Archives de catégorie : CIRLEP (EA 4299)

Parcours de la reconnaissance intertextuelle

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 1 – 2006

 

Parcours de la reconnaissance intertextuelle  rassemble quelques-unes des communications présentées durant la session 2005-2006 du séminaire « Approches interdisciplinaires de la lecture ». Le sujet  retenu cette année se proposait de revisiter  sous un angle nouveau ce qui est peut-être la question littéraire par excellence : l’intertextualité. Sous le signe de la reconnaissance, acte philosophique et esthétique, le volume tente de faire apercevoir cette vue renouvelée.

Ce numéro est aussi le premier d’une série qu’on espère régulière. La collection « Approches interdisciplinaires de la lecture » reprend les principaux travaux présentés durant l’année précédente. Il s’agit d’approfondir ce qui touche à l’acte de lecture, spécialement littéraire, en tant qu’activité de synthèse. Les études publiées relèvent de différentes spécialités : théorie de la littérature, littérature française, comparée ou de langue étrangère. Cette approche plurielle est conforme à l’esprit de l’équipe interdisciplinaire dont l’atelier  de recherche constitue une émanation ; elle s’inscrit plus précisément dans l’un des trois axes du CIRLEP, l’axe « Interprétation et Théorie de la Lecture ». D’abord destinées aux étudiants en master et en doctorat, les communications s’adressent à tous ceux qu’intéresse dans sa complexité le fait littéraire.

 

dir. Marie-Madeleine Gladieu et Alain Trouvé

 

SOMMAIRE

  • Avant-propos
  • Alain Trouvé, « Lecture et intertextualité »
  • Marie-Madeleine Gladieu, « Mario Vargas Llosa et Jean-Paul Sartre »
  • Emmanuel Le Vagueresse, « L’« intertextualité conjugale » entre les romans de Juan Goytisolo et ceux de Monique Lange »
  • Alain Trouvé, « Événements intertextuels dans L’Opoponax de Monique Wittig »
  • Emmanuel Le Vagueresse, « María de Zayas vue par Juan Goytisolo »
  • Marie-Madeleine Gladieu, « Mario Vargas Llosa et José Maria Arguedas  »
  • Sébastien Hubier, « Intertextualité et comparatisme, entre anthropologie culturelle et théorie de la lecture »

 

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages : 96p
ISBN: 9782915271140

 

Crédit : Thomas Hawk, Powell’s Book, 2017 – Source: Flickr

Articuler le fantasme et l’histoire

Séminaire
Approches Interdisciplinaires
de la Lecture
(AIL – 9)
CRIMEL-CIRLEP
2014-2015

*  *  *

ANNONCE

La réflexion sur « Le corps à l’œuvre » a dû composer avec une difficulté annoncée : on peut concevoir que le corps, entité physique hors langage, interfère dans le processus créateur mais on ne peut en rendre compte que par du langage. Pour autant, il est apparu que ce corps agissant peut-être reconnu et appréhendé moins par le lexique spécialisé, façonné par les différentes disciplines culturelles qui s’occupent de le penser, que par un certain nombre de traces de sa présence : façon d’occuper l’espace, intonation de la voix dans la profération orale, formations mixtes dont jouent les différentes écritures littéraires et dont le nom le plus courant est fantasme. La littérature peut s’attacher à cette volonté d’ex-crire le corps, selon le mot de Jean-Luc Nancy repris par un de nos intervenants. Le théâtre, par la matérialisation de l’espace et des corps des acteurs, rend tangible cet en-deçà du langage qui entre dans le processus de création. A tel point que les romanciers et poètes, comme l’ont montré certaines communications, ont souvent éprouvé le besoin d’en importer l’expression métaphorique dans des genres a priori non conçus pour la scène. C’est dire que le fantasme, cette autre scène rendue accessible par la littérature, en constitue sans doute une face déterminante. Lorsque quelque chose se joue du corps vers la psyché, la parole impossible se traduit en visions, actes, manipulations d’objets. Le propre du romancier, du poète autant que du dramaturge, est de donner à saisir cette projection d’un corps indicible dans l’évocation de scénarios fantasmatiques.  Dans ce processus de réflexion indirecte, nous avons constaté le fort retentissement des cultures et contextes historiques. Tout corps agissant, qu’il soit corps d’auteur, de personnage, ou de lecteur est un corps inséré dans un réseau de circonstances accordant des lieux traversés et des moments vécus. Les tragédies historiques, les dictatures impriment leurs marques sur les corps, l’impossible résonance psychique se résout en traces somatiques.

