Archives de catégorie : Projets de recherche

Contre Galien. Critiques d’une autorité médicale de l’Antiquité au premier âge moderne

Jeudi 29 septembre 2016
Université de Reims Champagne-Ardenne
(Bâtiment 18 – salle 03 et 05)

14h00Accueil des participants

 14h20Allocution de bienvenue

14h40Roberto LO PRESTI (Humboldt-Universität zu Berlin) et Antoine PIETROBELLI (Université de Reims), Présentation.

Présidence de séance : Véronique BOUDON-MILLOT

15h00Vivian NUTTON (I. M. Sechenov First Moscow State Medical University), « Galenism and anti-Galenism in Renaissance anatomy »

15h45Susan MATTERN (University of Georgia, Athens), « Galen’s Enemies »

16h30Pause

16h45 Gweltaz GUYOMARC’H (Université Jean Moulin Lyon 3), « Alexandre contre Galien. La réalité d’un différend »

18h00 – Salle de spectacle du CROUS
Le Voyage d’Érasme, spectacle de Jean-Marc EDER

20h00Dîner à la Brasserie Flo (96, place Drouet d’Erlon)

Vendredi 30 septembre 2016
Université de Reims Champagne-Ardenne
(Bâtiment 18 – salle 03 et 05)

Présidence de séance : Alessia GUARDASOLE

09h30 Matyáš HAVRDA (Czech Academy of Sciences, Prague), « Nemesius against Galen on soul as mixture »

10h15 Anna MOTTA (Freie Universität Berlin), « The impostor of the Cratylus. Galen and Proclus on etymology »

11h00Pause

11h15Antoine PIETROBELLI (Université de Reims Champagne-Ardenne), « Les Arabes contre Galien dans la médecine byzantine »

12h00Déjeuner (Buffet)

Présidence de séance : Marie CRONIER

14h00Philippe VALLAT (Universität Wien), « Qu’est-ce que la métaphysique a à faire avec la physiologie du corps humain ? Farabi contre Galien »

14h45Joël CHANDELIER (Université Paris 8), « Averroès “contre Galien” ? Retour sur une opposition proverbiale »

15h30Pause

15h45Nicoletta PALMIERI (Université de Reims Champagne-Ardenne), « Prolixité galénique et concision salernitaine : le cas de Barthélemy »

17h30Visite des caves du champagne Lanson (66, rue de Courlancy)

20h00Dîner au restaurant Au Conti (93, place Drouet d’Erlon)

Samedi 1er octobre 2016
Bibliothèque Carnegie (Auditorium)

Présidence de séance : Klaus-Dietrich FISCHER

10h00Danielle JACQUART (EPHE, Paris), « Avicenne et Averroès contre Galien : la lecture universitaire de leurs critiques (XIIIe-XVe siècle) »

10h45Concetta PENNUTO (Université Francois Rabelais, Tours), « Rhadamante à l’écoute de Galien : la médecine face à la philosophie »

11h30Pause

11h45Roberto LO PRESTI (Humboldt-Universität zu Berlin), « Cremonini et Harvey contre Galien : mécanismes de la critique, rejet et construction de l´autorité dans l’aristotélisme médical au XVIIe siècle »

12h45Déjeuner au restaurant Le Saint-Julien (47, rue Eugène Desteuque)

CONTACTS
Suivi administratif – Ségolène BUFFET
segolene.buffet@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.15

DATE
Jeudi 29 et vendredi 30 septembre et samedi 1er octobre 2016

LIEUX
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Bâtiment 18 – Salle 03 et 05
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Bibliothèque Carnegie
2, place Carnegie – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
Affiche du colloque
| Programme du colloque

Séminaire « Montmartre ou la confusion des genres : Approche intermédiale d’un lieu mythifié (1871-1914) »

Sous la direction de Laurent Bihl (Paris 1, ISOR-CRHXIX) et Julien Schuh (URCA, CRIMEL, IUF).

2015-2016, Centre Universitaire de Troyes

Willette-LAlbum-no15-librairie-illustrée-Tallandier-1902-p.16
Willette, L’Album no15, librairie illustrée Tallandier, 1902, p.16

Notre projet de recherche concerne la Butte Montmartre comme lieu de rencontres, d’échanges et d’hybridation des courants esthétiques et politiques. En effet, la force folklorique de l’« esprit Chat noir » est telle qu’elle a occulté la plupart des démarches d’analyse critique comme double laboratoire des avant-gardes et de la culture de masse. Il s’agit dès lors d’expliciter le processus par lequel une culture d’avant-garde, celle de la communauté d’artistes résidant à Montmartre, s’est progressivement popularisée au point de devenir l’un des principaux pourvoyeurs d’images diffusées par les industries touristiques et culturelles. La confusion est d’abord celle des frontières et des hiérarchies esthétiques, qui mêlent l’art légitime et l’illustration populaire, la création d’avant-garde et le divertissement plus trivial. La publicité est au cœur de ces rencontres surprenantes, qui transforment en œuvre d’art des affiches, des lithographies ou des toiles initialement conçues pour la promotion des cabarets. L’étude comparée des lieux de sociabilité vécus – bistrots, cafés – et représentés permet de restituer la trace de la ville comme espace sensible. L’étude de l’univers sonore véhiculé par le genre satirique dévoile une pluralité de ressentis.

