Archives de catégorie : Rencontres scientifiques

Boecio a través del tiempo: la recepción de su obra y su influencia en las letras europeas de la Edad Media a nuestros días. Teología y Filosofía

affiche_boece2espJueves, 17 de noviembre

Facultad de Filosofía y CC.EE. – Sala de Huntas

09h00 – Recepción de participantes y apertura del Coloquio. Bienvenida por parte del Director del Departamento de Filosofía y de las organizadoras del Coloquio: Alicia Oïffer-Bomsel, Sophie Conte y Elena Cantarino

09h30 – Conferencia inaugural: Christian Trottmann (Centre d’études de la Renaissance- Université de Tours), « Denis le Chartreux lecteur de la Consolation de la Philosophie »

10h15Miquel Beltrán (Universitat de les Illes Balears), « Una referencia a Boecio en la traducción de Alonso de Cartagena del Segundo Libro de Providencia de Dios, de Séneca »

11h00Discusión y Pausa

11h30Marina Mestre Zaragozá (ENS de Lyon), « La influencia de Boecio en el Sueño de Escipión de Vives »

12h15José M. Zamora Calvo  (Universidad Autónoma de Madrid), « Una exhortación a cultivar las virtudes: La posible conexión entre la Consolación de la Filosofía y la ética neoplatónica »

13h00Discusión y Comida

16h00Agustín Domingo Moratalla  (Universitat de València), « La Filosofía de la persona ante el desafío naturalista: pensar a Boecio desde Zubiri »

16h45Analía Manzur (Universidad Nacional de Salta-Argentina), « Boecio: la filosofía como cura del alma en La Consolación de la Filosofía »

17h30Discusión y Pausa

18h00Juan de Dios Bares Partal (Universitat de València), « Providencia, destino y azar en Boecio »

18h45Gabriel González Nares (Universidad Panamericana-México), « Relaciones entre causalidad, emanación y creación en el De hebdomadibus de Boecio »

19h30Discusión y Cierre de la jornada

Viernes, 18 de noviembre

Facultad de Filosofía y CC.EE. – Sala de Juntas

09h30Christophe Erismann (Université de Vienne – Institut des Études Byzantines), « Boèce et le statut ontologique des universaux: des textes divergents et leur discussion dans le Liber de anima de  Ratramnus de Corbie»

10h15Verónique Le Ru (Université de Reims Champagne-Ardenne), « Peut-on se consoler en regardant les étoiles ? »

11h00Jesús Conill (Universitat de València), « De Boecio a Zubiri: la realidad personal »

11h45 Discusión y Pausa

12h30 – Conferencia de clausura: Adela Cortina (Universitat de València), « ¿Es éticamente irrelevante el concepto de persona? »

13h15Discusión y Comida

16h00Francisco Castilla Urbano (Universidad de Alcalá), « Presencia de las ideas boecianas en la Historia de las Indias de Bartolomé de las Casas »

16h45Francisco Arenas Dolz (Universitat de València), « Boecio y la subordinación de la retórica a la dialéctica »

17h30Discusión y Pausa

18h00 – Mesa de comunicaciones:

  • Rodrigo Ballón (Universidad de Navarra), « Conocimiento divino del mal: Influencia de Boecio en Escoto Eriúgena »
  • Jaime Vilarroig (Universidad CEU-Cardenal Herrera), « La presencia de Boecio en la polémica de Auxiliis»
  • Raúl Francisco Sebastián Solanes (Universitat de València), « Crisis de la categoría de relación: La persona como individua substantia en Boecio »

19h30Discusión y Clausura del Coloquio

DATE
Jeudi 17 et vendredi 18 novembre 2016

LIEU
Universitat de València (España)
Facultad de Filosofía y CC.EE.
Sala de Juntas

TÉLÉCHARGEMENT
Affiche du colloque
| Programme du colloque

Contre Galien. Critiques d’une autorité médicale de l’Antiquité au premier âge moderne

Jeudi 29 septembre 2016
Université de Reims Champagne-Ardenne
(Bâtiment 18 – salle 03 et 05)

14h00Accueil des participants

 14h20Allocution de bienvenue

14h40Roberto LO PRESTI (Humboldt-Universität zu Berlin) et Antoine PIETROBELLI (Université de Reims), Présentation.

Présidence de séance : Véronique BOUDON-MILLOT

15h00Vivian NUTTON (I. M. Sechenov First Moscow State Medical University), « Galenism and anti-Galenism in Renaissance anatomy »

15h45Susan MATTERN (University of Georgia, Athens), « Galen’s Enemies »

16h30Pause

16h45 Gweltaz GUYOMARC’H (Université Jean Moulin Lyon 3), « Alexandre contre Galien. La réalité d’un différend »

18h00 – Salle de spectacle du CROUS
Le Voyage d’Érasme, spectacle de Jean-Marc EDER

20h00Dîner à la Brasserie Flo (96, place Drouet d’Erlon)

Vendredi 30 septembre 2016
Université de Reims Champagne-Ardenne
(Bâtiment 18 – salle 03 et 05)