Dès lors, ce que nous voudrions appréhender est l’articulation du fantasme et de l’histoire dans sa dimension individuelle et collective. Si on a pu définir le fantasme comme « scénario imaginaire où le sujet est présent et qui figure, de façon plus ou moins déformée par les processus défensifs, l’accomplissement d’un désir, et en dernier ressort, d’un désir inconscient » (Laplanche et Pontalis), les recherches de la psychanalyse vivante montrent qu’on ne peut réduire ce désir inconscient à un noyau infantile individuel. L’inconscient n’est peut-être que « l’envers du temps », pour reprendre le mot du poète Aragon qui en faisait la formule de la poésie. Les travaux d’Abraham et de Torok sur le fantôme et la crypte ont souligné que cet inconscient qui nous traverse et nous anime peut aussi venir de générations antérieures. Le mythe dans sa dimension collective sans cesse retravaillée par les imaginaires individuels, joue ici un rôle important. L’histoire, de son côté, qu’on la comprenne comme discipline à part entière ou dans son interférence avec l’activité littéraire, ne laisse pas d’être une notion problématique sans cesse repensée par ceux qui la pratiquent. Exposée aux avatars de la subjectivation et de la falsification, elle demeure, dans sa visée, une science humaine plus directement soumise, peut-être, à un impératif d’objectivité.

L’écriture et la lecture sont le moment où ce matériau disparate – fantasme et histoire –  se condense et s’articule en une forme : « j’ai seul la clef de cette parade sauvage » écrivait Arthur Rimbaud dans une belle intuition réflexive. Jusqu’à quel point, néanmoins, la clef du lecteur peut-elle s’adapter à la serrure du texte, pour en faire tourner la porte sur ses gonds ? Par clef on n’entendra pas cette plate traduction des romans à clefs, mais quelque chose comme la formule permettant de faire jouer ensemble les composants hétérogènes entrant dans l’élaboration du texte afin de leur donner ou redonner vie.

PROGRAMME

24 septembre 2013

Antonia Fonyi (CNRS, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) : Fantasme et narration littéraire

08 octobre 2013

Marie-Madeleine Gladieu (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Armas Marcelo : Penser l’histoire avec la psychanalyse

22 octobre 2013

Entretien avec Paul Gayot (professeur d’histoire, pataphysicien, écrivain) autour de : Queneau, le fantasme et l’Histoire

05 novembre 2013

Nathalie Roelens (Université du Luxembourg) : Le fantasme de destruction chez Sade et Pasolini

19 novembre 2013

Jean-Michel Pottier (Université de Reims Champagne-Ardenne) : À propos de Jean Rosny Aîné : La Guerre du feu

17 décembre 2013

Alain Trouvé (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Croisements rêvés de l’Histoire et des Lettres : lecture du Sermon sur la chute de Rome (Jérôme Ferrari)

 

LIEU
UFR Lettres et Sciences Humaines (Campus Croix-Rouge)
Maison de la Recherche – Salle R.202 (rez-de-chaussée)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

DATE
Les mardis de 17h à 19h

CONTACT
Suivi scientifique – Benoît ROUX – benoit.roux@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.12

Colloque “Le cardinal de Lorraine, Reims et l’Europe. Un grand prélat français à l’époque du concile de Trente”

Cardinal de Lorraine, Reims et l'EuropeANNONCE

Le colloque international consacré au cardinal de Lorraine, archevêque de Reims et fondateur de l’Université de cette ville, vise à renouveler les synthèses déjà anciennes qui avaient été consacrées à cette figure centrale de l’histoire française et européenne du XVIe siècle, en intégrant les apports historiographiques récents. Le cardinal de Lorraine, par son rôle central, se prête non seulement à de nouvelles mises en perspective mais aussi à des mises en relation entre les domaines politiques, religieux, sociaux et culturels. Réseaux nobiliaires et ecclésiastiques, réformes religieuses et affrontements confessionnels, émergence de l’État moderne et redéfinition des rapports politique-religion, patronage intellectuel et artistique… tous ces grands enjeux d’un XVIe siècle marqué à la fois par la Renaissance, le concile de Trente et la guerre civile font apparaître la figure, souvent complexe et parfois vivement contestée, du cardinal de Lorraine.

Colloque organisé par Bruno Restif – CERHiC (URCA – EA 2616), Jean Balsamo – CRIMEL (URCA – EA 3311) et Thomas Nicklas – CIRLEP (URCA – EA 4299).

