Archives de catégorie : CIRLEP (EA 4299)

La langue du lecteur

Séminaire Approches Interdisciplinaires
et Internationales de la Lecture
(A2IL – 1)
CRIMEL-CIRLEP
2015-2016

Séminaire dirigé par : Christine ChollierMarie-Madeleine Gladieu (CIRLEP EA 4299), Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé (CRIMEL EA 3311).

ANNONCE

La langue du lecteur est un des points aveugles de la théorie de la lecture. Selon le sens commun, il est entendu que « l’auteur écrit » et que « le lecteur lit ». Mais dans quelle langue le lecteur pense-t-il ce qu’il est en train de lire ? La question qui prend toute son acuité pour une lecture dans une langue dite étrangère vaut aussi pour tous les cas où l’écrivain et son lecteur sont supposés partager le même idiome.

En effet les théories de l’écriture ont nommé idiolecte, l’inflexion apportée par un écrivain doté de quelque originalité à la langue commune conçue comme simple outil de communication. Cet idiolecte est susceptible d’intégrer les écarts les plus audacieux. Mallarmé en a figuré un des possibles, inventant une syntaxe rebelle à la langue « journalistique ». Artaud a voulu « ex-crire le corps », le faisant entendre dans une langue brisant les formes socialisées du langage. Les écritures inventives transgressent les catégories génériques, lexicales, syntaxiques nécessaires à l’échange socialisé. Le brésilien Polibio Alves, replongeant aux racines indiennes de la culture, marquées par la symbiose entre nature et culture, inflige à la langue du colonisateur portugais de drôles de métamorphoses. Ce faisant, l’écrivain, comme tout artiste en général, contribue à sa façon à redessiner les contours de l’humain.

Du côté du lecteur, en quelle langue s’effectue l’acte d’appropriation éventuellement suivi de restitution ? Les grandes écritures infléchissent sans doute la langue du lecteur, le transformant en quelqu’un « qui a lu Céline, Proust ou Joyce ». Mais la lecture active et vraiment littéraire reconfigure le sens en produisant son propre texte, qu’on l’appelle « contre-texte » ou « texte de lecture »[1]. Cette création interprétative peut-elle outrepasser les formes du langage de communication ? Dans quelle mesure et jusqu’où la langue du lecteur critique mime-t-elle celle de l’écrivain ? N’y a-t-il, de l’écrivain au lecteur, qu’une seule et même langue à l’œuvre dans la relation littéraire ou convient-il d’envisager des seuils séparant deux modalités de la même langue, voire trois, si l’on distingue la langue du critique, à son tour inventive, de la langue de communication courante ?

Que penser encore des versions d’œuvres du répertoire récrites en direction des jeunes publics en raison de la représentation que l’on se fait de la compétence du lecteur ? L’enjeu de cette réflexion est aussi pédagogique et didactique.

[1] L’Arrière-texte, p. 13.

 

PROGRAMME

Les séminaires ont lieu de 17h00 à 19h00

Jeudi 8 octobre 2015

Marie-Madeleine Gladieu : « Erreurs de traduction, modèles d’écriture. Vargas Llosa, lecteur et traducteur de Rimbaud »

Jeudi 12 novembre 2015

Alain Trouvé  : « Lire, écrire, penser : Aragon/ Quignard » (Blanche ou l’oubli ; Mourir de penser)

Jeudi 26 novembre 2015

Christine Chollier : « De la langue du lecteur à la langue du traducteur »

Jeudi 10 décembre 2015

Nathalie Roelens (Université du Luxembourg) : « L’amour bilingue : lire Chamoiseau, Khatibi, Portante ».

 

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R202
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Le Réseau A2IL

 

Crédit: Jean Pénuel, Le Souvenir, 1996.

Résonance et écriture poétique

Séminaire
Approches Interdisciplinaires
de la Lecture
(AIL – 10)
CRIMEL-CIRLEP
2015-2016

*  *  *

ANNONCE

A quoi tient qu’une œuvre littéraire nous émeut, nous touche, nous donne à penser ? L’incursion dans l’imaginaire de l’autre, dans ses fantasmes, la reconnaissance des éléments de l’histoire  (la grande et la petite)  convoqués dans le roman, la pièce de théâtre ou le poème viennent élargir notre expérience.

