Archives de catégorie : Pictor in fabula (IUF – E. Hénin)

Colloque « Topoi et anecdotes artistique »

Topoi et anecdotes artistiques : fortune, forme, fonction, de l’Antiquité au XVIIIe siècle

ANNONCE

Le colloque du groupe « Pictor in Fabula » clôture la création d’un corpus numérique par une équipe réunie au sein de l’ITEM (équipe du CNRS hébergée rue d’Ulm) et pilotée par Emmanuelle Hénin (volet scientifique) et Jeremy Pedrazzi (volet technique). Coorganisé par deux anciennes élèves de la rue d’Ulm (E. Hénin et V. Naas), avec le soutien du département d’histoire de l’art de l’École (représenté par Nadeije Laneyrie-Dagen), il se tiendra à Paris les 15, 16 et 17 octobre 2015, et réunira des chercheurs de multiples disciplines, allant des sciences de l’Antiquité à l’histoire de l’art, la littérature et la philosophie de la première modernité, venus de nombreux pays : Allemagne, Angleterre, Belgique, Espagne, Italie, Suisse, Etats-Unis.

Le colloque se penchera sur la fortune des topoi et anecdotes artistiques de la Renaissance au xviiie siècle. Quelle influence ont-il eue sur la théorie artistique : en quoi l’ont-il enrichie, révélée ou au contraire infléchie, occultée, faussée ? À quel niveau cette influence s’est-elle exercée : rhétorique, philosophique, académique ? Ont-ils joué un rôle dans la pratique des artistes ? Jusqu’où peut-on identifier la présence subliminale d’une anecdote à travers ses transpositions modernes ?

Le colloque envisagera toutes ces questions à travers trois volets :

1) L’anecdote comme matrice théorique

Chacune de ces anecdotes, chacun de ces topoi ont donné lieu à de multiples interprétations, parfois contradictoires (l’Hélène de Zeuxis présentée tantôt pour prôner l’imitation de la nature, tantôt pour prouver la supériorité de l’Idée) ; parfois même aporétiques pour les plus obscures (le concours de la ligne entre Apelle et Protogène). Chaque auteur s’empare de ce matériau topique pour y projeter ses propres préoccupations, reflet des idées en vogue, mais aussi de la société et de la condition concrète de l’artiste. De manière plus synthétique, l’étude diachronique d’une anecdote permet de mettre en lumière les impensés de la théorie artistique.

2) L’anecdote comme matériau fictionnel

Dans les textes théoriques, les anecdotes introduisent une pause narrative au sein de la démonstration, manière de poursuivre le raisonnement par d’autres voies, à travers une fiction ornée. Quels procédés rhétoriques et littéraires sont à l’œuvre dans cette réécriture ? A l’inverse, dans les textes narratifs (mythographies, romans, contes), les anecdotes introduisent une réflexion subreptice : comment cet élément hétérogène est-il « digéré », intégré dans la trame du récit ? A quelles transpositions fictionnelles les anecdotes donnent-elles lieu ? On songe par exemple à toutes les histoires d’amour cristallisées autour de l’histoire de Dibutade, rebaptisée Corinthia, à partir du XVIIe siècle.

3) L’anecdote comme source de création artistique

Quand ils ne prennent pas la plume pour commenter ces textes, les artistes se saisissent du pinceau, ou du burin : le corpus figuratif entourant les anecdotes antiques a été très peu exploré, malgré sa richesse. S’y rattachent en effet toutes les copies d’après les œuvres modèles (variations sur la Vénus d’Apelle ou de Praxitèle), mais aussi l’illustration des anecdotes (Apelle et Campaspe, Dibutade inventant la peinture, Zeuxis peignant Hélène), jusqu’aux multiples formes d’allusion, soit au contenu d’un tableau mythique (autoportrait de Rembrandt en Zeuxis riant), soit à un procédé (monochromie, quadrichromie, clair-obscur), voire à une posture du modèle (profil). Cette fortune iconographique se poursuit jusqu’au xxie siècle, signe que les anecdotes sur l’art antique demeurent une source inépuisable d’inspiration pour la pensée créatrice.

PROGRAMME

Jeudi 15 octobre 2015

L’ANECDOTE ENTRE ART DU DISCOURS ET PRATIQUE DE LA PEINTURE

L’anecdote : cadres rhétoriques
Séance présidée par Pierre Caye

9h00 – Ouverture
9h10 – Emmanuelle Hénin (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Introduction. L’anecdote comme palimpseste »

9h35Pedro Duarte (Aix-Marseille Université) : « La fiction de discours dans les anecdotes relatives aux sculpteurs et peintres antiques »

10h00 – Giovanni Lombardo (Université de Messine) : « Timanthe et l’art de peindre kat’émphasin »

10h25 – Discussion et pause

11h20Stanislas Kuttner-Homs (Université de Caen) : « Rhétorique des arts et art de la rhétorique : les anecdotes de peintres et de sculpteurs dans les Histoires de Jean Tzétzès »

