Archives de catégorie : Les billets des étudiants

Hêtre magique

La Licence Professionnelle 3 Bois et Ameublement. Création et design du cadre de vie de Chaumont forme des concepteurs capables de construire des projets dans le domaine du bois et des matériaux associés. Elle allie l’esthétique et la technique, l’approche conceptuelle et le savoir-faire.

Hêtre magique

Projet tuteuré réalisé par Anas Benhaddou, Bérénis Moine et Alexandra Wilhelm pour le Parc National de Forêts, en collaboration avec le C.A.U.E. de Chaumont. 

Télécharger le projet complet

OVNI, ICI LA TERRE !

La Licence Professionnelle 3 Métiers du design. Design éditorial et graphique de Chaumont a pour principal objectif d’assurer la formation de professionnels de la communication visuelle et de la commande graphique. Elle allie l’apprentissage des outils numériques à la formation graphique, plastique et théorique.

Le projet tuteuré suivant a été réalisé durant l’année académique 2021-2022 par Lisa Da Silva et Julia Fernandez. Il questionne la création d’un objet éditorial sur les extraterrestres en proposant une vision graphique contemporaine où l’authenticité et le fanatisme engendré par ce mythe restent présents.

Direction du projet :

Nathalie Collinet
Gérald Laplanche
Laurent Bourcellier
Fabien Collinet

OVNI, ici la Terre !
Le phénomène extraterrestre

Le mythe des extraterrestres nous a depuis bien longtemps fascinés. Dès l’Antiquité, des textes évoquent la «pluralité des mondes» et à la fin du XIXe siècle, quand l’observation de la planète rouge donne à croire à l’existence de Martiens, l’hypothèse d’une potentielle autre forme de vie se renforce. Cela prendra une telle ampleur que la culture populaire s’en trouvera fortement influencée au XXe siècle. Entre recherches scientifiques et apparitions d’OVNI, des crop circles à l’affaire de Roswell en passant par la réalisation de films de science-fiction tels qu’E.T. ou Alien, c’est peu dire que ces événements ont alimenté le mythe. Dans cet ouvrage, nous partirons à la découverte d’un siècle qui a voulu croire aux petits hommes verts, certains alarmant avoir vu des choses, d’autres étant plus sceptiques envers cette croyance.  En fin de compte, une seule question persiste à travers les âges…

Les extraterrestres existent-ils ?

Une silhouette familière

Le master 1 Lettres et Humanités offre la possibilité de s’exercer à l’écriture créative dans le cadre du cours « Performances écrites ». Les étudiants doivent composer un récit sur un thème lié à leur sujet de mémoire. Le texte qui suit a été rédigé durant l’année académique 2021-2022.

Une silhouette familière

Elle attendait, debout sur le quai du métro, et frottait vigoureusement ses mains gantées l’une contre l’autre. Il parvenait à distinguer ses tremblements de froid sous les nombreuses épaisseurs de tissu censées lui faire barrage. On aurait dit qu’elle avait essayé de disparaître sous ses vêtements, de s’y ensevelir. Les gens passaient sans la voir, elle ne semblait pas les apercevoir davantage. Les yeux dans le vague, elle fixait sans le voir le panneau de la station.

Solférino. Le voyait-elle encore, après tout ce temps ? Il en doutait, mais en avisant son regard perdu, il se demandait tout de même si ce nom ne l’avait pas entraînée à sa suite dans l’une des rêveries primesautières et subites dont elle était coutumière. À quoi pouvait-elle bien penser ? Le froncement de ses sourcils ne présageait pas une réflexion joyeuse… Continuer la lecture de Une silhouette familière

Le Désir a retrouvé son étoile

Le master 1 Lettres et Humanités offre la possibilité de s’exercer à l’écriture créative dans le cadre du cours « Performances écrites ». Les étudiants doivent composer un récit sur un thème lié à leur sujet de mémoire. Le texte qui suit a été rédigé durant l’année académique 2021-2022.

