Archives de catégorie : Publications

Proust et les « Moyen Âge »

9782705690373Sur fond d’engouement du XIXe siècle pour le Moyen Âge, Proust porte à l’art médiéval un intérêt intime, reflété dans ses lettres à Reynaldo Hahn : la fantaisie médiévalisante, qui sert de code aux deux amis, s’y épanouit en un « lansgage » pseudo-médiéval et en « dessindicaces », croquis généralement décalqués sur les illustrations de L’art religieux du XIIIe siècle en France d’Émile Mâle.

Ces calques peuvent se lire comme des allégories du Moyen Âge proustien, marqué par une relation médiatisée, une recréation personnelle et une pluralité de sens, hétérogènes et ambigus. Aussi s’agit-il dans ce volume collectif moins du Moyen Âge que des « Moyen Âge », ces représentations, médiévistes, médiévalisantes ou moyenâgeuses, que Proust a héritées du XIXe siècle et qu’il a reconfigurées dans son oeuvre. C’est pour revisiter cette cathédrale, ou plutôt cette « kasthédralch », que proustiens, médiévistes et médiévalistes croisent ici leurs éclairages respectifs.

Avant-propos de Michel Zink (Académie des inscriptions et belles-Lettres).

Ces études ont été réunies par Sophie Duval (Université Bordeaux Montaigne) et Miren Lacassagne (CRIMEL-EA 3311).

Éditeur : Hermann
Nb de pages : 422 p.
ISBN- 978 2 7056 9037 3

| Fiche de présentation de Proust et les « Moyen Âge »
| Commander Proust et les « Moyen Âge »

L’Anthologie. histoire et enjeux d’une forme éditoriale du Moyen Âge au XXIe siècle

Couverture_AnthologieQuel lecteur d’aujourd’hui n’a jamais eu en main une anthologie? Le présent volume – fruit du travail mené dans un séminaire du Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires de l’Université de Reims (CRIMEL-EA 3311) – explore les facettes de cet objet pluriel qu’est l’anthologie. Au cœur des processus de transmission des textes, l’anthologie est partie prenante non seulement de la diffusion, mais également de la formation des modèles, qu’ils soient esthétiques, critiques, génériques, historiques, nationaux. Les contributions ici réunies portent sur une large période, du Moyen Âge au XXIe siècle, pour interroger les phénomènes de lecture à l’œuvre dans cette forme, et pour dégager les principes de ce qu’on pourrait appeler une dynamique anthologique, puisque le geste anthologique dépasse largement le cadre des ouvrages qui portent ce titre. Au-delà des processus de conservation, de distinction, de légitimation et de hiérarchisation, l’anthologie a une dimension créative qui suppose aussi la participation du lecteur. Cette pratique éditoriale multiforme questionne ainsi la définition de la littérature et les modes de diffusion du savoir.

Ces études ont été réunies par Céline Bohnert et Françoise Gevrey et (CRIMEL-EA 3311).

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 512 p.
ISBN-13 978-2-91527-192-8

 | Sommaire L’Anthologie

L’Univers du livre médiéval. Substance, lettre, signe

Couverture_Univers_Livre_MedievalL’accès à l’univers du livre médiéval est devenu aujourd’hui, paradoxalement, très difficile. Alors qu’il n’a jamais suscité autant d’intérêt, les avancées prodigieuses de ces quinze dernières années ont fait éclater en autant de spécialisations les recherches et analyses, décourageant d’emblée toute tentative d’exploration si l’on se situe en marge de ces disciplines ultra-pointues. Cet ouvrage se propose de regrouper différentes compétences, réunies en une mosaïque originale dont la cohésion interne voudrait reproduire comme en miniature les grandes problématiques, en apporter des clefs d’accès et toucher, par le biais de cas particuliers, les enjeux généraux, en leur donnant un éclairage spécifique et original.

Ces études ont été réunies par Karin Ueltschi, professeur de Langue et Littérature française du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL (EA 3311).

