Tous les articles par Marine Riguet

Séance du jeudi 19 octobre

Séminaire A2IL8 (CRIMEL-CIRLEP) « La personne, le personnage et l’archive à l’épreuve des genres », organisé par Christine ChollierAnne-Élisabeth HalpernAudrey Louyer et Alain Trouvé.

Séance du jeudi 19 octobre 2023, de 17h à 19h

Anne-Élisabeth Halpern (CRIMEL) présentera une conférence intitulée « L’archive photographique de Hiroshima : matrice fantasmatique du récit de Fukushima »

Les bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki en août 1945 ont été largement documentés à l’époque, par des témoignages, des articles de presse et des photographies. Seulement la censure américaine a soigneusement opéré un tri dans cette masse d’informations, ne laissant diffuser que quelques représentations qui ont nourri et figé l’imaginaire occidental. Curieusement, ces images en particulier n’ont pas été exhumées au moment de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en 1986 ; elles ont en revanche servi de matrice représentationnelle et surtout fictionnelle en 2011 au moment du séisme dans la région du Tôhoku suivi de l’accident nucléaire majeur survenu à Fukushima. L’onomastique a été un facteur déterminant pour ce rapprochement des archives, alors même que ce qui figure sur les photos de 2011 est la dévastation provoquée par le tsunami alors que les paysages de désolation de 1945 sont le résultat de la bombe atomique. Par exemple, des photographes occidentaux ont, consciemment ou non, cadré certains de leurs clichés comme ceux de 1945, utilisant des archives anciennes pour représenter le présent de 2011.

Voir les photos

La littérature n’est pas en reste qui confond allègrement tsunami et accident  nucléaire dans son évocation de la catastrophe, avec une référence appuyée à l’archive – qu’elle se donne la liberté d’inventer à l’occasion. On ne s’étonnera pas que soit privilégiée la forme diariste, par exemple, valant caution de vérité, le romancier s’effaçant derrière l’archiviste face à l’indicible et l’irreprésentable (déjà dit et représenté, pourtant). Les plus talentueux ont su, avec un peu de recul, démêler ce qui relevait de l’archive recomposée et de la liberté de la littérature.

 

Pour assister par Zoom :

https://univ-reims-fr.zoom.us/j/99668330405?pwd=cnU5Y1gzZDdrbUtUb3dwTElYVHFqQT09

ID de réunion: 996 6833 0405
Code secret: 871236

Workshop « Scène et sciences sociales »

« Scène et sciences sociales »

les 19 et 20 octobre 2023 à Reims (Chapelle St-Marcoul)

Workshop organisé par Yann Calbérac

Dans la continuité du workshop « Sciences sociales sur un plateau » qui s’est tenu au Boulon (Centre National des Arts de la Rue et de l’Espace Public), Vieux-Condé (59), en janvier 2023, cet atelier « Scène et sciences sociales » entend poursuivre la réflexion entamée, autour des liens possibles entre arts de la scène et sciences sociales, et notamment sur les usages expérimentaux de la scène.

La thématique retenue est « Habiter la scène ».

Les participant·e·s viennent de différentes institutions universitaires et artistiques :

– Elsa Bezaury, directrice de La Fileuse (Ville de Reims).
– Marion Boudier, études théâtrales, Université de Picardie Jules-Verne, membre junior de l’Institut universitaire de France.
– Yann Calbérac, géographie, Université de Reims Champagne-Ardenne (CRIMEL), membre junior de l’Institut universitaire de France.
– Jessica Chauffert, design d’espace, École Duperré.
– Rose Morel, danseuse et chorégraphe, Compagnie Les insensées, Reims.
– Nicolas Murena, metteur en scène, Compagnie Galilée, Reims.
– Florence Rudolf, sociologie, INSA Strasbourg.
– Irene Sartoretti, sociologie, INSA Strasbourg et Université Polytechnique des Hauts-de-France.
– Floriane Toussaint, études théâtrales, Université de Reims Champagne-Ardenne (CRIMEL).

 

Ce séminaire est organisé en partenariat avec le Laboratoire chorégraphique avec le soutien de l’Institut universitaire de France.

 

Crédits : Festival Out 4 alcools, photo de Kévin Martos. Source : Wikimédia.

