Archives de catégorie : Masters et Doctorat

Master Lettres et Humanités

Le Master Lettres et Humanités est une formation de haut niveau dans le domaine des Humanités littéraires : Littératures antiques, Littérature française et Littérature comparée. Il conjugue un approfondissement des études littéraires, une initiation aux humanités numériques et un accompagnement vers la vie professionnelle : aux cours dispensés pendant les trois premiers semestres (258h par semestre), s’ajoutent une formation professionnalisante dans le cadre du CRIMEL (Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires, EA 3311), un stage dirigé (106h) et la préparation d’un projet de recherche personnel (rédaction d’un mémoire en M1 et en M2 et soutenance devant un jury).

Responsables de la formation:
Nathalie Preiss – nathalie.preiss@univ-reims.fr
Régine Borderie – regine.borderie@univ-reims.fr

Secrétariat: Plamena Zhekova – master.llce@univ-reims.fr
Master LLCE, Master MEEF ALL et Agrégation
UFR Lettres et Sciences Humaines
Université de Reims Champagne-Ardenne

57, rue Pierre Taittinger – 51096 REIMS Cedex
Tél. : 03 26 91 36 58
Ouvert du Lundi au Vendredi 9h00-12h et 13h-16h30
Fermé Vendredi après-midi

Présentation de la formation par les étudiants de M1 de la promotion 2019-2020.

TÉLÉCHARGEMENTS
– Brochure Master L et H 2020-2021
Encadrement des Mémoires: directions de recherche
Les étudiants sont invités à consulter également les biographies des chercheurs sur le site du CRIMEL.

 

 

la chambre d’enfant

Le texte qui suit a été rédigé par une étudiante du Master I Lettres et Humanités, dans le cadre du cours intitulé « Compétences rédactionnelles ». Les personnes sont invitées à écrire un texte d’invention sur un thème lié à leur sujet de mémoire. Il s’agit d’aborder autrement la recherche, en sollicitant l’imagination, imagination stimulée par des extraits commentés en cours et par les œuvres choisies pour le mémoire.

La Chambre d’enfant

Lorsque j’étais enfant, je me rendais souvent chez ma grand-mère. Ensemble, nous allions rendre visite à mon arrière-grand-mère afin de l’aider à préparer ses médicaments et ses repas de la semaine. Elle était déjà très âgée et les heures me semblaient longues lorsque je devais patienter dans la cuisine sans bouger. C’est pourquoi j’aimais beaucoup me promener dans la maison et inspecter chacune des pièces à la recherche d’une nouvelle distraction.

Pour entrer dans la maison, il fallait traverser une petite véranda où était exposée une collection de cactus. Je m’amusais à les toucher du bout des doigts pour savoir s’ils piquaient vraiment. Le plus souvent, je restais dans la cuisine où se trouvait le fauteuil que mon arrière-grand-mère ne quittait que pour aller se coucher. Elle gardait son téléphone fixe près d’elle pour ne pas avoir à se lever. C’était la pièce principale de la maison, celle qui reliait toutes les autres. Sur la droite se trouvait une pièce dont l’utilité m’est toujours demeurée inconnue. Elle abritait les nombreuses plantes offertes à mon arrière-grand-mère, il n’y avait aucun meuble dedans. Au fond se trouvait une minuscule salle de bain, mais j’évitais autant que possible de m’y rendre parce qu’elle me faisait un peu peur. J’allais souvent explorer le salon lorsque mon arrière-grand-mère me disait d’aller prendre un bonbon. C’était la plus grande pièce de la maison. La première chose qu’on voyait en entrant était un portrait de mon arrière-grand-père, juste au-dessus des deux canapés. Il s’y trouvait également un buffet ancien sur lequel était posée la boîte de bonbons. Je savais que mon arrière-grand-mère les achetait spécialement pour moi. Enfin, il y avait une table ronde et quatre énormes bombonnes d’oxygène. Mon arrière-grand-mère était reliée à une de ces bombonnes, aussi grandes que moi, par un long tuyau sur lequel il fallait prendre garde de ne pas marcher. Ma grand-mère m’autorisait parfois à jouer dans la chambre où dormait le chat. Il n’avait pas de nom ; mon arrière-grand-mère en inventait un nouveau à chaque fois que je lui posais la question. Il était souvent couché sur le lit de mon arrière-grand-père, sur une épaisse couverture de laine. Mes arrière-grands-parents avaient chacun un lit simple, séparés par deux petites tables de nuit. Au pied des lits se trouvait une cheminée qui ne fonctionnait plus depuis plusieurs années. Quand ma grand-mère manquait de patience, elle m’envoyait arroser les fleurs dans le jardin. J’allais chercher un arrosoir dans le hangar où se trouvaient tous les outils de jardinage et j’en profitais pour cueillir quelques fraises ou framboises. Mes arrière-grands-parents avaient également un petit verger où j’allais ramasser des mirabelles ou des pommes lorsque la saison le permettait. Ma mère m’avait raconté qu’il y avait des moutons quand elle était petite et qu’elle allait les nourrir au biberon. Je connaissais si bien cette petite maison que j’avais parfois l’impression qu’elle était la mienne. Continuer la lecture de la chambre d’enfant