Éditeur : Honoré Champion
Collection : Colloques, congrès, conférences Moyen Âge
Nb de pages : 384 p.
ISBN-13 978-2-74532-672-0

L’arrière-texte, Pour repenser le littéraire

Arriere_TexteLongtemps occulté par l’omniprésent intertexte, l’arrière-texte, quasi contemporain, fait aujourd’hui l’objet d’un regain d’intérêt et d’attention. Avancée et développée par un couple d’écrivains français réfléchissant sur le mécanisme de création à la _ n des années 1960, la notion permet d’appréhender de façon plus précise le rôle, dans la littérature, des contextes au sens large du terme (historique, géographique, culturel, personnel), le rapport entre texte et image et l’implication dans l’œuvre du sujet écrivant ou lisant.

Nourri d’apports multiples, l’ouvrage propose de reconfigurer la théorie littéraire en envisageant l’arrière-texte comme corollaire de l’intertexte. La relation esthétique – et donc synthétique – fondant l’appréciation littéraire des textes à l’époque moderne invite à penser les articulations complexes de données hétérogènes. Elle prend acte de l’inconscient multiforme qui travaille le fait littéraire et met au jour ses résultats dans un texte de lecture attentif aux projections individuelles et aux mécanismes collectifs et institutionnels.

À l’époque de la mondialisation des échanges, les analyses s’ouvrent à des corpus variés, d’Europe, d’Amérique ou d’Afrique, voire d’Indonésie, conduisant à un nouveau regard sur la relation entre littérature et études culturelles.

Les trois auteurs sont membres de l’Université de Reims Champagne-Ardenne : Marie-Madeleine Gladieu, professeur de littérature et de civilisation hispano-américaines, Jean-Michel Pottier, maître de conférences en langue et littérature françaises, Alain Trouvé, maître de conférences en littérature française.

Éditeur : Peter Lang
Collection : ThéoCrit’ – volume 8
Nb de pages : 219 p.
ISBN-13 978-2-87574-095-3

Le corps à l’œuvre

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 8

L’implication du corps dans la création artistique ne fait guère de doute : il constitue la quatrième dimension de l’arrière-texte, la plus secrète. Il en va de cette entité fuyante, proche et insaisissable,  comme du temps selon Saint-Augustin : on croit savoir ce dont il s’agit, mais si on y réfléchit un peu, tout se brouille.

Cet en-deçà du langage, culturellement (re)construit, fonctionne dans la langue comme  un signe articulé à un référent barré, inaccessible. Encodant symboliquement la trace refoulée de pulsions ou hantée par la présence de cet innommable, la langue littéraire joue néanmoins le double jeu d’inscrire et d’ex-crire le corps, selon le mot d’Antonin Artaud.

Dir. Marie-Madeleine Gladieu,  Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé

SOMMAIRE

Avant-propos : inscrire/excrire le corps, par Alain Trouvé

Corps Culturels

  • Karin UELTSCHI, « De la fécondité poétique du boiteux »
  • Françoise AUBÈS, « Corps et violence dans les romans de la guerre interne au Pérou »
  • Anne-Elisabeth HALPERN, « Yôko Ogawa : Œuvrer au corps secret »

Corps d’auteur et de lecteur

  • Jean-Michel POTTIER, « Écrits du corps enseignant »
  • Alain TROUVÉ, « 7779 : énigme du corps et corps de l’énigme selon Théâtre / Roman d’Aragon »
  • Audrey LOUYER, « Les jeux du « je » : le dédoublement du corps à travers deux nouvelles fantastiques »

Figurations littéraires

  • Maria de JESUS CABRAL, « Mallarmé, le corps, le poème »
  • Marie-Madeleine GLADIEU, « Corps écrivant »
  • Miguel Angel ASTURIAS, « César Vallejo et Mario Vargas Llosa »

L’indicible

Roselis BATISTA, « À propos du roman de José Saramago : Les Intermittences de la Mort »

Bibliographie

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 200 p.
ISSN 1771-236X
ISBN-13 978-2-915271-73-7

Littérature et valeur

Bandeau-LitVal

Cette publication fait suite à la journée d’étude qui s’est tenue à l’Université de Reims Champagne-Ardenne le 14 février 2013 autour du programme 2013-2014 des classes préparatoires littéraires. Cette manifestation, co-organisée par Céline Bohnert, Emmanuel Échivard, Cécile Gauthier et Stéphane Pouyaud, a reçu le soutien du Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires (CRIMEL-EA 3311), du Lycée Jean Jaurès de Reims et de l’UFR Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Reims.