Actualités de l’automne 2023

Le 13 octobre :

Du 21 au 23 novembre :

  • Yann Calbérac participera au Marathon création « Écouter autrement » organisé par Césaré (Centre National de Création Musicale) et le Ministère de la Culture (Direction générale de la création artistique, délégation à la musique).

Les 27 et 28 novembre :

  • Dans le cadre des journées d’études « Littérature feel bad. De l’ambivalence des émotions négatives » organisées par l’université Paris Nanterre, Céline Duverne interviendra sur le sujet suivant :  « Écriture de la cruauté et malaise du lecteur : Le Cousin Pons de Balzac et Extension du domaine de la lutte de Houellebecq »

Le 6 décembre :

  • Yann Calbérac animera une séance dédiée à la réception de Virginia Woolf dans le champ de la géographie dans le cadre du cycle de séminaire « A Room of One’s Own et les sciences humaines et sociales ». Il est possible de suivre le séminaire en ligne en s’inscrivant (woolfianroom@gmail.com).

Crédits : “L’automne”, artiste anonyme du XVIIIe siècle. Source : Gallica.fr

Séminaire “D’Autres Scènes” 2023-2024

Le séminaire est dirigé par Séverine Reyrolle (CRIMEL) et Christine Sukic (CIRLEP). Cette année, le programme  sera
consacré aux éditions théâtrales.

Programme 2023-2024
  •  10 novembre : Journée d’études en présentiel à la bibliothèque
    Carnégie de Reims intitulée « Établir, éditer le texte de théâtre
    (XVIème-XXème siècle) ».

Puis des séances mensuelles en distanciel auront lieu avec les interventions suivantes :

  • 1er décembre, 16h à 18h : Sandrine Berregard de l’Université de Strasbourg nous parlera des « Principes et enjeux de l’édition critique du théâtre français du XVIIe siècle ».
  • Le 19 janvier, 16h à 18h : Guy Ducrey de l’Université de Strasbourg abordera la question de « Rééditer Victorien Sardou, puis Edmond Rostand : la question du texte, le problème du spectacle ».
  • Le 2 février, 16h à 18h : À partir de Melponum, un projet d’éditions numériques de pièces théâtrales, Nina Hugot de l’Université de Lorraine traitera de  la question d’« Éditer du théâtre du XVIe siècle aujourd’hui. »
  • Le 5 avril, 16h-18h : Ioana Galleron de l’Université Sorbonne Nouvelle clôturera notre année par le beau sujet suivant : « Qu’est-ce qu’éditer numériquement un texte de théâtre? Retours d’expérience ».

Pour pouvoir suivre une de ces séances en distanciel, merci de vous inscrire en amont à l’une des adresses suivantes : christine.sukic@univ-reims.frseverine.reyrolle@univ-reims.fr ou bien encore stephanie.hatat@univ-reims.fr) et le lien zoom vous sera transmis par nos soins.

Consulter le Carnet Hypothèses du séminaire

Crédits : “La Comédie Française” d’Antoine Meunier. Source : Gallica.

Communautés et minorités dans les séries TV

Parution

Sébastien Hubier, Emmanuel Le Vagueresse (dir.), Communautés & minorités dans les séries TV, Paris, L’Improviste, coll. « Les aéronautes de l’esprit », 2023.

« Et si le petit écran se laissait hâler ? » C’est par cette interrogation en forme de jeu de mots qu’en 2004 Télérama se penchait sur le grand dossier de la diversité à la télévision, notamment dans les séries. La période semblait s’ouvrir à une certaine diversité. Vingt ans plus tard, force est de constater que le compte n’y est pas encore, et ce, même si la multiplication des canaux et l’influence des plateformes nord-américaines comme Netflix et Disney+ changent la donne et poussent à davantage d’inclusivité. Les choses sont-elles en train de changer plus vite que l’on ne pense, ou bien les résistances et crispations sont-elles plus ancrées que l’on ne croit ? Le web n’est-il pas devenu cet espace où la légitimation de la communauté/minorité s’est déplacée quant à sa représentation, accompagnée, du reste, d’un possible repli identitaire ? Faut-il penser en termes de quotas volontaristes, mais aussi auto-justificateurs, destinés à exprimer la diversité et à figurer des minorités visibles. Telles sont quelques-unes des questions auxquelles cet ouvrage tente d’apporter quelques réponses par l’étude de séries du monde entier.