Toute création est sans doute dépassement d’un donné arrière-textuel par la confrontation avec la langue, ses contraintes et ses potentialités. Mais que se passe-t-il si l’on replace l’acte créatif dans la relation littéraire[1] comme co-création ? Le contre-texte[2] élaboré par le lecteur dans sa rencontre avec le texte peut prendre des formes diverses, de la simple réaction mentale  à l’élaboration verbale de l’interprétation, encore nommée texte de lecture[3].

C’est ce  phénomène d’écho qu’on voudrait explorer sous le nom de résonance. Le poète Francis Ponge affirmait que l’objet poétique devait conjuguer raison et réson  pour effectuer le dépassement vers l’invention. Il laissait peu de place à l’autonomie du lecteur supposé jouir comme lui et avec lui de l’objet poétiquement reconstitué, nommant dans les années 1960 objeu, le va-et-vient souverain entre raison, qui tient compte du signifié dans sa dimension conceptuelle, et réson, qui ajoute le réseau des analogies nées de la proximité sonore des signifiants. En ce sens, chaque œuvre est un monde recomposé par la pensée de l’artiste.  De fait, il n’est d’art digne d’intérêt que celui qui nous entraîne hors de nous-mêmes vers des terres inconnues dans le sillage de son créateur premier.

Pourtant, si l’arrière-texte auctorial (corps, vécu, mémoire intellectuelle et affective, rapport au monde) et l’arrière-texte lectoral coïncident partiellement, rendant possible l’expérience littéraire comme rencontre de l’autre, loin s’en faut que cette coïncidence soit toujours assurée, totale, voire souhaitable.

Ce décalage  tient sans doute  au caractère ouvert de tout énoncé linguistique exploré au début du siècle dernier par Volochinov pour qui « toute compréhension est de nature dialogique » et implique « une contre-parole »[4] ; idée reprise et élargie par Bakhtine dans Esthétique de la création verbale à travers la conceptualisation d’un sur-destinataire excédant la visée auctoriale[5]. Plus près de nous la réflexion de François Rastier sur un cycle de la transmission permettant, de part et d’autre du texte, « d’appareiller une valeur (le contenu) à un signal (l’expression) »[6] invite également à dépasser le cadre d’une compréhension enfermée dans l’énoncé à lire. Le changement d’époque, de sphère culturelle, la mise en résonance, dans chaque acte de lecture individuel, de deux subjectivités semblables et distinctes,  amènent à envisager la rencontre de l’arrière-texte auctorial et de l’arrière-texte lectoral comme interférence, entre tension et coopération. Umberto Eco avait naguère ouvert la voie dans Les Limites de l’interprétation (1990),  s’attachant à confronter approche générative et approche interprétative, montrant que la logique du texte et de son créateur limitait  les prérogatives du lecteur. Mais la question de la résonance dépasse celle de la légitimité de l’interprétation ; il s’agit aussi  de penser les conditions du décalage auteur-lecteur. De fait, par exemple, cette raison que les philosophes des Lumières crurent et voulurent universelle ne cesse d’être interrogée par les artistes  qui en éclairent les revers monstrueux. La confrontation des aires culturelles tend à en relativiser la portée, montrant le lien consubstantiel entre raison, pensée et système de notation scripturale. Léon Van der Meersch oppose dans Les deux raisons de la pensée chinoise (Gallimard, 2013) une pensée aristotélicienne de la causalité, solidaire des langues alphabétiques, et une pensée de la corrélation et de l’inclusion systémique, apparentée au caractère idéogrammatique de la langue chinoise. Sans que la science occidentale soit en mesure d’expliquer par ses outils les succès de l’acupuncture qui pense le corps humain en ne le séparant pas du macrocosme, force est pour elle, par honnêteté et pragmatisme, de reconnaître l’efficience de certaines de ses interventions.

Dès lors, on se propose d’interroger la résonance lectorale, entre harmonie et dissonance, sous plusieurs angles problématiques :

Degré de compatibilité, de congruence, du signal et de sa réponse, du « texte à lire », celui de l’écrivain, et du « texte de lecture »

Passage d’une aire culturelle à une autre (incluant, entre autres, la question de la traduction)

Lieux textuels de l’intersubjectivation : le personnage…

Modalités poétique et romanesque de la résonance : le poème, lieu de la consonance / le roman, lieu de la dissonance et de l’hétérogénéité constitutive ?