 

Vincent Jouve (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Valeurs littéraires et valeurs morales : la critique éthique en question.

Adobe PDF 512x512

 

Stéphane Pouyaud (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Évaluation, valorisation et valeur du genre romanesque.

Adobe PDF 512x512

 

Emmanuel Échivard (Lycée Jean Jaurès) : Apulée, prologue des Métamorphoses : qu’est-ce qu’un texte latin ?

 

Jean Balsamo (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Valeur littéraire et valeur morale : Les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné ou poésie et fanatisme.

 

Jean-Louis Haquette (Université de Reims Champagne-Ardenne) : “Le siècle le plus éclairé qui fut jamais” : histoire et valeurs dans le Siècle de Louis XIV.

 

Anne-Élisabeth Halpern (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Action / transaction, combat / contrat : le théâtre comme drogue du désir chez Koltès, Dans la solitude des champs de coton.

Pied-LitVal

Poétiques de la vengeance : de la passion à l’action

Poetiques_VengeanceLa vengeance, qui intéresse la littérature et les arts depuis l’Antiquité, constitue un objet de choix pour une réflexion d’ordre poétique tournée vers le récit. Elle renvoie en effet aussi bien à l’action qu’au désir de se venger, qui souvent nécessitent un projet, et constitue à cet égard une véritable matrice narrative. Cet ouvrage étudie l’articulation de la passion et de l’action dans la représentation de la vengeance au sein de genres littéraires et non littéraires, du XVIe au XXIe siècle. De l’épopée renaissante au cinéma japonais et hollywoodien, de Lully à Kertész en passant par le mélodrame et la peinture romantique, ces études s’interrogent sur le couple à géométrie variable de la passion et de l’action vengeresses, du point de vue générique, historique et culturel.

Poétiques de la vengeance. De la passion à l’action (dir. Céline Bohnert et Régine Borderie), fait suite au colloque éponyme qui s’est tenu à Reims en décembre 2011.

Éditeur : Classiques Garnier
Nb de pages :
 255 p.
ISBN-13 
978-2-8124-1280-6

Matière et esprit du journal. Du Mercure galant à Twitter

matiere-et-esprit-du-journal-du-mercure-galant-a-twitter-de-alexis-levrier-949365194_MLQu’est-ce qu’un journal ? Un objet, ou un contenu ? Mais peut-on seulement penser l’un sans l’autre, la matière sans l’esprit du journalisme ? Si l’on veut comprendre l’évolution de la presse à travers les âges, alors il faut interroger la relation particulière qui s’établit dans l’univers périodique entre le discours et le support. Or, ce support n’a cessé de se métamorphoser au cours des siècles, depuis la naissance du journal sous l’Ancien Régime, jusqu’à ses derniers avatars au troisième millénaire.

Matière et esprit du journal. Du Mercure galant à Twitter (dir. d’Alexis Lévrier et Adeline Wrona) propose donc un parcours dans l’histoire de la presse, envisagée sous l’angle de sa matérialité : du Mercure galant, grand mensuel mondain de l’Ancien Régime, aux nouveaux outils d’information en ligne, tels Twitter, ce sont plus de trois siècles de pratiques journalistiques qui sont ici analysés. D’abord satellite du livre, le journal s’est peu à peu constitué en média autonome au cours du XVIIIe siècle, au point d’imposer son format, ses standards de mise en page, sa légèreté et sa mobilité. Il se massifie au XIXesiècle, et intègre les nouveaux modes de reproduction de l’image, devenus plus tard indispensables pour affronter la concurrence de l’audiovisuel. Au seuil du XXIe siècle, un autre défi s’impose enfin à la presse : imaginer un journal sans papier.

Les quinze études présentées dans ce volume proposent d’ausculter l’objet journal selon des perspectives complémentaires, mais qui ont rarement été réunies à ce jour : analyse des liens entre journalisme et littérature, sociologie de la profession, étude des dispositifs techniques… Elles alternent monographies d’un titre de presse (Le Pour et le contre, La Bigarrure, Excelsior) et approches comparatives (la Une des quotidiens, le cas des news magazines, le journalisme face à Internet).