11h45Marteen Delbeke (Université de Gand) : « Les anecdotes sur la peinture dans le débat sur la langue figurée dans la deuxième moitié du XVIIe siècle »

12h10Discussion et déjeuner

Anecdotes et pratique de la peinture
Séance présidée par Agnès Rouveret

14h00 –  Valérie Naas (Université Paris-Sorbonne) : « Le discours sur les femmes artistes antiques : entre realia et topoi »

14h25 – Baldine Saint Girons (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Le bœuf de Pausias en noir et blanc »

14h50 – Discussion et pause

15h45 – Ralph Dekoninck (Université Catholique de Louvain) : « Pausias, parangon de la peinture flamande au XVIIe siècle »

16h10 – Marie-Pauline Martin (Aix-Marseille Université) : « Glycère et l’harmonie des couleurs : un motif adapté aux perspectives sensualistes des Lumières »

16h45  Étienne Jollet (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Apelle contre Protogène. La rapidité de l’acte créatif dans la littérature artistique en France au XVIIIe siècle »

17h10 Discussion

Vendredi 16 octobre

LA FASCINATION MIMETIQUE

Topoi mimétiques
Séance présidée par Hélène Casanova-Robin

09h00Giuseppe Pucci (Université de Sienne) : « Naturam ipsam provocavit » : structure et histoire d’un poncif »

09h25José Riello (Université de Madrid) : « La verdadera imitación del natural y los pintores antiguos en los tratados hispánicos de la Edad Moderna. »

09h50 Ulrich Pfisterer (Université de Munich) : « Apelles’Animals »

10h15Léonard Pouy (Université de Genève) : « À cor et à cri. Théon de Samos et ses survivances dans l’art néerlandais du XVIIe siècle »

10h40Discussion et pause

11h30Paulo Butti de Lima (Université de Bari) : « La douleur dans la peinture : anecdotes et exemples pour comprendre la Poétique d’Aristote (XVIe-XVIIe s.) »

11h55François Lecercle (Université Paris-Sorbonne) : « Portrait de l’artiste en tortionnaire : Parrhasios, Michel Ange et quelques autres »

12h20 Discussion et déjeuner

La mimésis sculpturale
Séance présidée par Nadeije Laneyrie-Dagen

14h20 – Présentation du site « Pictor in Fabula »

14h35Renaud Robert (Université Bordeaux-Montaigne) : « Les anecdotes sur Phidias ou les métamorphoses de l’artiste. »

15h00 – Marianne Leblanc (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « L’anecdote en filigrane. Les poèmes sur le buste de Louis XIV par Bernin »

15h25 – Discussion et pause

16h20Maurice Brock (Université de Tours) : « L’Aphrodite de Cnide dans des lettres de Bembo, l’Arétin, Giovanni Della Casa et Lodovico Dolce

16h45Lise Wajeman (Aix-Marseille Université) : « Fictions comiques ou théories sérieuses ? Quelques réincarnations de la Vénus de Cnide au XVIe siècle »

17h10Discussion

Samedi 17 octobre

TRANSPOSITIONS MODERNES

Portrait de l’artiste en Apelle
Séance présidée par Giovanni Careri

09h00 – Mathilde Bert (Université Catholique de Louvain) : « Apelle à Bologne : les stalles de Fra Damiano à San Domenico »

09h25. Sarah Blake McHam (Rutgers University, New Jersey) : « Falling in Love with Your Sitter »

09h50 – Arianna Fabbricatore (Université Paris-Sorbonne) : « L’Apelle et Campaspe de Noverre : danse et peinture au XVIIIe siècle »

10h15 – François René Martin (École nationale des beaux-arts) : « De Campaspe à la Fornarina : problèmes iconographiques (1770-1820) »

10h40 Discussion et pause

Peindre les anecdotes

11h25Élisa de Halleux (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Zeuxis peint le portrait d’Hélène de Beccafumi ou l’idéal de beauté androgyne dans la théorie artistique italienne au XVIe siècle. »

11h50 Colette Nativel (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Le décor de la maison de Rubens entre anecdote et allégorie »

12h15 Jan Blanc (Université de Genève) : « Le traitement burlesque des anecdotes artistiques dans la peinture européenne (XVe-XVIIIe siècles) »

12h40Discussion

LIEU
École normale supérieure
Salle Dussane
45 rue d’Ulm – Paris (Ve)

DATES
jeudi 15, vendredi 16 et samedi 17 octobre 2015

TÉLÉCHARGEMENTS
Programme du colloque
| Affiche du colloque

Journée d’étude « Subversion des hiérarchies et séduction des genres mineurs »

ANNONCEAffiche_Genres

Journée d’étude organisée par Emmanuelle Hénin et Virginie Leroux – CRIMEL (URCA – EA 3311)

PROGRAMME

mardi 4 février 2014

9h30Accueil des participants

9h50Ouverture de la journée par Jean-Louis Haquette, directeur du CRIMEL

La théorie artistique
Présidence : Hendrik Ziegler

10h00Emmanuelle Hénin (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Les enfants de Piraicos : l’ambivalence des genres mineurs au XVIIe siècle (Italie, France).