Présidence de séance : Alessia GUARDASOLE

09h30 Matyáš HAVRDA (Czech Academy of Sciences, Prague), « Nemesius against Galen on soul as mixture »

10h15 Anna MOTTA (Freie Universität Berlin), « The impostor of the Cratylus. Galen and Proclus on etymology »

11h00Pause

11h15Antoine PIETROBELLI (Université de Reims Champagne-Ardenne), « Les Arabes contre Galien dans la médecine byzantine »

12h00Déjeuner (Buffet)

Présidence de séance : Marie CRONIER

14h00Philippe VALLAT (Universität Wien), « Qu’est-ce que la métaphysique a à faire avec la physiologie du corps humain ? Farabi contre Galien »

14h45Joël CHANDELIER (Université Paris 8), « Averroès “contre Galien” ? Retour sur une opposition proverbiale »

15h30Pause

15h45Nicoletta PALMIERI (Université de Reims Champagne-Ardenne), « Prolixité galénique et concision salernitaine : le cas de Barthélemy »

17h30Visite des caves du champagne Lanson (66, rue de Courlancy)

20h00Dîner au restaurant Au Conti (93, place Drouet d’Erlon)

Samedi 1er octobre 2016
Bibliothèque Carnegie (Auditorium)

Présidence de séance : Klaus-Dietrich FISCHER

10h00Danielle JACQUART (EPHE, Paris), « Avicenne et Averroès contre Galien : la lecture universitaire de leurs critiques (XIIIe-XVe siècle) »

10h45Concetta PENNUTO (Université Francois Rabelais, Tours), « Rhadamante à l’écoute de Galien : la médecine face à la philosophie »

11h30Pause

11h45Roberto LO PRESTI (Humboldt-Universität zu Berlin), « Cremonini et Harvey contre Galien : mécanismes de la critique, rejet et construction de l´autorité dans l’aristotélisme médical au XVIIe siècle »

12h45Déjeuner au restaurant Le Saint-Julien (47, rue Eugène Desteuque)

CONTACTS
Suivi administratif – Ségolène BUFFET
segolene.buffet@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.15

DATE
Jeudi 29 et vendredi 30 septembre et samedi 1er octobre 2016

LIEUX
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Bâtiment 18 – Salle 03 et 05
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Bibliothèque Carnegie
2, place Carnegie – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
Affiche du colloque
| Programme du colloque

Les petits aventuriers du quotidien. Bande dessinée, journal et imaginaires médiatiques (XIXe-XXIe siècles)

Appel à communications

Organisé par Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (EA 33311), l’Université Laval et le CELSA Paris-Sorbonne, le colloque aura lieu à Reims les 28, 29 et 30 juin 2017.

Responsables : Alexis Lévrier (Université de Reims Champagne-Ardenne) et Guillaume Pinson (Université Laval)

image Marque jLes relations entre la bande dessinée et le journalisme sont anciennes et durables. Art médiatique conciliant l’image et le texte, la bande dessinée est née au creuset du journal et de la culture périodique, exploitant dès l’origine les enjeux de l’actualité, recyclant les imaginaires médiatiques et inventant des personnages qui évoluent proches des milieux de l’information, souvent journalistes eux-mêmes. Ce colloque international souhaitera ainsi interroger l’ensemble de ces relations à partir d’une réflexion alliant une poétique de la bande dessinée et un historique de ses formes telles qu’elles se sont développées au cœur de la culture médiatique et des supports périodiques.

La séquence temporelle que nous envisageons pour ce colloque sera largement ouverte, du XIXe siècle à aujourd’hui. Au XIXe siècle, la « civilisation du journal » (Kalifa, Reigner, Thérenty et Vaillant 2011) a profondément renouvelé le rapport au monde et la représentation du réel. La bande dessinée émerge au sein de cette nouvelle culture du regard et de l’image, tôt théorisée par Rodolphe Töpffer (Groensteen 2014) puis pratiquée dans certains périodiques par de grands précurseurs (Nadar, Doré, Cham). Accompagnée de la floraison de la presse illustrée et satirique, le phénomène ira s’amplifiant au XXe siècle, tant sur le rythme quotidien (et des suppléments illustrés) que périodique (ainsi de la série La Famille Fenouillard de Christophe dans Le Petit Français illustré, ou encore des succès de L’Épatant lancé en 1908). La voie sera ainsi ouverte à l’âge d’or des revues pour la jeunesse (Spirou, Tintin, Pilote…) qui ont assuré depuis l’après-guerre le succès de la bande dessinée franco-belge et en ont fait une véritable « médiaculture » (Maigret et Stefanelli 2012). Depuis une quinzaine d’années enfin, le succès du reportage graphique, venu notamment des États-Unis et du travail pionnier de Joe Sacco, a trouvé un prolongement dans certaines revues d’actualités telles que XXI ou La Revue dessinée. Des revues consacrées à la bande dessinée de fiction ont également vu récemment le jour, à l’image de Pandora, lancée par Casterman presque vingt ans après l’interruption de son magazine (À suivre). Ces « mooks » s’adressent il est vrai à un public adulte, mais 2016 a marqué la naissance de plusieurs revues de BD-reportage destinées à la jeunesse : les éditions Dupuis publient depuis le mois de janvier 2016 un semestriel intitulé Groom, et La Revue dessinée lancera au mois de septembre Topo, un magazine d’actualité en bande dessinée pour les moins de 20 ans. Ces évolutions confirment la capacité de la bande dessinée à se réinventer au contact étroit de la culture médiatique, ainsi qu’un attachement au support papier qui vient s’ajouter aux expérimentations numériques.