L’appréhension de ces lieux de sociabilité peut alors se concevoir dans la perspective de la ville comme espace sensible, du prolongement vers la rue, les terrasses, le refuge diurne ou nocturne auquel ils correspondent…

Rapport à la norme en même temps qu’à la subversion, arts plastiques, littérature, musique, théâtre, photographie ou jeune cinéma même se mélangent en un va-et-vient constant qui détermine l’apparition ou le renforcement de courants esthétiques novateurs. Fixation d’une nostalgie aussi, puisque ce sont des dessinateurs satiriques comme Albert Robida qui dénoncent le dépeçage de la ville par les promoteurs, initient un titre de presse comme Paris qui meurt et se voit chargé par la ville de concevoir un éphémère « Paris médiéval » en grandeur nature, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900.

Certaines manifestations charivariques réactivent un mode de désordre, de contestation ancrée dans le siècle et correspondent à une prolongation du trait satirique au cœur même de l’espace urbain. Le brouillage est aussi social, qui fait côtoyer sur la butte l’artiste déclassé, le voyou et le bourgeois encanaillé. Il est, de fait, moral (vice et vertu provisoirement confondus dans la figure de la cousette par exemple) et idéologique (anarchistes, antisémites et beau monde mélangés). C’est la notion de « culture partagée » qu’il s’agit de réévaluer aux réalités des multiples microcosmes sociaux, lesquels pouvant fort bien se côtoyer sans nécessairement se mêler, se comprendre ou même se remarquer. Enfin, Montmartre exerce une véritable force d’attraction sur les nombreux artistes venus de toute l’Europe pour y éprouver leur talent.

Ainsi, par l’inscription du genre satirique au cœur de l’espace urbain, nos intérêts portent donc sur la ville comme laboratoire de la modernité.

Nous comptons donc expérimenter des sources de nature diverse, aussi bien imprimées que graphiques. Mais nous avons aussi pour projet le décryptage des archives administratives, policières ou judiciaires, pour une compréhension globale des enjeux de réglementation en matière de presse et de structuration de la sphère publique. Les relations complexes entre l’image satirique et les couvertures de presse classique nous ont jusqu’ici amenés à connaître et à étudier la presse illustrée dans son ensemble, et ce sur une temporalité longue. Enfin, la définition d’un corpus large comprenant des sources épistolaires, sonores ou cinématographiques, ainsi que l’étude des représentations, ont exigé différentes approches méthodologiques qu’il s’agit dès lors de croiser, afin de mieux définir les enjeux épistémologiques d’une étude globale et interdisciplinaire de cette ambition. Il s’agit notamment d’avoir recours, outre les méthodes propres à l’histoire culturelle, à l’analyse sémiologique, la sociologie de la réception ou le maniement des outils statistiques.

Pour tout renseignement, nous contacter.

PROGRAMME
09 novembre 2015
Montmartre de 1830 aux années 1920.
14 décembre 2015
Avant-gardes, arrière gardes et culture de masse.
25 janvier 2016
Cartographier les plaisirs et les rêves.
08 février 2016
Presse et cabarets.

Synthétismes fin de siècle : Littérature, art et théâtre, entre culture de masse et avant-garde (1880-1910)

Projet IUF Junior (2015- 2015) – Julien Schuh

Au tournant des XIXe et XXe siècles, un ensemble d’écrivains et d’artistes mettent au centre de leur esthétique la notion de synthèse. Cette quête d’une simplification formelle s’invente dans l’espace des petites revues, qui rapprochent les expérimentations symbolistes, le synthétisme pictural et le renouvellement des formules théâtrales. Mais, loin de se cantonner aux revues d’avant-gardes, le synthétisme se diffuse à travers l’Europe dans les périodiques satiriques et sur les affiches, par le biais de publications au statut hybride. Le dépouillement de ces périodiques, l’édition numérique de critiques littéraires et picturales et la création d’un répertoire d’œuvres synthétistes permettront d’analyser la généalogie de cette notion et ses évolutions dans l’espace culturel européen.

Correspondants :

France

  • Anne-Christine Royère (MCF, Université de Reims Champagne-Ardenne)
  • Laurent Bihl (Docteur en histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Vincent Gogibu (Doctorant, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)
  • Alexia Kalantzis (PRAG, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)
  • Yoan Vérilhac (MCF, Université de Nîmes)
  • Mikaël Lugan (Professeur du secondaire)
  • Caroline Crépiat (Allocataire-Monitrice, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand II)
  • Matthieu Gosztola (Docteur en Littérature française, Université du Maine)
  • Philipp Leu (Doctorant, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines-BnF)
  • Elisa Grilli (Doctorante, Université de Reims Champagne-Ardenne)
  • Alexia Vidalenche (Chargée de recherche, Paris III-BLJD)

Italie

  • Ida Merello (Professeur d’Études Française, Università degli studi di Genova)
  • Veronica Gatti (Étudiante de Master, Università degli studi di Genova)
  • Mattia Valentini (Étudiante de Master, Università degli studi di Genova)

Japon

  • Yosuké Goda (Professeur, Université de Yamagata University)

Belgique

  • Clément Dessy (Post-Doctorant, Université Libre de Bruxelles)

Royaume-Uni

  • David Evans (Lecturer, University of St Andrews).

