An American Dream. Éléments pour une étude culturaliste du cinéma hollywoodien

Couverture Hollywood, an American Dream CPTCL’interrogation du concept de fiction est au cœur de toute étude entreprise dans le champ des humanités. Or, en notre âge hypermoderne, intrinsèquement post-littéraire, notre appréhension de la fiction passe de moins en moins par les romans, contes et nouvelles et de plus en plus par les jeux vidéo, les séries télévisées et, bien sûr, les films de divertissement, lesquels, au reste, ont essaimé des seules salles obscures vers les nombreux écrans de notre vie quotidienne : home cinemas, smartphones, video game consoles, Chromebooks et autres iPads. C’est à ces films, dans leur version hollywoodienne, que s’attache cet essai qui s’inscrit moins dans le cadre disciplinaire des études filmiques, qui ressortissent à une esthétique du cinéma, que dans la perspective de ces cultural studies qui visent à interpréter les productions populaires du monde d’aujourd’hui — en l’occurrence les expressions cinématographiques de l’American dream. Aussi, malgré d’importantes différences de traitements filmiques, verrons-nous poindre, d’un genre à un autre, les mêmes canevas anthropologiques, psychologiques et sociologiques : angoisse de la perte, de la séparation, de l’abandon, panique à la pensée d’errer dans un monde hostile et labyrinthique, affolement devant la Bête étrangère à affronter, combats ordaliques, fascination pour l’ensauvagement, crainte de l’anarchie et du chaos, épouvante à l’idée de l’apocalypse qui approche, valorisation de l’effort, grandeur du sacrifice, etc. Toutes images à partir desquelles s’élabore, pour nous, le rêve hollywoodien.

Par Sébastien Hubier

Éditeur : Presses du Centre Pluridisciplinaire Textes et cultures
Collection : ABELL
Nb de pages : 358 p.
ISBN-13 978-2-904911-89-8

Séminaire « Montmartre ou la confusion des genres : Approche intermédiale d’un lieu mythifié (1871-1914) »

Sous la direction de Laurent Bihl (Paris 1, ISOR-CRHXIX) et Julien Schuh (URCA, CRIMEL, IUF).

2015-2016, Centre Universitaire de Troyes

Willette-LAlbum-no15-librairie-illustrée-Tallandier-1902-p.16
Willette, L’Album no15, librairie illustrée Tallandier, 1902, p.16

Notre projet de recherche concerne la Butte Montmartre comme lieu de rencontres, d’échanges et d’hybridation des courants esthétiques et politiques. En effet, la force folklorique de l’« esprit Chat noir » est telle qu’elle a occulté la plupart des démarches d’analyse critique comme double laboratoire des avant-gardes et de la culture de masse. Il s’agit dès lors d’expliciter le processus par lequel une culture d’avant-garde, celle de la communauté d’artistes résidant à Montmartre, s’est progressivement popularisée au point de devenir l’un des principaux pourvoyeurs d’images diffusées par les industries touristiques et culturelles. La confusion est d’abord celle des frontières et des hiérarchies esthétiques, qui mêlent l’art légitime et l’illustration populaire, la création d’avant-garde et le divertissement plus trivial. La publicité est au cœur de ces rencontres surprenantes, qui transforment en œuvre d’art des affiches, des lithographies ou des toiles initialement conçues pour la promotion des cabarets. L’étude comparée des lieux de sociabilité vécus – bistrots, cafés – et représentés permet de restituer la trace de la ville comme espace sensible. L’étude de l’univers sonore véhiculé par le genre satirique dévoile une pluralité de ressentis.

L’appréhension de ces lieux de sociabilité peut alors se concevoir dans la perspective de la ville comme espace sensible, du prolongement vers la rue, les terrasses, le refuge diurne ou nocturne auquel ils correspondent…

Rapport à la norme en même temps qu’à la subversion, arts plastiques, littérature, musique, théâtre, photographie ou jeune cinéma même se mélangent en un va-et-vient constant qui détermine l’apparition ou le renforcement de courants esthétiques novateurs. Fixation d’une nostalgie aussi, puisque ce sont des dessinateurs satiriques comme Albert Robida qui dénoncent le dépeçage de la ville par les promoteurs, initient un titre de presse comme Paris qui meurt et se voit chargé par la ville de concevoir un éphémère « Paris médiéval » en grandeur nature, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900.

