Qu’est-ce qu’un vrai journaliste ?

Le 8 décembre 2018, à Paris, lors de la mobilisation des « gilets jaunes »  Crédits : YANN CASTANIER / HANS LUCAS – AFP

Alexis Lévrier est l’invité de  Hervé Gardette sur France Culture pour l’émission Du grain à moudre diffusion le 20 juin 2019 .

Ecouter l’émission.

Mais comment faisaient les journalistes pour s’engueuler entre eux avant l’invention de Twitter ? Le réseau social est devenu le réceptacle des débats internes à la profession. Comme par exemple le week-end dernier avec le « cas » Taha Bouhafs. Taha Bouhafs est reporter pour le site Là-bas si j’y suis. Le 11 juin dernier, il est interpellé alors qu’il couvre une manifestation de soutien à des travailleurs sans-papiers dans le Val de Marne. Garde à vue, téléphone confisqué.

Une vingtaine de sociétés de journalistes de médias, dont celle de France Culture, publient une tribune pour dénoncer cette interpellation. Tribune « en soutien au journaliste Taha Bouhafs ». Et c’est la mention « journaliste » qui provoque le débat sur Twitter. Pour certains, ce titre est usurpé, Bouhafs ne serait qu’un militant, par ailleurs coupable d’avoir propagé une rumeur en avril 2018 lors de l’évacuation de la fac de Tolbiac à Paris par les forces de l’ordre.

Ses partisans rappellent au contraire que ce sont ses images qui sont à l’origine de l’affaire Benalla ; que par ailleurs le fait d’avoir une carte de presse n’est pas une condition sine qua none pour se dire journaliste. Ce débat est intéressant dans la mesure où il interroge le périmètre et la nature d’une profession fragilisée comme jamais.

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.