Colloque « Topoi et anecdotes artistique »

Topoi et anecdotes artistiques : fortune, forme, fonction, de l’Antiquité au XVIIIe siècle

ANNONCE

Le colloque du groupe « Pictor in Fabula » clôture la création d’un corpus numérique par une équipe réunie au sein de l’ITEM (équipe du CNRS hébergée rue d’Ulm) et pilotée par Emmanuelle Hénin (volet scientifique) et Jeremy Pedrazzi (volet technique). Coorganisé par deux anciennes élèves de la rue d’Ulm (E. Hénin et V. Naas), avec le soutien du département d’histoire de l’art de l’École (représenté par Nadeije Laneyrie-Dagen), il se tiendra à Paris les 15, 16 et 17 octobre 2015, et réunira des chercheurs de multiples disciplines, allant des sciences de l’Antiquité à l’histoire de l’art, la littérature et la philosophie de la première modernité, venus de nombreux pays : Allemagne, Angleterre, Belgique, Espagne, Italie, Suisse, Etats-Unis.

Le colloque se penchera sur la fortune des topoi et anecdotes artistiques de la Renaissance au xviiie siècle. Quelle influence ont-il eue sur la théorie artistique : en quoi l’ont-il enrichie, révélée ou au contraire infléchie, occultée, faussée ? À quel niveau cette influence s’est-elle exercée : rhétorique, philosophique, académique ? Ont-ils joué un rôle dans la pratique des artistes ? Jusqu’où peut-on identifier la présence subliminale d’une anecdote à travers ses transpositions modernes ?

Le colloque envisagera toutes ces questions à travers trois volets :

1) L’anecdote comme matrice théorique

Chacune de ces anecdotes, chacun de ces topoi ont donné lieu à de multiples interprétations, parfois contradictoires (l’Hélène de Zeuxis présentée tantôt pour prôner l’imitation de la nature, tantôt pour prouver la supériorité de l’Idée) ; parfois même aporétiques pour les plus obscures (le concours de la ligne entre Apelle et Protogène). Chaque auteur s’empare de ce matériau topique pour y projeter ses propres préoccupations, reflet des idées en vogue, mais aussi de la société et de la condition concrète de l’artiste. De manière plus synthétique, l’étude diachronique d’une anecdote permet de mettre en lumière les impensés de la théorie artistique.

2) L’anecdote comme matériau fictionnel

Dans les textes théoriques, les anecdotes introduisent une pause narrative au sein de la démonstration, manière de poursuivre le raisonnement par d’autres voies, à travers une fiction ornée. Quels procédés rhétoriques et littéraires sont à l’œuvre dans cette réécriture ? A l’inverse, dans les textes narratifs (mythographies, romans, contes), les anecdotes introduisent une réflexion subreptice : comment cet élément hétérogène est-il « digéré », intégré dans la trame du récit ? A quelles transpositions fictionnelles les anecdotes donnent-elles lieu ? On songe par exemple à toutes les histoires d’amour cristallisées autour de l’histoire de Dibutade, rebaptisée Corinthia, à partir du XVIIe siècle.

3) L’anecdote comme source de création artistique

Quand ils ne prennent pas la plume pour commenter ces textes, les artistes se saisissent du pinceau, ou du burin : le corpus figuratif entourant les anecdotes antiques a été très peu exploré, malgré sa richesse. S’y rattachent en effet toutes les copies d’après les œuvres modèles (variations sur la Vénus d’Apelle ou de Praxitèle), mais aussi l’illustration des anecdotes (Apelle et Campaspe, Dibutade inventant la peinture, Zeuxis peignant Hélène), jusqu’aux multiples formes d’allusion, soit au contenu d’un tableau mythique (autoportrait de Rembrandt en Zeuxis riant), soit à un procédé (monochromie, quadrichromie, clair-obscur), voire à une posture du modèle (profil). Cette fortune iconographique se poursuit jusqu’au xxie siècle, signe que les anecdotes sur l’art antique demeurent une source inépuisable d’inspiration pour la pensée créatrice.

PROGRAMME

Jeudi 15 octobre 2015

L’ANECDOTE ENTRE ART DU DISCOURS ET PRATIQUE DE LA PEINTURE

L’anecdote : cadres rhétoriques
Séance présidée par Pierre Caye

9h00 – Ouverture
9h10 – Emmanuelle Hénin (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Introduction. L’anecdote comme palimpseste »

9h35Pedro Duarte (Aix-Marseille Université) : « La fiction de discours dans les anecdotes relatives aux sculpteurs et peintres antiques »

10h00 – Giovanni Lombardo (Université de Messine) : « Timanthe et l’art de peindre kat’émphasin »

10h25 – Discussion et pause

11h20Stanislas Kuttner-Homs (Université de Caen) : « Rhétorique des arts et art de la rhétorique : les anecdotes de peintres et de sculpteurs dans les Histoires de Jean Tzétzès »

11h45Marteen Delbeke (Université de Gand) : « Les anecdotes sur la peinture dans le débat sur la langue figurée dans la deuxième moitié du XVIIe siècle »