Béatrice

Le texte qui suit a été rédigé par une étudiante du Master I Lettres et Humanités, dans le cadre du cours intitulé « Compétences rédactionnelles ». Les personnes sont invitées à écrire un texte d’invention sur un thème lié à leur sujet de mémoire. Il s’agit d’aborder autrement la recherche, en sollicitant l’imagination, imagination stimulée par des extraits commentés en cours et par les œuvres choisies pour le mémoire.

Béatrice

Les yeux posés sur l’horizon, elle contemplait ses lectures. Prolongement de ses pensées, son regard et ses lèvres ourlées comme une page cornée m’invitaient à lire en elle un récit d’Italie. Elle semblait si réelle, et bien que devinant la bonté céleste de son âme, j’étais obsédé par sa chevelure vermeille des enfers. C’était une évidence : elle était mon âme-sœur. Il y a de cela deux ans, un an ou peut-être une semaine, je n’sais plus bien, j’ai été dépouillé, selon ces journalistes pute à clique, de ma putain d’âme de merde. C’est arrivé un soir, peut-être un matin, ou bien durant les fêtes de fin d’année, je n’sais plus bien, mais ce que je peux dire c’est que depuis il n’y a plus rien. Rien, c’est ce que je suis, c’est ainsi que l’on me nomme depuis et « depuis », c’est la manière dont je nomme ce qu’il s’est passé. Les autres préfèrent employer des mots comme meurtre ou, plus sobrement encore, massacre ! Lors de mon procès ont été avancées par les grands freluquets à froufrous blancs ce que la terminologie juridique appelle « les causes objectives d’irresponsabilité pénale » ; selon leurs expertises faussement psychanalytiques, une abolition du discernement due à ma schizophrénie m’aurait contraint à agir sous l’influence d’une inconscience sauvage – là où règne l’anarchie des pulsions. Comme je ne pouvais m’exprimer autrement que par la pensée, ils ont interprété mon mutisme ainsi que mon stoïcisme comme une flagrante insensibilité faisant de moi un bonhomme complètement aliéné par l’indifférence et l’inconscience. Bordel. Bordel de merde. S’ils pouvaient lire les récits de mon esprit, ils comprendraient que j’ai fait ce que j’ai fait sciemment, consciemment et indéniablement amoureusement, car c’était l’unique solution pour te donner à nouveau corps. Continuer la lecture de Béatrice

Masteriales 2021: Des femmes, des sons, des silences, une voix ?

Mastériales du master mention « Lettres et Humanités »
de l’Université de Reims Champagne-Ardenne

 Des femmes, des sons, des silences, une voix ?

Jeudi 20 mai 2021

      Depuis les années 1980, nombre de colloques et séminaires ont été consacrés à la représentation de la femme ou du féminin, selon différentes approches critiques, dont, notamment, l’histoire des représentations.  Ainsi, tout récemment, Érika Wicky a lancé un appel à communication pour un atelier de la SERD (Société des études romantiques et dix-neuviémistes), intitulé « Femmes, féminité et parfums au XIXe siècle : imaginaires olfactifs et construction du genre ».
C’est dans cette perspective que, pour la première édition des mastériales du master mention « Lettres et Humanités » de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, l’on voudrait s’interroger, sous le titre : « Des femmes, des sons, des silences, une voix ? » , sur les femmes et le son, à partir d’un corpus transséculaire, tout à la fois littéraire, artistique, filmique et radiophonique, avec le souci d’articuler histoire des représentations et poétique de la représentation, et de convoquer plusieurs approches (historique, littéraire, artistique, philosophique, sociocritique, ethnocritique, poétique). Continuer la lecture de Masteriales 2021: Des femmes, des sons, des silences, une voix ?