Éditeur : Presses universitaires Paris-Sorbonne (PUPS)
Nb de pages :
 
420 p.
ISBN-13 978-2-84050-881-6


Pour en savoir plus :
Retrouvez Alexis Lévrier et Adeline Wrona dans Les Mardis des Bernardins du 19 novembre 2013 consacrés à  « Réinventer le journ@lisme ? » (durée 52 min.).
Invités : Henri Pigeat, président du Centre de formation des journalistes, ancien président de l’Agence France-Presse ; Alexis Lévrier, maître de conférences au CRIMEL, Université de Reims Champagne-Ardenne ; Jean Quatremer, correspondant auprès de l’UE de « Libération » ; Adeline Wrona, professeure au CELSA, Université Paris-Sorbonne.

La Spectatrice

Héritages critiques  – vol. 3

heritage_critique n3L’auteur affirme d’emblée sa volonté d’écrire un « spectateur » : par ce terme, on désigne à l’époque les centaines de périodiques imités du Spectator, journal anglais qui connaît un succès inédit dans toute l’Europe.
Pourtant, La Spectatrice est bien plus qu’une simple imitation. Il s’agit bien d’un « spectateur », mais au féminin, puisque ce journal est censé être rédigé par une femme restée célibataire. Son féminisme provocant lui confère en outre un ton qui n’a guère d’équivalent dans la presse d’Ancien Régime. La modernité de ce périodique vient aussi de la relation ambiguë que l’auteur construit avec son public : elle oscille entre une hostilité farouche et un élan vers l’autre de plus en plus désespéré.
En réunissant les quinze numéros parus sous ce titre en 1728 et 1729, ce volume propose la première édition de La Spectatrice depuis 1730. Mais la radicale étrangeté de ce journal tient aussi à son destin inattendu. Malgré l’absence de réédition, ce périodique a été salué au XVIIIe siècle par d’illustres commentateurs. Et il a même été plagié à la veille de la Révolution, à une époque où la plupart des « spectateurs » étaient déjà retombés dans l’oubli.

Ont contribué à ce volume :

  • Claire BOULARD-JOUSLIN, maître de conférences en civilisation britannique à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle. Ses travaux portent notamment sur la presse féminine et sur l’essai périodique anglais au XVIIIe siècle.
  • Marion BRÉTÉCHÉ, agrégée d’histoire et docteur en histoire. Ses recherches portent sur le statut d’auteur en Hollande à la fin du XVIIe siècle et sur les pratiques d’écriture et de publication de      l’information politique.
  • Amélie JUNQUA, maître de conférences à l’Université d’Amiens. Après avoir consacré sa thèse à la question du langage dans les journaux de Joseph Addison, elle travaille notamment sur la presse périodique anglaise du XVIIIe siècle.
  • Alexis LÉVRIER, maître de conférences en littérature française du XVIIIe siècle à l’Université de Reims. Après avoir soutenu une thèse sur le journalisme d’expression individuelle au XVIIIe siècle, il a consacré      plusieurs ouvrages à l’histoire de la presse ancienne.
  • Élise REVON RIVIÈRE, ancienne élève de l’ENS, agrégée de lettres modernes. Sa thèse porte sur les textes de Promenades publiés entre XVIe et XVIIIe siècles.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 351 p.
ISSN 2257-4719
ISBN-13 978-2-915271-71-3

Les Fables d’Esope Phrygien de Jean Ballesdens (dir. B. Teyssandier)

Comte-rendu de Bernard Beugnot dans Le Bulletin du bibliophile, 2013 (n° 2, p. 407-409)

Fruit d’une collaboration internationale, cet attachant volume, fait se rencontrer deux pratiques : les reprint (Klaus, Slatkine, Jean de Bonnot, Aux Amateurs de livres, etc.) qui, sans le plaisir du vieux papier et des reliures anciennes de basane ou de parchemin, donnent accès au texte dans sa typographie originale ; l’édition critique universitaire qui commente et annote. Ainsi se trouvent conjoints le plaisir de la bibliophilie et le plaisir de l’érudition dans le cadre d’une réhabilitation d’Ésope, « figure fictionnelle d’une incroyable richesse » (B. Teyssandier) dont La Fontaine aurait finalement, par sa réussite même, contribué à dégrader l’image.