12h10Discussion et déjeuner

Anecdotes et pratique de la peinture
Séance présidée par Agnès Rouveret

14h00 –  Valérie Naas (Université Paris-Sorbonne) : « Le discours sur les femmes artistes antiques : entre realia et topoi »

14h25 – Baldine Saint Girons (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Le bœuf de Pausias en noir et blanc »

14h50 – Discussion et pause

15h45 – Ralph Dekoninck (Université Catholique de Louvain) : « Pausias, parangon de la peinture flamande au XVIIe siècle »

16h10 – Marie-Pauline Martin (Aix-Marseille Université) : « Glycère et l’harmonie des couleurs : un motif adapté aux perspectives sensualistes des Lumières »

16h45  Étienne Jollet (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Apelle contre Protogène. La rapidité de l’acte créatif dans la littérature artistique en France au XVIIIe siècle »

17h10 Discussion

Vendredi 16 octobre

LA FASCINATION MIMETIQUE

Topoi mimétiques
Séance présidée par Hélène Casanova-Robin

09h00Giuseppe Pucci (Université de Sienne) : « Naturam ipsam provocavit » : structure et histoire d’un poncif »

09h25José Riello (Université de Madrid) : « La verdadera imitación del natural y los pintores antiguos en los tratados hispánicos de la Edad Moderna. »

09h50 Ulrich Pfisterer (Université de Munich) : « Apelles’Animals »

10h15Léonard Pouy (Université de Genève) : « À cor et à cri. Théon de Samos et ses survivances dans l’art néerlandais du XVIIe siècle »

10h40Discussion et pause

11h30Paulo Butti de Lima (Université de Bari) : « La douleur dans la peinture : anecdotes et exemples pour comprendre la Poétique d’Aristote (XVIe-XVIIe s.) »

11h55François Lecercle (Université Paris-Sorbonne) : « Portrait de l’artiste en tortionnaire : Parrhasios, Michel Ange et quelques autres »

12h20 Discussion et déjeuner

La mimésis sculpturale
Séance présidée par Nadeije Laneyrie-Dagen

14h20 – Présentation du site « Pictor in Fabula »

14h35Renaud Robert (Université Bordeaux-Montaigne) : « Les anecdotes sur Phidias ou les métamorphoses de l’artiste. »

15h00 – Marianne Leblanc (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « L’anecdote en filigrane. Les poèmes sur le buste de Louis XIV par Bernin »

15h25 – Discussion et pause

16h20Maurice Brock (Université de Tours) : « L’Aphrodite de Cnide dans des lettres de Bembo, l’Arétin, Giovanni Della Casa et Lodovico Dolce

16h45Lise Wajeman (Aix-Marseille Université) : « Fictions comiques ou théories sérieuses ? Quelques réincarnations de la Vénus de Cnide au XVIe siècle »

17h10Discussion

Samedi 17 octobre

TRANSPOSITIONS MODERNES

Portrait de l’artiste en Apelle
Séance présidée par Giovanni Careri

09h00 – Mathilde Bert (Université Catholique de Louvain) : « Apelle à Bologne : les stalles de Fra Damiano à San Domenico »

09h25. Sarah Blake McHam (Rutgers University, New Jersey) : « Falling in Love with Your Sitter »

09h50 – Arianna Fabbricatore (Université Paris-Sorbonne) : « L’Apelle et Campaspe de Noverre : danse et peinture au XVIIIe siècle »

10h15 – François René Martin (École nationale des beaux-arts) : « De Campaspe à la Fornarina : problèmes iconographiques (1770-1820) »

10h40 Discussion et pause

Peindre les anecdotes

11h25Élisa de Halleux (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Zeuxis peint le portrait d’Hélène de Beccafumi ou l’idéal de beauté androgyne dans la théorie artistique italienne au XVIe siècle. »

11h50 Colette Nativel (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Le décor de la maison de Rubens entre anecdote et allégorie »

12h15 Jan Blanc (Université de Genève) : « Le traitement burlesque des anecdotes artistiques dans la peinture européenne (XVe-XVIIIe siècles) »

12h40Discussion

LIEU
École normale supérieure
Salle Dussane
45 rue d’Ulm – Paris (Ve)

DATES
jeudi 15, vendredi 16 et samedi 17 octobre 2015

TÉLÉCHARGEMENTS
Programme du colloque
| Affiche du colloque

Acteurs du livre et Patrimoines Textuels en Champagne-Ardenne

Présentation du projet Émergence ALiPat (2015-2018)

L’objectif du projet ALiPat est d’articuler de façon innovante la question de l’histoire du livre et des patrimoines textuels aux pratiques contemporaines du livre en région, en partenariat avec la DRAC Champagne-Ardenne, Interbibly, et les principales bibliothèques régionales (Bibliothèque Carnegie de Reims, Médiathèque du Grand Troyes, etc.). L’attention se portera particulièrement sur l’un des usages culturels et sociaux du livre, celui de la collection.

Graph_ALiPat

Au centre du projet se trouve une base de données sur les collectionneurs de livres imprimés et manuscrits, en Champagne-Ardenne, dans une perspective diachronique, du XVIe au XXIe siècle. Cet outil numérique scientifique inédit et interconnecté aux plates-formes patrimoniales déjà existantes permettra l’exploitation de données collectées et leur divulgation auprès d’un public large.