PROGRAMME

Jeudi 7 novembre 2013

13h30Accueil des participants

14h00Allocutions d’ouverture

L’archevêque de Reims
Président de séance : Alain Tallon (Université Paris-Sorbonne)

14h30Joseph Bergin (University of Manchester) : L’Empire ecclésiastique des Guises : Reims et les autres bénéfices

15h00 Patrick Demouy (Université de Reims Champagne-Ardenne) : La liturgie rémoise au XVIe siècle, permanences et évolutions

15h30Bruno Restif (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Reims, un pôle de la Réforme catholique, pré-tridentine et tridentine, au temps du cardinal de Lorraine

16h00Pause

16h20 – Isabelle Balsamo (Ministère de la Culture et de la Communication) : Les commandes artistiques du cardinal de Lorraine à Reims. Un manifeste tridentin

16h50Isabelle de Conihout (Conservateur en chef, Bibliothèque Mazarine), Le cardinal de Lorraine et ses livres

17h20Discussions

18h00 – Présentation de l’exposition « Un fastueux mécène au XVIe siècle. Le cardinal de Lorraine et ses livres » à la Bibliothèque Carnegie.
Par Isabelle de Conihout, co-commissaire aux côtés de Maxence Hermant, conservateur à la Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, service médiéval, et Sabine Maffre, conservateur responsable de la bibliothèque Carnegie et des collections patrimoniales

 

Vendredi 8 novembre 2013

Réforme catholique, Humanisme, Contre-Réforme
Président de séance : Denis Crouzet (Université Paris-Sorbonne)

9h00Peter Walter (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg) : Humanisme et dogme. Le cardinal de Lorraine et Claude d’Espence

9h30 Alain Tallon (Université Paris-Sorbonne) : Le cardinal de Lorraine et la réforme de l’Église : évolutions de 1547 aux dernières sessions du concile de Trente

10h00Loris Petris (Université de Neuchâtel) : Le cardinal de Lorraine et le cardinal Jean du Bellay

10h30Discussions

10h50Pause

11h00Max Engammare (Institut d’histoire de la Réformation, Genève) : Le cardinal de Lorraine et Théodore de Bèze

11h30Hugues Daussy (Université de Franche-Comté) : Le cardinal de Lorraine vu par les protestants en Europe

12h00Discussions

12h15Déjeuner

Questions politiques. La Champagne, la Lorraine, la France
Président de séance : Werner Paravicini (Christian-Albrechts-Universität zu Kiel – Académie des Inscriptions et Belles-Lettres)

14h15Mark Konnert (University of Calgary) : Les Guises et les villes de Champagne

14h45Stefano Simiz (Université de Lorraine, Nancy) : Le cardinal de Lorraine, les Guises et la Lorraine 

15h15Benoist Pierre (Université François Rabelais, Tours) : Le rôle du cardinal de Lorraine à la cour de France

15h45Discussions

16h00Pause

16h15Mark Greengrass (University of Sheffield) : Le cardinal de Lorraine : homme d’affaires

16h45Vladimir Chichkine (Université de Saint-Pétersbourg) : La correspondance du cardinal de Lorraine conservée en Russie

17h15Discussions

 

Samedi 9 novembre 2013

Politiques et diplomaties européennes
Président de séance : Jean-Louis Haquette (Université de Reims Champagne-Ardenne)

8h30Thomas Nicklas (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Le cardinal de Lorraine, les princes du Saint-Empire et la cour impériale

9h00Alain Cullière (Université de Lorraine, Metz), Le cardinal de Lorraine et son frère le cardinal Louis de Guise sur la scène européenne

9h30Matteo Provasi (Università degli studi di Ferrara) et Federica Veratelli (Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis) : Échanges d’hommes et de biens. Réseaux diplomatiques entre les Guises et les cours italiennes

10h00François Pernot (Université de Cergy-Pontoise) : Le cardinal de Lorraine et le cardinal de Granvelle : deux grands Européens

10h30Discussions

10h50Pause

11h00Julie Versele (Université Libre de Bruxelles) : Le cardinal de Lorraine, les Guises et les Pays-Bas

11h30Éric Durot (Paris) : Le cardinal de Lorraine, les Guises et l’Écosse

12h00Discussions

12h15Déjeuner

Le mécène et l’intellectuel
Président de séance : Philippe Desan (University of Chicago)

14h15Madeleine Molin (Université Paris-Sorbonne) : Le patronage intellectuel du cardinal de Lorraine sur les ordres mendiants

14h45Antoine Pietrobelli (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Les manuscrits grecs du cardinal de Lorraine

15h15Pause

15h30Jean Balsamo (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Celui qui rayonna le concile de Trente / De zèle, de vertu, d’industrie savante ; / […] L’Appolon des Français ». Le cardinal de Lorraine et les poètes

