Archives de catégorie : Séminaire Grei-LiJe

La mise au pas des écrivains et la loi de juillet 1949

Affiche GreilijeLe  Grei-Lije (Groupe de recherches et d’études interdisciplinaires en Littérature pour la jeunesse, reçoit, le 19 février (19h) au Grand Salon de l’École de Musique de Sainte-Savine, Jean-Yves Mollier, professeur des universités à Saint-Quentin en Yvelines. Il vient de faire paraître un ouvrage consacré à la censure des écrivains. Il évoquera la question de la loi qui régit les publications pour la jeunesse dite loi de juillet 1949.

LIEU
Grand Salon de l’École de Musique
1, rue Lamoricière – 10300 Sainte-Savine

DATE
Jeudi 19 février 2015 à 19h00

CONTACTS
Médiathèque de Sainte-Savine – 03.25.79.98.33
Jean-Michel POTTIER – 06.08.52.40.71

TÉLÉCHARGEMENTS
|Affiche de la conférence

Séminaire Grei-LiJe 2014-2015

ANNONCE

Comment un récit pour enfant s’écrit-il ? Cette question fondatrice de la genèse d’un texte destiné à un public-cible choisi constitue la pierre angulaire de la réflexion menée par le Groupe de Recherches et d’Etude Interdisciplinaires en Littératures pour la Jeunesse (GREI-LiJe) de Troyes. Associant des compétences transversales, il réunit des enseignants-chercheurs, des professionnels du livre et des auteurs. Le GREI-LiJe organise, à raison de cinq séances annuelles, un séminaire dédié à la littérature et au livre pour la jeunesse. Il s’agit, à chaque session, d’interroger les enjeux de l’élaboration d’un ouvrage : quels genres littéraires sont les plus adaptés à un enfant-lecteur ? Quel est le rôle de l’image dans l’acte de lecture ? Le texte peut-il devenir une image en soi ? Comment définir le travail d’écriture de l’auteur ? Quelle est la part didactique d’un ouvrage de divertissement ? Dans quelle mesure la littérature pour la jeunesse est-elle liée de près ou de loin aux pratiques enseignantes et comment elle peut être inscrite dans des parcours pédagogiques (lecture en réseau, travail sur la structure de l’objet, construction d’une culture commune, liaison lecture-écriture…). Au-delà même de l’écriture, ce sont des manières de lire qui sont suggérées, de manière de recevoir le livre, texte et image, texte sans image, image sans texte. Il faut également s’intéresser au volet éditorial et économique de la conception d’un livre, d’autant plus lorsque l’ouvrage, populaire, relève d’une culture de masse.

La thématique volontairement générale répond à une lacune dans le domaine de la recherche en France : si la littérature de jeunesse est un objet d’étude reconnu dans les pays anglo-saxons où il existe notamment plusieurs masters de « children’s literature and culture », l’université française offre peu d’exemples similaires. Il convient donc de définir cet objet en s’intéressant dans un premier temps aux conditions de sa création : faut-il voir la littérature de jeunesse comme un véhicule idéologique permettant de « civiliser » l’enfant, selon l’argument développé par Jack Zipes dans sa lecture marxiste des contes pour enfant ? L’enfant et sa littérature sont-ils des miroirs du peuple, en ce que l’enfant, selon Jules Michelet « est l’interprète du peuple. […] Il est le peuple-même, dans sa vérité native, avant qu’il ne soit déformé, le peuple sans vulgarité, sans rudesse, sans envie, n’inspirant ni défiance ni répulsion ». À la suite du champ d’étude initié par Peter Hunt de l’Université de Cardiff, la littérature de jeunesse peut-elle, et doit-elle, être envisagée selon une perspective stylistique. Il convient alors de s’interroger sur la méthode adéquate pour étudier cette littérature.

Les rencontres se veulent interdisciplinaires, visant un public d’universitaires (étudiants et enseignants) et de professionnels (bibliothécaires, documentalistes, professeurs des écoles). Les corpus étudiés sont envisagés selon différentes approches, littéraires, civilisationnelles, sociologiques, voire scientifiques, et s’intéressent autant à des publications romanesques contemporaines qu’à des manuscrits ou documents de source primaire. Il s’agit bien de proposer un champ d’étude ouvert, sans aire géographique ni borne temporelle prédéfinies. À cet égard, plusieurs centres de recherches de l’URCA sont sollicités pour participer à cette initiative : le CEREP, le CIRLEP et le CRIMEL. La médiathèque de Sainte-Savine, l’ESPE et le Centre Universitaire de Troyes sont associés au projet depuis sa création, chaque institution accueillant tour à tour les différents intervenants.

PROGRAMME

Jeudi 27 novembre 2014, 18h, Sainte-Savine – Grand SalonKarin Ueltschi-Courchinoux (URCA) – Magies de Noël : un parfum d’enfance.

