Les supports de l’actualité à l’époque moderne

Les supports de l’actualité à l’époque moderne

25 novembre 2022
bibliothèque Carnegie de Reims

Cette première rencontre souhaite ainsi réunir historiennes et historiens, spécialistes de littérature, chercheuses et chercheurs en sciences de l’information et de la communication autour d’une thématique commune : les supports protéiformes qui ont permis la transmission des nouvelles entre le XVIe siècle et la période révolutionnaire.

Cette journée prolongera le travail sur les métamorphoses de l’objet journal mené dans Matière et esprit du journal (Lévrier/Wrona, 2013) et déjà abordé dans d’autres ouvrages (Rétat,1990). Mais puisque le rôle du support n’est jamais accessoire dans la circulation de l’information, le but de ce cycle de journées d’étude sera également d’élargir la réflexion à des formes et des formats voisins de la presse périodique, qui permettent eux aussi de rendre compte de l’actualité. Libelles, journaux, avvisi, correspondances, nouvelles à la main, gazettes, mercures, « lardons » : pour analyser la diffusion de l’information sous l’Ancien Régime dans toute sa complexité, cette première manifestation prendra en compte publications occasionnelles, textes manuscrits et périodiques à la publication plus ou moins régulière. Un intérêt particulier sera accordé à l’information manuscrite : ce mode de communication, antérieur à l’apparition du journalisme et souvent considéré comme plus crédible et plus véridique que la presse, est demeuré tout au long de la période étudiée une forme à la fois complémentaire et concurrente de la presse imprimée.

Seront notamment envisagées les innovations formelles des auteurs ou de leurs éditeurs, de même que les contraintes techniques, temporelles et éditoriales auxquelles ils sont constamment confrontés, aussi bien que la pluralité auctoriale et actoriale qui fait surface lors de la construction et de la transmission des nouvelles. Les neuf communications de cette journée d’étude s’intéresseront également à la question du métadiscours de ces auteurs, et en particulier au vocabulaire qu’ils utilisent pour désigner
les spécificités matérielles de leurs écrits.

Les participants mobiliseront ainsi des outils empruntés aux travaux sur l’histoire du livre et de la presse, mais aussi aux recherches en information et communication. Ils étudieront en particulier ce que Marie-Ève Thérenty a nommé la « poétique du support » (Thérenty, 2009) et ce qu’Emmanuel Souchier a appelé, dans une perspective plus ouvertement polyphonique, « l’énonciation éditoriale » (Souchier, 1998 ; 2007). Leurs communications prendront aussi en compte les modalités et les pratiques de la narrativité du discours informationnel (Charaudeau, 1997), ainsi que la matérialité et la « social materiality » de l’échange (Daybell, 2012). Tout comme ses contenus, le support est en effet manié et remanié, et chacun de ces passages représente autant d’étapes dans la construction de l’actualité à transmettre. Les formes et les formats qu’il emprunte sont ainsi le silencieux préambule des informations qu’il recèle (Goody, 1986 ; Kaiser/Buti, 2007).

La journée se tiendra de 8h45 à 17h15 au 2 place Carnegie, Reims.

RESPONSABLES SCIENTIFIQUES :
Alexis Lévrier (URCA) et Luciano Piffanelli (U. de Haute-Alsace)

TÉLÉCHARGEMENT :
Programme



Citer ce billet
Marine Riguet (2022, 7 novembre). Les supports de l’actualité à l’époque moderne. Les carnets du CRIMEL. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ncr8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.