Forme et légitimité du texte de lecture poétique, au service du poème

Fabrique culturelle de la résonance, qui interfère avec la théorie de la réception mais se soucie aussi du conditionnement éditorial de la lecture. Il arrive que l’éditeur modifie le texte à lire, empiétant sur la fonction auctoriale. Quid de ces  intermédiaires : auxiliaires  ou agents pathogènes de la relation littéraire ?

PROGRAMME

30 septembre 2014

Alain Trouvé (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Here comes everybody ? Résonance et fiction littéraire selon Joyce, Yourcenar, Le Clézio »

7 octobre 2014


Juan Antonio Gonzalez Iglesias  (Universidad de Salamanque) : « Résonance et écriture poétique »

4 novembre 2014

Marie-Madeleine Gladieu (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Retentissements des discours politiques de Vargas Llosa sur son œuvre »

25 novembre 2014

Jean-Michel Pottier (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « La voix et l’écoute – A propos d’une page de Proust. »

16 décembre 2014

Nathalie Roelens (Université du Luxembourg) : « Lire Larbaud entre les langues : résonance et idiorythmie ».

10 février 2015

Anikó Adams (Pázmány Péter Katolikus Egyetem, Budapest) : « Lire l’invisible et les inquiétantes résonances de la traduction »

10 mars 2015

Marie-France Boireau (Université d’Orléans) : « Au revoir là-haut ou la double résonance lectorale »

17 mars 2015

Tiphaine Samoyault (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Lecture et traduction »

7 avril 2015

Roselis Batista (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « O que resta dos Mortos : échos de l’écriture de Polibio Alves »

21 avril 2015

Thierry Davo (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Eduardo Halfon : Echos et résonances  croisées dans l’œuvre d’un  juif polonais né au Guatemala »

12 ou 19 mai 2015

Séance spéciale doctorants

LIEU
UFR Lettres et Sciences Humaines (Campus Croix-Rouge)
Maison de la Recherche – Salle R.202 (rez-de-chaussée)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

DATE
Les mardis de 17h à 19h

CONTACT
Suivi scientifique – Benoît ROUX – benoit.roux@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.12


[1] Le partage créatif dont il est question ici se décline pour le lecteur sur le mode de la création interprétative, autre nom de la lecture littéraire. Voir à ce sujet Marie-Madeleine Gladieu, Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé, L’Arrière-texte, Bruxelles, Peter Lang, 2013, p. 11-14.

[2] Voir à ce sujet, La Lecture littéraire, n° 12, Le contre-texte, Reims, CRIMEL, URCA, mai 2014.

[3] L’Arrière-texte, op. cit., p. 13

[4] Volochinov, Marxisme et philosophie du langage, [1929] Limoges, Lambert-Lucas, 2010, p. 339. Voir à ce sujet l’article de Serge Rolet, « L’affleurement du contre-texte chez Volochinov et Bakhtine », in La Lecture littéraire, n° 12, Le contre-texte, Reims, CRIMEL, URCA, mai 2014.

[5] « Le problème du texte » [1959-1961],  in Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, 1979, p. 336-337.

[6] Voir à ce sujet François Rastier, « Communication ou transmission ? », Césure, no 8, 1995, p. 151-195

*  *  *

Le réseau A2IL:  www.ra2il.org

Articuler le fantasme et l’histoire

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 9 – 2015

Le présent volume qui rassemble les contributions au séminaire Approches Interdisciplinaires de la Lecture pour l’année 2013-2014 s’est donné pour objet, dans le prolongement de la réflexion sur « le corps à l’œuvre », d’interroger les articulations du fantasme et de l’Histoire. Corps, obsessions et histoire, personnelle et collective, sont en effet des éléments indissociables. Les études portent, dans la tradition de la collection, sur des romans de différentes aires culturelles, de l’Antiquité à nous jours. Il s’agit toujours d’explorer l’arrière-texte à l’œuvre chez l’auteur et le lecteur, autrement dit d’arpenter à notre façon « les sentiers de la création ».