Certaines manifestations charivariques réactivent un mode de désordre, de contestation ancrée dans le siècle et correspondent à une prolongation du trait satirique au cœur même de l’espace urbain. Le brouillage est aussi social, qui fait côtoyer sur la butte l’artiste déclassé, le voyou et le bourgeois encanaillé. Il est, de fait, moral (vice et vertu provisoirement confondus dans la figure de la cousette par exemple) et idéologique (anarchistes, antisémites et beau monde mélangés). C’est la notion de « culture partagée » qu’il s’agit de réévaluer aux réalités des multiples microcosmes sociaux, lesquels pouvant fort bien se côtoyer sans nécessairement se mêler, se comprendre ou même se remarquer. Enfin, Montmartre exerce une véritable force d’attraction sur les nombreux artistes venus de toute l’Europe pour y éprouver leur talent.

Ainsi, par l’inscription du genre satirique au cœur de l’espace urbain, nos intérêts portent donc sur la ville comme laboratoire de la modernité.

Nous comptons donc expérimenter des sources de nature diverse, aussi bien imprimées que graphiques. Mais nous avons aussi pour projet le décryptage des archives administratives, policières ou judiciaires, pour une compréhension globale des enjeux de réglementation en matière de presse et de structuration de la sphère publique. Les relations complexes entre l’image satirique et les couvertures de presse classique nous ont jusqu’ici amenés à connaître et à étudier la presse illustrée dans son ensemble, et ce sur une temporalité longue. Enfin, la définition d’un corpus large comprenant des sources épistolaires, sonores ou cinématographiques, ainsi que l’étude des représentations, ont exigé différentes approches méthodologiques qu’il s’agit dès lors de croiser, afin de mieux définir les enjeux épistémologiques d’une étude globale et interdisciplinaire de cette ambition. Il s’agit notamment d’avoir recours, outre les méthodes propres à l’histoire culturelle, à l’analyse sémiologique, la sociologie de la réception ou le maniement des outils statistiques.

Pour tout renseignement, nous contacter.

PROGRAMME
09 novembre 2015
Montmartre de 1830 aux années 1920.
14 décembre 2015
Avant-gardes, arrière gardes et culture de masse.
25 janvier 2016
Cartographier les plaisirs et les rêves.
08 février 2016
Presse et cabarets.

Soutenance de Valérie Boutrois-Wampfler

Valérie Boutrois-Wampfler soutiendra sa thèse de doctorat, préparée sous la direction de Jean-Claude Ternaux, Professeur à l’Université d’Avignon, en codirection avec Jean-Frédéric Chevalier, Professeur à l’Université de Lorraine et Nicoletta Palmieri, Professeur à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, et intitulée

Roman, histoire et alchimie au XVIIe siècle : traduction et étude de la Peruviana de Claude-Barthélemy Morisot,

le samedi 28 novembre 2015 à 14h30 à la Maison de la Recherche de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, 57 rue Pierre Taittinger, Reims), Amphi Recherche (rez-de-chaussée bas).

Le jury sera composé de Jean-Claude TERNAUX (Université d’Avignon), directeur de thèse, Jean-Frédéric CHEVALIER (Université de Lorraine), codirecteur de thèse, Nicoletta PALMIERI (Université de Reims Champagne-Ardenne), co-directrice de thèse, Jean-Yves BORIAUD, (Université de Nantes), rapporteur, Frank GREINER (Université Lille III), rapporteur, Étienne WOLFF (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense), examinateur.

Soutenance de Victor Gysembergh

Victor Gysembergh soutiendra sa thèse de doctorat en Langues et littératures anciennes, préparée sous la direction de Didier Marcotte, Professeur à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, et intitulée

Eudoxe de Cnide. Une édition traduite et commentée des fragments et testimonia,

le jeudi 3 décembre 2015 à 14h à la Maison de la Recherche de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, 57 rue Pierre Taittinger, Reims), Amphi Recherche (rez-de-chaussée bas).

