Archives de catégorie : Approches interdisciplinaires et internationales de la lecture

Séminaire A2IL 2015-2016 :

La langue du lecteur

*  *  *

ANNONCE

La langue du lecteur est un des points aveugles de la théorie de la lecture. Selon le sens commun, il est entendu que « l’auteur écrit » et que « le lecteur lit ». Mais dans quelle langue le lecteur pense-t-il ce qu’il est en train de lire ? La question qui prend toute son acuité pour une lecture dans une langue dite étrangère vaut aussi pour tous les cas où l’écrivain et son lecteur sont supposés partager le même idiome.

En effet les théories de l’écriture ont nommé idiolecte, l’inflexion apportée par un écrivain doté de quelque originalité à la langue commune conçue comme simple outil de communication. Cet idiolecte est susceptible d’intégrer les écarts les plus audacieux. Mallarmé en a figuré un des possibles, inventant une syntaxe rebelle à la langue « journalistique ». Artaud a voulu « ex-crire le corps », le faisant entendre dans une langue brisant les formes socialisées du langage. Les écritures inventives transgressent les catégories génériques, lexicales, syntaxiques nécessaires à l’échange socialisé. Le brésilien Polibio Alves, replongeant aux racines indiennes de la culture, marquées par la symbiose entre nature et culture, inflige à la langue du colonisateur portugais de drôles de métamorphoses. Ce faisant, l’écrivain, comme tout artiste en général, contribue à sa façon à redessiner les contours de l’humain.

Du côté du lecteur, en quelle langue s’effectue l’acte d’appropriation éventuellement suivi de restitution ? Les grandes écritures infléchissent sans doute la langue du lecteur, le transformant en quelqu’un « qui a lu Céline, Proust ou Joyce ». Mais la lecture active et vraiment littéraire reconfigure le sens en produisant son propre texte, qu’on l’appelle « contre-texte » ou « texte de lecture »[1]. Cette création interprétative peut-elle outrepasser les formes du langage de communication ? Dans quelle mesure et jusqu’où la langue du lecteur critique mime-t-elle celle de l’écrivain ? N’y a-t-il, de l’écrivain au lecteur, qu’une seule et même langue à l’œuvre dans la relation littéraire ou convient-il d’envisager des seuils séparant deux modalités de la même langue, voire trois, si l’on distingue la langue du critique, à son tour inventive, de la langue de communication courante ?

Que penser encore des versions d’œuvres du répertoire récrites en direction des jeunes publics en raison de la représentation que l’on se fait de la compétence du lecteur ? L’enjeu de cette réflexion est aussi pédagogique et didactique.

Séminaire dirigé par : Christine ChollierMarie-Madeleine Gladieu (CIRLEP EA 4299), Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé (CRIMEL EA 3311).

[1] L’Arrière-texte, p. 13.

PROGRAMME

Les séminaires ont lieu de 17h00 à 19h00

Jeudi 8 octobre 2015

Marie-Madeleine Gladieu : « Erreurs de traduction, modèles d’écriture. Vargas Llosa, lecteur et traducteur de Rimbaud »

Jeudi 12 novembre 2015

Alain Trouvé  : « Lire, écrire, penser : Aragon/ Quignard » (Blanche ou l’oubli ; Mourir de penser)

Jeudi 26 novembre 2015

Christine Chollier : « De la langue du lecteur à la langue du traducteur »

Jeudi 10 décembre

Nathalie Roelens (Université du Luxembourg) : « L’amour bilingue : lire Chamoiseau, Khatibi, Portante ».

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R202
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Approches interdisciplinaires de la lecture X (2014-2015)

Résonance et écriture poétique

*  *  *

ANNONCE

A quoi tient qu’une œuvre littéraire nous émeut, nous touche, nous donne à penser ? L’incursion dans l’imaginaire de l’autre, dans ses fantasmes, la reconnaissance des éléments de l’histoire  (la grande et la petite)  convoqués dans le roman, la pièce de théâtre ou le poème viennent élargir notre expérience.

Toute création est sans doute dépassement d’un donné arrière-textuel par la confrontation avec la langue, ses contraintes et ses potentialités. Mais que se passe-t-il si l’on replace l’acte créatif dans la relation littéraire[1] comme co-création ? Le contre-texte[2] élaboré par le lecteur dans sa rencontre avec le texte peut prendre des formes diverses, de la simple réaction mentale  à l’élaboration verbale de l’interprétation, encore nommée texte de lecture[3].