Au cœur de cette histoire qui court sur près de deux siècles, notre colloque invitera les participants à proposer des interventions éclairant un aspect de la relation entre bande dessinée et culture médiatique. Nous ouvrons plus particulièrement trois axes de réflexion, qui ne seront pourtant pas exclusifs, et dans lesquels les interventions pourraient s’inscrire :

  1. Les imaginaires médiatiques: la bande dessinée est friande de représentations du monde du journal (salles de rédaction, héros journalistes, petites scènes de la vie quotidienne et personnages lisant des journaux). Elle n’hésite pas en outre à mettre en abyme le support journal (présence de journaux fictifs dessinés dans les cases, enjeux narratifs et diégétiques liés à la présence d’une culture médiatique au cœur même des aventures) : on sait que des dessinateurs tels que Hergé (Les Aventures de Tintin) et Jacobs (Les Aventures de Blake et Mortimer) sont coutumiers de tels procédés. Les interventions pourront ainsi viser à penser cette construction d’imaginaires médiatiques, sans doute en phase avec l’essor d’une culture de l’information et du reportage à partir des années 1920, jusqu’aux renversements narratifs aujourd’hui opérés dans le reportage graphique.
  1. Fictionnalisations graphiques de l’actualité: cette vogue du reportage dessinée constituera également un aspect important du colloque. Le succès actuel de la livraison graphique d’enquêtes de types journalistiques confirme la plasticité poétique de la bande dessinée. Souvent engagée, cette nouvelle « fiction d’actualité » (Thérenty 2004) accompagne les révolutions actuelles de l’information et situe la démarche enquêtrice au centre du dispositif narratif. Elle paraît ainsi accompagner activement les nouveaux regards posés sur le monde, mettant de l’avant un point de vue sensible et immergé, au cœur de l’expérience. Les interventions chercheront à comprendre l’articulation poétique du reportage graphique, sa liaison avec les grands enjeux sociaux et médiatiques, de même que ses racines historiques (notamment avec le genre du grand reportage).
  1. Poétique des supports : enfin, les participants seront invités à réfléchir aux effets des supports sur la bande dessinée, afin de montrer en quoi les contraintes matérielles et médiatiques ont été hier, et demeurent aujourd’hui encore aux sources de la poétique de la bande dessinée. L’approche support permet probablement de revoir les enjeux de travail collectif (la planche de BD est souvent un élément parmi un ensemble périodique et elle engage sans doute des relations de coprésence avec les autres illustrations), de temporalité (périodicité et dynamique du feuilleton), d’effet-rubrique (la BD occupant un espace bien défini et proposant un rendez-vous régulier à ses lecteurs) ou encore de mise en recueil (passage du périodique à l’album, engageant souvent un travail d’adaptation ou de reprise). Les enjeux numériques pourraient être abordés sous cet angle.

Les interventions seront de 25 minutes. Les organisateurs du colloque invitent chercheurs et étudiants à soumettre leurs propositions (250 mots + courte biographie) par courriel à Alexis Lévrier et Guillaume Pinson avant la date du 1er décembre 2016.

Comité scientifique

  • Benoît Berthou (Université Paris 13, revue Comicalités)
  • Jacques Dürrenmatt (Université Paris-Sorbonne)
  • Thierry Groensteen (Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, Angoulême)
  • Valérie Jeanne-Perrier (Celsa Paris-Sorbonne)
  • Philippe Kaenel (Université de Lausanne)
  • Björn Olaf-Dozo (Université de Liège)
  • Nathalie Preiss (Université de Reims Champagne-Ardenne)
  • Julien Schuh (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Bibliographie indicative :