L’ouvrage de Jean Ballesdens (déclaré « introuvable » dans la bibliographie de Cioranescu) (LES / FABLES / D’ESOPE / PHRYGIEN, / TRADVITES EN FRANÇOIS, / ET / Accompagnées de Maximes Morales / & Politiques, pour la conduite / de la Vie. / AU ROY. / A PARIS, / Chez Guillaume LE BÉ, rue S. Jean de / Beauvais, près le Puits Certain. / M. DC. XLV, / Avec Privilege du Roy. Bibliothèque de Reims : A 4836 / Rés. P. 720) fait partie des 4 fabliers in-octavo publiés pour l’éducation du jeune roi. On y trouve, après les pièces liminaires, la Vie d’Ésope le Phrygien (128 pages en 209 chapitres avec chacun leur bois gravé), et 128 fables, chacune également précédée d’un bois gravé et suivie d’une « Maxime », qui tire la en quelques lignes moralité du récit.

Bernard Teyssandier, le maître d’œuvre, prolonge ses précédentes recherches sur Gomberville (Voir Bulletin du bibliophile, 2009, n˚ 1 ; 2012, n˚ 1) et s’inscrit, sur la tradition européenne de la fable antique et des emblèmes jusqu’à la Fontaine, dans la lignée des travaux fondateurs de Georges Couton, de ceux aussi que mène Patrick Dandrey et qu’il anime autour du Fablier, organe la Société des Amis de Jean de La Fontaine à Château-Thierry. Sa postface précède quatre « Commentaires critiques » : Yannick Nexon, « Un curieux au service de Pierre Séguier » ; Antoine Biscéré (responsable aussi de la bibliographie), « Le fablier de Ballesdens : piraterie éditoriale ou translatio studiorum ? » ; Paul P. Smith, « Genèse et herméneutique d’un livre rare : pour une approche intermédiale du fablier de Ballesdens » ; Paola Cifiarelli, « D’un usage politique de la fable au XVIIe siècle : Jean Ballesdens et Emanuele Tesauro ». Trop modestement qualifiée de sélective, la bibliographie (p.581-603) décrit une quarantaine de recueils de fables du XVe siècle à 1687, les 12 cycles iconographiques conçus pour la Vie d’Ésope et offre 8 pages de références critiques. Au delà de ses sources et par la multiplicité des points de vue, le recueil de Ballesdens se trouve ainsi éclairé dans son contexte historique et formel, analysé dans sa genèse, perspective « intermédiale » si l’on veut, selon l’épithète qui fait mode sans être indispensable.

Jean Ballesdens (1595-1675), qui sera élu en 1648 au siège de Claude Malleville à l’Académie française, auteur d’ouvrages spirituels, secrétaire de Pierre Séguier et précepteur des deux premiers fils de Marie Séguier, peut être qualifié de curieux selon les deux définitions de Furetière – « celui qui a désir d’apprendre, de voir les bonnes choses, les merveilles de l’art et de la nature » et « celui amasse les choses les plus rares ». Il était en effet amateur de livres, de gravures et de manuscrits, ami du collectionneur Michel de Marolles.

Ésope, lui, « épiclèse » de la fable depuis toujours, personnage réel ou syncrétique dont la vie tient de la « rhapsodie romanesque » et de la « rêverie mythologique », incarne la Muse qui préside à tous les fabliers. La Fontaine le réduira à un génie tutélaire en émondant de sa vie toute la truculence de Ballesdens ; il ne figurera d’ailleurs que dans une seule gravure de François Chauveau. Pourtant, sous les traits d’un silène tératologique, qui cache le savoir et la sagesse, il est l’image du récit et de la moralité de la fable. On peut suivre ici de près les avatars éditoriaux tant de la Vie d’Ésope le Phrygien que des fabliers antiques et modernes dont est présenté un savant stemma.