C’est ce  phénomène d’écho qu’on voudrait explorer sous le nom de résonance. Le poète Francis Ponge affirmait que l’objet poétique devait conjuguer raison et réson  pour effectuer le dépassement vers l’invention. Il laissait peu de place à l’autonomie du lecteur supposé jouir comme lui et avec lui de l’objet poétiquement reconstitué, nommant dans les années 1960 objeu, le va-et-vient souverain entre raison, qui tient compte du signifié dans sa dimension conceptuelle, et réson, qui ajoute le réseau des analogies nées de la proximité sonore des signifiants. En ce sens, chaque œuvre est un monde recomposé par la pensée de l’artiste.  De fait, il n’est d’art digne d’intérêt que celui qui nous entraîne hors de nous-mêmes vers des terres inconnues dans le sillage de son créateur premier.

Pourtant, si l’arrière-texte auctorial (corps, vécu, mémoire intellectuelle et affective, rapport au monde) et l’arrière-texte lectoral coïncident partiellement, rendant possible l’expérience littéraire comme rencontre de l’autre, loin s’en faut que cette coïncidence soit toujours assurée, totale, voire souhaitable.

Ce décalage  tient sans doute  au caractère ouvert de tout énoncé linguistique exploré au début du siècle dernier par Volochinov pour qui « toute compréhension est de nature dialogique » et implique « une contre-parole »[4] ; idée reprise et élargie par Bakhtine dans Esthétique de la création verbale à travers la conceptualisation d’un sur-destinataire excédant la visée auctoriale[5]. Plus près de nous la réflexion de François Rastier sur un cycle de la transmission permettant, de part et d’autre du texte, « d’appareiller une valeur (le contenu) à un signal (l’expression) »[6] invite également à dépasser le cadre d’une compréhension enfermée dans l’énoncé à lire. Le changement d’époque, de sphère culturelle, la mise en résonance, dans chaque acte de lecture individuel, de deux subjectivités semblables et distinctes,  amènent à envisager la rencontre de l’arrière-texte auctorial et de l’arrière-texte lectoral comme interférence, entre tension et coopération. Umberto Eco avait naguère ouvert la voie dans Les Limites de l’interprétation (1990),  s’attachant à confronter approche générative et approche interprétative, montrant que la logique du texte et de son créateur limitait  les prérogatives du lecteur. Mais la question de la résonance dépasse celle de la légitimité de l’interprétation ; il s’agit aussi  de penser les conditions du décalage auteur-lecteur. De fait, par exemple, cette raison que les philosophes des Lumières crurent et voulurent universelle ne cesse d’être interrogée par les artistes  qui en éclairent les revers monstrueux. La confrontation des aires culturelles tend à en relativiser la portée, montrant le lien consubstantiel entre raison, pensée et système de notation scripturale. Léon Van der Meersch oppose dans Les deux raisons de la pensée chinoise (Gallimard, 2013) une pensée aristotélicienne de la causalité, solidaire des langues alphabétiques, et une pensée de la corrélation et de l’inclusion systémique, apparentée au caractère idéogrammatique de la langue chinoise. Sans que la science occidentale soit en mesure d’expliquer par ses outils les succès de l’acupuncture qui pense le corps humain en ne le séparant pas du macrocosme, force est pour elle, par honnêteté et pragmatisme, de reconnaître l’efficience de certaines de ses interventions.

Dès lors, on se propose d’interroger la résonance lectorale, entre harmonie et dissonance, sous plusieurs angles problématiques :

Degré de compatibilité, de congruence, du signal et de sa réponse, du « texte à lire », celui de l’écrivain, et du « texte de lecture »

Passage d’une aire culturelle à une autre (incluant, entre autres, la question de la traduction)

Lieux textuels de l’intersubjectivation : le personnage…

Modalités poétique et romanesque de la résonance : le poème, lieu de la consonance / le roman, lieu de la dissonance et de l’hétérogénéité constitutive ?

Forme et légitimité du texte de lecture poétique, au service du poème

Fabrique culturelle de la résonance, qui interfère avec la théorie de la réception mais se soucie aussi du conditionnement éditorial de la lecture. Il arrive que l’éditeur modifie le texte à lire, empiétant sur la fonction auctoriale. Quid de ces  intermédiaires : auxiliaires  ou agents pathogènes de la relation littéraire ?

PROGRAMME

30 septembre 2014

Alain Trouvé (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Here comes everybody ? Résonance et fiction littéraire selon Joyce, Yourcenar, Le Clézio »

7 octobre 2014


Juan Antonio Gonzalez Iglesias  (Universidad de Salamanque) : « Résonance et écriture poétique »

4 novembre 2014

Marie-Madeleine Gladieu (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Retentissements des discours politiques de Vargas Llosa sur son œuvre »

25 novembre 2014

Jean-Michel Pottier (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « La voix et l’écoute – A propos d’une page de Proust. »

16 décembre 2014

Nathalie Roelens (Université du Luxembourg) : « Lire Larbaud entre les langues : résonance et idiorythmie ».