Le jury sera composé de Mmes Micheline DECORPS-FOULQUIER (Université de Clermont-Ferrand) et Anne TIHON (Université de Louvain-la-Neuve), et de MM. Paul DEMONT (Université Paris-Sorbonne), Didier MARCOTTE (Université de Reims), Francesco PRONTERA (Université de Pérouse) et Marwan RASHED (Université Paris-Sorbonne).

Le Sommeil. Approches philosophiques et médicales de l’Antiquité à la Renaissance

9782745327666Ce volume a été conçu pour satisfaire les besoins des spécialistes du sommeil, de médecine et de philosophie, des littéraires, des historiens, en particulier des historiens de l’art, et plus largement d’un public cultivé. Une première section est consacrée aux philosophes antiques, des Présocratiques à Macrobe ; une seconde aux médecins, d’Hippocrate aux médecins de la Renaissance et la troisième section réunit des articles portant sur des philosophes humanistes. Si elles répondent à un véritable desideratum de la recherche scientifique, les questions abordées dans ce livre concernent tout un chacun et nous espérons que les insomniaques y trouveront des recettes inédites.

Sous la direction de Virginie Leroux, Nicoletta Palmieri et Christine Pigné.

Éditeur : Honoré Champion
Collection : Sciences techniques et civilisations du Moyen Âge à l’aube des Lumières, n° 16
Nb de pages : 480 p.
ISBN-13 978-2-74532-766-6

| Bon de commande Le Sommeil

Le XIXe siècle à l’épreuve de la collection

Affiche_XIXPROGRAMME

Jeudi 19 novembre 2015 – Université de Reims Champagne-Ardenne – UFR Lettres et Sciences Humaines

09h30 – Accueil des participants

10h00 – Ouverture du colloque

De la geste de la Révolution au geste de la collection
Présidence : Evanghelia Stead

10h30Jean-Yves Mollier (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) :  De l’ Encyclopédie de Diderot au musée de C.L.F. Panckouke à Meudon :  naissance et  développement d’une collection

11h00Sabine Maffre  (Bibliothèque Carnegie) : Diancourt, un bibliophile « révolutionnaire » ?

11h30Jean-Louis Haquette  (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Un siècle mis en livre : Victor Diancourt et ses Douze poèmes du XIXe siècle

Discussion

De l’inventaire du siècle à l’invention d’un siècle
Présidence : Jean-Yves Mollier

14h00 –   Jean-Jacques Gautier (Mobilier national) : Le meuble de collection ou l’invention du XVIIIe siècle à usage du XIXe siècle

14h30Michèle Le Pavec (BnF, Département des Manuscrits) : Le XIXe siècle des autographes du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale

Discussion et pause

Présidence : Pascal Durand

15h30Cécile Reynaud (BnF, Département de la Musique) : L’invention de Berlioz dans l’Europe du XIXe siècle : la collection musicale de Charles Malherbe

16h00Yannick Le Pape (Musée d’Orsay) : Au péril de Ninive. Ambitions, rivalités, polémiques autour des premières collections assyriennes

Discussion

Vendredi 20 novembre 2015 – Bibliothèque Carnegie

Le XIXe siècle, cet objet de collection ?
Présidence : Sabine Maffre

09h00Marine Le Bail (Université de Toulouse-le-Mirail, Bibliothèque de l’Arsenal) : Bibliophilie moderniste et modernité littéraire chez Charles Asselineau, Jules Janin et Octave Uzanne : pour quel XIXe siècle ?

09h30Julien Schuh (Université de Reims Champagne-Ardenne, IUF) : Les collectionneurs « à-côté » : l’importance de la collection dans le modèle économique des revues d’avant-garde fin de siècle

Discussion et pause

Présidence : Jean Balsamo

10h30Catherine Faivre d’Arcier (BnF, Département des Manuscrits) : Lovenjoul : lecteur, chercheur et conservateur ou comment sauver les sources de la littérature contemporaine

11h00Pascal Durand (Université de Liège) : Un siècle critique et collectionneur : le XIXe siècle vu par Mallarmé

Discussion

La collection, la fiction du XIXe siècle ?
Présidence : Daniel Sangsue

14h00Jean Balsamo (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Le catalogue comme objet littéraire au XIXe siècle

