Archives de catégorie : Collection « Héritages critiques »

Théâtre de société du comte de Caylus. Comédies jouées au château de Morville (1738-1740)

Héritages critiques  – vol. 5

HC_5Dès les années 1730-1740, on assiste en France à un prodigieux essor des spectacles de société, comme en témoigne l’Histoire et recueil des Lazzis, où le comte de Caylus retrace les divertissements auxquels il se livre en 1731-1732 avec sept autres « théâtromanes » parisiens. Ce « gentilhomme universel » (M. Fumaroli) fréquente à cette époque plusieurs cercles d’acteurs amateurs, telle la société du comte de Morville, dont la mort ne met pas fin aux représentations données par sa famille et ses amis, sous la « direction » de Caylus. Lequel, en plus d’être acteur, devient alors le principal pourvoyeur de pièces pour les « saisons » du château de Morville, dans la Beauce, de 1737 à 1741. C’est la contribution de Caylus à ce « Théâtre du château de Morville » que conserve un recueil manuscrit ayant fait partie de la Bibliothèque dramatique Soleinne. Recueil acquis en 1999 par la BnF (département des Arts du spectacle), et dont est issue la présente édition de six pièces de Caylus – dont un ballet pantomime, Le Prince Pot à thé, avec la musique notée (comme pour les divertissements de trois des cinq comédies). Cette « résurrection littéraire » et « spectaculaire » d’inédits de Caylus entend rendre hommage, en ce 250e anniversaire de sa mort, à ce « grand seigneur polygraphe et anticonformiste » (J. Boch).

Ont contribué à ce volume :

  • Jean DAGEN est professeur émérite de l’Université Paris-Sorbonne. Ses travaux portent sur l’histoire des idées et leur expression littéraire aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il a consacré études et éditions à Fontenelle, Marivaux, Crébillon fils, Voltaire, aux moralistes français de Montaigne à Vauvenargues et Chamfort, et s’intéresse par prédilection aujourd’hui aux écrivains et philosophes des premières Lumières (1680 à 1750 environ).
  • Marie-Emmanuelle PLAGNOL-DIÉVAL est professeure à l’Université Paris-Est-Créteil et directrice de l’École Doctorale « Cultures et Sociétés ». Spécialiste du théâtre du XVIIIe siècle et de littérature pédagogique, elle a publié 5 ouvrages (3 monographies et 2 éditions scientifiques de Rousseau et Voltaire), plus de 75 articles, et co-dirigé 11 volumes collectifs, ainsi qu’une base de données sur les théâtres de société (avec D. Quéro et D. Trott).
  • Dominique QUÉRO est professeur de littérature française du XVIIIe siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Ses recherches portent sur la comédie et l’évolution des formes comiques, la satire et la parodie, les rapports entre littérature et société au siècle des Lumières. Co-éditeur des actes de colloques sur Regnard, Collé, Favart, il s’intéresse depuis des années aux théâtres de société (surtout avant 1750).
  • Nathalie RIZZONI est docteur ès lettres, ingénieur de recherche au Centre d’Étude de la Langue et des Littératures Françaises du XVIe au XVIIIe siècle (CELLF 16-18, UMR 8599), un laboratoire du CNRS et de l’Université Paris-Sorbonne. Ses travaux portent sur les spectacles du XVIIIe siècle et sur l’esthétique rococo du « petit », avec une ouverture sur les arts décoratifs de l’époque.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 488 p.
ISSN 2257-4719
ISBN-13 978-2-374960-05-0

L’illustration en débat. Techniques et valeurs (1861-1931)

