Proust et les “Moyen Âge”

9782705690373Sur fond d’engouement du XIXe siècle pour le Moyen Âge, Proust porte à l’art médiéval un intérêt intime, reflété dans ses lettres à Reynaldo Hahn : la fantaisie médiévalisante, qui sert de code aux deux amis, s’y épanouit en un « lansgage » pseudo-médiéval et en « dessindicaces », croquis généralement décalqués sur les illustrations de L’art religieux du XIIIe siècle en France d’Émile Mâle.

Ces calques peuvent se lire comme des allégories du Moyen Âge proustien, marqué par une relation médiatisée, une recréation personnelle et une pluralité de sens, hétérogènes et ambigus. Aussi s’agit-il dans ce volume collectif moins du Moyen Âge que des « Moyen Âge », ces représentations, médiévistes, médiévalisantes ou moyenâgeuses, que Proust a héritées du XIXe siècle et qu’il a reconfigurées dans son oeuvre. C’est pour revisiter cette cathédrale, ou plutôt cette « kasthédralch », que proustiens, médiévistes et médiévalistes croisent ici leurs éclairages respectifs.

Avant-propos de Michel Zink (Académie des inscriptions et belles-Lettres).

Ces études ont été réunies par Sophie Duval (Université Bordeaux Montaigne) et Miren Lacassagne (CRIMEL-EA 3311).

Éditeur : Hermann
Nb de pages : 422 p.
ISBN- 978 2 7056 9037 3

| Fiche de présentation de Proust et les “Moyen Âge”
| Commander Proust et les “Moyen Âge”


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.