14h30 Franc Schuerewegen (Université de Nimègue) : Le cousin Pons de Chateaubriand

Discussion et pause

La collection ou le XIXe siècle en procès et en projet
Présidence : Jean-Louis Haquette

15h30Daniel Sangsue (Université de Neuchâtel) : Collection et catastrophe

16h00Dominique Pety (Université Savoie Mont-Blanc) : L’esprit de collection XIXe-XXIe siècles

Discussion et pause

Présentation par Sabine Maffre et Jean-Louis Haquette du fonds Diancourt de la Bibliothèque Carnegie

CONTACTS
Suivi administratif – Ségolène BUFFET – segolene.buffet@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.15
Suivi scientifique – Benoît ROUX – benoit.roux@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.12

LIEUX
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – Salle R418
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Bibliothèque Carnegie
2, place Carnegie – Reims

DATES
jeudi 19 et vendredi 20 novembre 2015

TÉLÉCHARGEMENTS
Programme du colloque
| Affiche du colloque

Séminaire « Le monde des odeurs : perceptions et représentations »

ANNONCE

Affiche_MdeOdeurMême si vue et odorat sont parfois associés, comme dans l’allégorie de Jan Brueghel l’Ancien (1618), la première est toujours valorisée dans les classifications des sens et omniprésente dans 
l’étude des représentations littéraires, alors que le second est souvent laissé à l’arrière-plan, car il n’est pas considéré comme structurant le rapport au monde.

Ainsi, l’objet de ce séminaire est un 
phénomène impalpable et éphémère et pourtant porteur de sens, et que l’on peut d’abord appréhender comme une métaphore. Comme le fait remarquer Holly Dugan dans son histoire du parfum 
dans l’Angleterre de la première modernité, l’odeur a besoin de la métaphore pour être définie. Le vocabulaire des odeurs n’est pas toujours connu du grand public et l’on a tendance à utiliser des 
comparaisons ou des approximations. 
C’est pour cela que le monde des odeurs possède une dimension littéraire intrinsèque, dont la poésie amoureuse est la première à s’être emparée. La poésie pétrarquiste est parsemée de bouquets 
et de parfums à valeur érotique : l’air est parfumé, et les amants se parlent en soupirs et en souffles. La métaphore olfactive est particulièrement pertinente pour cette poésie de l’échec et de 
l’amour ineffable. On retrouve d’ailleurs cette érotisation du parfum et de l’odeur jusque dans la littérature du XIXe siècle, notamment dans le roman. 
Cette poétique de l’odeur peut être rapprochée d’une mode des parfums à l’époque pré-moderne, pommes de senteur, bijoux parfumés, bouquets, qui peuvent s’étudier dans une perspective 
historique, aussi bien à travers les textes que dans une iconographie de l’odeur, qui peut aussi inclure les emblèmes sur l’odorat (chez Ripa, par exemple) et la culture visuelle en général.

Depuis Alain Corbin et son ouvrage fondamental Le Miasme et la jonquille, d’autres historiens ont envisagé une histoire des odeurs, que ce soit dans le contexte des épidémies, notamment de 
peste, dont on pensait qu’elles se transmettaient par l’odeur, ou dans celui d’une histoire religieuse, par exemple dans les récits hagiographiques où domine l’odeur de sainteté. D’ailleurs, cette « 
odeur moralisée » se retrouve dans de nombreuses sources, notamment dans toutes sortes de récits opposant une « bonne odeur » (odeur héroïque d’Alexandre, dont la sueur, selon Plutarque, ne 
sentait pas mauvais, bonne odeur du cadavre de Michel-Ange, sans aucune puanteur selon Vasari…). L’odeur peut d’ailleurs être envisagée comme le signe d’une mutation épistémologique, au 
moment où elle est perçue non plus comme une construction morale et idéologique, mais comme un objet scientifique.

On peut également étudier l’odeur comme un marqueur social ou un indice 
d’exclusion, et se demander quel est le rôle des odeurs dans la psychologie humaine. Le monde des odeurs est ainsi marqué par une forte axiologie, dont il peut être intéressant d’interroger les 
variations. 
On pourra ainsi envisager de recevoir des chercheurs travaillant dans le domaine scientifique des perceptions olfactives et d’avoir leur point de vue, non seulement sur le lexique de l’olfaction, mais 
aussi sur l’olfaction comme phénomène scientifique et comme objet d’étude.