Conférence-Grei-LiJe-Ueltschi

Jeudi 29 janvier 2015, 18h, Sainte-Savine – Grand Salon ou  Espace Pierre ChaussinJean-Yves Mollier  (UVSQ) – La loi de 1949 (à partir de La Mise au pas des écrivains). Il est important d’aider à comprendre pourquoi la France va se distinguer en Europe par cette législation très autoritaire en matière de protection de la jeunesse.

Jeudi 19 février 2015, 18h, Sainte-Savine – Grand Salon Catherine Brégeaut (URCA) sur l’illustration dans la littérature pour enfant.

Jean-Michel Pottier (URCA – ITEM-CNRS) Parcours de création en littérature de jeunesse.

Mercredi 11 mars, 19h, Sainte-Savine – Grand Salon Yannick Bellenger-Morvan (URCA) Les aventures linguistiques d’Alice au Pays des Merveilles.

Mercredi 18 mars, 19h, Médiathèque du Grand Troyes – Yannick Bellenger-Morvan (URCA) Harry Potter : une school story contemporaine ?

Jeudi 19 mars 2015, 18h, Sainte-Savine – Grand Salon – Yannick Bellenger-Morvan (URCA) Rudyard Kipling et le conte. Animations au cours de. (Espace Pierre Chaussin – dans le cadre des animations de “Cours z’y vite”.)
Avec projection à l’Espace Chaussin le 23 janvier de la version restaurée du Livre de la jungle – horaire à préciser.

Mercredi 25 mars, 19h, Médiathèque du Grand Troyes – Yannick Bellenger-Morvan (URCA) À la croisée des mondes : les univers alternatifs de Philip Pullman.

En collaboration avec l’Institut Universitaire Rachi dans le cadre du Séminaire « Fantaisie et initiation » – À la médiathèque du Grand Troyes. 

Autres manifestations auxquelles le GREI-LiJe est associé :

9-10 octobre 2014Colloque La Guerre, le livre, l’enfant (Saint-André les Vergers – Troyes) – organisé par Danielle QUERUEL, Julien SCHUH et Jean-Michel POTTIER (CRIMEL)

21-22 novembre 2014 – Colloque « La littérature pour la jeunesse, vecteur d’une identité culturelle populaire » (Reims) organisé par Yannick Bellenger-Morvan et Colette Gauthier (CIRLEP).

Présentation du Groupe de Recherches et d’Études Interdisciplinaires en Littérature pour la Jeunesse (Grei-Lije)

Trois raisons principales président à la création d’un groupe de recherches en littérature pour la jeunesse à Troyes, dans le cadre de l’URCA et dans la ligne des équipes rémoises du CRIMEL et du CIRLEP dont le groupe constitue une émanation.

Il s’agit avant tout d’initier une dynamique de recherche au sein du pôle universitaire troyen et, plus largement, en englobant également le pôle de Chaumont. Il est important que la recherche puisse s’implanter à Troyes, car elle permet de nourrir la réflexion autour de la littérature pour la jeunesse, d’alimenter en contenus universitaires les formateurs éventuellement intéressés. Cette initiative n’a pas pour ambition une quelconque hégémonie, mais bien d’amorcer un mouvement  que l’on souhaite évidemment plus ample.

Il s’agit ensuite de valoriser les ressources locales. D’une part, le Salon du livre pour l’enfance de Troyes offre de belles et riches opportunités qui appellent le travail de la recherche et fertilisent les initiatives. D’autre part, le Musée aubois de l’éducation, devenu Centre de recherches universitaires, constitue une source évident et souvent encore trop peu exploitée de problématiques relatives à l’histoire de l’éducation, mais aussi dans le cadre de l’analyse du livre, une des spécificités du pôle troyen.

Enfin, il convient de souligner la part de plus en plus importante que jouent les étudiants à Troyes, tant au Centre universitaire troyen, qu’à l’IUT, qu’à l’ESPE. Les liens qui se nouent avec l’UTT ne peuvent que renforcer également la force de cette population. Or, il semble important que ces étudiants puissent bénéficier des apports de la recherche, il est essentiel qu’ils puissent assister et participer à des séminaires ou des conférences organisées par le  groupe de recherches et d’études interdisciplinaires en littérature pour la jeunesse (Grei-LiJe).

Ce groupe a choisi une logique pluridisciplinaire pour se constituer et se développer. Deux raisons prévalent à ce choix. D’une part, il ne peut être question d’envisager la littérature pour la jeunesse d’une manière univoque : les éclairages littéraire, linguistique, didactique, historique, philosophique viennent compléter l’analyse psychologique ou sociologique de ce champ littéraire en pleine expansion. D’autre part, les membres fondateurs du groupe ont souhaité maintenir avec leurs laboratoires de rattachement (CRIMEL et CIRLEP) un lien indéfectible, mais délibérément pluridisciplinaire.

Yannick BELLENGER, maître de conférences en Langue et civilisation anglaises à l’URCA

Ludivine BONHOMME, responsable du secteur jeunesse à la Médiathèque de Sainte-Savine et chargée de cours à l’URCA.

Jean-Michel POTTIER, maître de conférences en langue et littérature à l’URCA (ESPE de Troyes)