Tous les articles par crimel

IIIe journée d’étude internationale « Les textes philosophiques antiques et leur réception »

Philosophie, sciences exactes et sciences appliquées

Philosophie, Wissenschaft und angewandte Wissenschaften

IIIe journée d’étude internationale « Les textes philosophiques antiques et leur réception »
Drittes internationales Forschungskolloquium Quellentexte antiker Philosophie und ihre Rezeption

*  *  *

ANNONCEPhilosophie, sciences exactes et sciences appliquées
De Thalès à Simplicius, pendant plus de mille ans, les philosophes antiques ont sans cesse réfléchi aux pratiques scientifiques de leur temps, pour les analyser ou les critiquer, pour s’en démarquer ou s’en inspirer. Dans la lignée des journées d’études « Les textes philosophiques de l’Antiquité et leur réception » organisées à Heidelberg en 2011 (sur le thème de « La transmission et l’édition des textes philosophiques antiques ») et à Trèves en 2012 (sur le thème de « L’édition et la réception des textes philosophiques antiques »), cette rencontre sera l’occasion d’examiner les modalités du dialogue entre philosophie et sciences dans l’Antiquité, sous la forme :

  • de conférences inaugurales par des spécialistes reconnus.
  • d’études de cas tirées des recherches récentes de jeunes chercheurs.
  • de discussions approfondies incluant tous les participants.

PROGRAMME
9h00 – Accueil des participants.

9h15 – Ouverture de la journée d’études.

9h20Paul Demont (Université Paris-Sorbonne) : Instruments et organes dans le livre I du traité hippocratique du Régime.

10h20Andreas Schwab (Universität Heidelberg) : Le Dieu de Thalès entre hérésiologie et apologie.

11h10 – Pause.

11h20 – Katrin Beer (Universität Trier) : Thales of Miletus as dramatis persona on the stage of ancient natural philosophy.

12h10 – Déjeuner.

13h45 – Marwan Rashed (Université Paris-Sorbonne) : Érasistrate, Galien et Alexandre sur la puissance attractive.

14h45 – Christian Vassallo (Centro Nazionale delle Ricerche – Roma) : La tradition de Xénophane dans les Papyri d’Herculanum entre théologie et scepticisme.

15h35 – Pause.

15h50 – Claire Louguet (Université Lille 3) : La génération des animaux chez Empédocle et Anaxagore.

16h40 Thomas Auffret (Université Paris-Sorbonne) : Platonisme, géométrie et optique au IIIe siècle : retour sur Serenus d’Antinoë.

17h30 – Clôture de la journée d’études.

 

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines – Salle du Conseil (Bât. 17)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

DATE
vendredi 18 octobre 2013

TÉLÉCHARGEMENTS
|Programme de la journée
|Affiche de la journée

CONTACTS
Suivi administratif – Ségolène BUFFET – segolene.buffet@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.15
Suivi scientifique – Benoît ROUX – benoit.roux@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.12

Le contre-texte

La lecture littéraire – vol. 12

lecture_litteraire n12En 1982, dans son numéro 48, la revue Littérature mettait en relation le texte, désacralisé depuis les années 1960, et un nouveau venu, le « contre-texte », susceptible d’apparaître comme son contraire, son corollaire ou son contre-point. La psychanalyste Anne Clancier avait lancé le terme en 1976, l’adaptant de sa pratique du contre-transfert. Dans d’autres recherches portant sur la littérature et la culture, l’expression a connu entre-temps des applications différentes, notamment dans les études médiévales.

Le présent volume tente de faire le point sur la question en intégrant les apports des dernières décennies. Selon les auteurs et les articles, diverses déclinaisons sont envisagées qui mettent l’accent sur les problèmes du texte et de la langue posés par l’idée de contre-texte, sur ses enjeux psycho-affectifs, sur sa dimension constitutive dans l’écriture, sur ses potentialités créatrices, enfin, dans le cas du lecteur lui-même écrivain ou aspirant à le devenir.

Décidément, le « contre », décliné sous toutes ses formes, serait-il l’autre nom de la littérature ?

