Archives de catégorie : Masters et Doctorat

Soutenance d’Alexandra Grosman

jeudi 10 novembre à 14h00

Alexandra Grosman soutiendra sa thèse  de doctorat, préparée sous la direction de Nathalie Preiss (URCA), et intitulée

« Discours du discours balzacien : épigraphes et dédicaces des romans et nouvelles de La Comédie humaine »

Membres du Jury :

Nathalie PREISS, Professeur émérite, URCA
Mireille LABOURET, Professeur émérite, Université Paris-Est Créteil
Bernard GENDREL, Maître de conférences HdR, Université Paris-Est Créteil
Régine BORDERIE, Maître de conférences HdR, URCA

Soutenance prévue en salle R418 du bâtiment 13.

Crédits : Prospectus pour la première édition de La Comédie humaine publiée chez Furne, auteur inconnu – source : Wikipedia.

Une silhouette familière

Le master 1 Lettres et Humanités offre la possibilité de s’exercer à l’écriture créative dans le cadre du cours « Performances écrites ». Les étudiants doivent composer un récit sur un thème lié à leur sujet de mémoire. Le texte qui suit a été rédigé durant l’année académique 2021-2022.

Une silhouette familière

Elle attendait, debout sur le quai du métro, et frottait vigoureusement ses mains gantées l’une contre l’autre. Il parvenait à distinguer ses tremblements de froid sous les nombreuses épaisseurs de tissu censées lui faire barrage. On aurait dit qu’elle avait essayé de disparaître sous ses vêtements, de s’y ensevelir. Les gens passaient sans la voir, elle ne semblait pas les apercevoir davantage. Les yeux dans le vague, elle fixait sans le voir le panneau de la station.

Solférino. Le voyait-elle encore, après tout ce temps ? Il en doutait, mais en avisant son regard perdu, il se demandait tout de même si ce nom ne l’avait pas entraînée à sa suite dans l’une des rêveries primesautières et subites dont elle était coutumière. À quoi pouvait-elle bien penser ? Le froncement de ses sourcils ne présageait pas une réflexion joyeuse… Continuer la lecture de Une silhouette familière

Le Désir a retrouvé son étoile

Le master 1 Lettres et Humanités offre la possibilité de s’exercer à l’écriture créative dans le cadre du cours « Performances écrites ». Les étudiants doivent composer un récit sur un thème lié à leur sujet de mémoire. Le texte qui suit a été rédigé durant l’année académique 2021-2022.

Le Désir a retrouvé son étoile

Que quelqu’un lui nomme une chose plus belle à observer qu’un ciel de nuit. Ces milliers d’étincelles pareilles à des points de conscience qui nous regardent et nous laissent les regarder. Ces mystères lointains insaisissables et passionnants. Une voûte si changeante et pourtant tellement apaisante. Le ciel nocturne suscite tant de questions qui ne demandent qu’à être éclaircies, tant d’énigmes qui ne cherchent que leur résolution. Oui, que quelqu’un lui nomme plus merveilleux spectacle que la voûte céleste.

Cette nuit encore, Aratos de Soles était saisi par la poésie de ce tableau. Des notes d’Eudoxe de Cnide à la main, il observait, allongé dans les jardins du palais d’Antigone. Qu’observait-il exactement ? Les figures formées de ces lignes imaginaires reliant les astres entre eux, l’harmonie qu’elles créaient. « Cette harmonie ne peut être que le signe de l’ordre qui règne là-haut », pensa l’observateur. Au fil des années, Aratos avait appris à reconnaître ces images : la ceinture des constellations zodiacales lui était désormais aussi familière que ses propres appartements. La beauté de ce spectacle ne manquait jamais de créer en lui un profond sentiment de reconnaissance envers les dieux, ces dieux qui régissaient le monde, celui d’après, celui d’ici et celui d’ailleurs. Pour cet homme fasciné, la splendeur et la noblesse de ce tableau signifiaient l’infinie bonté des Immortels. Continuer la lecture de Le Désir a retrouvé son étoile

Le Soleil fâché

Le master 1 Lettres et Humanités offre la possibilité de s’exercer à l’écriture créative dans le cadre du cours « Performances écrites ». Les étudiants doivent composer un récit sur un thème lié à leur sujet de mémoire. Le texte qui suit a été rédigé durant l’année académique 2021-2022.