Dir. Marie-Madeleine Gladieu,  Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé

SOMMAIRE

Avant-propos

I. Fantasmer l’histoire, historiciser le fantasme

  • Nathalie Roelens – Le fantasme de destruction chez Sade et Pasolini ;
  • Florent Gilles – Fantasme(s) d’emprisonnement, persécution et délire d’organisation dans la littérature sadienne ;
  • Céline Grenaud-Tostain – L’hystérie ou la somatisation du XIXe siècle ;
  • Emmanuel Le Vagueresse – Sur une nouvelle oubliée de Michel Déon (« Une nuit à Formentera », 1957) ;
  • Marie-Madeleine Gladieu – Armas Marcelo : penser l’histoire avec la psychanalyse.

II. Médiations et interactions culturelles

  • Karin Ueltschi – L’Ancêtre fabuleux ou ma mère était une baleine ;
  • Jean-Michel Pottier – Un jour nouveau dans la nuit des temps. Une lecture de La Guerre du feu de Rosny aîné ;
  • Françoise Heitz – Empreinte historique et culpabilité universelle : quête et enquête dans La Nuit du Décret ;
  • Marie-France Boireau – La guerre et le corps fantasmé dans Aurélien ;
  • Alain Trouvé – Croisements rêvés de l’Histoire et des Lettres : lecture du Sermon sur la chute de Rome.

Post scriptum

  • Paul Gayot – Histoire et littérature d’après Raymond Queneau

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages : 254 p.
ISBN-10  2915271968
ISBN-13 9782915271966

Crédit : Kerolic, Natural history museum hall, 2009 – source : Flickr

Le corps à l’œuvre

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 8 – 2014

L’implication du corps dans la création artistique ne fait guère de doute : il constitue la quatrième dimension de l’arrière-texte, la plus secrète. Il en va de cette entité fuyante, proche et insaisissable,  comme du temps selon Saint-Augustin : on croit savoir ce dont il s’agit, mais si on y réfléchit un peu, tout se brouille.

Cet en-deçà du langage, culturellement (re)construit, fonctionne dans la langue comme  un signe articulé à un référent barré, inaccessible. Encodant symboliquement la trace refoulée de pulsions ou hantée par la présence de cet innommable, la langue littéraire joue néanmoins le double jeu d’inscrire et d’ex-crire le corps, selon le mot d’Antonin Artaud.

Dir. Marie-Madeleine Gladieu,  Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé

SOMMAIRE

Avant-propos : inscrire/excrire le corps, par Alain Trouvé

Corps Culturels

  • Karin UELTSCHI, « De la fécondité poétique du boiteux »
  • Françoise AUBÈS, « Corps et violence dans les romans de la guerre interne au Pérou »
  • Anne-Elisabeth HALPERN, « Yôko Ogawa : Œuvrer au corps secret »

Corps d’auteur et de lecteur

  • Jean-Michel POTTIER, « Écrits du corps enseignant »
  • Alain TROUVÉ, « 7779 : énigme du corps et corps de l’énigme selon Théâtre / Roman d’Aragon »
  • Audrey LOUYER, « Les jeux du « je » : le dédoublement du corps à travers deux nouvelles fantastiques »

Figurations littéraires

  • Maria de JESUS CABRAL, « Mallarmé, le corps, le poème »
  • Marie-Madeleine GLADIEU, « Corps écrivant »
  • Miguel Angel ASTURIAS, « César Vallejo et Mario Vargas Llosa »

L’indicible

Roselis BATISTA, « À propos du roman de José Saramago : Les Intermittences de la Mort »

Bibliographie

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 200 p.
ISSN 1771-236X
ISBN-13 978-2-915271-73-7

Les référents du littéraire

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 7 – 2013

Le processus de création littéraire, qu’essaie d’appréhender l’étude de l’arrière-texte, met en jeu un triple rapport : au monde extérieur, théâtre de nos vies individuelles et collectives, au monde intérieur des pensées conscientes ou inconscientes, aux oeuvres littéraires ou artistiques qui font jouer ensemble ces deux mondes. Dès  lors se repose la question du ou plutôt des référents, cette catégorie hétérogène étant envisagée ici sur un mode pluriel. L’espace – géographique, psychique, sémiotique – pourrait être la notion aidant à concevoir l’articulation de cette pluralité à l’oeuvre dans la relation littéraire.