SOMMAIRE

Avant-propos, par Alain Trouvé
Entretien avec Anne Clancier

Langue et  texte en question

  • Serge ROLET, « Contexte ou contre-texte » : les positions du « cercle de Bakhtine »
  • Yannick CHEVALIER, « Le contre-texte comme étai subjectif : l’exemple du j/e du Corps lesbien (Monique Wittig, 1973) »
  • Abdelhak RYM, « Crevel/Engels, Le texte perpétuel du contre-texte »

Le « contre », d’une psyché à l’autre

  • Jacques POIRIER, « Contre le texte, tout contre »
  • Karl CANVAT, « L’Autre scène du texte ; contre-texte et in-dicible »
  • Serge BÉDÈRE, « Le face-à-face silencieux lecteur auteur »

Le « contre » constitutif du texte

  • Pierre LEVRON, « Le troubadour à contre-courant, ou  le devinalh, vers de non re ou poésie critique ? »
  • Gabor GELLERI, « Un cas spécial de contre-texte : la réplique de voyage »
  • Yao Louis KONAN, « Théâtralisation du je narratif et jeux d’écriture : le contre-texte en question »
  • Nancy MURZILLY, « L’invitation au contre-texte dans l’écriture contemporaine »

Créativité contre-textuelle

  • Tatsiana CHALLIER, « Les Âmes Mortes de Gogol ressuscitées par Adamov »
  • Bertrand GERVAIS, « Un pli ténu : le contre-texte des gauchers contrariés »
  • Franc SCHUEREWEGEN, « L’affaire Francis Tulloch »

Nb de pages : 226 p.
ISSN 1279-7308

Petites Revues de LIttérature et d’Art

PRELIA
L’Image, revue artistique et littéraire ornée de gravures sur bois, n°7, juin 1897.

Direction scientifique : Julien SCHUH

Le projet PRELIA (Petites Revues de LIttérature et d’Art) est consacré à l’étude, par le biais des outils informatiques, des périodiques européens d’avant-garde dans la période 1870-1940. Comme le remarque Remy de Gourmont, l’un des fondateurs du Mercure, les petites revues, publiées par de jeunes artistes de manière éphémère et en tirage limité, en marge des courants institués, représentent alors le véritable lieu de la création littéraire et artistique. Elles sont des moyens de parvenir plus rapidement à la publication pour de nouvelles générations d’écrivains et d’artistes ; elles deviennent ainsi le creuset des avant-gardes littéraires et graphiques de la fin du XIXe et des débuts du XXe siècle. Mais, si l’intérêt pour ces documents est aujourd’hui de plus en plus manifeste, les chercheurs font face à de multiples écueils pour les étudier : éparpillement et incomplétude des collections, mauvaise qualité des numérisations, valorisation des revues les plus connues au détriment de toutes les publications plus rares qui forment pourtant la majorité de ce corpus, absence d’outils de comparaison multilingue permettant d’analyser au sein de ces publications les échanges européens des idées. Le projet PRELIA veut répondre à ces problèmes en proposant plusieurs outils :

  • Une base de données des petites revues, afin d’offrir le panorama le plus complet possible de ces documents, avec la création de présentations, sommaires, index des collaborateurs, etc. Une vingtaine de revue sont déjà en cours de dépouillement, pour un total de plus de 3 400 articles signalés et plus de 1 400 auteurs recensés : Base Prelia
  • Une campagne de numérisation et d’édition numérique mettant l’accent sur certains aspects mal connus de ces revues (couvertures, publicités, matérialité…) et permettant d’en donner un accès aisé. Le Mercure de France est la première revue à bénéficier de ce traitement : MercureWiki
  • Le développement d’outils informatiques développés spécifiquement pour l’analyse de corpus de revues multilingues, permettant des analyses statistiques, aussi bien d’un point de vue lexicométrique que sociologique (mise en relief de réseaux humains et géographiques) dans un contexte européen. Trois outils de visualisation statistiques ont déjà été développés.
  • L’organisation de colloques et de journées d’études autour de ces problématiques, afin de proposer de nouvelles approches de ces phénomènes permettant une réévaluation de l’histoire européenne de la culture à cette époque charnière. Deux journées ont eu lieu : « Les revues littéraires et artistiques (1870-1940) Perspectives méthodologiques et apports critiques » le 15 juin 2012  et « L’Image reproduite : techniques et valeurs (1870-1930) » le 20 juin 2013.

Ce projet bénéficie de l’implication des étudiants des Masters Lettres Recherche et des Masters professionnels Sauvegarde et Valorisation des Patrimoines de l’Université Reims Champagne-Ardenne, afin de profiter de leur expertise et de contribuer à la formation de nouvelles générations de conservateurs et de chercheurs.

La fabrique de la géographie, d’Alexandrie à Florence. Itinéraires des mots, des textes et des savoirs

Projet IUF Sénior (2011-2016) – Didier Marcotte

Le programme porte sur la tradition de la géographie antique, suivant deux orientations : d’une part, l’histoire des concepts qui ont fondé cette science et des représentations qu’elle a véhiculées sur la longue durée; de l’autre, l’histoire des textes qui en sont les témoins, des premiers livres sur papyrus jusqu’aux éditions de la Renaissance. Une nouvelle édition des Géographes grecs est entreprise dans la Collection Budé; une équipe internationale préparera également un dictionnaire des mots, hérités de la géographie antique, qui ont déterminé l’écriture du monde jusqu’aux Grandes Découvertes.