Site de l’éditeur

Cet ouvrage fait suite à la journée d’études qui s’est tenue à Reims le 18 mars 2022 : voir le programme de l’événement.

Séminaire A2IL8 : programme

Séminaire A2IL8

Christine Chollier, Anne-Élisabeth Halpern, Audrey Louyer
Alain Trouvé (org.)

Jeudi 17:00h – 19:00h

Avant-projet

« La personne, le personnage et l’archive à l’épreuve des genres »

Quels liens entre l’archive et l’imaginaire littéraire, autobiographique, poétique, romanesque, théâtral ou cinématographique ? La poly-référentialité du personnage dans le roman ou le théâtre comme fiction dramatique ne renvoie que très partiellement ou pas du tout à des personnes historiquement attestées ; elle  semble se restreindre, s’agissant des êtres de l’autobiographie ou de la poésie lyrique, expressions dans lesquelles la référence aux personnes du monde réel  tendrait à devenir dominante, tandis que l’extension du propos à des personnages issus du répertoire romanesque ou mythologique  ne vaut que comme trait métaphorique.

La notion d’archive a surgi durant la journée d’étude du 4 mai dernier qui a clos notre session 2022-2023. Son introduction dans la problématique des projections fictives du sujet humain laisse entrevoir une polysémie intéressante.

On pense d’abord à l’archive au sens sociohistorique de trace écrite validée par les instances légales. La forme canonique est constituée par les documents de l’état civil. A priori, la personne, en tant que sujet social, trouve une forme d’objectivation dans la consultation des archives. S’agissant du personnage, dans la fiction théâtrale ou romanesque comme histoire inventée, il n’y aurait tout simplement pas de référence à ce mode archivé d’existence. Ou seulement, comme dans le roman réaliste, fabrication d’un état-civil fictif.

Mais l’archive telle que la donnent à repenser les travaux de Foucault (L’Archéologie du savoir, 1969) ou de Derrida (Mal d’archive, 1995) est une notion plus complexe. Elle s’applique au document écrit consultable, validé juridiquement par une instance collective, mais aussi à l’idée de trace encore active. La vie psychique du sujet porterait en elle ces traces dont Freud a appréhendé l’idée dans la note parfois controversée sur le « bloc magique » (1925) ou, sous une forme plus large, dans Le Créateur littéraire et la fantaisie (1908). Les rêves nocturnes et diurnes qui nourrissent l’écriture littéraire en seraient une transposition verbale, à décrypter éventuellement. Ce qui vaut pour l’écrit, au sens matériel du terme, étant susceptible de s’étendre à la parole comme acte de langage.

L’archive désigne encore en régime littéraire l’ensemble des textes précédant l’œuvre publiée mais accessibles comme avant-textes (Bellemin-Noël, 1972), à moins qu’elle ne s’applique, de façon plus large et plus incertaine, aux traces mémorisées d’autres textes interférant dans la mémoire de l’auteur, scripteur-lecteur et du lecteur, scripteur potentiel. Elle relève en ce sens de l’intertextualité ou de l’interlecture (Bellemin-Noël, Plaisirs de vampire, 2001).

Les genres littéraires ou artistiques (roman, théâtre, autobiographie, poésie lyrique, cinéma…) explorent la frontière entre personne et personnage, s’attachant à la poser ou à la nier dans les cas d’écritures procédant au brouillage générique. Il s’agirait en ce sens d’étudier les circuits intellectuels périphériques (socio-culturels et institutionnels) qui font pencher la représentation de l’être humain vers un pôle ou vers l’autre. Mais on pourra également se demander si les modalités contemporaines d’archivage des documents ne contribuent pas elles-mêmes au renouvellement des genres.