  • Benoît Berthou (dir.), La Bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ?, Paris, Éditions de la BPI, collection « Études et Recherches », 2015.
  • Will Eisner, Les Clés de la bande dessinée, Paris, Delcourt, 2009-2011 (t. I : La Bande dessinée, art séquentiel, 2009 ; t. II : La narration, 2010 ; t. III : Les Personnages, 2011).
  • Thierry Groensteen, La Bande dessinée : son histoire et ses maîtres, Paris, Skira Flammarion, Angoulême, Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, 2009.
  • Thierry Groensteen, M. Töpffer invente la bande dessinée, Bruxelles, Les impressions nouvelles, 2014.
  • Thierry Groensteen, Parodies. La bande dessinée au second degré, Paris, Flammarion, 2010.
  • Thierry Groensteen, Système de la bande dessinée, Paris, PUF coll. « Formes sémiotiques », 1999 (vol. II : Bande dessinée et narration, Paris, PUF coll. « Formes sémiotiques », 2011).
  • Éric Maigret et Matteo Stefanelli (dir.), La Bande dessinée : une médiaculture, Paris, Armand Colin, coll. « Médiacultures », 2012.
  • Scott McCloud, L’Art invisible, Paris, Vertige Graphic, 1999.
  • Scott McCloud, Réinventer la bande dessinée, Paris, Vertige Graphic, 2002.
  • Harry Morgan, Principes des littératures dessinées, Angoulême, L’An 2, 2003.
  • Benoît Mouchart, De la bande dessinée en France, Paris, Les Belles lettres, 2013.
  • Pascal Ory, Laurent Martin, Jean-Pierre Mercier, et al. (dir.), L’Art de la bande dessinée, Paris, Citadelles & Mazenod, 2012.
  • Benoît Peeters, Lire la bande dessinée, Paris, Flammarion, coll. « Champs Arts », 1998, rééd. 2003.
  • Thierry Smolderen, Naissances de la bande dessinée : de William Hogarth à Winsor McCay, Paris, Les Impressions nouvelles, 2009.
  • Marie-Ève Thérenty, « L’invention de la fiction d’actualité », dans Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), Presse et plumes. Journalisme et littérature au XIXe siècle, Paris, Éditions Nouveau monde, 2004, p. 415-428.

(À suivre)… Journalisme et bande dessinée, d’hier à aujourd’hui

La prochaine séance du séminaire « Cultures populaires » (CIRLEP EA4299) aura lieu le mercredi 25 mai à 16h30 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche – salle R240). Elle sera animée par Alexis Lévrier, Maître de conférences au CRIMEL.

« (À suivre)…Journalisme et bande dessinée, d’hier à aujourd’hui ».
Cette séance abordera, d’un point de vue historique, la question des relations entre journalisme et bande dessinée. En Europe comme aux États-Unis, cette proximité est particulièrement ancienne : des deux côtés de l’Atlantique, le neuvième art s’est construit au contact de la culture périodique. Une trajectoire semblait pourtant s’être progressivement dessinée au cours des dernières décennies. La prépublication périodique dans des magazines souvent populaires a en effet laissé la place, à partir des années 1980, au règne de l’album. En s’éloignant du journalisme, la bande dessinée a semblé trouver enfin la reconnaissance et la dignité dont elle était privée jusque là.

Une stupéfiante aventure de Viny K. - Tome 1 Une si jolie petite gueule © Dupuis
Une stupéfiante aventure de Viny K. – Tome 1 Une si jolie petite gueule © Dupuis

Depuis une quinzaine d’années, le succès du reportage graphique a pourtant conduit à un mouvement inverse. Le succès de « mooks » publiant des reportages BD (XXI et surtout La Revue dessinée), a mené à la création de revues d’actualité s’adressant à la jeunesse (Groom, Topo) et à la renaissance d’une presse spécialisée dans la bande dessinée de fiction : Pandora, que vient de lancer Casterman, s’inspire par exemple délibérément du célèbre magazine (À suivre), disparu en 1997.
Le lien entre bande dessinée et journalisme se réinvente donc sous nos yeux, au moment même où sa disparition semblait programmée. Nous tenterons de montrer qu’il n’a en réalité jamais disparu, en privilégiant trois aspects en particulier : la question de l’imaginaire médiatique d’abord, à travers notamment la figure du reporter, dont Tintin est en quelque sorte l’archétype ; la question du lien entre journalisme et actualité, dont le reportage graphique n’est que l’une des déclinaisons les plus récentes ; la question de la poétique des supports enfin, puisque la prépublication périodique a durablement influencé la manière même de concevoir un « strip » ou une planche de bande dessinée.

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Boèce au fil du temps : la réception de son œuvre et son influence sur les lettres européennes du Moyen Âge à nos jours

Affiche_BoeceUniversité de Reims, 2-3 juin 2016
« Littérature et Arts »

Jeudi 2 juin 2016

09h00 Accueil des participants

09h30Allocution d’ouverture : Didier Marcotte, Vice-président du conseil académique ; Thomas Nicklas, Directeur du CIRLEP ; Jean-Louis Haquette, Directeur du CRIMEL ; Sophie Conte, au nom des trois organisatrices du colloque.

Conférence inaugurale
10h00Vincent Zarini (Université Paris-Sorbonne)

Approches linguistiques : mots et concepts
Présidence de séance : Karin Ueltschi

10h30María Jesús Soto Bruna (Universidad de Navarra) : « Unité et bien. Boèce compris par Gundissalinus (XIIe siècle) »

11h00Béatrice Stumpf et Bernard Combettes (Université de Lorraine) : « La Consolatio Philosophiae et sa traduction en français au Moyen Âge. Le problème des noms abstraits : le cas particulier des suffixes –tas et –tio »

Discussion
Pause

11h45 Carmen Cortés Zaborras (Universidad de Málaga) : « Trois concepts boétiens dans la réflexion féminine, du XIVe au XVIIIe siècle »