Héritages critiques  – vol. 4

heritage_critique n4Au XIXe siècle, l’industrialisation de la reproduction de l’image dans l’imprimé fait naître le concept d’illustration. Une extraordinaire inventivité conduit à l’émergence de nouvelles techniques qui contribuent à façonner les pratiques culturelles de l’imprimé et à transformer les valeurs de l’image.
C’est dans ce contexte que s’affirme le passage de la gravure de reproduction à la gravure originale, que l’eau forte devient un procédé « artiste » de prédilection et que les principes du livre d’art à tirage restreint se répandent. Tandis que des artistes proclament le primat du geste humain sur le mécanisme, certains découvrent les vertus artistiques de la photographie et de la photogravure. Mobilisant l’attention des amateurs, des corporations, des institutions, comme des industriels soucieux de placer leurs capitaux dans des techniques novatrices, l’estampe devient l’objet d’un vaste débat mettant en question le partage entre artisanat de luxe et production industrielle mécanisée et, au-delà, entre les beaux-arts et les arts décoratifs.
Opérant un retour aux sources, principalement celles des revues où, périodiquement, les acteurs s’affrontent et prennent position, cette anthologie nourrit l’ambition de présenter quelques textes révélateurs de ces tensions polarisant l’attention médiatique sur les enjeux inhérents à la reproduction des images.

Ont contribué à ce volume :

  • Luce ABÉLÈS travaille sur le livre illustré entre 1848 et 1918. Elle a organisé et co-organisé plusieurs expositions au musée d’Orsay, où elle était chargée de littérature. On lui doit plusieurs catalogues sur la bohème, les arts incohérents, Mallarmé, Champfleury.
  • Stéphanie DANAUX, docteur en histoire de l’art, a publié L’Iconographie d’une littérature. Évolution et singularités du livre illustré francophone au Québec, 1840-1940 (2013). Ses travaux actuels portent sur les dessinateurs de presse français et canadiens.
  • Fabienne FRAVALO, chargée d’études et de recherches à l’INHA de 2009 à 2013 et doctorante à l’Université de Clermont-Ferrand et à l’Université de Neuchâtel. Ses travaux portent sur la critique des arts décoratifs autour de 1900 à partir de la revue Art et Décoration.
  • Laureline MEIZEL, doctorante en Histoire de l’art à l’Université Paris 1. Ses recherches portent sur les enjeux techniques, culturels, économiques et politiques soulevés par l’intégration de la photographie dans l’imprimé français à la fin du XIXe siècle.
  • Anne-Christine ROYÈRE, maître de conférences à l’Université de Reims. Ses travaux sur la poésie de langue française des XXe et XXIe siècles s’intéressent à la poétique de la voix et à la sémiotique de l’écrit, aux poètes éditeurs typographes ainsi qu’au livre de poésie.
  • Julien SCHUH, maître de conférences à l’Université de Reims. Spécialiste de la littérature fin de siècle, il travaille actuellement au projet PRELIA (Petites Revues de Littérature et d’Art), destiné à produire une base de données des revues d’avant-garde entre 1870 et 1940 (http://prelia.fr).

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 527 p.
ISSN 2257-4719
ISBN-13 978-2-915271-87-4

La Spectatrice

Héritages critiques  – vol. 3

heritage_critique n3L’auteur affirme d’emblée sa volonté d’écrire un « spectateur » : par ce terme, on désigne à l’époque les centaines de périodiques imités du Spectator, journal anglais qui connaît un succès inédit dans toute l’Europe.
Pourtant, La Spectatrice est bien plus qu’une simple imitation. Il s’agit bien d’un « spectateur », mais au féminin, puisque ce journal est censé être rédigé par une femme restée célibataire. Son féminisme provocant lui confère en outre un ton qui n’a guère d’équivalent dans la presse d’Ancien Régime. La modernité de ce périodique vient aussi de la relation ambiguë que l’auteur construit avec son public : elle oscille entre une hostilité farouche et un élan vers l’autre de plus en plus désespéré.
En réunissant les quinze numéros parus sous ce titre en 1728 et 1729, ce volume propose la première édition de La Spectatrice depuis 1730. Mais la radicale étrangeté de ce journal tient aussi à son destin inattendu. Malgré l’absence de réédition, ce périodique a été salué au XVIIIe siècle par d’illustres commentateurs. Et il a même été plagié à la veille de la Révolution, à une époque où la plupart des « spectateurs » étaient déjà retombés dans l’oubli.