Le Désir a retrouvé son étoile

Que quelqu’un lui nomme une chose plus belle à observer qu’un ciel de nuit. Ces milliers d’étincelles pareilles à des points de conscience qui nous regardent et nous laissent les regarder. Ces mystères lointains insaisissables et passionnants. Une voûte si changeante et pourtant tellement apaisante. Le ciel nocturne suscite tant de questions qui ne demandent qu’à être éclaircies, tant d’énigmes qui ne cherchent que leur résolution. Oui, que quelqu’un lui nomme plus merveilleux spectacle que la voûte céleste.

Cette nuit encore, Aratos de Soles était saisi par la poésie de ce tableau. Des notes d’Eudoxe de Cnide à la main, il observait, allongé dans les jardins du palais d’Antigone. Qu’observait-il exactement ? Les figures formées de ces lignes imaginaires reliant les astres entre eux, l’harmonie qu’elles créaient. « Cette harmonie ne peut être que le signe de l’ordre qui règne là-haut », pensa l’observateur. Au fil des années, Aratos avait appris à reconnaître ces images : la ceinture des constellations zodiacales lui était désormais aussi familière que ses propres appartements. La beauté de ce spectacle ne manquait jamais de créer en lui un profond sentiment de reconnaissance envers les dieux, ces dieux qui régissaient le monde, celui d’après, celui d’ici et celui d’ailleurs. Pour cet homme fasciné, la splendeur et la noblesse de ce tableau signifiaient l’infinie bonté des Immortels. Continuer la lecture de Le Désir a retrouvé son étoile

Le Soleil fâché

Le master 1 Lettres et Humanités offre la possibilité de s’exercer à l’écriture créative dans le cadre du cours « Performances écrites ». Les étudiants doivent composer un récit sur un thème lié à leur sujet de mémoire. Le texte qui suit a été rédigé durant l’année académique 2021-2022.

Le Soleil fâché

La rue de Paris était pleine de passants, de fumées et de cris alors qu’il se rendait au Louvre. Il se souvenait parfaitement de la dernière occasion qu’il avait eue de se rendre à la capitale. C’était en été, un été chaud et fructueux : il passait justement devant le couvent des Feuillants, qui lui remémora la conférence qu’il avait donnée à l’Hôpital général. Les travaux pour la construction de son extension allaient débuter. Ce serait la Salpêtrière. Oui, cet été 1657 fut un moment intéressant de sa carrière, car il fut pour lui une de ces intenses périodes d’écriture. Il se souvenait également que c’était à cette date que le surintendant Fouquet avait achevé les structures principales de son château de Vaux, de son palais, plutôt. Bossuet laissa derrière lui la collégiale Saint-Honoré. C’était l’été où avait paru cet ouvrage si singulier de Pascal, Les Provinciales. Quoi qu’il ne fût pas toujours en accord avec les positions de cet homme, il reconnaissait tout de même qu’il avait bien du talent pour débattre avec tant de subtilité. Le roi, se rappelait-il, était resté assez réservé sur ces lettres. C’est sans doute pour cela, pensait Bossuet, qu’il devait garder en mémoire ces événements d’il y a cinq ans, car il lui faudrait prononcer devant le monarque bien plus que de simples panégyriques. Il lui faudrait mettre devant les yeux ses propres torts – non pas comme un accusateur, car qui était-il pour juger un tel homme ? Non, il lui faudrait lui parler avec cette même simplicité qui l’avait tant charmé et convaincu, celle qu’il manifestait en tous lieux et avec chacun de ses auditeurs – il pourrait s’agir de ce mendiant auquel il venait de donner l’aumône, ou de cette femme de marchand qu’il avait croisée, ou de ces nobles qu’il verrait tout à l’heure –, celle de son maître Vincent de Paul. Il lui faudrait parler, car la reine-mère, Anne d’Autriche, le lui avait commandé. Elle avait attiré auprès d’elle tous les partisans d’un redressement moral de la Cour. Et c’est justement pour sa verve oratoire qu’elle l’avait convoqué, l’ayant vu à Metz prononcer l’un de ses discours pour l’apologie des saints de la religion chrétienne. Continuer la lecture de Le Soleil fâché

rédiger un billet pour les carnets du crimel : la marche à suivre et mon ressenti

Madame Bohnert, spécialiste du XVIIe siècle, a beaucoup travaillé sur La Fontaine. Elle assure des cours d’Humanités Numériques au sein du Master Lettres et Humanités et fait participer les étudiants au projet Mythologia. C’est elle qui m’a formée le 15 mars 2021, en compagnie de trois autres camarades de L3, pour me montrer comment on peut publier des informations dans les différentes catégories des carnets du CRIMEL.