Le Soleil fâché

La rue de Paris était pleine de passants, de fumées et de cris alors qu’il se rendait au Louvre. Il se souvenait parfaitement de la dernière occasion qu’il avait eue de se rendre à la capitale. C’était en été, un été chaud et fructueux : il passait justement devant le couvent des Feuillants, qui lui remémora la conférence qu’il avait donnée à l’Hôpital général. Les travaux pour la construction de son extension allaient débuter. Ce serait la Salpêtrière. Oui, cet été 1657 fut un moment intéressant de sa carrière, car il fut pour lui une de ces intenses périodes d’écriture. Il se souvenait également que c’était à cette date que le surintendant Fouquet avait achevé les structures principales de son château de Vaux, de son palais, plutôt. Bossuet laissa derrière lui la collégiale Saint-Honoré. C’était l’été où avait paru cet ouvrage si singulier de Pascal, Les Provinciales. Quoi qu’il ne fût pas toujours en accord avec les positions de cet homme, il reconnaissait tout de même qu’il avait bien du talent pour débattre avec tant de subtilité. Le roi, se rappelait-il, était resté assez réservé sur ces lettres. C’est sans doute pour cela, pensait Bossuet, qu’il devait garder en mémoire ces événements d’il y a cinq ans, car il lui faudrait prononcer devant le monarque bien plus que de simples panégyriques. Il lui faudrait mettre devant les yeux ses propres torts – non pas comme un accusateur, car qui était-il pour juger un tel homme ? Non, il lui faudrait lui parler avec cette même simplicité qui l’avait tant charmé et convaincu, celle qu’il manifestait en tous lieux et avec chacun de ses auditeurs – il pourrait s’agir de ce mendiant auquel il venait de donner l’aumône, ou de cette femme de marchand qu’il avait croisée, ou de ces nobles qu’il verrait tout à l’heure –, celle de son maître Vincent de Paul. Il lui faudrait parler, car la reine-mère, Anne d’Autriche, le lui avait commandé. Elle avait attiré auprès d’elle tous les partisans d’un redressement moral de la Cour. Et c’est justement pour sa verve oratoire qu’elle l’avait convoqué, l’ayant vu à Metz prononcer l’un de ses discours pour l’apologie des saints de la religion chrétienne. Continuer la lecture de Le Soleil fâché

Atelier des doctorants du CRIMEL

Compte-rendu de l’atelier du 24 mai 2022

Karin Ueltschi, qui nous a suivis et soutenus tout au long de l’année, a officiellement été déclarée notre marraine. Elle nous a également annoncé que le projet de thèse qu’elle avait rédigé sur l’eau au Moyen-Âge avait trouvé preneur en la personne d’Amandine Haller.

Certaines questions relatives à l’Ecole doctorale ont également été traitées: elles concernaient principalement le petit-déjeuner de l’Ecole doctorale (prévu le 24 juin 2022), les attributions d’ECTS et le conseil de perfectionnement de l’ED.

Le reste de l’atelier a porté sur l’organisation concrète des Doctoriales, en particulier sur le temps et répartition de parole de la table ronde. Il est prévu, après la pause-déjeuner, d’accueillir Manon Saint-Marc et Anne-Charlotte Danhiez qui nous parleront de l’Antithèse, un atelier de doctorants qu’elles ont mis en place. Ensuite, la journée prendra un tour plus académique avec nos communications, qui porteront sur nos différents sujets de thèse. Des sessions et des temps de parole ont été définis.