La promotion 2019-2020 présente le Master mention Lettres et Humanités

Vous qui lisez ces lignes,

étudiants  en  licence  qui vous intéressez  aux  diverses formations offertes par l’Université de Reims, étudiants en master souhaitant se réorienter ou promeneurs virtuels, soyez les bienvenus sur la présentation du master recherche mention Lettres et Humanités. Le but n’est pas de vous convaincre d’intégrer le master mais de vous en montrer les spécificités, richesses et problématiques afin que vous puissiez, peut-être, vous laisser séduire comme nous nous sommes laissé séduire par cette formation.

Signé: la promotion 2019 – 2020

Continuer la lecture de La promotion 2019-2020 présente le Master mention Lettres et Humanités

indexation sur le site Mythologia

Exemple d’activité réalisée en 2019-2020
Indexation sur le site Mythologia

Vous l’aurez compris, le master LH n’est pas uniquement centré sur le mémoire, il permet aux étudiants de découvrir le monde de la recherche dans ses dimensions plurielles. Parmi elles, celle des humanités   numériques   qui   a   fait   l’objet  de plusieurs cours. L’une des activités, réalisée en philologie numérique, consiste en une indexation et transcription de textes de Natale Conti sur le site Mythologia. L’enjeu était de se confronter à des textes qui  ne  pensent  pas  le  monde  comme  nous  afin d’’interroger la manière de  transmettre  ou  de fabriquer une connaissance sur l’Antiquité. Notre travail a consisté en une explicitation de textes qui nous résistent à cause de l’ éloignement temporel et culturel. Cela s’est fait par le geste éditorial, qui consiste en une création de « quelque chose » (ici, en l’occurrence,  création  de  métadonnées)  consultable par d’autres – tant pour les spécialistes que pour les néophytes.   Il   faut   trouver   un   équilibre entre informations et synthèses pour que l’outil final soit lisible et donc profitable aux utilisateurs.

Compétences acquises : maîtrise des outils documentaires classiques et numériques, maîtrise de la méthode philologique pour l’établissement et la compréhension des textes

Signé: Les étudiants de la promotion 2019-2020

LIENS
– Nos travaux sur le site Mythologia
– La présentation du cours sur le blog Mythologia.
– Le scénario pédagogique été présenté par nos enseignants lors de la journée d’étude « Humanités numériques et pratiques pédagogiques » organisée à l’Université Paris 8 dans le cadre du séminaire EPHN.

Université d’été Prague 2020 : Fin de l’art ? Discours, pratiques, controverses

Dans la continuité des universités d’été organisées en 2014 à Padoue (Italie) et en 2017 à Reims (France), le KREAS (Univerzita Karlova), le CRIMEL (Université de Reims Champagne-Ardenne) et le DISLL (Università degli studi di Padova) proposent une troisième édition de cette manifestation, du 5 au 9 juillet 2020 à Prague, sur le thème : Fin de l’art ? Discours, pratiques, controverses.

L’université d’été, organisée par des littéraires et des philosophes, vise à explorer les caractéristiques et les évolutions d’un complexe de représentations et de réflexions, qui ont acquis dans l’Occident des XXe et XXIe siècles une actualité particulière, mais ont aussi, selon des modalités spécifiques, hanté d’autres époques. Elles concernent le devenir temporel entropique des œuvres, des arts, des artistes face à ce qu’on pourrait appeler l’utopie de l’éternité. La fin de l’art peut se penser en termes de décadence, dépérissement, décrépitude, mais aussi de germe, renouvellement et table rase. Cette réversibilité possible est un des enjeux que les organisateurs souhaitent envisager. La perspective sera clairement intersémiotique, et n’entend pas se restreindre à un champ artistique spécifique, ni à une période ou une aire culturelle particulière.

La manifestation sera ouverte à 15 doctorants ou post-doctorants qui seront accompagnés d’une dizaine de chercheurs confirmés. Elle comprendra des conférences magistrales, des interventions de jeunes chercheurs, des ateliers collaboratifs et des visites culturelles. La manifestation sera majoritairement francophone, mais les communications en anglais ou en italien seront également acceptées.

Le dossier de candidature (téléchargeable ici) et les pièces à joindre (listées ici) sont à renvoyer par courriel à jean-louis.haquette@univ-reims.fr avant le 29 mars 2020.