Les approches historiques sur le temps long et contemporaines seront également combinées afin de mieux appréhender les enjeux actuels de ces questions à l’échelle de la région (valorisation des patrimoines et sensibilisation des publics).

Dans une perspective diachronique, et dans le prolongement de l’action centrale, plusieurs manifestations scientifiques permettront également d’envisager différentes configurations historiques des rapports entre acteurs du livre et collections :

  • Approche philologique d’une collection : L’Antiquité classique et l’humanisme en Champagne (responsable : Didier Marcotte)
  • Collections et circulations européennes des ouvrages : Le livre italien de la Renaissance. Collectionneurs et bibliothèques de Champagne-Ardenne (responsable : Jean Balsamo)
  • La collection aux sources de l’historiographie : Construction des mélanges historiques et littéraires en Champagne au Siècle des Lumières (responsable : Dominique Quéro)
  • La pratique de la collection de livres au XIXe siècle (responsables : Nathalie Preiss, Jean-Louis Haquette)

Sont également envisagées des journées professionnelles : qui réuniront les différents acteurs contemporains du livre. Ces différentes activités permettront de mettre en lumière des usages et des discours de la collection de livres à des époques différentes (manuscrits antiques et humanisme, livres étrangers, collections privées, etc.).

Le projet vise ainsi à fédérer les énergies et à mettre en réseau les connaissances en région, dans un domaine patrimonial très riche, dont il contribuera à renforcer la visibilité auprès du public régional et national.

CS_ALiPat

Informations
Jean-Louis Haquette (coordination du projet)
Benoît Roux (ingénierie de recherche)

Journée d’étude « La géographie entre ciel et terre »

Mercredi 22 avril 2015 – Casa de Velázquez – à partir de 9h00

La géographie entre ciel et terre. Se situer et situer les lieux dans l’espace dans l’Antiquité gréco-romaine

organisée par Arthur Haushalter, doctorant de l’Université de Reims, ancien membre de l’Ecole des Hautes Etudes hispaniques et ibériques.

CARTEL CIELO BD3Comme le suggère Ptolémée (1, 1, 7), l’objet d’étude du géographe, la Terre, a ceci de singulier qu’il ne se laisse jamais voir, ni totalement ni partiellement. Et de fait, savant ou idiôtès, quiconque cherche à situer un lieu, ou à se situer lui-même dans un espace plus large, ne peut jamais procéder que relativement à un autre lieu. Aussi toute construction d’une image spatiale, mentale ou graphique, globale ou régionale, a-t-elle nécessairement recours à des points de repères empiriques, considérés de façon plus ou moins explicite comme fixes. Dans le monde grec, la science climatologique qui, depuis Eudoxe de Cnide, entend fixer la latitude des lieux terrestres par le truchement du ciel en est évidemment l’illustration emblématique.

Lors de cette journée, nous voudrions envisager dans leur diversité les différents repères utilisés à cette fin dans l’antiquité gréco-romaine (observation des corps célestes, dessins des littoraux vus depuis la mer, roses des vents, mesures de distances sur terre comme sur mer, bornes milliaires et données officielles…), avec pour objectif de comprendre les conditions matérielles, culturelles et sociales de leur émergence et de leur usage, mais aussi de comprendre leur lien avec les grandes constructions géographiques savantes, qui reposent toujours sur une réflexion sur le moyen de combiner des savoirs hétérogènes.

La geografía entre el cielo y la tierra. Situarse y situar los lugares en el espacio en la Antigüedad griego-latina

organisada para Arthur Haushalter, doctorante de la Universidad de Reims, antiguo miembro de la Escuela de Altos Estudios Hispánicos e Ibéricos.

Como lo comenta Tolomeo (1, 1, 7), el objeto de estudio del geógrafo, la Tierra, tiene esa peculiaridad que nunca se deja mirar, ni totalmente ni parcialmente. Y de hecho, o physikós o idiôtès, él que intenta situar un lugar, o intenta situarse dentro de un espacio más amplio, siempre tiene que proceder en relación con otro lugar. Por lo tanto, cualquier construcción de una imagen espacial, sea mental o gráfica, global o regional, recurre necesariamente a puntos de referencia empíricos, considerados como fijos de forma más o menos explicita. En el mundo griego, la ciencia climatológica que, desde Eudoxo de Cnido, quiso fijar la latitud de los lugares terrestres por la observación del cielo, constituye evidentemente el caso más emblemático.

Durante esta jornada, querríamos considerar la diversidad de los puntos de referencia usados con este fin en la antigüedad grecorromana (observación de los cuerpos celestes, dibujo del litoral visto desde el mar, rosa de los vientos, medidas de distancias en la tierra y el mar, miliarios et datos oficiales…), teniendo como objetivo no sólo de entender las condiciones materiales, culturales y sociales de su aparición y de su uso, sino también comprender sus vínculos con las grandes construcciones geográficas científicas, que se suelen basar en una reflexión sobre el buen método para combinar saberes heterogéneos.