Enfin, nous aimerions également recevoir un « nez » afin d’envisager le parfum comme une science aussi bien qu’un 
phénomène économique et social. 
Ces problématiques ne sauraient bien sûr être limitées à l’époque pré-moderne, et on a tout intérêt à s’y intéresser aussi dans une perspective diachronique.

Ce séminaire est organisé conjointement entre le CRIMEL EA3311 et le CIRLEP EA4299 dans le cadre de la structure fédérative SHS Gaston Bachelard et dirigé par Jean-Louis Haquette et Christine Sukic.

PROGRAMME

Les séminaires ont lieu de 16h à 18h

Mercredi 14 octobre 2015 (Salle polyvalente)

Chantal Jaquet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Perceptions et représentations philosophiques des odeurs »

Mercredi 9 décembre 2015 (CHANGEMENT DE SALLE : 17-026)

Antoinette Gimaret (Université de Limoges) : « Odeurs et imagination olfactive dans la littérature dévote en France au XVIIe siècle »

Mercredi 9 mars 2016 (R202)

Diane Roussel (Université de Reims Champagne-Ardenne) :  « Les odeurs de Paris : environnement olfactif et pratiques sociales distinctives au XVIe siècle »

Mercredi 30 mars 2016 (R240)

Cécile Mauré (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « L’odeur représentée à l’image: traditions iconographiques »

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R240 ou Salle polyvalente ou Salle R202)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
| Affiche-Programme du séminaire

Synthétismes fin de siècle : Littérature, art et théâtre, entre culture de masse et avant-garde (1880-1910)

Projet IUF Junior (2015- 2015) – Julien Schuh

Au tournant des XIXe et XXe siècles, un ensemble d’écrivains et d’artistes mettent au centre de leur esthétique la notion de synthèse. Cette quête d’une simplification formelle s’invente dans l’espace des petites revues, qui rapprochent les expérimentations symbolistes, le synthétisme pictural et le renouvellement des formules théâtrales. Mais, loin de se cantonner aux revues d’avant-gardes, le synthétisme se diffuse à travers l’Europe dans les périodiques satiriques et sur les affiches, par le biais de publications au statut hybride. Le dépouillement de ces périodiques, l’édition numérique de critiques littéraires et picturales et la création d’un répertoire d’œuvres synthétistes permettront d’analyser la généalogie de cette notion et ses évolutions dans l’espace culturel européen.

Correspondants :

France

  • Anne-Christine Royère (MCF, Université de Reims Champagne-Ardenne)
  • Laurent Bihl (Docteur en histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Vincent Gogibu (Doctorant, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)
  • Alexia Kalantzis (PRAG, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)
  • Yoan Vérilhac (MCF, Université de Nîmes)
  • Mikaël Lugan (Professeur du secondaire)
  • Caroline Crépiat (Allocataire-Monitrice, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand II)
  • Matthieu Gosztola (Docteur en Littérature française, Université du Maine)
  • Philipp Leu (Doctorant, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines-BnF)
  • Elisa Grilli (Doctorante, Université de Reims Champagne-Ardenne)
  • Alexia Vidalenche (Chargée de recherche, Paris III-BLJD)

Italie

  • Ida Merello (Professeur d’Études Française, Università degli studi di Genova)
  • Veronica Gatti (Étudiante de Master, Università degli studi di Genova)
  • Mattia Valentini (Étudiante de Master, Università degli studi di Genova)

Japon

  • Yosuké Goda (Professeur, Université de Yamagata University)

Belgique

  • Clément Dessy (Post-Doctorant, Université Libre de Bruxelles)

Royaume-Uni

  • David Evans (Lecturer, University of St Andrews).

Séminaire A2IL 2015-2016 :

La langue du lecteur

*  *  *

ANNONCE

La langue du lecteur est un des points aveugles de la théorie de la lecture. Selon le sens commun, il est entendu que « l’auteur écrit » et que « le lecteur lit ». Mais dans quelle langue le lecteur pense-t-il ce qu’il est en train de lire ? La question qui prend toute son acuité pour une lecture dans une langue dite étrangère vaut aussi pour tous les cas où l’écrivain et son lecteur sont supposés partager le même idiome.