Les candidats seront informés des résultats de la sélection par voie électronique dans la semaine du 10 avril 2020. Leur inscription sera validée à l’envoi de la participation aux frais d’organisation (45 €).

| Plus d’informations sur le site dédié : Praha2020

SKINS

Skins est une série britannique diffusée entre 2007 et 2013. Elle retrace la vie d’adolescents d’un lycée de Bristol sur trois générations d’élèves. À chaque génération sont consacrées deux saisons, seule la septième et dernière saison déroge à la règle en reprenant trois personnages des saisons précédentes et en narrant ce qu’ils sont devenus après avoir quitté Bristol. La série aborde de nombreux thèmes sociaux, notamment l’homosexualité, les premières expériences, la mort, les troubles du comportement ainsi que la dépendance. Les deux premières saisons sont reliées par la famille Stonem, composée de la fratrie de Tony et Effy, duo mis en scène dès les premières secondes de la série. Ils constituent le fil conducteur des quatre premières saisons, ainsi la dernière génération marque une véritable rupture. Les différentes générations sont également portées par les liens qui unissent les personnages, ses liens sont en grande partie fondés sur l’amitié, mais aussi sur l’amour ou parfois sur une relation de nature plus ambiguë. Il sera intéressant de voir comment sont traitées les questions des relations amoureuses et sexuelles, mais également la façon dont est envisagée la toxicomanie, le rapport des jeunes à la violence physique et psychologique et, pour finir, comment les troubles psychologiques sont mis en scène dans la série.

Continuer la lecture de SKINS

soutenance de Flore Verdon

Flore Verdon soutiendra sa thèse de doctorat (Langue et Littérature françaises – littérature médiévale),  préparée sous la direction de Karin UELTSCHI (URCA), et intitulée

La Création d’un Royaume eutopique :
Géographies mythiques et recherches d’un paradis terrestre dans les itinéraires arthuriens des XIIe et XIIIe siècles

membres du jury :
Pr. Martin Aurell (Université de Poitiers) rapporteur
Pr. Véronique Beaulande (Université de Grenoble)
Pr. Christine Ferlampin-Acher (Université de Rennes II)
Pr. Denis Hue (Université de Rennes II, émérite), rapporteur
Pr. Françoise Laurent (Université de Clermont-Ferrand)
Pr. Philippe Walter (Université de Grenoble, émérite)

Quand:
Lundi 7 octobre 2019, à 14h

Où:
Campus Crois-Rouge,
Bâtiment Recherche (Maison des Sciences de l’Homme)
Salle R 418

Crédit: Yvain ou le chevalier au lion, BnF: ms. fr. 1433, f. 85 – Crédit: BnF

soutenance d’Anaïs Oléron

Mme Anaïs Oléron soutiendra sa thèse de doctorat, préparée sous la direction de Vincent JOUVE (URCA), et intitulée

La fiabilité narrative en question(s), parcours textuels et liberté du lecteur

membres du jury :
Raphaël BARONI Université de Lausanne Rapporteur
Vincent JOUVE (Univ. Reims-Champagne Ardenne), directeur
Liesbeth KHORTALS ALTES Université de Groningue Rapporteur
Frank WAGNER Université de Rennes 2 Co-directeur de thèse

Quand :
Mardi 25 juin 2019 à 14h30

Où :
Salle E14
Université de Reims Champagne-Ardenne
Bâtiment recherche, RDC aile droite
57 bis rue Pierre Taittinger
51100 REIMS

Résumé:
La formule «narrateur non crédible » apparaît sous la plume du théoricien américain Wayne C. Booth, au début des années Soixante. Par-là, il entend rendre compte de situations dans lesquelles le lecteur repère une distance entre le récit que rapporte le narrateur et ce que le texte donne à entendre par ailleurs. Cet effet de distance repose sur la détection, par le lecteur, d’indices textuels corroborant son sentiment. Le problème principal est alors celui de l’interaction entre l’« interface » que constituent le texte et le lecteur qui l’actualise. Au-delà du pacte de lecture noué entre l’œuvre et son lecteur, entrent également en ligne de compte certaines attentes correspondant à l’expérience commune ou façonnées par la culture littéraire. L’objectif de cette thèse est ainsi d’élaborer une synthèse des travaux passés et actuels sur la notion de narrateur non fiable. Un premier axe décline les différentes hypothèses et méthodes d’approche des textes permettant d’expliquer que certains narrateurs apparaissent moins fiables que d’autres. Un deuxième axe s’inscrit dans une perspective typologique et présente différentes formes de non fiabilité, invitant en outre à repérer les indices présents au sein des textes. Une troisième partie se concentre sur la question de l’interaction entre données textuelles et choix interprétatifs du lecteur. Elle propose pour cela l’étude de plusieurs œuvres contemporaines aux pactes de lecture ambigus ou indécidables. Un dernier temps du travail interroge les enjeux esthétiques et anthropologiques des narrations non fiables, le procédé étant symptomatique des tensions et des interrogations qui traversent notre société.

Crédit: Marc Frant, Carnaval longovénitien 2018 – au golf – source: Flickr.