Dir. Marie-Madeleine Gladieu,  Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé

SOMMAIRE

Semestre 1

  • Alain Trouvé, CRIMEL: “De La forme d’une ville (Gracq) à la littérature comme mise en forme”
  • Marie-Madeleine Gladieu, CIRLEP: “Augusto Roa Bastos, El baldio (Le terrain vague): le problème du lieu”
  •  Heitor de Macedo, Psychanalyste, Paris : “Clinique de Dostoïewski” (Notes du sous-sol)
  •  Pierre Frath, linguiste, CIRLEP (fondateur de Res per nomen): “Référence et “ensorcellement” par le langage”
  • Jean-Michel Pottier, CRIMEL: “L’état des lieux dans Les soirées de Médan
  • Séance spéciale étudiants
  • Michel Arrivé: “Toponymie et littérature: Jarry, Proust, Céline et quelques autres”

Semestre 2

  • Anne-Elisabeth Halpern, CRIMEL: “Autour de l’inscription géographique des poèmes de Silvia Plath”
  • Bertrand Westphal, Université de Limoges: “La géocritique” (titre à préciser).
  • Patrick Chemla, Psychiatre et psychanalyste, Directeur du Centre Artaud, Reims: “Le lieu de la fabrique”
  • Pierre Bayard: “Comment parler des lieux où l’on n’a pas été?”
  • Luc Vigier, Université de Poitiers, ITEM: “Neige d’images: enjeux d’un déchiffrage des murs de l’appartement d’Aragon rue de Varenne (1970-1982)”
  • Séance spéciale étudiants
  • Françoise Heitz, CIRLEP: “Résidence privilégiée: une lecture des Mémoires de Maria Casares”
  • Daniel Oster, Professeur de géographie en Khâgne, Lycée Henri IV, Paris:”A propos des Eaux étroites de Julien Gracq et de L’intimité de la rivière de Philippe Le Guillou”
  • Régine Borderie, CRIMEL: “A propos d’oreilles bouchées: enquête sur un arrière-texte”.
Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages : 245 p.
ISBN: 9782915271621
Crédit: Stanley Zimny, Windows, 2012 – Source : Flickr

 

Déclinaisons de l’arrière-texte

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 6 – 2012

La fécondité du séminaire « Intertexte et arrière-texte » (AIL5) a conduit à remettre en chantier en 2010-2011 la notion toute nouvelle d’arrière-texte afin de mieux en cerner la validité et les limites éventuelles. Tel est le sens de ce sixième volume. L’arrière-texte correspond au faisceau complexe de données textuelles et iconographiques, de circonstances personnelles et collectives qui participent du mouvement de création dans la demi-conscience de l’écriture. A ce titre il inclut et dépasse le seul champ intertextuel. Sa reconstitution par le lecteur, toujours partielle, participe du processus de synthèse propre à l’écriture littéraire. Il se pourrait qu’avec cette ultime notion, produite dans l’effervescence des années 1960-1970 et temporairement oubliée, l’intuition des artistes ait précédé la critique et soit le chaînon manquant permettant de penser dans toute sa complexité le phénomène de création.

Dir. Marie-Madeleine Gladieu, Jean-Michel Pottier, Alain Trouvé

SOMMAIRE

1. ARRIÈRE-PLANS ROMANESQUES

  • Marie-Madeleine Gladieu – El túnel – Le tunnel –, d’Ernesto Sábato
  • Françoise Aubès – L’arrière-texte dans la littérature personnelle
  • Jean-Michel Pottier – Autour de Jean-Christophe de Romain Rolland : l’arrière-texte des versions scolaires
  • Aline Molina – « Les Poumons de la ville »
  • Marie-Madeleine Gladieu – Joseph Conrad et Mario Vargas Llosa
  • Roselis Batista – L’arrière texte historique dans Crônica de uma travessia.