Pendant la formation à l’utilisation des carnets du CRIMEL, nous avons pu découvrir l’interface administrateur et nous avons pu apprendre à publier un article. Pour cela, il faut se rendre sur l’espace administrateur et retrouver dans le tableau de bord, à gauche, la catégorie « articles » et cliquer sur « ajouter ». Le premier point d’attention lorsque l’on publie un article, c’est la question de la mise en forme du texte. Le titre s’écrit automatiquement en majuscules, il faut seulement penser aux accents. Pour rédiger un compte rendu, il faut reprendre le titre de l’ouvrage et placer entre parenthèses le nom du directeur. Il faut cependant penser à la présentation des informations car il est bon qu’elle soit harmonisée entre les différents billets.

En ce qui concerne l’espace pour rédiger le billet, il correspond à l’interface que l’on peut trouver sur un support de traitement de texte : il est possible de rédiger en gras, en italique, de souligner, de placer un indice ou de centrer un texte. Nous pouvons également insérer un lien en copiant l’URL en question, en sélectionnant le texte où l’on veut mettre le lien et en ajoutant le lien avec le bouton correspondant. Il est aussi possible de casser un lien, donc de l’enlever. À tout moment, lorsque l’on publie un billet, il est possible de prévisualiser ce que l’on est en train de faire. Cela permet de mieux se rendre compte des modifications qui peuvent être nécessaires.

Nous avons également pu découvrir comment insérer une image dans un billet. Pour cela, il faut cliquer sur le bouton « Ajouter un média ». Nous arrivons alors dans la médiathèque des carnets du CRIMEL qui rassemble toutes les images déjà utilisées ainsi que les pdf ou autres types de documents que l’on a pu déposer dans les billets. Mais il est aussi possible d’importer une image depuis son ordinateur en choisissant l’option « Téléverser des fichiers ». Une condition : les documents doivent faire moins de 10 méga octets. Pour ne pas confondre un lien URL avec un lien de téléchargement (pour un pdf par exemple), il faut indiquer dans le billet qu’il s’agit d’un lien de téléchargement.

Il reste ensuite deux choses à faire : choisir la date du billet. On le publie tout de suite si c’est un évènement. En revanche, lorsque l’on veut placer un billet au bon endroit, notamment lors d’un rattrapage de billets non-rédigés, il faut indiquer une date entre le dernier billet mis en ligne et la date de l’avant dernier billet. La seconde chose à faire est de classer le billet dans la bonne catégorie.

Enfin, on choisit l’image mise en avant sous la forme de bandeau. Cette signature en image permet un effet de série entre les billets d’une même sous-catégorie (L’Atelier des mots par exemple). Pour cela il faut cliquer sur le bouton « Image mise en avant » et choisir l’image correspondante. Il faut au préalable préparer l’image aux bonnes dimensions. Lorsque l’on partage une image, il faut absolument penser à signaler les crédits. Le droit français insiste sur le fait que toute image doit être créditée. On inscrit les droits tout en bas du billet en gris clair. Si l’on ne donne qu’un extrait d’une image, il faut placer juste avant la référence l’expression « D’après ».  Ensuite on indique le nom de l’auteur, le titre de l’oeuvre, et la source, avec un lien vers l’image dans son contexte numérique d’origine. Si l’image nous appartient, il faut préciser « Collection particulière ».

Ayant déjà publié des billets à portée informative sur des forums en ligne, ce type d’interface ne m’était pas inconnue. J’étais déjà très à l’aise avec l’outil qui n’était pas si différent d’un support de traitement de texte. En revanche, j’ai beaucoup appris sur la manière dont il faut écrire un billet critique. Je me suis sentie libre une fois la formation aboutie, j’ai pu participer au rattrapage des billets non-rédigés notamment ceux de la collection Héritages Critiques.