16h00Claude Langlois (École Pratique des Hautes Études) : La postérité historiographique du cardinal de Lorraine

16h30Discussions

16h45 – Conclusions, par Jean-Marie Le Gall (Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne)

 

LIEU
Médiathèque Jean Falala – Auditorium
2, rue des Fuseliers – Reims

DATES
jeudi 7, vendredi 8 et samedi 10 novembre 2013

TÉLÉCHARGEMENTS
|Programme du colloque
|Affiche du colloque

INSCRIPTIONS EN LIGNE
AuditeursPublic | Tagungsteilnehmer
Étudiants 
Students | Studenten

CONTACTS
Suivi administratif – Marie-Hélène MORELL – mh.morell@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.75
Suivi scientifique – Benoît ROUX – benoit.roux@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.12

LIRE AVEC DES IMAGES

La lecture littéraire – vol. 5-6 – 2002

SOMMAIRE :

LIRE AVEC DES IMAGES AU XIXe  SIÈCLE EN EUROPE

Évanghélia Stead : Présentation
Jean-Louis Haquette : Le discours de l’image dans les éditions de 1789 et de 1806 de Paul et Virginie
Tiphaine Samoyault : L’oeuvre visible illisible : à propos de Jerusalem de William Blake

Évanghélia Stead : Les deux Faust I d’Engelbert Seibertz, illustrateur in-folio de Goethe (1854)

Cahier iconographique n°I

Paul Edwards : “We see not to the close” La photographie lectrice de la littérature : Alfred Tennyson recentré par les images de Julia Margaret Cameron (1874-1875)
Eliseo Trenc : Crisantemes d’Alexandre de Riquer (1899) : la mise en scène du poème en prose
Hélène Védrine : Textes solubles dans l’image : les ouvrages de Remy de Gourmont aux éditions du Mercure de France (1892-1913)
Philippe Kaenel : L’illustration parabolique : à propos des Paraboles (1908) illustrées par Eugène Burnand

Cahier iconographique n°II

Problème de lecture 

Franck Wagner : Lire l’entre-deux
Dominique Ducard : Proust interroge le linguiste
Cécile Hayez : La signature comme rupture du contrat de lecture. Ou l’histoire triste d’un mariage qui finit mal
Michael Rinn : Le Sang du Ciel de Piotr Rawics : pour une lecture déplacée
Sylvie Ducas : Roman auctorial et fiction biographique : l’écrivain-lecteur ou le paradigme de la lecture dans la rhétorique de la vocation littéraire
Emmanuel Legeard : Le personnage de lecteur ou la morale méthectique du roman

Pages : 211 p.
ISBN : 2-252-03089-5

Crédit : Illustration de couverture : d’après Mathilde Ade-München, Ex-libris Maurice Maeterlinck, publié dans Ex-libris, Zeitschrift für Bücherzeichen — Bibliotheckenkunde und Gelehrtengeschichte, Jg. XIV , 1904, p. 79.

L’Allégorie

La lecture littéraire – vol. 4 – 2000

SOMMAIRE

  • Avant-propos par Régine Borderie
  • Stéphane Toulouse : “La lecture allégorique d’Homère chez Porphyre : principes et méthode d’une pratique philosophique”
  • Véronique Gély-Ghédira : “La description allégorique de Martianus Capella au Songe de Poliphile : l’exemple de Psyché”
  • Florence Dumora-Mabille Allégorie et onirocritique Patrick Labarthe : “Mémoire et allégorie chez Baudelaire : “Le Voyage””
  • Nella Arambasin : “Du sujet allégorique à l’objet de l’allégorie : un parcours de la modernité en peinture”

Problème de lecture

  • Jacques Isolery : “Claude Simon chez Madame du Deffand”
  • Thierry Mézaille : “Que garder aujourd’hui de la lecture thématique de S/Z ?”
  • Alain Rabatel : “Un, deux, trois points de vue ? Pour une approche unifiante des points de vue narratif et discursif”

Actualité de la lecture

  • Alain Vuillemin : “La poésie animée”

Comptes rendus

Alberto MANGUEL, Une Histoire de la lecture ; Béatrice BLOCH, Le Roman contemporain Liberté et plaisir du lecteur ; Nicolas CARPENTIERS, La Lecture selon Barthes

Pages : 280 p.
ISBN : 2-252-03089-5

Crédit : Jean Louis Mazieres, Allegorie du chant, de la peinture, de la musique et des arts plastiques. Prague, Narodni Galerie. Veletrzni Palac, 2017 – Source : Flickr