En effet les théories de l’écriture ont nommé idiolecte, l’inflexion apportée par un écrivain doté de quelque originalité à la langue commune conçue comme simple outil de communication. Cet idiolecte est susceptible d’intégrer les écarts les plus audacieux. Mallarmé en a figuré un des possibles, inventant une syntaxe rebelle à la langue « journalistique ». Artaud a voulu « ex-crire le corps », le faisant entendre dans une langue brisant les formes socialisées du langage. Les écritures inventives transgressent les catégories génériques, lexicales, syntaxiques nécessaires à l’échange socialisé. Le brésilien Polibio Alves, replongeant aux racines indiennes de la culture, marquées par la symbiose entre nature et culture, inflige à la langue du colonisateur portugais de drôles de métamorphoses. Ce faisant, l’écrivain, comme tout artiste en général, contribue à sa façon à redessiner les contours de l’humain.

Du côté du lecteur, en quelle langue s’effectue l’acte d’appropriation éventuellement suivi de restitution ? Les grandes écritures infléchissent sans doute la langue du lecteur, le transformant en quelqu’un « qui a lu Céline, Proust ou Joyce ». Mais la lecture active et vraiment littéraire reconfigure le sens en produisant son propre texte, qu’on l’appelle « contre-texte » ou « texte de lecture »[1]. Cette création interprétative peut-elle outrepasser les formes du langage de communication ? Dans quelle mesure et jusqu’où la langue du lecteur critique mime-t-elle celle de l’écrivain ? N’y a-t-il, de l’écrivain au lecteur, qu’une seule et même langue à l’œuvre dans la relation littéraire ou convient-il d’envisager des seuils séparant deux modalités de la même langue, voire trois, si l’on distingue la langue du critique, à son tour inventive, de la langue de communication courante ?

Que penser encore des versions d’œuvres du répertoire récrites en direction des jeunes publics en raison de la représentation que l’on se fait de la compétence du lecteur ? L’enjeu de cette réflexion est aussi pédagogique et didactique.

Séminaire dirigé par : Christine ChollierMarie-Madeleine Gladieu (CIRLEP EA 4299), Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé (CRIMEL EA 3311).

[1] L’Arrière-texte, p. 13.

PROGRAMME

Les séminaires ont lieu de 17h00 à 19h00

Jeudi 8 octobre 2015

Marie-Madeleine Gladieu : « Erreurs de traduction, modèles d’écriture. Vargas Llosa, lecteur et traducteur de Rimbaud »

Jeudi 12 novembre 2015

Alain Trouvé  : « Lire, écrire, penser : Aragon/ Quignard » (Blanche ou l’oubli ; Mourir de penser)

Jeudi 26 novembre 2015

Christine Chollier : « De la langue du lecteur à la langue du traducteur »

Jeudi 10 décembre

Nathalie Roelens (Université du Luxembourg) : « L’amour bilingue : lire Chamoiseau, Khatibi, Portante ».

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R202
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Colloque « Topoi et anecdotes artistique »

Topoi et anecdotes artistiques : fortune, forme, fonction, de l’Antiquité au XVIIIe siècle

ANNONCE

Le colloque du groupe « Pictor in Fabula » clôture la création d’un corpus numérique par une équipe réunie au sein de l’ITEM (équipe du CNRS hébergée rue d’Ulm) et pilotée par Emmanuelle Hénin (volet scientifique) et Jeremy Pedrazzi (volet technique). Coorganisé par deux anciennes élèves de la rue d’Ulm (E. Hénin et V. Naas), avec le soutien du département d’histoire de l’art de l’École (représenté par Nadeije Laneyrie-Dagen), il se tiendra à Paris les 15, 16 et 17 octobre 2015, et réunira des chercheurs de multiples disciplines, allant des sciences de l’Antiquité à l’histoire de l’art, la littérature et la philosophie de la première modernité, venus de nombreux pays : Allemagne, Angleterre, Belgique, Espagne, Italie, Suisse, Etats-Unis.