10h30Francesca Alberti (CHAR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Dieux sur terre : parodie et démythification chez Tintoret et Vélasquez.

11h30Jan Blanc (Université de Genève) : Existe-t-il des genres dans la peinture néerlandaise du XVIIe siècle ?

12h00Léonard Pouy (INHA) : Leurs héros sont des faquins. La hiérarchie des genres à l’épreuve de la scène de corps de garde hollandaise et flamande du XVIIe siècle.

12h30Discussion

La théorie poétique
Présidence : Jean-Louis Haquette

14h30 Virginie Leroux (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Qu’est-ce qu’un genre mineur ? L’exemple des Poétiques néo-latines.

15h00Jean Pappe (Reims) : Le De arte poetica de Vida : une poétique de l’épopée ou une épopée de la poésie ?

15h30Perrine Galand (EPHE) : Les genres mineurs : la voie pour les parlementaires-poètes.

16h00Discussion et clôture


LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche (Amphi)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

DATE
mardi 4 février 2014

TÉLÉCHARGEMENTS
|Programme de la journée
|Affiche de la journée

CONTACTS
Suivi administratif -Ségolène BUFFET – segolene.buffet@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.15
Suivi scientifique – Benoît ROUX – benoit.roux@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.12

Pictor in fabula. Traits exemplaires des peintres antiques

Projet IUF Junior (2009- 2015) – Emmanuelle Hénin

Pictor in fabula
Fresque provenant de la villa de Poppée à Oplontis.

Dans la théorie artistique, le rôle des anecdotes et des exempla est tout sauf anecdotique : ils sont un des lieux d’expression privilégié d’une théorie artistique qui est rarement formulée comme telle, mais souvent disséminée dans toute sorte de textes, ou formulée sur le mode de l’analogie. Et ce phénomène se poursuit à l’époque moderne : passage obligé des traités d’art, les exemples antiques s’invitent aussi dans les poétiques et les traités de rhétorique, les relations de fêtes et de voyages, les manuels de civilité, les ouvrages de théologie, les préfaces et dédicaces, et jusque dans la fiction. La théorie artistique contamine ainsi d’autres domaines, qui viennent l’influencer en un constant aller-retour. Ce site a pour vocation d’inventorier et de mettre à disposition de la communauté scientifique le plus grand nombre de ces variations, des plus célèbres aux plus obscures, tout en offrant un regard neuf sur la théorie artistique.

Facilement isolable comme une enclave au sein de l’argumentation, l’anecdote est souvent une manière détournée de poser une question théorique, en décalage ou en excès par rapport au propos explicite. La fécondité de ces topoi réside dans leur plasticité, susceptible d’infinies réinterprétations. Leur fixité même en fait un lieu d’invention, selon la fonction rhétorique du topos, tandis que leur récurrence offre un cadre commode à l’expression de pensées singulières, reflets d’autant de contextes originaux. Dans le même temps, leur caractère de lieux communs leur permet d’exprimer les grandes interrogations qui traversent la théorie artistique pendant toute la période moderne et dans toute l’Europe. Le site Pictor in fabula rassemble en effet, à côté des sources antiques, des œuvres produites en Italie, en France, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Angleterre et en Espagne, entre le XVe et le XVIIIe siècles. Ces débats embrassent tout le champ de l’art, allant du statut de l’artiste aux conditions de la réception, des critères de la beauté aux limites de la représentation. Toutes les grandes questions sont abordées par ce corpus de textes, virtuellement illimité, qui constitue l’esthétique avant l’esthétique.

Membres de l’équipe :

  • Mathide BERT (Université de Liège, post-doctorante à l’Université de Reims), spécialiste de théorie de l’art en Italie
  • Jan BLANC (Université de Genève), spécialiste de théorie de l’art en Angleterre
  • Ralph DEKOONINCK (Université Catholique de Louvain), spécialiste de théorie de l’art aux Pays-Bas
  • Michelle-Caroline HECK (Université Paul-Valéry – Montpellier 3), spécialiste de théorie de l’art en Allemagne
  • Marie-Pauline MARTIN (Aix-Marseille Université), spécialiste de théorie de l’art en France
  • Valérie NAAS (Université Paris-Sorbonne), spécialiste de théorie de l’art dans la Rome antique
  • Eveline PRIOUX (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), spécialiste de théorie de l’art dans la Grèce antique
  • Jérémy PEDRAZZI (Institut des textes et manuscrits modernes, UMR CNRS/ENS), développeur du site
  • Benoît ROUX (Université de Reims Champagne-Ardenne), administrateur du site