12h15Isabelle Turcan (Université de Lorraine) : « La présence des références à Boèce dans les textes linguistiques des XVIIe et XVIIIe siècles »

Discussion
Déjeuner

De la technique à l’esthétique
Présidence de séance : Antoine Pietrobelli

15h00Donatella Restani (Università di Bologna) : « Embryologie, numérologie et musica humana : un nouveau regard sur les sources et la réception du concept »

15h30 Nicoletta Palmieri (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Présence de Boèce chez les maîtres de Salerne : commentaires et “diagrammes figurés” »

16h00Bruno Bouchard (Université du Québec à Rimouski) : « L’homo fortuna et la dette des maîtres d’algorisme envers Boèce : entre arithmétiques, proportions, patrimoines et esthétisation de soi, du monde marchand au monde de l’art »

Discussion
Pause

Présidence de séance : Didier Marcotte

17h00Isabel María León Sanz (Universidad de Navarra) : « Influencia de las ideas estéticas de Boecio en San Buenaventura »

17h30Alice Lamy (Université Paris-Sorbonne): « Henri Bate de Malines, lecteur de Boèce »

18h00Jean-Baptiste Guillaumin (Université Paris-Sorbonne-IUF) : « Glaréan lecteur et éditeur de l’Institution musicale »

Discussion

Vendredi 3 juin 2016

La Consolatio philosophiæ et le thème de la fortune
Présidence de séance : Sophie Conte

09h00 Olga Vassilieva-Codognet (EHESS) : « La roue de Fortune et la Consolation de Philosophie. Antécédents et postérité d’un motif iconographique médiéval »

09h30Christian Brouwer (Université Libre de Bruxelles) : « Fortune et destins de Boèce dans la poésie latine des XIe et XIIe siècles »

Discussion
Pause

Présidence de séance : Alicia Oïffer-Bomsel

10h30Anna-Maria Babbi (Università degli Studi di Verona) : « La réception en Angleterre de la Consolatio Philosophiae : le Roman de Philosophie de Simund de Freine (XIIe-XIIIe s.) »

11h00 Miren Lacassagne (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « L’Estrif de Fortune et Vertu de Martin Le Franc : de l’exemplum boétien au miroir de Fortune »

Discussion
Déjeuner

Lectures de Boèce : de l’humanisme à l’époque contemporaine
Présidence de séance : Jean-Louis Haquette

13h30Jean-Frédéric Chevalier (Université de Lorraine) : « Le soleil et les abeilles : Pétrarque et Coluccio Salutati lecteurs de Boèce »

14h00Thierry Grandjean (Université de Lorraine) : « Les éditions et la réception des œuvres de Boèce à Strasbourg et Sélestat entre 1491 et 1515 »

14h30Alicia Oïffer-Bomsel (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Entre le Libro de las consolaciones de la vida humana de l’antipape Pedro de Luna et le Boecio de consolación d’Agustín López : la réception de la Consolatio Philosophiae en Espagne, de la pré-Renaissance au Baroque »

Discussion
Pause

15h30Elena Cantarino-Suñer (Universidad de Valencia) : « Presencia y pervivencia de Boecio en las letras españolas del Siglo de Oro »

16h00Gábor Förköli (Universités Eötvös Loránd-Paris-Sorbonne) : « Une “Consolation philosophique” méconnue : Les deux Vérités de Jean de Silhon (1596-1667) »

16h30Alain Trouvé (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Francis Ponge lecteur de Boèce »

Discussion

Clôture
17h15 – Jérôme Lagouanère (Université de Montpellier) : « Boèce et Augustin, deux influences contradictoires (VIIIe-XVIe siècle) ? Réflexions sur les usages polémiques des sources »

Deuxième partie du colloque, « Théologie et Philosophie », 17-18 novembre 2016 (Université de Valence, Espagne).

DATE
Jeudi 2 juin et vendredi 3 juin 2016

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche
57, rue Pierre Taittinger – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
Affiche du colloque
| Programme du colloque

Exposition « Livres italiens imprimés à Paris à la Renaissance »

Du 13 avril 2016 au 13 juillet 2016, à la bibliothèque Mazarine se tiendra l’exposition « Livres italiens imprimés à Paris à la Renaissance », présentée à l’occasion de la publication de l’ouvrage de Jean Balsamo (CRIMEL EA 3311), L’amorevolezza verso le cose Italiche : Le livre italien à Paris au XVIe siècle (Genève, Droz, 2015).

bandeau-verticalSous le règne des derniers Valois et de Henri IV, Paris accueillit de nombreux Italiens. Les uns, exilés florentins, seigneurs napolitains ou milanais, y avaient trouvé une nouvelle patrie ; les autres, prélats, diplomates, militaires, banquiers, comédiens venaient y exercer leur mission ou leur activité. Cette présence italienne variée est à l’origine d’une activité éditoriale qui fit de Paris une capitale du livre italien. Imprimeurs et libraires de l’Université et du Palais, parmi lesquels les plus célèbres, publièrent une centaine d’ouvrages en langue italienne, des Rime d’Amomo (1535) aux oraisons funèbres pour la mort de Henri IV (1610), des traités d’architecture de Serlio (1547) à l’étonnant recueil des Diverse machine d’Agostino Ramelli (1588), sans oublier les poèmes de Luigi Alamanni, de Gabriel Symeoni, et d’Angelo Tuccaro, les comédies de Giordano Bruno et de Vincenzo Belando, les travaux de l’érudit Jacopo Corbinelli, les recueils musicaux.

