSN 1279-7308

Crédit : Aimee Dars Ellis, Big Chessboard, 2009 – Source: Flickr

LIRE AVEC DES IMAGES

La lecture littéraire – vol. 5-6 – 2002

SOMMAIRE :

LIRE AVEC DES IMAGES AU XIXe  SIÈCLE EN EUROPE

Évanghélia Stead : Présentation
Jean-Louis Haquette : Le discours de l’image dans les éditions de 1789 et de 1806 de Paul et Virginie
Tiphaine Samoyault : L’oeuvre visible illisible : à propos de Jerusalem de William Blake

Évanghélia Stead : Les deux Faust I d’Engelbert Seibertz, illustrateur in-folio de Goethe (1854)

Cahier iconographique n°I

Paul Edwards : “We see not to the close” La photographie lectrice de la littérature : Alfred Tennyson recentré par les images de Julia Margaret Cameron (1874-1875)
Eliseo Trenc : Crisantemes d’Alexandre de Riquer (1899) : la mise en scène du poème en prose
Hélène Védrine : Textes solubles dans l’image : les ouvrages de Remy de Gourmont aux éditions du Mercure de France (1892-1913)
Philippe Kaenel : L’illustration parabolique : à propos des Paraboles (1908) illustrées par Eugène Burnand

Cahier iconographique n°II

Problème de lecture 

Franck Wagner : Lire l’entre-deux
Dominique Ducard : Proust interroge le linguiste
Cécile Hayez : La signature comme rupture du contrat de lecture. Ou l’histoire triste d’un mariage qui finit mal
Michael Rinn : Le Sang du Ciel de Piotr Rawics : pour une lecture déplacée
Sylvie Ducas : Roman auctorial et fiction biographique : l’écrivain-lecteur ou le paradigme de la lecture dans la rhétorique de la vocation littéraire
Emmanuel Legeard : Le personnage de lecteur ou la morale méthectique du roman

Pages : 211 p.
ISBN : 2-252-03089-5

Crédit : Illustration de couverture : d’après Mathilde Ade-München, Ex-libris Maurice Maeterlinck, publié dans Ex-libris, Zeitschrift für Bücherzeichen — Bibliotheckenkunde und Gelehrtengeschichte, Jg. XIV , 1904, p. 79.