Programme

19/10/2023 – Anne-Élisabeth Halpern, « L’archive photographique de Hiroshima : fantasme fictionnel de Fukushima » (salle R418)

16/11/2023 – Déborah Lévy-Bertherat, « L’archive, nourriture de l’écriture non-historienne » (à partir de son roman Sur la terre des vivants) (salle R418)

14/12/2023 – Alain Trouvé, « Jeux de l’archive au personnage dans Le Quart Livre de François Rabelais » (salle de séminaire à la BU)

SÉMINAIRE DU CRIMEL

2e séance le 20 septembre 2023
12h-14h

Alexis Lévrier présentera ses travaux lors d’une intervention intitulée « L’ennemi journaliste : la fabrique d’une obsession (1683-1800) ».

LIEU :

BU Robert de Sorbon – Reims.

Séminaire en hybride, contacter Stéphanie Hatat (stephanie.hatat[at]univ-reims.fr) pour obtenir le lien Zoom.

Crédits : « Cabinet de rédaction » de S. Brévière. En ligne.

The Witcher, un monde de légendes

Parution

Justine Breton, The Witcher, un monde de légendes. Romans, jeux vidéo, séries, Paris, Bragelonne, coll. “Essais”, 2023.

« Comment se termine la légende de Geralt et de Ciri ? Mais tout le monde le sait, voyons ! » Cette réflexion, issue d’un personnage secondaire du septième tome de The Witcher, résume l’ensemble des enjeux soulevés dans la saga : l’histoire du sorceleur Geralt, de sa fille adoptive Cirilla et, dans une moindre mesure, d’autres protagonistes comme la magicienne Yennefer et le barde Jaskier, a tout de la légende. Toujours en construction aujourd’hui, elle est développée par étapes successives depuis 1986, d’abord et avant tout sous la plume de l’auteur. Et l’aventure transmédiatique The Witcher est loin d’être terminée.

Cette étude se propose aussi d’examiner la façon dont The Witcher construit sa propre légende : comment la notion de légende devient-elle à la fois source, matériau et résultat dans cette œuvre transmédiatique et polyphonique ?

Par sa composition par accumulation de variantes, et par sa narration mêlant histoire et merveilleux dans une approche toujours épique, la saga The Witcher accède elle-même au statut de légende contemporaine. Elle propose un récit légendaire en construction, tissé d’emprunts à des mythes variés et développé à travers un faisceau transmédiatique, formant un vaste ensemble de récits glorifiant les exploits de héros – en d’autres termes, une légende.

Présentation sur le site de l’éditeur

[AAC] DU PAPIER AU GRAPHISME

Du papier au graphisme :
formes et figures de l’imprimé en Champagne

Troyes, Médiathèque Jacques-Chirac
du mercredi 25 au vendredi 27 septembre 2024

Journées organisées par l’Université de Reims (laboratoire CRIMEL) ; Troyes Champagne Métropole (médiathèque Jacques-Chirac) ; l’École nationale des chartes (centre Jean-Mabillon, Paris) ; l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (centre Gabriel-Naudé, Villeurbanne) ; les Amis de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole.

Texte de cadrage

Bien qu’elle ne soit pas devenue une capitale de l’édition, Troyes fut de longue date un centre important de production papetière et s’est conformée, en l’absence d’une université, aux « réalités provinciales » décrites par Pierre Aquilon dans l’Histoire de l’édition française. De taille modeste, la ville reste davantage associée à l’industrie et au négoce textiles qu’à l’activité éditoriale. Pourtant, la tradition papetière de Troyes, l’impression de textes importants ou le succès de plusieurs dynasties d’imprimeurs libraires montrent que le livre a aussi contribué à l’organisation de son tissu social et à sa prospérité.

Troyes et les autres villes de Champagne, que ce soit Châlons, Chaumont, Langres ou Reims, ont été transformées par le livre imprimé depuis le XVe siècle, à l’image de l’architecture des trois bibliothèques municipales à vocation régionale de Châlons, Reims et Troyes, tandis que leurs bibliothécaires ont activement contribué à la conservation, à la constitution et à la connaissance de leurs collections imprimées.