Le colloque se penchera sur la fortune des topoi et anecdotes artistiques de la Renaissance au xviiie siècle. Quelle influence ont-il eue sur la théorie artistique : en quoi l’ont-il enrichie, révélée ou au contraire infléchie, occultée, faussée ? À quel niveau cette influence s’est-elle exercée : rhétorique, philosophique, académique ? Ont-ils joué un rôle dans la pratique des artistes ? Jusqu’où peut-on identifier la présence subliminale d’une anecdote à travers ses transpositions modernes ?

Le colloque envisagera toutes ces questions à travers trois volets :

1) L’anecdote comme matrice théorique

Chacune de ces anecdotes, chacun de ces topoi ont donné lieu à de multiples interprétations, parfois contradictoires (l’Hélène de Zeuxis présentée tantôt pour prôner l’imitation de la nature, tantôt pour prouver la supériorité de l’Idée) ; parfois même aporétiques pour les plus obscures (le concours de la ligne entre Apelle et Protogène). Chaque auteur s’empare de ce matériau topique pour y projeter ses propres préoccupations, reflet des idées en vogue, mais aussi de la société et de la condition concrète de l’artiste. De manière plus synthétique, l’étude diachronique d’une anecdote permet de mettre en lumière les impensés de la théorie artistique.

2) L’anecdote comme matériau fictionnel

Dans les textes théoriques, les anecdotes introduisent une pause narrative au sein de la démonstration, manière de poursuivre le raisonnement par d’autres voies, à travers une fiction ornée. Quels procédés rhétoriques et littéraires sont à l’œuvre dans cette réécriture ? A l’inverse, dans les textes narratifs (mythographies, romans, contes), les anecdotes introduisent une réflexion subreptice : comment cet élément hétérogène est-il « digéré », intégré dans la trame du récit ? A quelles transpositions fictionnelles les anecdotes donnent-elles lieu ? On songe par exemple à toutes les histoires d’amour cristallisées autour de l’histoire de Dibutade, rebaptisée Corinthia, à partir du XVIIe siècle.

3) L’anecdote comme source de création artistique

Quand ils ne prennent pas la plume pour commenter ces textes, les artistes se saisissent du pinceau, ou du burin : le corpus figuratif entourant les anecdotes antiques a été très peu exploré, malgré sa richesse. S’y rattachent en effet toutes les copies d’après les œuvres modèles (variations sur la Vénus d’Apelle ou de Praxitèle), mais aussi l’illustration des anecdotes (Apelle et Campaspe, Dibutade inventant la peinture, Zeuxis peignant Hélène), jusqu’aux multiples formes d’allusion, soit au contenu d’un tableau mythique (autoportrait de Rembrandt en Zeuxis riant), soit à un procédé (monochromie, quadrichromie, clair-obscur), voire à une posture du modèle (profil). Cette fortune iconographique se poursuit jusqu’au xxie siècle, signe que les anecdotes sur l’art antique demeurent une source inépuisable d’inspiration pour la pensée créatrice.

PROGRAMME

Jeudi 15 octobre 2015

L’ANECDOTE ENTRE ART DU DISCOURS ET PRATIQUE DE LA PEINTURE

L’anecdote : cadres rhétoriques
Séance présidée par Pierre Caye

9h00 – Ouverture
9h10 – Emmanuelle Hénin (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Introduction. L’anecdote comme palimpseste »

9h35Pedro Duarte (Aix-Marseille Université) : « La fiction de discours dans les anecdotes relatives aux sculpteurs et peintres antiques »

10h00 – Giovanni Lombardo (Université de Messine) : « Timanthe et l’art de peindre kat’émphasin »

10h25 – Discussion et pause

11h20Stanislas Kuttner-Homs (Université de Caen) : « Rhétorique des arts et art de la rhétorique : les anecdotes de peintres et de sculpteurs dans les Histoires de Jean Tzétzès »

11h45Marteen Delbeke (Université de Gand) : « Les anecdotes sur la peinture dans le débat sur la langue figurée dans la deuxième moitié du XVIIe siècle »

12h10Discussion et déjeuner

Anecdotes et pratique de la peinture
Séance présidée par Agnès Rouveret

14h00 –  Valérie Naas (Université Paris-Sorbonne) : « Le discours sur les femmes artistes antiques : entre realia et topoi »