l-amorevolezza-verso-le-cose-italicheIl s’agit pour l’essentiel d’une production privée, élaborée par des Italiens et quelques italianisants de l’entourage royal, qui illustre la protection que les rois de France, en même temps qu’ils favorisaient la défense et l’illustration de la langue française, accordaient à la langue et aux lettres italiennes. Ces livres, souvent d’une typographie soignée, offraient en retour une contribution originale à la célébration royale, à l’agrément de la vie mondaine, à la constitution des savoirs, à un catholicisme et une spiritualité rénovés. Par leurs auteurs, leurs textes et leurs thèmes, ils se distinguent tant des livres en langue italienne publiés en Italie même que de ceux imprimés à Lyon, Genève ou Londres à la même époque.

La Bibliothèque Mazarine, riche d’un fonds italien exceptionnel, conserve un bel ensemble de ces livres italiens de Paris, réuni et exposé ici pour la première fois.

Commissariat : Jean Balsamo (Université de Reims Champagne-Ardenne), avec la collaboration d’Amélie Ferrigno (Bibliothèque Mazarine / EDITEF).

INFORMATIONS PRATIQUES
Du 13 avril 2016 au 13 juillet 2016
Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h
23, quai de Conti – Paris 6e

Contact : contact@bibliotheque-mazarine.fr

TÉLÉCHARGEMENT
|
 Flyer de l’exposition

Réécriture et création littéraire

Affiche_ReecritureLe CRIMEL organise le 26 janvier 2016 (14h-17h) un séminaire de recherche à destination des étudiants des Masters lettres et enseignement du second degré. Il s’agit de renforcer les liens entre la formation et la recherche, en proposant une série d’interventions scientifiques autour d’une question centrale de la dynamique littéraire, celle de la réécriture.

Le CRIMEL a invité Florence Naugrette, spécialiste de Victor Hugo et profite également de la présence à l’université de Reims Champagne-Ardenne de deux collègues d’universités italiennes, Monica Barsi et Anna Bettoni, avec lesquelles existe une tradition de coopération bien établie.

PROGRAMME
Monica Barsi (Università degli Studi di Milano) La réécriture du mythe de Mars à la Renaissance

Anna Bettoni (Università degli Studi di Padova) La belle aventure d’un poète protestant : la réécriture du Psautier par François Perrot (1576-1577)

Florence Naugrette (Université Paris-Sorbonne) Comment transformer une grande épopée guerrière en petite épopée pacifiste : Le Mariage de Roland de Victor Hugo

DATE
Mardi 26 janvier 2016 (14h-17h)

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R202)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
| Affiche-programme du séminaire

Le XIXe siècle à l’épreuve de la collection

Affiche_XIXPROGRAMME

Jeudi 19 novembre 2015 – Université de Reims Champagne-Ardenne – UFR Lettres et Sciences Humaines

09h30 – Accueil des participants

10h00 – Ouverture du colloque

De la geste de la Révolution au geste de la collection
Présidence : Evanghelia Stead

10h30Jean-Yves Mollier (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) :  De l’ Encyclopédie de Diderot au musée de C.L.F. Panckouke à Meudon :  naissance et  développement d’une collection

11h00Sabine Maffre  (Bibliothèque Carnegie) : Diancourt, un bibliophile « révolutionnaire » ?

11h30Jean-Louis Haquette  (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Un siècle mis en livre : Victor Diancourt et ses Douze poèmes du XIXe siècle

Discussion

De l’inventaire du siècle à l’invention d’un siècle
Présidence : Jean-Yves Mollier

14h00 –   Jean-Jacques Gautier (Mobilier national) : Le meuble de collection ou l’invention du XVIIIe siècle à usage du XIXe siècle

14h30Michèle Le Pavec (BnF, Département des Manuscrits) : Le XIXe siècle des autographes du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale

Discussion et pause

Présidence : Pascal Durand

15h30Cécile Reynaud (BnF, Département de la Musique) : L’invention de Berlioz dans l’Europe du XIXe siècle : la collection musicale de Charles Malherbe

16h00Yannick Le Pape (Musée d’Orsay) : Au péril de Ninive. Ambitions, rivalités, polémiques autour des premières collections assyriennes

Discussion

Vendredi 20 novembre 2015 – Bibliothèque Carnegie

Le XIXe siècle, cet objet de collection ?
Présidence : Sabine Maffre

09h00Marine Le Bail (Université de Toulouse-le-Mirail, Bibliothèque de l’Arsenal) : Bibliophilie moderniste et modernité littéraire chez Charles Asselineau, Jules Janin et Octave Uzanne : pour quel XIXe siècle ?