TÉLÉCHARGEMENT
| Programme de la journée d’étude
| Affiche de la journée d’étude

IIIe séminaire doctoral “Littératures techniques et tradition des textes scientifiques de l’Antiquité gréco-romaine”

Logo_SemDocANNONCE

Du 20 au 24 avril 2015 à Madrid, l’Université de Reims et la Casa de Velázquez s’associeront pour la troisième édition du séminaire doctoral Littératures techniques et tradition des textes scientifiques de l’Antiquité gréco-romaine, organisé depuis 2012 en partenariat avec l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT, CNRS).

CARTEL GRECO ROMAIN BD2La formation est ouverte aux doctorants en lettres classiques, philologie et histoire ancienne, ainsi qu’aux étudiants de master2 qui se destinent à un doctorat dans ces disciplines. Elle conjuguera l’étude des textes et l’histoire des traditions savantes, avec un intérêt particulier pour les corpus, les projets d’édition et de commentaire en cours. Elle proposera un ensemble de leçons sur la géographie et la cartographie, l’astronomie et les encyclopédismes antiques, ainsi qu’en histoire des textes et papyrologie. Une journée d’étude internationale sera consacrée le mercredi 22 avril à « La géographie entre ciel et terre. Se situer et situer les lieux dans l’espace dans l’Antiquité gréco-romaine ».

Une visite est prévue à la Biblioteca de El Escorial le jeudi 23 avril. Enfin, deux ateliers permettront aux doctorants de présenter, en une vingtaine de minutes, leurs travaux de recherche et d’en discuter la méthode et les premiers résultats avec les encadrants.

ORGANISATION

Organisation

Organisation scientifique : Université de Reims (responsable : Didier Marcotte, URCA, Institut universitaire de France ; contact : Benoît Roux, assistant ingénieur ; benoit.roux@univ-reims.fr);

Organisation logistique : Casa de Velázquez (responsable : Laurent Callegarin, directeur des études ; contact : Flora Lorente, secrétaire : secehehi@casadevelazquez.org).

CANDIDATURES ET MODALITÉS D’ACCUEIL

Il n’y a pas de frais d’inscription. Les candidatures, accompagnées d’une lettre de motivation et d’une proposition d’exposé pour les ateliers doctoraux, seront à déposer sur le site de la  Casa de Velázquez sur la  Plate-forme dédiée (bas de page) entre le 15 janvier et le 15 février 2015. Une réponse sera donnée aux candidats par mail pour le 20 février. La Casa de Velázquez accueillera les quatorze candidats retenus du 19 au 25 avril ; l’hébergement leur sera offert en chambre double, ainsi que le petit déjeuner, le déjeuner, et l’excursion à l’Escorial. Le transport et les dîners restent à la charge des étudiants.

PROGRAMME

Lundi 20 avril, Casa de Velázquez

9h30 – Accueil par Michel Bertrand, Directeur de la Casa de Velázquez.

10h00 – Anne Tihon (Université Catholique de Louvain), leçon inaugurale : Sur les traces d’Hipparque: le papyrus Fouad inv. 267A.

15h30 – Francesco Prontera (Università degli Studi di Perugia), Le Caucase Indien: d’Alexandre le Grand à Eratosthène.

18h00 – Tour de table des doctorants : présentation des participants.

Mardi 21 avril, Casa de Velázquez et Biblioteca Nacional de España

9h00-12h30 – Casa de Velázquez : atelier de doctorants.

15h30 – Biblioteca Nacional : présentation du département des manuscrits et des collections.

16h00 – Inmaculada Pérez Martín (Instituto de Lenguas y Culturas del Mediterráneo y Oriente Próximo, CCHS-CSIC, Madrid) : La réception du savoir géographique et ethnographique à Byzance pendant la période macédonienne.

17h30 – Pascal Arnaud (Université Lumière Lyon 2, Institut universitaire de France) : Le Stadiasme de la grande mer: stratigraphie(s) d’une compilation périplographique.

Mercredi 22 avril, Casa de Velázquez

9h00 – Journée d’étude « La géographie entre ciel et terre. Se situer et situer les lieux dans l’espace dans l’Antiquité gréco-romaine », organisée par Arthur Haushalter (doctorant de l’Université de Reims, ancien membre de l’Ecole des Hautes Etudes hispaniques et ibériques).
Communications de Pascal Arnaud (Lyon 2), Francisco Beltrán Lloris (Zaragoza), Klaus Geus (FU Berlin), Francisco Javier Gómez Espelosín (Alcalá de Henares), Irene Pajón Leyra (CSIC), Francesco Prontera (Perugia), Anne Tihon (UCL), Arnaud Zucker (Nice).

Jeudi 23 avril, El Escorial

Excursion à l’Escorial, visite et séance de travail dans la bibliothèque sous la direction d’Inmaculada Pérez Martín et de Didier Marcotte.

Vendredi 24 avril, Casa de Velázquez

9h00 – Rosario Pintaudi (Università degli Studi di Messina ; Biblioteca Medicea Laurenziana, Firenze) : Ricerca archeologica e recuperi di papiri da Antinoupolis.

11h00 – Arnaud Zucker (Université de Nice) : L’encyclopédisme antique.

15h00 – Atelier de doctorants

17h30 – Clôture du séminaire

PARTENARIAT

Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA) — Casa de Velázquez, École des Hautes Études hispaniques et ibériques — Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires (URCA, EA 3311) — École doctorale Sciences de l’Homme et de la Société (URCA, ED 462) – Institut de Recherche et d’Histoire des Textes – Institut universitaire de France.