Quant à la fable dont Furetière écrira dans son recueil de 1671 qu’« elle est le seul genre d’écrire qui a servi également à instruire le Peuple et le Roi », elle voit son autorité affirmée. Ballesdens en fait l’instrument rhétorique d’une institutio principis, inspirée de la tradition éducative érasmienne, un traité des vertus politiques et une initiation à la langue latine par les vocables traduits dans les marges. Il a travaillé à partir du recueil de Jean Baudoin (1631), auquel il ajoute quelques motifs narratifs, dont il modifie l’ordre pour terminer sur un memento mori, « Mors ultima linea rerum » (Fable CCXXVIII. D’un vieillard qui appelait la Mort) et dont il allège sensiblement les gloses réduites à une maxime. C’est également une manière d’adopter pour la fable la densité exemplaire de l’emblème ou de la devise, constitués d’un corps, l’image, et d’une âme, la formule qui l’accompagne : recueil flamand de 1587. On sait la place qu’il occupe dans la culture européenne d’Otto Vaenius à Gilles Corrozet, à la Politica d’Esopo Frigio (1646) d’E. Tesauro (que Ballesdens ne semble pas voir connue) jusqu’aux substantielles pages du P. Bouhours dans ses Entretiens d’Ariste et d’Eugène (1671).

Enfin, le programme iconographique, variation sur les gravures de Sadeler (1608) et de Briot pour Jean Baudoin , qui répond à « une économie du visible » (B. Teyssandier) affirme son originalité par le caractère archaïsant que lui confère le choix, pédagogique et esthétique, de la gravure sur bois.

Que la pluralité des perspectives et des auteurs n’aille pas parfois sans redites et sans retour de références que la bibliographie aurait suffi à regrouper, et qu’un index des noms et des notions eût rendu plus aisée l’exploitation de l’appareil critique, ce sont réserves mineures sur un travail réussi, informé, libre de dogmatisme, propre à séduire à la fois des bibliophiles auxquels l’achat des éditions anciennes est interdit et des universitaires qui avaient besoin sur la fable d’un outil de travail aussi nourri et à jour.


Compte-rendu de Anne L. Birberick (Northern Illinois University) dans  The Modern Language Review, October 2013 (vol. 108, n° 4, p. 1282-1283)

Bernard Teyssandier’s critical edition of Les Fables d’Esope Phrygien, traduites en francois, et Accompagnées de Maximes Morales & Politiques, pour la conduit de la Vie (1645) by Jean Ballesdens is as thought-provoking as it is thorough and well-executed. In addition to presenting readers with facsimiles of the two principal texts (La Vie d’Esope and Fables d’Esope) as well as several liminal texts (“Épître au Roy,” “Supplique A la Reyne regent,” and tables of content), the editor has included a postscript, four critical essays, and a select annotated bibliography. The end result is a volume that offers new and surprising perspectives on both the fable tradition and Jean Ballesdens.

In the “Postface,” Bernard Teyssandier makes a compelling case for why and how the work of Balledens follows “une logique de citation que d’imitation” (495) and, as a result, creates “une pratique livresque nouvelle” (495). All the while framing his argument within the traditional role of fables as instructional tools, Teyssandier points to the originality of Ballesdens in several respects, especially in his decision to begin with the fable “Du Paon & de la Pie” rather than “Coq et de la Pierre précieuse.” Given the fresh perspective put forth on Ballesdens in the “Postface,” it should, I would argue, be read prior to any reading of the fables themselves.

Each of the four essays that follow explores different aspects of Ballesdens or his work. In “Jean Ballesdens, un curieux au service de Pierre Séguier,” Yannick Nexon provides a condensed biography of Ballesdens through the lens of his relationship with Séguier while Antoine Biscéré, “Le fablier de Ballesdens: piraterie éditorial ou translatio studiorum?,” takes as his point of departure the allegation that Les Fables d’Esope Phrygien is nothing more than “un démarcage servile et sans intérêt” (521) of Jean Baudoin’s earlier edition. The latter essay serves as a nice companion piece to the “Postface” since Biscéré highlights the originality of Ballesdens’ editorial undertaking in terms of three perspectives: philological, aesthetic, and bibliographic. The volume’s audience and its political message are explored respectively through illuminating analyses by Paul J. Smith, “Genèse et herméneutique d’un livre rare: pour une approche intermédiale du fablier de Ballesdens,” and Paola Cifarelli, “D’un usage politique de la fable au XVIIe siècle: Jean Ballesdens et Emanuele Tesauro.”

Lire la suite http://www.jstor.org/stable/10.5699/modelangrevi.108.4.1282