Ont contribué à ce volume :

  • Claire BOULARD-JOUSLIN, maître de conférences en civilisation britannique à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle. Ses travaux portent notamment sur la presse féminine et sur l’essai périodique anglais au XVIIIe siècle.
  • Marion BRÉTÉCHÉ, agrégée d’histoire et docteur en histoire. Ses recherches portent sur le statut d’auteur en Hollande à la fin du XVIIe siècle et sur les pratiques d’écriture et de publication de      l’information politique.
  • Amélie JUNQUA, maître de conférences à l’Université d’Amiens. Après avoir consacré sa thèse à la question du langage dans les journaux de Joseph Addison, elle travaille notamment sur la presse périodique anglaise du XVIIIe siècle.
  • Alexis LÉVRIER, maître de conférences en littérature française du XVIIIe siècle à l’Université de Reims. Après avoir soutenu une thèse sur le journalisme d’expression individuelle au XVIIIe siècle, il a consacré      plusieurs ouvrages à l’histoire de la presse ancienne.
  • Élise REVON RIVIÈRE, ancienne élève de l’ENS, agrégée de lettres modernes. Sa thèse porte sur les textes de Promenades publiés entre XVIe et XVIIIe siècles.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 351 p.
ISSN 2257-4719
ISBN-13 978-2-915271-71-3

Le Roi hors de page et autres textes. Une anthologie

Héritages critiques  – vol. 2

Héritages Critiques vol. 2Le 24 avril 1617, un roi de seize ans secoue le joug de l’enfance et fait assassiner le favori de Marie de Médicis, l’italien Concino Concini, maréchal de France et marquis d’Ancre : Louis XIII dit « le Juste » accède au pouvoir en portant le fer contre un tyran supposé. « Coup d’État ! » comme l’écrit Gabriel Naudé dans ses Considérations politiques, c’est-à-dire coup d’autorité, action d’éclat entreprise pour le bien public.
Dans les semaines, dans les mois qui suivent l’événement, de petits livrets célèbrent la merveille : le fils du Grand Henri s’est mis de lui-même hors de la dépendance d’autrui, le jouvenceau à poil follet est désormais hors de page
Stratégie politique, pratique de dissimulation, miracle de justice, intervention divine, retour de l’Âge d’or ? Peut-être. Mais floraison d’écritures surtout. Parmi les très nombreux récits parus sur les « années Concini », douze ont été ici sélectionnés, dont onze libelles anonymes imprimés entre 1615 et 1617. Retranscrits en français moderne, tous ces textes ont été annotés de manière à faciliter leur lecture. Étrange et fascinante lecture. Étrange et fascinant bouquet, où les vapeurs d’encens et les effluves de la grande Histoire le disputent aux parfums troubles de la plus basse intrigue.

Ont contribué à ce volume :

  • Delphine AMSTUTZ, agrégée de Lettres modernes. Sa thèse de doctorat (Paris-Sorbonne) porte sur la représentation du favori royal en France à l’âge baroque.
  • Tatiana DEBBAGI-BARANOVA, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Paris-Sorbonne. Elle a soutenu une thèse de doctorat sur l’usage du libelle durant les guerres de Religion.
  • Jean-François DUBOST, professeur en histoire moderne à l’université de Paris-Est Créteil. Il a notamment publié Marie de Médicis. La reine dévoilée, ouvrage couronné par l’Académie française en 2010.
  • Claire ESNAULT, doctorante (Aix-Marseille et Ottawa). Elle prépare une thèse sur les discours et les représentations du supplice à la fin de la Renaissance.
  • Jean-Raymond FANLO, professeur à l’université d’Aix-Marseille, traducteur de Cervantes et spécialiste d’Agrippa d’Aubigné. Il travaille sur les rapports entre poésie, fiction, religion et politique à la fin de la Renaissance.
  • Hélène MERLIN-KAJMAN, membre senior de l’IUF., professeur à l’université de la Sorbonne-Nouvelle. Ses recherches sur littérature et politique à l’âge classique l’ont conduite à ouvrir le dossier des émotions publiques et de leurs langages.
  • Bernard TEYSSANDIER, maître de conférences à l’université de Reims. Depuis la parution de sa thèse (La Morale par l’image, 2008), il a consacré plusieurs travaux à l’éducation du prince au XVIIe siècle et à ses représentations.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 512 p.
ISBN-10 2915271585
ISBN-13 9782915271584