TÉLÉCHARGEMENTS
| Programme du Séminaire
| Affiche du séminaire

LIENS UTILES
| Plate-forme d’inscription au séminaire
| Programmation 2015 de la Casa de Velázquez
| Stage d’initiation aux-manuscrits grecs et orientaux de l’IRHT

Journée d’étude « Pratiques lettrées, pratiques de santé : Lire et écrire pour soigner son corps dans l’Antiquité »

Affiche_Pratique_SantéANNONCE

Nous héritons d’une conception de la littérature qui a renoncé à tout lien avec le corps. Depuis plus de deux siècles, les textes dits littéraires sont produits et reçus comme des objets autonomes, solitaires et silencieux. Leur oralité n’est que seconde. Lire et écrire sont pour nous des expériences où le corps s’immobilise et s’efface. Depuis le Romantisme a pu également s’imposer une figure de l’homme de lettres dont la santé est minée par l’écriture et la lecture. La littérature, oubli du corps, en serait presque devenue une maladie.

Pourtant dans l’Antiquité, ces activités ont pu être considérées comme des pratiques de santé. Asclépios, le dieu de la médecine, prescrivait aux fidèles, qui venaient implorer la guérison dans son sanctuaire, de composer des hymnes ou de la poésie mélique. Galien aussi considérait que l’écriture littéraire et la performance rhétorique étaient curatives. Des médecins de l’époque impériale, comme Antyllos, Soranos ou Celse délivraient dans leurs ordonnances de la lecture à voix haute (clara lectio) contre les digestions trop lentes, les maux d’estomac ou les quintes de toux. La déclamation oratoire était prescrite aux convalescents pour sa gestuelle comme un exercice soignant le haut du corps et la pratique de la vociferatio (ἀναφώνησις), raffermissant les organes phonatoires, était jugée bénéfique pour la santé, au point que Pline le Jeune ou Plutarque s’y exerçaient quotidiennement.

Il est bien connu que les textes et leur méditation sont une thérapie pour l’âme. Aujourd’hui, dans les pays anglo-saxons, on expérimente avec succès la bibliothérapie pour soigner les troubles de santé mentale. Mais il est plus inattendu que l’écriture poétique ou épistolaire, la lecture à voix haute, la déclamation ou l’action oratoire aient pu constituer des remèdes pour le corps. Les études présentées lors de cette journée s’intéresseront donc moins au contenu et aux bienfaits psychologiques des textes qu’à leurs effets physiologiques. Comment les pratiques anciennes de la lecture et de l’écriture agissaient-elles sur le corps pour le façonner, le raffermir ou le guérir ? Quelle place avaient la lecture et l’écriture dans le régime quotidien et dans la thérapeutique du corps ? En interrogeant les sources littéraires et médicales, il s’agira de mettre en lumière ces potentialités perdues des pratiques lettrées.

Journée d’étude organisée par Antoine Pietrobelli – CRIMEL (URCA – EA 3311) & Institut universitaire de France (membre junior)

PROGRAMME

10h00 – Accueil des participants

10h30 – Heinrich von Staden (Institute for Advanced Studies-Princeton) : Galien sur ses lecteurs

11h15 – Antoine Pietrobelli (Université de Reims Champagne-Ardenne-IUF) : La déclamation comme thérapie chez Antyllos

12h00 – Georgia Petridou (Universität Erfurt) : Poetry for the Mind, Rhetoric for the Body: Literary Remedies and Epistolary Prescriptions in Aelius Aristides’ Hieroi Logoi

12h45 – Déjeuner

14h45 – Pierre Chiron (Université Paris Est-IUF) : Le corps dans la tradition grecque des exercices préparatoires de rhétorique

15h30 – Virginie Leroux (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Les vertus soporifiques de la lecture

16h15 – Emmanuelle Valette-Cagnac (Université Paris Diderot – Anhima)  : Usages thérapeutiques de l’épistolarité à Rome

17h30-18h30 – Visite de la cathédrale de Reims

20h00 – Dîner

LIEU
Bibliothèque Carnegie – Salle de conférences
2, place Carnegie – Reims

DATE
vendredi 16 mai 2014

TÉLÉCHARGEMENTS
|Programme de la journée
|Affiche de la journée

CONTACTS
Suivi administratif -Ségolène BUFFET – segolene.buffet@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.15
Suivi scientifique – Benoît ROUX – benoit.roux@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.12

Journée d’étude « Subversion des hiérarchies et séduction des genres mineurs »

ANNONCEAffiche_Genres

Journée d’étude organisée par Emmanuelle Hénin et Virginie Leroux – CRIMEL (URCA – EA 3311)

PROGRAMME

mardi 4 février 2014

9h30Accueil des participants

9h50Ouverture de la journée par Jean-Louis Haquette, directeur du CRIMEL

La théorie artistique
Présidence : Hendrik Ziegler

10h00Emmanuelle Hénin (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Les enfants de Piraicos : l’ambivalence des genres mineurs au XVIIe siècle (Italie, France).

10h30Francesca Alberti (CHAR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Dieux sur terre : parodie et démythification chez Tintoret et Vélasquez.