 Partenaires :

  • Freie Universität Berlin
  • Albert-Ludwigs-Universität Freiburg
  • Università degli Studi di Perugia

En savoir plus : Retrouvez l’actualité du projet sur le Carnet Hypothèses MeDIan

Le Roi hors de page et autres textes. Une anthologie

Héritages critiques  – vol. 2

Héritages Critiques vol. 2Le 24 avril 1617, un roi de seize ans secoue le joug de l’enfance et fait assassiner le favori de Marie de Médicis, l’italien Concino Concini, maréchal de France et marquis d’Ancre : Louis XIII dit « le Juste » accède au pouvoir en portant le fer contre un tyran supposé. « Coup d’État ! » comme l’écrit Gabriel Naudé dans ses Considérations politiques, c’est-à-dire coup d’autorité, action d’éclat entreprise pour le bien public.
Dans les semaines, dans les mois qui suivent l’événement, de petits livrets célèbrent la merveille : le fils du Grand Henri s’est mis de lui-même hors de la dépendance d’autrui, le jouvenceau à poil follet est désormais hors de page
Stratégie politique, pratique de dissimulation, miracle de justice, intervention divine, retour de l’Âge d’or ? Peut-être. Mais floraison d’écritures surtout. Parmi les très nombreux récits parus sur les « années Concini », douze ont été ici sélectionnés, dont onze libelles anonymes imprimés entre 1615 et 1617. Retranscrits en français moderne, tous ces textes ont été annotés de manière à faciliter leur lecture. Étrange et fascinante lecture. Étrange et fascinant bouquet, où les vapeurs d’encens et les effluves de la grande Histoire le disputent aux parfums troubles de la plus basse intrigue.

Ont contribué à ce volume :

  • Delphine AMSTUTZ, agrégée de Lettres modernes. Sa thèse de doctorat (Paris-Sorbonne) porte sur la représentation du favori royal en France à l’âge baroque.
  • Tatiana DEBBAGI-BARANOVA, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Paris-Sorbonne. Elle a soutenu une thèse de doctorat sur l’usage du libelle durant les guerres de Religion.
  • Jean-François DUBOST, professeur en histoire moderne à l’université de Paris-Est Créteil. Il a notamment publié Marie de Médicis. La reine dévoilée, ouvrage couronné par l’Académie française en 2010.
  • Claire ESNAULT, doctorante (Aix-Marseille et Ottawa). Elle prépare une thèse sur les discours et les représentations du supplice à la fin de la Renaissance.
  • Jean-Raymond FANLO, professeur à l’université d’Aix-Marseille, traducteur de Cervantes et spécialiste d’Agrippa d’Aubigné. Il travaille sur les rapports entre poésie, fiction, religion et politique à la fin de la Renaissance.
  • Hélène MERLIN-KAJMAN, membre senior de l’IUF., professeur à l’université de la Sorbonne-Nouvelle. Ses recherches sur littérature et politique à l’âge classique l’ont conduite à ouvrir le dossier des émotions publiques et de leurs langages.
  • Bernard TEYSSANDIER, maître de conférences à l’université de Reims. Depuis la parution de sa thèse (La Morale par l’image, 2008), il a consacré plusieurs travaux à l’éducation du prince au XVIIe siècle et à ses représentations.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 512 p.
ISBN-10 2915271585
ISBN-13 9782915271584

Production, transmission et réception du corpus galénique de l’Antiquité à l’époque moderne

Projet IUF Junior (2013- 2018) – Antoine Pietrobelli

Galenus
Primus operum Galeni tomus. [Lugduni], 1528.

Le médecin et philosophe Galien de Pergame (129-ca 216) est, sans conteste, l’auteur grec antique dont nous avons conservé le plus de textes et son système médical resta en vigueur jusqu’au XVIIe siècle, les deux phénomènes étant inextricablement liés. Mon projet vise à interroger cette exceptionnelle destinée du corpus et de la médecine galéniques par deux voies antagoniques : comment Galien a-t-il programmé la diffusion et la postérité de son corpus ? Comment le galénisme a-t-il été progressivement remis en cause depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque moderne ? Cette enquête couvre un large arc temporel et culturel, puisqu’elle part de l’époque romaine et s’intéresse à la réception de Galien à la fin de l’Antiquité, dans le monde islamique, à Byzance, en Occident latin et à la Renaissance. Mon projet relève notamment de trois champs disciplinaires : les études classiques, l’histoire du livre et l’histoire de la médecine.