10 février 2015

Anikó Adams (Pázmány Péter Katolikus Egyetem, Budapest) : « Lire l’invisible et les inquiétantes résonances de la traduction »

10 mars 2015

Marie-France Boireau (Université d’Orléans) : « Au revoir là-haut ou la double résonance lectorale »

17 mars 2015

Tiphaine Samoyault (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Lecture et traduction »

7 avril 2015

Roselis Batista (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « O que resta dos Mortos : échos de l’écriture de Polibio Alves »

21 avril 2015

Thierry Davo (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Eduardo Halfon : Echos et résonances  croisées dans l’œuvre d’un  juif polonais né au Guatemala »

12 ou 19 mai 2015

Séance spéciale doctorants

LIEU
UFR Lettres et Sciences Humaines (Campus Croix-Rouge)
Maison de la Recherche – Salle R.202 (rez-de-chaussée)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

DATE
Les mardis de 17h à 19h

CONTACT
Suivi scientifique – Benoît ROUX – benoit.roux@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.12


[1] Le partage créatif dont il est question ici se décline pour le lecteur sur le mode de la création interprétative, autre nom de la lecture littéraire. Voir à ce sujet Marie-Madeleine Gladieu, Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé, L’Arrière-texte, Bruxelles, Peter Lang, 2013, p. 11-14.

[2] Voir à ce sujet, La Lecture littéraire, n° 12, Le contre-texte, Reims, CRIMEL, URCA, mai 2014.

[3] L’Arrière-texte, op. cit., p. 13

[4] Volochinov, Marxisme et philosophie du langage, [1929] Limoges, Lambert-Lucas, 2010, p. 339. Voir à ce sujet l’article de Serge Rolet, « L’affleurement du contre-texte chez Volochinov et Bakhtine », in La Lecture littéraire, n° 12, Le contre-texte, Reims, CRIMEL, URCA, mai 2014.

[5] « Le problème du texte » [1959-1961],  in Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, 1979, p. 336-337.

[6] Voir à ce sujet François Rastier, « Communication ou transmission ? », Césure, no 8, 1995, p. 151-195

Le corps à l’œuvre

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 8

L’implication du corps dans la création artistique ne fait guère de doute : il constitue la quatrième dimension de l’arrière-texte, la plus secrète. Il en va de cette entité fuyante, proche et insaisissable,  comme du temps selon Saint-Augustin : on croit savoir ce dont il s’agit, mais si on y réfléchit un peu, tout se brouille.

Cet en-deçà du langage, culturellement (re)construit, fonctionne dans la langue comme  un signe articulé à un référent barré, inaccessible. Encodant symboliquement la trace refoulée de pulsions ou hantée par la présence de cet innommable, la langue littéraire joue néanmoins le double jeu d’inscrire et d’ex-crire le corps, selon le mot d’Antonin Artaud.

Dir. Marie-Madeleine Gladieu,  Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé

SOMMAIRE

Avant-propos : inscrire/excrire le corps, par Alain Trouvé

Corps Culturels

  • Karin UELTSCHI, « De la fécondité poétique du boiteux »
  • Françoise AUBÈS, « Corps et violence dans les romans de la guerre interne au Pérou »
  • Anne-Elisabeth HALPERN, « Yôko Ogawa : Œuvrer au corps secret »

Corps d’auteur et de lecteur

  • Jean-Michel POTTIER, « Écrits du corps enseignant »
  • Alain TROUVÉ, « 7779 : énigme du corps et corps de l’énigme selon Théâtre / Roman d’Aragon »
  • Audrey LOUYER, « Les jeux du « je » : le dédoublement du corps à travers deux nouvelles fantastiques »

Figurations littéraires

  • Maria de JESUS CABRAL, « Mallarmé, le corps, le poème »
  • Marie-Madeleine GLADIEU, « Corps écrivant »
  • Miguel Angel ASTURIAS, « César Vallejo et Mario Vargas Llosa »

L’indicible

Roselis BATISTA, « À propos du roman de José Saramago : Les Intermittences de la Mort »

Bibliographie

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 200 p.
ISSN 1771-236X
ISBN-13 978-2-915271-73-7

Approches interdisciplinaires de la lecture IX (2013-2014)