Emma Simon (L3 Lettres Modernes 2020-2021)

Crédit: Collection particulière, gravure et caricature du lecteur-chercheur datant du XIXe siècle.

la chambre d’enfant

Le texte qui suit a été rédigé par une étudiante du Master I Lettres et Humanités, dans le cadre du cours intitulé “Compétences rédactionnelles”. Les personnes sont invitées à écrire un texte d’invention sur un thème lié à leur sujet de mémoire. Il s’agit d’aborder autrement la recherche, en sollicitant l’imagination, imagination stimulée par des extraits commentés en cours et par les œuvres choisies pour le mémoire.

La Chambre d’enfant

Lorsque j’étais enfant, je me rendais souvent chez ma grand-mère. Ensemble, nous allions rendre visite à mon arrière-grand-mère afin de l’aider à préparer ses médicaments et ses repas de la semaine. Elle était déjà très âgée et les heures me semblaient longues lorsque je devais patienter dans la cuisine sans bouger. C’est pourquoi j’aimais beaucoup me promener dans la maison et inspecter chacune des pièces à la recherche d’une nouvelle distraction.

Pour entrer dans la maison, il fallait traverser une petite véranda où était exposée une collection de cactus. Je m’amusais à les toucher du bout des doigts pour savoir s’ils piquaient vraiment. Le plus souvent, je restais dans la cuisine où se trouvait le fauteuil que mon arrière-grand-mère ne quittait que pour aller se coucher. Elle gardait son téléphone fixe près d’elle pour ne pas avoir à se lever. C’était la pièce principale de la maison, celle qui reliait toutes les autres. Sur la droite se trouvait une pièce dont l’utilité m’est toujours demeurée inconnue. Elle abritait les nombreuses plantes offertes à mon arrière-grand-mère, il n’y avait aucun meuble dedans. Au fond se trouvait une minuscule salle de bain, mais j’évitais autant que possible de m’y rendre parce qu’elle me faisait un peu peur. J’allais souvent explorer le salon lorsque mon arrière-grand-mère me disait d’aller prendre un bonbon. C’était la plus grande pièce de la maison. La première chose qu’on voyait en entrant était un portrait de mon arrière-grand-père, juste au-dessus des deux canapés. Il s’y trouvait également un buffet ancien sur lequel était posée la boîte de bonbons. Je savais que mon arrière-grand-mère les achetait spécialement pour moi. Enfin, il y avait une table ronde et quatre énormes bombonnes d’oxygène. Mon arrière-grand-mère était reliée à une de ces bombonnes, aussi grandes que moi, par un long tuyau sur lequel il fallait prendre garde de ne pas marcher. Ma grand-mère m’autorisait parfois à jouer dans la chambre où dormait le chat. Il n’avait pas de nom ; mon arrière-grand-mère en inventait un nouveau à chaque fois que je lui posais la question. Il était souvent couché sur le lit de mon arrière-grand-père, sur une épaisse couverture de laine. Mes arrière-grands-parents avaient chacun un lit simple, séparés par deux petites tables de nuit. Au pied des lits se trouvait une cheminée qui ne fonctionnait plus depuis plusieurs années. Quand ma grand-mère manquait de patience, elle m’envoyait arroser les fleurs dans le jardin. J’allais chercher un arrosoir dans le hangar où se trouvaient tous les outils de jardinage et j’en profitais pour cueillir quelques fraises ou framboises. Mes arrière-grands-parents avaient également un petit verger où j’allais ramasser des mirabelles ou des pommes lorsque la saison le permettait. Ma mère m’avait raconté qu’il y avait des moutons quand elle était petite et qu’elle allait les nourrir au biberon. Je connaissais si bien cette petite maison que j’avais parfois l’impression qu’elle était la mienne. Continuer la lecture de la chambre d’enfant

Béatrice

Le texte qui suit a été rédigé par une étudiante du Master I Lettres et Humanités, dans le cadre du cours intitulé “Compétences rédactionnelles”. Les personnes sont invitées à écrire un texte d’invention sur un thème lié à leur sujet de mémoire. Il s’agit d’aborder autrement la recherche, en sollicitant l’imagination, imagination stimulée par des extraits commentés en cours et par les œuvres choisies pour le mémoire.