2. FABRIQUES DU POÈME

  • Laurence Hélix – L’arrière-texte dans la littérature du Moyen Âge: entre appropriation et subversion
  • Maria de Jesus Cabral – La poétique de l’écho chez Maeterlinck
  • Alain Trouvé – Dans le lit de La Seine
  • Anne-Élisabeth Halpern – Le zaoum de Velimir Khlebnikov

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages : 220p.
Année de publication: 2012
ISBN 2915271488

Crédit: Telémaco, 14 – source: flickr.

Intertexte et arrière-texte: les coulisses du littéraire

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 5 – 2010

L’intertextualité avait fait l’objet en 2005-2006 de la session inaugurale du séminaire Approches Interdisciplinaires de la Lecture (AIL1). Si le concept demeure central pour appréhender le processus de création littéraire, peut-être n’est-il pas suffisant. L’arrière-texte entrevu en 2008-2009 serait-il le complément attendu et l’outil nécessaire pour penser la complexité ? Telle est la voie nouvelle explorée lors de la session 2009-2010 dans les deux domaines de la poésie et du roman. Les communications reprises dans le présent volume en restituent l’essentiel.

L’arrière-texte procède, non de la théorie pure, mais de l’intuition d’écrivains nourris de deux cultures, russe et française. Il désigne tout ce qui se trouve en amont de la création littéraire, appréhendée selon ses deux versants auctorial et lectoral. On peut le concevoir comme le réseau d’associations présidant à l’effet littérature : associations verbales, sensorielles, cognitives, qui englobent et dépassent le phénomène d’intertextualité.

dir. Marie-Madeleine Gladieu et Alain Trouvé

SOMMAIRE

Avant-propos
Alain Trouvé – De l’intertexte à arrière-texte

COULISSES DU ROMAN

  • Marie-Madeleine GLADIEU, “Vargas Llosa et Garcia Marquez : « les déicides »”
  • Thierry DAVO, “Intertexte et arrière-texte : l’écriture apparemment lacunaire chez Rafael Menjívar Ochoa”
  • Chloé GAUZI, “« Is all the world a text? » : le monde comme arrière-texte dans la fiction postmoderne”
  • Aline MOLINA, “L’enfant matador”
  • Thangam RAVINDRANATHAN, “L’oublié du récit : prénom et préhistoire dans En famille de Marie NDiaye”
  • Alain TROUVÉ, “De La Place de l’Etoile à la Rue des boutiques obscures : nomination et suggestion dans l’œuvre de Patrick Modiano”
  • Marie-Madeleine GLADIEU, “Les arrière-textes dans Los rios profundos
  • Emmanuel LE VAGUERESSE, “José-Luis de Vilallonga, « écrivain français né à Madrid » : Les ramblas finissent à la mer (1953) ou une vision singulière de l’ « arrière-pays » d’Espagne comme arrière-texte”
  • Françoise HEITZ, ” L’intertextualité à l’œuvre dans Étreintes brisées de Pedro Almodóvar (2009) : L’amour à mort (du cinéma)”

L’ARRIÈRE-PAYS POÉTIQUE

  • Michel ARRIVÉ, “Texte, pré-texte et intertexte chez Ferdinand de Saussure”
  • Juan Carlos BAEZA SOTO, “L’hypostase de la lumière : vibration, obscurité et intertextualités. Plotin dans l’œuvre poétique d’Emilio Prados (1899-1962)”
  • Jean-Baptiste GOUSSARD, “L’arrière-texte comme arrière du texte dans les écritures fragmentaires”
  • Nathalie ROELENS, “La ville comme arrière-texte : de Hugo à Aragon”
  • Alain TROUVÉ, “Fabriques du Savon, d’après Francis Ponge ;
    Christian Doumet – Trois réminiscences : Crane, Mallarmé, Heidegger”

 

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages : 280p.
ISBN : 978-2-915271-37-9

 

Crédit : Christophe Pelletier, Backstage Palais de Chaillot avant le show hello, 2014 – Source: Flickr