Les Doctoriales du CRIMEL

Les Doctoriales du CRIMEL
Présentation des travaux collectifs et individuels
des doctorants du CRIMEL

2 juin 2022 · 9h-18h
Bibliothèque Robert de Sorbon – Campus Croix-Rouge
et sur Zoom

9h Accueil des participants
9h15 – 9h30 Introduction de la journée
9h30 – 11h Table ronde : « Être doctorant »
11h – 12h Les « Ateliers du CRIMEL ».
Présentation des activités collectives des doctorants du CRIMEL
14h – 17h Communications des doctorants sur leurs sujets
17h 17h15 Discussion, clôture de la journée

À l’issue de la journée, l’ensemble des participants sont conviés à un buffet de clôture dans la salle de réception du CRIMEL.

CONTACT
rose-lucie.cahoua@univ-reims.fr
juliette.fridli1@univ-reims.fr

TELECHARGEMENT
Affiche et Programme

Atelier des doctorants du CRIMEL

Compte-rendu de l’atelier du 12  avril 2022

La première partie de l’atelier a été animée par Lorène Trémerel: la présentation de sa thèse sur les femmes dans les films d’horreur  a suscité de passionnantes questions sur la représentation des femmes, les stéréotypes et le cinéma comme art et comme industrie.

La seconde partie de notre atelier a été consacrée à préparer le déroulement de nos Doctoriales.

Atelier des doctorants du CRIMEL

Compte-rendu de l’atelier du 8 mars 2022

L’atelier a été animé par Julien Jeffredo qui nous a présenté sa problématique de thèse, qui porte l’écriture féminine et la poétique du corps chez Frances Burney et Claire de Duras. Sa présentation a donné lieu à un échange particulièrement fécond avec Cyrille Fabre-Lalbin, qui aborde dans sa thèse des questions assez proches.

Ensuite, Juliette Fridli a fait une présentation de l’espace Discord, auquel Karin Ueltschi a obtenu un accès en tant qu’invitée.

La fin de l’atelier a porté sur les actualités du CRIMEL et de l’Ecole doctorale. Nous avons bien noté la date de l’Assemblée générale “Hors-les-murs” du CRIMEL et avons discuté du thème retenu pour la journée des doctorants de l’ED-SHS, “Transitions”, pour voir quelle place les doctorants du CRIMEL peuvent y trouver.

Atelier des doctorants du CRIMEL

Compte-rendu de l’atelier du 15 février 2022

L’atelier a été animé par Aurore Rahault (CERHIC) et Cyrille Fabre-Lalbin, qui nous ont présenté leurs problématiques de thèse.

Aurore Rahault travaille sur les rites funéraires des femmes nobles au Moyen-Âge, ce qui suppose une exploration fine et méthodique des sources. Elle est rattachée au CERHIC et est la représentante des doctorants de ce laboratoire. Elle est une invitée permanente à nos ateliers auxquels elle assiste généralement en tant qu’observatrice. Sa participation pourrait donner lieu à des activités conjointes entre les doctorants du CRIMEL et du CERHIC. Nous la remercions pour l’intérêt qu’elle nous porte et demeure la bienvenue parmi nous.

Dans sa thèse, Cyrille Fabre-Lalbin s’interroge sur la possibilité d’un roman de formation au féminin. Ses recherches portent sur Claire de Duras, George Sand, Balzac et Stendhal et elle aborde, à travers ses héroïnes féminines et leurs conditions, des questions d’esthétique et de poétique.

Atelier des doctorants du CRIMEL

Compte-rendu de l’atelier du 11 janvier 2022

L’atelier a été animé par Caroline Vernier et Juliette Fridli, qui nous ont présenté leurs usages de Zotero et les intérêts qu’elles y voient.

Qu’avons-nous retenu de ces présentations?

1- On peut sauvegarder nos entrées dans le cloud (à condition de se créer un compte) et en local;

2- Zotero est un outil très performant pour classer nos entrées bibliographies et attacher des marqueurs (ou tags) pour effectuer des recherches dans nos lectures.

3- Zotero dispose d’une extension Word qui permet  d’insérer nos appels de note et les mettre à jour lorsqu’on modifie notre document. ,

Nous avons aussi évoqué les agrégateurs de sites avec mots-clefs, comme Old Reader.

Le reste de l’atelier a donné lieu à une discussion sur l’organisation de la journée des doctorants: programme, communication au sein de l’Université, préparation d’une affiche; les tâches ont été réparties.