Béatrice

Les yeux posés sur l’horizon, elle contemplait ses lectures. Prolongement de ses pensées, son regard et ses lèvres ourlées comme une page cornée m’invitaient à lire en elle un récit d’Italie. Elle semblait si réelle, et bien que devinant la bonté céleste de son âme, j’étais obsédé par sa chevelure vermeille des enfers. C’était une évidence : elle était mon âme-sœur. Il y a de cela deux ans, un an ou peut-être une semaine, je n’sais plus bien, j’ai été dépouillé, selon ces journalistes pute à clique, de ma putain d’âme de merde. C’est arrivé un soir, peut-être un matin, ou bien durant les fêtes de fin d’année, je n’sais plus bien, mais ce que je peux dire c’est que depuis il n’y a plus rien. Rien, c’est ce que je suis, c’est ainsi que l’on me nomme depuis et « depuis », c’est la manière dont je nomme ce qu’il s’est passé. Les autres préfèrent employer des mots comme meurtre ou, plus sobrement encore, massacre ! Lors de mon procès ont été avancées par les grands freluquets à froufrous blancs ce que la terminologie juridique appelle « les causes objectives d’irresponsabilité pénale » ; selon leurs expertises faussement psychanalytiques, une abolition du discernement due à ma schizophrénie m’aurait contraint à agir sous l’influence d’une inconscience sauvage – là où règne l’anarchie des pulsions. Comme je ne pouvais m’exprimer autrement que par la pensée, ils ont interprété mon mutisme ainsi que mon stoïcisme comme une flagrante insensibilité faisant de moi un bonhomme complètement aliéné par l’indifférence et l’inconscience. Bordel. Bordel de merde. S’ils pouvaient lire les récits de mon esprit, ils comprendraient que j’ai fait ce que j’ai fait sciemment, consciemment et indéniablement amoureusement, car c’était l’unique solution pour te donner à nouveau corps. Continuer la lecture de Béatrice

La promotion 2019-2020 présente le Master mention Lettres et Humanités

Vous qui lisez ces lignes,

étudiants  en  licence  qui vous intéressez  aux  diverses formations offertes par l’Université de Reims, étudiants en master souhaitant se réorienter ou promeneurs virtuels, soyez les bienvenus sur la présentation du master recherche mention Lettres et Humanités. Le but n’est pas de vous convaincre d’intégrer le master mais de vous en montrer les spécificités, richesses et problématiques afin que vous puissiez, peut-être, vous laisser séduire comme nous nous sommes laissé séduire par cette formation.

Signé: la promotion 2019 – 2020

Continuer la lecture de La promotion 2019-2020 présente le Master mention Lettres et Humanités

indexation sur le site Mythologia

Exemple d’activité réalisée en 2019-2020
Indexation sur le site Mythologia

Vous l’aurez compris, le master LH n’est pas uniquement centré sur le mémoire, il permet aux étudiants de découvrir le monde de la recherche dans ses dimensions plurielles. Parmi elles, celle des humanités   numériques   qui   a   fait   l’objet  de plusieurs cours. L’une des activités, réalisée en philologie numérique, consiste en une indexation et transcription de textes de Natale Conti sur le site Mythologia. L’enjeu était de se confronter à des textes qui  ne  pensent  pas  le  monde  comme  nous  afin d’’interroger la manière de  transmettre  ou  de fabriquer une connaissance sur l’Antiquité. Notre travail a consisté en une explicitation de textes qui nous résistent à cause de l’ éloignement temporel et culturel. Cela s’est fait par le geste éditorial, qui consiste en une création de « quelque chose » (ici, en l’occurrence,  création  de  métadonnées)  consultable par d’autres – tant pour les spécialistes que pour les néophytes.   Il   faut   trouver   un   équilibre entre informations et synthèses pour que l’outil final soit lisible et donc profitable aux utilisateurs.

Compétences acquises : maîtrise des outils documentaires classiques et numériques, maîtrise de la méthode philologique pour l’établissement et la compréhension des textes

Signé: Les étudiants de la promotion 2019-2020

LIENS
– Nos travaux sur le site Mythologia
– La présentation du cours sur le blog Mythologia.
– Le scénario pédagogique été présenté par nos enseignants lors de la journée d’étude « Humanités numériques et pratiques pédagogiques » organisée à l’Université Paris 8 dans le cadre du séminaire EPHN.