11h30Jan Blanc (Université de Genève) : Existe-t-il des genres dans la peinture néerlandaise du XVIIe siècle ?

12h00Léonard Pouy (INHA) : Leurs héros sont des faquins. La hiérarchie des genres à l’épreuve de la scène de corps de garde hollandaise et flamande du XVIIe siècle.

12h30Discussion

La théorie poétique
Présidence : Jean-Louis Haquette

14h30 Virginie Leroux (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Qu’est-ce qu’un genre mineur ? L’exemple des Poétiques néo-latines.

15h00Jean Pappe (Reims) : Le De arte poetica de Vida : une poétique de l’épopée ou une épopée de la poésie ?

15h30Perrine Galand (EPHE) : Les genres mineurs : la voie pour les parlementaires-poètes.

16h00Discussion et clôture


LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche (Amphi)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

DATE
mardi 4 février 2014

TÉLÉCHARGEMENTS
|Programme de la journée
|Affiche de la journée

CONTACTS
Suivi administratif -Ségolène BUFFET – segolene.buffet@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.15
Suivi scientifique – Benoît ROUX – benoit.roux@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.12

IIe séminaire doctoral “Littératures techniques et tradition des textes scientifiques de l’Antiquité gréco-romaine”

ANNONCE

Logo séminaire doctoral antiquité 2013Du 9 au 25 octobre 2013, l’Université de Reims Champagne-Ardenne et l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes s’associeront, pour la deuxième année, dans un séminaire doctoral et de recherche sur le thème Littératures techniques et tradition des textes scientifiques de l’Antiquité gréco-romaine. La formation est ouverte aux étudiants de master 2, aux doctorants et aux post-doctorants en lettres classiques, philologie et histoire ancienne. Elle conjuguera l’étude des textes et l’histoire des traditions savantes, avec un intérêt particulier pour les corpus, les projets d’édition et de commentaire en cours.

Du 9 au 11 octobre, un stage d’initiation aux manuscrits grecs et orientaux sera assuré par l’I.R.H.T. (site du Collège de France, 52, rue du Cardinal-Lemoine, 75005 Paris ; programme en ligne).

Le 18 octobre, une journée d’étude, organisée à l’Université de Reims par Victor Gysembergh, sera consacrée à Philosophie, sciences exactes et sciences appliquées / Antike Philosophie, genaue Wissenschaften und angewandte Wissenschaften.

Le 19 octobre, une séance de travail sur les manuscrits grecs scientifiques, sous la direction de Christian Förstel, aura lieu  à la Bibliothèque nationale de France.

Du 14 au 25 octobre, un ensemble de cours sur la cartographie, la géométrie, les mathématiques, l’astronomie, l’ingénierie antiques, ainsi que des conférences consacrées à l’actualité de la recherche sur les littératures techniques (lexicographie, chronographie, encyclopédies tardo-antiques) se tiendront à l’Université de Reims.

PROGRAMME

Lundi 14 octobre – Accueil et leçon inaugurale

14h00 – Accueil des participants. Ouverture du séminaire par Laurent Martiny, Vice-président à la Recherche de l’Université de Reims
15h00Richard J.A. Talbert (University of North Carolina, Chapel Hill), Roman Portable Sundials: Space, Time, and Culture

Mardi 15 octobre

10h00Bernard Vitrac (CNRS, UMR ANHIMA, Paris), Le corpus mathématique
15h00Jean-Baptiste Guillaumin (Université Paris-Sorbonne), L’astronomie de Martianus Capella

Mercredi 16 octobre

10h00Renzo Tosi (Università degli Studi di Bologna), Introduction à la lexicographie
15h00Anne Tihon (Université Catholique de Louvain), Tradition manuscrite et édition critique de Ptolémée et de Théon d’Alexandrie

Jeudi 17 octobre

10h00Richard Talbert (II), The Character and Value of Roman Itineraries
15h00Stephan Heilen (Universität Osnabrück), The Horoscope of Emperor Hadrian by Antigonus of Nicaea

Mardi 22 octobre

10h00Micheline Decorps (Université Clermont-Ferrand II), Un exemple des pratiques éditoriales et exégétiques de la fin de l’Antiquité : le commentaire d’Eutocius d’Ascalon sur les Coniques d’Apollonius de Pergè
15h00Bernard Vitrac (II), Deux exemples de traditions mathématiques: Euclide et Héron d’Alexandrie

Mercredi 23 octobre

10h00Richard Talbert (III), The Forma Urbis Romae and the Tabula Peutingeriana

Jeudi 24 octobre

10h00Philippe Fleury (Université de Caen), Ingénierie romaine et restitution virtuelle
14h00Olivier Parvillers (Service hydrographique et océanographique de la Marine, Brest), Réaliser une carte marine aujourd’hui, du papier au numérique

Vendredi 25 octobre

10h00Wolfgang Hübner (Universität Münster), Le poème astrologique de Dorothée de Sidon

 

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche
57, rue Pierre Taittinger – Reims

TÉLÉCHARGEMENTS
|Programme du séminaire
|Affiche du séminaire

CONTACTS
Suivi administratif – Ségolène BUFFET – segolene.buffet@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.15
Suivi scientifique – Benoît ROUX – benoit.roux@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.12