09h30Julien Schuh (Université de Reims Champagne-Ardenne, IUF) : Les collectionneurs « à-côté » : l’importance de la collection dans le modèle économique des revues d’avant-garde fin de siècle

Discussion et pause

Présidence : Jean Balsamo

10h30Catherine Faivre d’Arcier (BnF, Département des Manuscrits) : Lovenjoul : lecteur, chercheur et conservateur ou comment sauver les sources de la littérature contemporaine

11h00Pascal Durand (Université de Liège) : Un siècle critique et collectionneur : le XIXe siècle vu par Mallarmé

Discussion

La collection, la fiction du XIXe siècle ?
Présidence : Daniel Sangsue

14h00Jean Balsamo (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Le catalogue comme objet littéraire au XIXe siècle

14h30 Franc Schuerewegen (Université de Nimègue) : Le cousin Pons de Chateaubriand

Discussion et pause

La collection ou le XIXe siècle en procès et en projet
Présidence : Jean-Louis Haquette

15h30Daniel Sangsue (Université de Neuchâtel) : Collection et catastrophe

16h00Dominique Pety (Université Savoie Mont-Blanc) : L’esprit de collection XIXe-XXIe siècles

Discussion et pause

Présentation par Sabine Maffre et Jean-Louis Haquette du fonds Diancourt de la Bibliothèque Carnegie

CONTACTS
Suivi administratif – Ségolène BUFFET – segolene.buffet@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.15
Suivi scientifique – Benoît ROUX – benoit.roux@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.12

LIEUX
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – Salle R418
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Bibliothèque Carnegie
2, place Carnegie – Reims

DATES
jeudi 19 et vendredi 20 novembre 2015

TÉLÉCHARGEMENTS
Programme du colloque
| Affiche du colloque

Séminaire « Le monde des odeurs : perceptions et représentations »

ANNONCE

Affiche_MdeOdeurMême si vue et odorat sont parfois associés, comme dans l’allégorie de Jan Brueghel l’Ancien (1618), la première est toujours valorisée dans les classifications des sens et omniprésente dans 
l’étude des représentations littéraires, alors que le second est souvent laissé à l’arrière-plan, car il n’est pas considéré comme structurant le rapport au monde.

Ainsi, l’objet de ce séminaire est un 
phénomène impalpable et éphémère et pourtant porteur de sens, et que l’on peut d’abord appréhender comme une métaphore. Comme le fait remarquer Holly Dugan dans son histoire du parfum 
dans l’Angleterre de la première modernité, l’odeur a besoin de la métaphore pour être définie. Le vocabulaire des odeurs n’est pas toujours connu du grand public et l’on a tendance à utiliser des 
comparaisons ou des approximations. 
C’est pour cela que le monde des odeurs possède une dimension littéraire intrinsèque, dont la poésie amoureuse est la première à s’être emparée. La poésie pétrarquiste est parsemée de bouquets 
et de parfums à valeur érotique : l’air est parfumé, et les amants se parlent en soupirs et en souffles. La métaphore olfactive est particulièrement pertinente pour cette poésie de l’échec et de 
l’amour ineffable. On retrouve d’ailleurs cette érotisation du parfum et de l’odeur jusque dans la littérature du XIXe siècle, notamment dans le roman. 
Cette poétique de l’odeur peut être rapprochée d’une mode des parfums à l’époque pré-moderne, pommes de senteur, bijoux parfumés, bouquets, qui peuvent s’étudier dans une perspective 
historique, aussi bien à travers les textes que dans une iconographie de l’odeur, qui peut aussi inclure les emblèmes sur l’odorat (chez Ripa, par exemple) et la culture visuelle en général.

Depuis Alain Corbin et son ouvrage fondamental Le Miasme et la jonquille, d’autres historiens ont envisagé une histoire des odeurs, que ce soit dans le contexte des épidémies, notamment de 
peste, dont on pensait qu’elles se transmettaient par l’odeur, ou dans celui d’une histoire religieuse, par exemple dans les récits hagiographiques où domine l’odeur de sainteté. D’ailleurs, cette « 
odeur moralisée » se retrouve dans de nombreuses sources, notamment dans toutes sortes de récits opposant une « bonne odeur » (odeur héroïque d’Alexandre, dont la sueur, selon Plutarque, ne 
sentait pas mauvais, bonne odeur du cadavre de Michel-Ange, sans aucune puanteur selon Vasari…). L’odeur peut d’ailleurs être envisagée comme le signe d’une mutation épistémologique, au 
moment où elle est perçue non plus comme une construction morale et idéologique, mais comme un objet scientifique.

On peut également étudier l’odeur comme un marqueur social ou un indice 
d’exclusion, et se demander quel est le rôle des odeurs dans la psychologie humaine. Le monde des odeurs est ainsi marqué par une forte axiologie, dont il peut être intéressant d’interroger les 
variations. 
On pourra ainsi envisager de recevoir des chercheurs travaillant dans le domaine scientifique des perceptions olfactives et d’avoir leur point de vue, non seulement sur le lexique de l’olfaction, mais 
aussi sur l’olfaction comme phénomène scientifique et comme objet d’étude.

