Archives de catégorie : Publications

Le contre-texte

La lecture littéraire – vol. 12

lecture_litteraire n12En 1982, dans son numéro 48, la revue Littérature mettait en relation le texte, désacralisé depuis les années 1960, et un nouveau venu, le « contre-texte », susceptible d’apparaître comme son contraire, son corollaire ou son contre-point. La psychanalyste Anne Clancier avait lancé le terme en 1976, l’adaptant de sa pratique du contre-transfert. Dans d’autres recherches portant sur la littérature et la culture, l’expression a connu entre-temps des applications différentes, notamment dans les études médiévales.

Le présent volume tente de faire le point sur la question en intégrant les apports des dernières décennies. Selon les auteurs et les articles, diverses déclinaisons sont envisagées qui mettent l’accent sur les problèmes du texte et de la langue posés par l’idée de contre-texte, sur ses enjeux psycho-affectifs, sur sa dimension constitutive dans l’écriture, sur ses potentialités créatrices, enfin, dans le cas du lecteur lui-même écrivain ou aspirant à le devenir.

Décidément, le « contre », décliné sous toutes ses formes, serait-il l’autre nom de la littérature ?

SOMMAIRE

Avant-propos, par Alain Trouvé
Entretien avec Anne Clancier

Langue et  texte en question

  • Serge ROLET, « Contexte ou contre-texte » : les positions du « cercle de Bakhtine »
  • Yannick CHEVALIER, « Le contre-texte comme étai subjectif : l’exemple du j/e du Corps lesbien (Monique Wittig, 1973) »
  • Abdelhak RYM, « Crevel/Engels, Le texte perpétuel du contre-texte »

Le « contre », d’une psyché à l’autre

  • Jacques POIRIER, « Contre le texte, tout contre »
  • Karl CANVAT, « L’Autre scène du texte ; contre-texte et in-dicible »
  • Serge BÉDÈRE, « Le face-à-face silencieux lecteur auteur »

Le « contre » constitutif du texte

  • Pierre LEVRON, « Le troubadour à contre-courant, ou  le devinalh, vers de non re ou poésie critique ? »
  • Gabor GELLERI, « Un cas spécial de contre-texte : la réplique de voyage »
  • Yao Louis KONAN, « Théâtralisation du je narratif et jeux d’écriture : le contre-texte en question »
  • Nancy MURZILLY, « L’invitation au contre-texte dans l’écriture contemporaine »

Créativité contre-textuelle

  • Tatsiana CHALLIER, « Les Âmes Mortes de Gogol ressuscitées par Adamov »
  • Bertrand GERVAIS, « Un pli ténu : le contre-texte des gauchers contrariés »
  • Franc SCHUEREWEGEN, « L’affaire Francis Tulloch »

Nb de pages : 226 p.
ISSN 1279-7308

Le Roi hors de page et autres textes. Une anthologie

Héritages critiques  – vol. 2

Héritages Critiques vol. 2Le 24 avril 1617, un roi de seize ans secoue le joug de l’enfance et fait assassiner le favori de Marie de Médicis, l’italien Concino Concini, maréchal de France et marquis d’Ancre : Louis XIII dit « le Juste » accède au pouvoir en portant le fer contre un tyran supposé. « Coup d’État ! » comme l’écrit Gabriel Naudé dans ses Considérations politiques, c’est-à-dire coup d’autorité, action d’éclat entreprise pour le bien public.
Dans les semaines, dans les mois qui suivent l’événement, de petits livrets célèbrent la merveille : le fils du Grand Henri s’est mis de lui-même hors de la dépendance d’autrui, le jouvenceau à poil follet est désormais hors de page
Stratégie politique, pratique de dissimulation, miracle de justice, intervention divine, retour de l’Âge d’or ? Peut-être. Mais floraison d’écritures surtout. Parmi les très nombreux récits parus sur les « années Concini », douze ont été ici sélectionnés, dont onze libelles anonymes imprimés entre 1615 et 1617. Retranscrits en français moderne, tous ces textes ont été annotés de manière à faciliter leur lecture. Étrange et fascinante lecture. Étrange et fascinant bouquet, où les vapeurs d’encens et les effluves de la grande Histoire le disputent aux parfums troubles de la plus basse intrigue.

Ont contribué à ce volume :

  • Delphine AMSTUTZ, agrégée de Lettres modernes. Sa thèse de doctorat (Paris-Sorbonne) porte sur la représentation du favori royal en France à l’âge baroque.
  • Tatiana DEBBAGI-BARANOVA, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Paris-Sorbonne. Elle a soutenu une thèse de doctorat sur l’usage du libelle durant les guerres de Religion.
  • Jean-François DUBOST, professeur en histoire moderne à l’université de Paris-Est Créteil. Il a notamment publié Marie de Médicis. La reine dévoilée, ouvrage couronné par l’Académie française en 2010.
  • Claire ESNAULT, doctorante (Aix-Marseille et Ottawa). Elle prépare une thèse sur les discours et les représentations du supplice à la fin de la Renaissance.
  • Jean-Raymond FANLO, professeur à l’université d’Aix-Marseille, traducteur de Cervantes et spécialiste d’Agrippa d’Aubigné. Il travaille sur les rapports entre poésie, fiction, religion et politique à la fin de la Renaissance.
  • Hélène MERLIN-KAJMAN, membre senior de l’IUF., professeur à l’université de la Sorbonne-Nouvelle. Ses recherches sur littérature et politique à l’âge classique l’ont conduite à ouvrir le dossier des émotions publiques et de leurs langages.
  • Bernard TEYSSANDIER, maître de conférences à l’université de Reims. Depuis la parution de sa thèse (La Morale par l’image, 2008), il a consacré plusieurs travaux à l’éducation du prince au XVIIe siècle et à ses représentations.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 512 p.
ISBN-10 2915271585
ISBN-13 9782915271584