Articuler le fantasme et l’histoire

*  *  *

ANNONCE

La réflexion sur « Le corps à l’œuvre » a dû composer avec une difficulté annoncée : on peut concevoir que le corps, entité physique hors langage, interfère dans le processus créateur mais on ne peut en rendre compte que par du langage. Pour autant, il est apparu que ce corps agissant peut-être reconnu et appréhendé moins par le lexique spécialisé, façonné par les différentes disciplines culturelles qui s’occupent de le penser, que par un certain nombre de traces de sa présence : façon d’occuper l’espace, intonation de la voix dans la profération orale, formations mixtes dont jouent les différentes écritures littéraires et dont le nom le plus courant est fantasme. La littérature peut s’attacher à cette volonté d’ex-crire le corps, selon le mot de Jean-Luc Nancy repris par un de nos intervenants. Le théâtre, par la matérialisation de l’espace et des corps des acteurs, rend tangible cet en-deçà du langage qui entre dans le processus de création. A tel point que les romanciers et poètes, comme l’ont montré certaines communications, ont souvent éprouvé le besoin d’en importer l’expression métaphorique dans des genres a priori non conçus pour la scène. C’est dire que le fantasme, cette autre scène rendue accessible par la littérature, en constitue sans doute une face déterminante. Lorsque quelque chose se joue du corps vers la psyché, la parole impossible se traduit en visions, actes, manipulations d’objets. Le propre du romancier, du poète autant que du dramaturge, est de donner à saisir cette projection d’un corps indicible dans l’évocation de scénarios fantasmatiques.  Dans ce processus de réflexion indirecte, nous avons constaté le fort retentissement des cultures et contextes historiques. Tout corps agissant, qu’il soit corps d’auteur, de personnage, ou de lecteur est un corps inséré dans un réseau de circonstances accordant des lieux traversés et des moments vécus. Les tragédies historiques, les dictatures impriment leurs marques sur les corps, l’impossible résonance psychique se résout en traces somatiques.

Dès lors, ce que nous voudrions appréhender est l’articulation du fantasme et de l’histoire dans sa dimension individuelle et collective. Si on a pu définir le fantasme comme « scénario imaginaire où le sujet est présent et qui figure, de façon plus ou moins déformée par les processus défensifs, l’accomplissement d’un désir, et en dernier ressort, d’un désir inconscient » (Laplanche et Pontalis), les recherches de la psychanalyse vivante montrent qu’on ne peut réduire ce désir inconscient à un noyau infantile individuel. L’inconscient n’est peut-être que « l’envers du temps », pour reprendre le mot du poète Aragon qui en faisait la formule de la poésie. Les travaux d’Abraham et de Torok sur le fantôme et la crypte ont souligné que cet inconscient qui nous traverse et nous anime peut aussi venir de générations antérieures. Le mythe dans sa dimension collective sans cesse retravaillée par les imaginaires individuels, joue ici un rôle important. L’histoire, de son côté, qu’on la comprenne comme discipline à part entière ou dans son interférence avec l’activité littéraire, ne laisse pas d’être une notion problématique sans cesse repensée par ceux qui la pratiquent. Exposée aux avatars de la subjectivation et de la falsification, elle demeure, dans sa visée, une science humaine plus directement soumise, peut-être, à un impératif d’objectivité.

L’écriture et la lecture sont le moment où ce matériau disparate – fantasme et histoire –  se condense et s’articule en une forme : « j’ai seul la clef de cette parade sauvage » écrivait Arthur Rimbaud dans une belle intuition réflexive. Jusqu’à quel point, néanmoins, la clef du lecteur peut-elle s’adapter à la serrure du texte, pour en faire tourner la porte sur ses gonds ? Par clef on n’entendra pas cette plate traduction des romans à clefs, mais quelque chose comme la formule permettant de faire jouer ensemble les composants hétérogènes entrant dans l’élaboration du texte afin de leur donner ou redonner vie.

PROGRAMME

24 septembre 2013

Antonia Fonyi (CNRS, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) : Fantasme et narration littéraire

08 octobre 2013

Marie-Madeleine Gladieu (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Armas Marcelo : Penser l’histoire avec la psychanalyse

22 octobre 2013

Entretien avec Paul Gayot (professeur d’histoire, pataphysicien, écrivain) autour de : Queneau, le fantasme et l’Histoire

05 novembre 2013

Nathalie Roelens (Université du Luxembourg) : Le fantasme de destruction chez Sade et Pasolini

19 novembre 2013

Jean-Michel Pottier (Université de Reims Champagne-Ardenne) : À propos de Jean Rosny Aîné : La Guerre du feu

17 décembre 2013

Alain Trouvé (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Croisements rêvés de l’Histoire et des Lettres : lecture du Sermon sur la chute de Rome (Jérôme Ferrari)

 

LIEU
UFR Lettres et Sciences Humaines (Campus Croix-Rouge)
Maison de la Recherche – Salle R.202 (rez-de-chaussée)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

DATE
Les mardis de 17h à 19h

CONTACT
Suivi scientifique – Benoît ROUX – benoit.roux@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.12