Voir et entendre par le roman

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 4 – 2010

Voir et entendre par le roman réunit les actes du séminaire Approches Interdisciplinaires de la Lecture (AIL4), tenu à Reims en 2008-2009. De la vision au sens propre du terme à la représentation mentale en passant par toutes les formes de l’imaginaire, il n’est pas aisé de dire ce que le lecteur de roman voit effectivement par le double prisme de la fiction et de l’écriture. Le roman lui donne également à entendre au sens acoustique du terme et peut-être au-delà, selon des modalités variées, de l’audition racontée à la musique mimée par le texte romanesque, par quoi l’écriture narrative tend vers le poème. Le présent volume, approfondissant la notion d’hétérogénéité romanesque, objet du précédent séminaire, explore ces deux voies de l’expérience humaine. Il en étudie les affinités et décalages, à partir d’un corpus varié, brassant les époques et les aires culturelles. L’étude littéraire se nourrit au passage de réflexions anthropologiques, linguistiques et esthétiques.

dir. Marie-Madeleine Gladieu et Alain Trouvé

SOMMAIRE

Avant-propos, Alain TROUVÉ, “Lire le roman : entre comprendre et percevoir”

 De la vision en régime romanesque

  • Harry BELEVAN, “Le jeu circulaire de l’imagination : un paradigme du fantastique dans Continuité des parcs de Julio Cortázar”
  • Laurence HELIX, “Voir le Graal : enjeux et failles du regard dans la Queste del saint Graal (vers 1220) “
  • Alain TROUVÉ, “« Écoutez/r Voir » : de Michel Picard à Elsa Triolet et vice versa “
  • Marie-Madeleine GLADIEU, “Représenter les personnages invisibles dans le roman hispanique”
  • Emmanuel LE VAGUERESSE, “Roman et cinéma dans Mala índole (1998) de Javier Marías : Elvis à Acapulco, ou Entre réel et fiction, une histoire de doubl(ur)es »”

Auditions romanesques

  • Alain TROUVÉ, “De l’audition à la pratique de l’écriture lecture”
  • Marie-Madeleine GLADIEU, “La guaracha del Macho Camacho de Luis Rafael Sanchez”
  • Françoise GEVREY, “Auditions dans deux romans du XVIIIe siècle : Les illustres Françaises, Dolbreuse ou l’homme du siècle ramené à la vérité par le sentiment et par la raison
  • Frédéric SOUNAC, “Mélophobie « critique » et modèle musical dans L’homme sans qualités de Robert Musil”
  • Sylvie FERRANDO, “Narrativité visuelle et sonore du Procès-verbal de J.-M.-G. Le Clézio et transposition sémiotique par E. Baudouin”
  • Anne-Elisabeth HALPERN, “Bris de notes, bruits de bottes”

 

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages : 220p.
ISBN : 978-2-915271-35-5

 

Crédit : Richard Cassan, Three Wise Monkeys, 2014 – Source: Flickr

Lire l’hétérogénéité romanesque

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 3 – 2009

« Lire l’hétérogénéité romanesque », troisième volume de la collection Approches Interdisciplinaires de la Lecture, rassemble les communications présentées dans le cadre du séminaire AIL tenu à Reims en 2007-2008. La catégorie de l’hétérogène, comme celle de l’autre, objet du séminaire de l’an passé, traverse toutes les disciplines. De la simple différence d’éléments composant un tout selon une unification que certains qualifieront de dialectique, à la dissemblance plus accusée mettant en péril la belle unité du tout ainsi formé, se laisse déjà entrevoir l’ambivalence de l’hétérogénéité.

La première partie de ce volume s’attache à en étudier les effets dans le cadre spécial de « l’expérience de lecture romanesque ». La seconde, « Lire la peinture par le roman ou le roman par la peinture ? », s’intéresse aux problèmes posés par l’association entre écriture romanesque et expression picturale. Complémentarité ? Coprésence dérangeante ? Deux formes encore de l’hétérogénéité.

dir. Marie-Madeleine Gladieu et Alain Trouvé

SOMMAIRE

Alain Trouvé — De l’hétérogénéité en matière de roman

  L’EXPERIENCE DE LECTURE ROMANESQUE

  • Didier MARTZ, “Altérité, altération”
  • Marie-Madeleine GLADIEU, “Le rapport à Faulkner (Sanctuaire) dans Lituma dans les Andes
  • Nataly VILLENA, “Le cosmopolitisme littéraire de Vargas Llosa”
  • Fabienne VIALA,  “Altération et altérité dans Le Partage des eaux
  • Alain TROUVÉ, “Se désaltérer au « lait noir de l’aube » ? Intertextes et trajets identitaires dans Magnus de Sylvie Germain”
  • Isabelle KRZYWKOWSKI, “L’hyperrécit : lecture hétérogène, lecture altérée ?”