14h25 – Baldine Saint Girons (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Le bœuf de Pausias en noir et blanc »

14h50 – Discussion et pause

15h45 – Ralph Dekoninck (Université Catholique de Louvain) : « Pausias, parangon de la peinture flamande au XVIIe siècle »

16h10 – Marie-Pauline Martin (Aix-Marseille Université) : « Glycère et l’harmonie des couleurs : un motif adapté aux perspectives sensualistes des Lumières »

16h45  Étienne Jollet (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Apelle contre Protogène. La rapidité de l’acte créatif dans la littérature artistique en France au XVIIIe siècle »

17h10 Discussion

Vendredi 16 octobre

LA FASCINATION MIMETIQUE

Topoi mimétiques
Séance présidée par Hélène Casanova-Robin

09h00Giuseppe Pucci (Université de Sienne) : « Naturam ipsam provocavit » : structure et histoire d’un poncif »

09h25José Riello (Université de Madrid) : « La verdadera imitación del natural y los pintores antiguos en los tratados hispánicos de la Edad Moderna. »

09h50 Ulrich Pfisterer (Université de Munich) : « Apelles’Animals »

10h15Léonard Pouy (Université de Genève) : « À cor et à cri. Théon de Samos et ses survivances dans l’art néerlandais du XVIIe siècle »

10h40Discussion et pause

11h30Paulo Butti de Lima (Université de Bari) : « La douleur dans la peinture : anecdotes et exemples pour comprendre la Poétique d’Aristote (XVIe-XVIIe s.) »

11h55François Lecercle (Université Paris-Sorbonne) : « Portrait de l’artiste en tortionnaire : Parrhasios, Michel Ange et quelques autres »

12h20 Discussion et déjeuner

La mimésis sculpturale
Séance présidée par Nadeije Laneyrie-Dagen

14h20 – Présentation du site « Pictor in Fabula »

14h35Renaud Robert (Université Bordeaux-Montaigne) : « Les anecdotes sur Phidias ou les métamorphoses de l’artiste. »

15h00 – Marianne Leblanc (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « L’anecdote en filigrane. Les poèmes sur le buste de Louis XIV par Bernin »

15h25 – Discussion et pause

16h20Maurice Brock (Université de Tours) : « L’Aphrodite de Cnide dans des lettres de Bembo, l’Arétin, Giovanni Della Casa et Lodovico Dolce

16h45Lise Wajeman (Aix-Marseille Université) : « Fictions comiques ou théories sérieuses ? Quelques réincarnations de la Vénus de Cnide au XVIe siècle »

17h10Discussion

Samedi 17 octobre

TRANSPOSITIONS MODERNES

Portrait de l’artiste en Apelle
Séance présidée par Giovanni Careri

09h00 – Mathilde Bert (Université Catholique de Louvain) : « Apelle à Bologne : les stalles de Fra Damiano à San Domenico »

09h25. Sarah Blake McHam (Rutgers University, New Jersey) : « Falling in Love with Your Sitter »

09h50 – Arianna Fabbricatore (Université Paris-Sorbonne) : « L’Apelle et Campaspe de Noverre : danse et peinture au XVIIIe siècle »

10h15 – François René Martin (École nationale des beaux-arts) : « De Campaspe à la Fornarina : problèmes iconographiques (1770-1820) »

10h40 Discussion et pause

Peindre les anecdotes

11h25Élisa de Halleux (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Zeuxis peint le portrait d’Hélène de Beccafumi ou l’idéal de beauté androgyne dans la théorie artistique italienne au XVIe siècle. »

11h50 Colette Nativel (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Le décor de la maison de Rubens entre anecdote et allégorie »

12h15 Jan Blanc (Université de Genève) : « Le traitement burlesque des anecdotes artistiques dans la peinture européenne (XVe-XVIIIe siècles) »

12h40Discussion

LIEU
École normale supérieure
Salle Dussane
45 rue d’Ulm – Paris (Ve)

DATES
jeudi 15, vendredi 16 et samedi 17 octobre 2015

TÉLÉCHARGEMENTS
Programme du colloque
| Affiche du colloque

Carnet du Centre de recherche interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires (CRIMEL EA 3311)