Enfin, nous aimerions également recevoir un « nez » afin d’envisager le parfum comme une science aussi bien qu’un 
phénomène économique et social. 
Ces problématiques ne sauraient bien sûr être limitées à l’époque pré-moderne, et on a tout intérêt à s’y intéresser aussi dans une perspective diachronique.

Ce séminaire est organisé conjointement entre le CRIMEL EA3311 et le CIRLEP EA4299 dans le cadre de la structure fédérative SHS Gaston Bachelard et dirigé par Jean-Louis Haquette et Christine Sukic.

PROGRAMME

Les séminaires ont lieu de 16h à 18h

Mercredi 14 octobre 2015 (Salle polyvalente)

Chantal Jaquet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Perceptions et représentations philosophiques des odeurs »

Mercredi 9 décembre 2015 (CHANGEMENT DE SALLE : 17-026)

Antoinette Gimaret (Université de Limoges) : « Odeurs et imagination olfactive dans la littérature dévote en France au XVIIe siècle »

Mercredi 9 mars 2016 (R202)

Diane Roussel (Université de Reims Champagne-Ardenne) :  « Les odeurs de Paris : environnement olfactif et pratiques sociales distinctives au XVIe siècle »

Mercredi 30 mars 2016 (R240)

Cécile Mauré (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « L’odeur représentée à l’image: traditions iconographiques »

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R240 ou Salle polyvalente ou Salle R202)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
| Affiche-Programme du séminaire

Séminaire A2IL 2015-2016 :

La langue du lecteur

*  *  *

ANNONCE

La langue du lecteur est un des points aveugles de la théorie de la lecture. Selon le sens commun, il est entendu que « l’auteur écrit » et que « le lecteur lit ». Mais dans quelle langue le lecteur pense-t-il ce qu’il est en train de lire ? La question qui prend toute son acuité pour une lecture dans une langue dite étrangère vaut aussi pour tous les cas où l’écrivain et son lecteur sont supposés partager le même idiome.

En effet les théories de l’écriture ont nommé idiolecte, l’inflexion apportée par un écrivain doté de quelque originalité à la langue commune conçue comme simple outil de communication. Cet idiolecte est susceptible d’intégrer les écarts les plus audacieux. Mallarmé en a figuré un des possibles, inventant une syntaxe rebelle à la langue « journalistique ». Artaud a voulu « ex-crire le corps », le faisant entendre dans une langue brisant les formes socialisées du langage. Les écritures inventives transgressent les catégories génériques, lexicales, syntaxiques nécessaires à l’échange socialisé. Le brésilien Polibio Alves, replongeant aux racines indiennes de la culture, marquées par la symbiose entre nature et culture, inflige à la langue du colonisateur portugais de drôles de métamorphoses. Ce faisant, l’écrivain, comme tout artiste en général, contribue à sa façon à redessiner les contours de l’humain.

Du côté du lecteur, en quelle langue s’effectue l’acte d’appropriation éventuellement suivi de restitution ? Les grandes écritures infléchissent sans doute la langue du lecteur, le transformant en quelqu’un « qui a lu Céline, Proust ou Joyce ». Mais la lecture active et vraiment littéraire reconfigure le sens en produisant son propre texte, qu’on l’appelle « contre-texte » ou « texte de lecture »[1]. Cette création interprétative peut-elle outrepasser les formes du langage de communication ? Dans quelle mesure et jusqu’où la langue du lecteur critique mime-t-elle celle de l’écrivain ? N’y a-t-il, de l’écrivain au lecteur, qu’une seule et même langue à l’œuvre dans la relation littéraire ou convient-il d’envisager des seuils séparant deux modalités de la même langue, voire trois, si l’on distingue la langue du critique, à son tour inventive, de la langue de communication courante ?

Que penser encore des versions d’œuvres du répertoire récrites en direction des jeunes publics en raison de la représentation que l’on se fait de la compétence du lecteur ? L’enjeu de cette réflexion est aussi pédagogique et didactique.

Séminaire dirigé par : Christine ChollierMarie-Madeleine Gladieu (CIRLEP EA 4299), Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé (CRIMEL EA 3311).

[1] L’Arrière-texte, p. 13.

PROGRAMME

Les séminaires ont lieu de 17h00 à 19h00

Jeudi 8 octobre 2015

Marie-Madeleine Gladieu : « Erreurs de traduction, modèles d’écriture. Vargas Llosa, lecteur et traducteur de Rimbaud »

Jeudi 12 novembre 2015

Alain Trouvé  : « Lire, écrire, penser : Aragon/ Quignard » (Blanche ou l’oubli ; Mourir de penser)

Jeudi 26 novembre 2015

Christine Chollier : « De la langue du lecteur à la langue du traducteur »

Jeudi 10 décembre

Nathalie Roelens (Université du Luxembourg) : « L’amour bilingue : lire Chamoiseau, Khatibi, Portante ».

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R202
57, rue Pierre Taittinger – Reims