LIRE LA PEINTURE PAR LE ROMAN OU LE ROMAN PAR LA PEINTURE ?

  • Jacques HENRIC, “Saura érotica”
  • Julie SAUVAGE, “Le tombeau et l’arabesque : usages féministes de l’ekphrasis chez Angela Carter”
  • Fabienne VIALA, “Peinture de l’Histoire dans El siglo de las luce
  • Marie-Madeleine GLADIEU, “Szyszlo et Fra Angelico dans Éloge de la marâtre de Mario Vargas Llosa”
  • Nathalie ROELENS, “Klossowski et la représentation de l’incommensurable”
  • Alain TROUVÉ, “Langages de l’art : le romancier et le peintre en vis-à-vis”
  • Emmanuel LE VAGUERESSE, “« Le passage du Styx » dans La montagne blanche
  • Sébastien HUBIER, “Ich lerne sehen Invariants et métamorphoses du Künstlerroman, de Balzac à Anatoli Klim”

 

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages : 224p.
ISBN :  978-2-915271-28-7

Crédit : Daniel Mennerich, Erfurt Krämerbrücke 08, 2018 – Source: Flickr

Lecture et Altérités

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 2 – 2008

Lecture et altérités est le second volume de la collection Approches interdisciplinaires de la lecture. Il rassemble les communications présentées durant le séminaire interdisciplinaire tenu à Reims en 2006-2007. Après Parcours de la reconnaissance intertextuelle (session 2005-2006), il s’agissait d’élargir la perspective, de montrer que ce lieu commun du discours contemporain, l’altérité, se décline sous diverses formes: intertextuelles encore, mais aussi culturelles, sémiotiques, psychiques, génériques; altérités de personne ou de caractères…

Selon l’angle de vue pris sur le texte à lire, selon la discipline convoquée pour penser l’autre, il faut ainsi concevoir des altérités, ce qui ouvre la voie à de nombreux croisements des perspectives. En attestent les contributions de chercheurs venus de France et d’ailleurs: linguistes, comparatistes, spécialistes de la littérature française, espagnole, anglaise, qui ont contribué à enrichir ce volume. Les articles s’adressent à tout public intéressé par le rapport entre littérature et lecture.

dir. Marie-Madeleine Gladieu et Alain Trouvé

SOMMAIRE

Avant-propos

I. Le littéraire et l’altérité

  • Alain TROUVÉ, “Problématiques littéraires de l’altérité”
  • Antonio DOMINGUEZ, “Les altérités à l’œuvre de la création”
  • Sébastien HUBIER, “Altérités et analogies”

II.  Altérités intertextuelles

  • Marie-Madeleine GLADIEU, “L’intertextualité dans Nocturnes du Chili
  • Maryse VASSEVIÈRE, “Intertextualité aragoniennes: la mémoire et l’oubli”
  • Jean-Charles HERBIN, “Quelques exemples d’intertextualité médiévale”
  • Alain TROUVÉ, “À propos de Hölderlin
  • Alain TROUVÉ, “Arrête, ô songe, d’enseigner, et toi, mémoire, d’engendrer”

III.Le signe et les figures de l’autre

  • Hoai-Huong NGUYEN, “Lecture et altérité chez Paul Claudel et Victor Segalen”
  • Thangam RAVINDRANATHAN, “L’Ailleurs Fantôme: Michel Leiris et Louis Malle”
  • Philippe MONNERET, “Altérité et signification”

IV. Roman et altérité

  • Marie-Madeleine GLADIEU, “Lecture et altérité dans Terra Nostra
  • Emmanuel LE VAGUERESSE, “L’agneau carnivore d’Agustin Gómez Arcos”
  • Christine CHOLLIER, “L’envers du décor”

 

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages : 251p.
ISBN : 978-2-915271-20-1

Crédit: Pablo Picasso, La jeune fille au miroir, 1932, Musée d’Art Moderne de New-York