Il a pour objectif de mener à bien deux projets personnels. Le premier sera une publication sur « Galien et ses livres ». Le second est l’édition critique, la traduction et le commentaire d’un nouveau texte du médecin de Pergame, le Sur mes propres opinions, dans la Collection des Universités de France. Ce projet engage aussi un travail collectif par la création d’un groupe de travail sur le thème « Lectures de Galien et médecine arabe à Byzance » qui tentera d’explorer la réception de la médecine arabo-islamique à Byzance et les critiques du galénisme qui en découlent.

En 2016, un grand colloque galénique international sera organisé à Reims sur les  « Critiques du galénisme de l’Antiquité à l’époque moderne ».

Pictor in fabula. Traits exemplaires des peintres antiques

Projet IUF Junior (2009- 2015) – Emmanuelle Hénin

Pictor in fabula
Fresque provenant de la villa de Poppée à Oplontis.

Dans la théorie artistique, le rôle des anecdotes et des exempla est tout sauf anecdotique : ils sont un des lieux d’expression privilégié d’une théorie artistique qui est rarement formulée comme telle, mais souvent disséminée dans toute sorte de textes, ou formulée sur le mode de l’analogie. Et ce phénomène se poursuit à l’époque moderne : passage obligé des traités d’art, les exemples antiques s’invitent aussi dans les poétiques et les traités de rhétorique, les relations de fêtes et de voyages, les manuels de civilité, les ouvrages de théologie, les préfaces et dédicaces, et jusque dans la fiction. La théorie artistique contamine ainsi d’autres domaines, qui viennent l’influencer en un constant aller-retour. Ce site a pour vocation d’inventorier et de mettre à disposition de la communauté scientifique le plus grand nombre de ces variations, des plus célèbres aux plus obscures, tout en offrant un regard neuf sur la théorie artistique.

Facilement isolable comme une enclave au sein de l’argumentation, l’anecdote est souvent une manière détournée de poser une question théorique, en décalage ou en excès par rapport au propos explicite. La fécondité de ces topoi réside dans leur plasticité, susceptible d’infinies réinterprétations. Leur fixité même en fait un lieu d’invention, selon la fonction rhétorique du topos, tandis que leur récurrence offre un cadre commode à l’expression de pensées singulières, reflets d’autant de contextes originaux. Dans le même temps, leur caractère de lieux communs leur permet d’exprimer les grandes interrogations qui traversent la théorie artistique pendant toute la période moderne et dans toute l’Europe. Le site Pictor in fabula rassemble en effet, à côté des sources antiques, des œuvres produites en Italie, en France, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Angleterre et en Espagne, entre le XVe et le XVIIIe siècles. Ces débats embrassent tout le champ de l’art, allant du statut de l’artiste aux conditions de la réception, des critères de la beauté aux limites de la représentation. Toutes les grandes questions sont abordées par ce corpus de textes, virtuellement illimité, qui constitue l’esthétique avant l’esthétique.

Membres de l’équipe :

  • Mathide BERT (Université de Liège, post-doctorante à l’Université de Reims), spécialiste de théorie de l’art en Italie
  • Jan BLANC (Université de Genève), spécialiste de théorie de l’art en Angleterre
  • Ralph DEKOONINCK (Université Catholique de Louvain), spécialiste de théorie de l’art aux Pays-Bas
  • Michelle-Caroline HECK (Université Paul-Valéry – Montpellier 3), spécialiste de théorie de l’art en Allemagne
  • Marie-Pauline MARTIN (Aix-Marseille Université), spécialiste de théorie de l’art en France
  • Valérie NAAS (Université Paris-Sorbonne), spécialiste de théorie de l’art dans la Rome antique
  • Eveline PRIOUX (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), spécialiste de théorie de l’art dans la Grèce antique
  • Jérémy PEDRAZZI (Institut des textes et manuscrits modernes, UMR CNRS/ENS), développeur du site
  • Benoît ROUX (Université de Reims Champagne-Ardenne), administrateur du site

L’année 2012-2013 en affiches

Chaque année, le CRIMEL organise plusieurs rencontres scientifiques nationales et internationales (colloques, conférences, journées d’étude, séminaire et journées scientifiques pour les doctorants, etc.), dans une perspective interdisciplinaire en lettres classiques, lettres modernes et littérature comparée

Retrouvez ici l’actualité de l’année 2012-2013 du Centre en affiches.