Les travaux de chercheurs et d’érudits, comme, au XIXe siècle, les recherches de Corrard de Breban « sur l’établissement et l’exercice de l’imprimerie à Troyes » ou, dans le premier tiers du XXe siècle, la somme colossale de Louis Le Clert sur l’histoire du papier à Troyes depuis le XIVe siècle, ont déjà apporté de nombreux éclairages sur les liens tissés entre la Champagne et le livre, ainsi que l’a révélé de juin à octobre 2008 l’exposition Histoires d’imprimeurs en Champagne-Ardenne, XVeXIXe siècle à la médiathèque Jacques-Chirac. L’exploration de nouvelles sources, à la faveur des renouveaux historiographiques du second XXe siècle, est venue plus récemment nourrir de nombreux chantiers, illustrant les voies multiples empruntées par l’histoire du livre sur les terres champenoises. Livres de vente de libraires, inventaires après-décès de marchands-libraires, journaux intimes témoignant des pratiques de lecture de leurs auteurs, catalogues de bibliothèques conventuelles ont été mobilisés pour le XVIIIe siècle. Les siècles antérieurs ont également bénéficié de prospections dans les fonds anciens et les dépôts d’archives de la région et d’ailleurs. Ces sources ont favorisé l’éclosion de nouvelles thématiques de recherche. Pour les XVIIe et XVIIIe siècles, les recherches récentes menées sur la Bibliothèque bleue ont apporté des éclairages inédits et ont renouvelé, quant à elles, notre connaissance de la production, de la circulation et de la réception des livres imprimés dans la cité troyenne et bien au-delà.

Ces trois journées d’études souhaitent saisir les formes de la culture de l’imprimé dans ces villes moyennes des temps modernes et interroger à nouveaux frais les principaux acteurs du monde du livre, qu’ils soient papetiers, imprimeurs, libraires, bibliothécaires ou collectionneurs, et les spécificités de la Champagne méridionale dans le domaine du livre imprimé.

Continuer la lecture de [AAC] DU PAPIER AU GRAPHISME

Dans la nuit du deuil

Les étudiants du Master I Lettres et Humanités ont l’occasion de pratiquer l’écriture d’invention. Ils ou elles devaient, en 2022-2023, travailler sur ces deux verbes : « chercher, rechercher ». Il leur fallait élaborer un texte évoquant une recherche dont la nature et l’objet relevaient de leur choix, tout comme le genre du texte à écrire. Enseignante référente : Régine Borderie.

 

Dans la nuit du deuil

 Par des lettres qu’il écrit à sa femme décédée, un vieux monsieur cherche à se rapprocher d’elle et à se raccrocher à quelque chose afin de continuer à vivre.

23 octobre 2022

À ma femme,

Aujourd’hui, tu es morte, et je ne peux rien y faire. Mon monde s’est effondré, et je ne sais pas comment le reconstruire. Peut-être que je n’y parviendrai pas.

Cela fait trois jours. Trois jours que tu n’es plus là. Trois jours que je suis seul dans notre maison. Trois jours que je vis au ralenti. Trois jours, et pourtant j’ai la sensation que cela fait une éternité. Les voisins déposent des fleurs depuis hier, et même s’ils veulent se montrer gentils avec moi, je n’en ai que faire. Je n’ai besoin ni de leur compassion, ni de leurs bouquets. Je veux simplement retrouver ma femme, et ce ne sont pas des fleurs qui vont m’aider.

Ton départ, je m’y attendais. À vrai dire, je le redoutais même depuis quelques mois, pour être tout à fait honnête avec toi. Mais tu n’avais pas l’air si apeurée à l’idée de mourir. Les « bipbip » incessants des machines de l’hôpital résonnent en boucle dans ma tête. Les visages des médecins me hantent jour et nuit. Je revois sans cesse celui de la personne qui m’a annoncé que c’était fini, comme s’il ne devait jamais disparaître de mes pensées. Après tout, c’est lui qui t’a opérée, et il n’a rien pu faire pour te sauver, et je lui en veux. Je lui en veux de m’avoir pris la femme de ma vie.

Depuis cet instant, mon monde s’est effondré. Ma tête tourne, mes oreilles bourdonnent. C’est comme si tout autour de moi avançait au ralenti. J’ai l’impression que l’on m’a arraché le cœur d’un coup sec. La douleur est bien trop vive pour un seul être humain. J’espère être dans un cauchemar. J’espère me réveiller à tes côtés, comme avant.

Continuer la lecture de Dans la nuit du deuil