Tous les articles par crimel

Projet de base de données sur les collectionneurs de livres en Champagne

Beaucoup de ces bibliophiles ont été ou seront les bienfaiteurs de nos dépôts publics. Les faire connaître, c’est donc aider à la reconstitution de leurs collections, c’est favoriser le goût des livres chez les particuliers en leur procurant des motifs salutaires d’émulation, c’est enfin offrir à tous des modèles délicats d’art, d’esprit et de savoir.

Henri Jadart, Les Bibliophiles rémois, leurs ex-libris et fers de reliure suivis de ceux de la bibliothèque de Reims, Reims, Michaud, 1894, p. II.

Présentation générale de la base de données

Dans l’histoire de la constitution et du développement des bibliothèques publiques françaises, l’apport des collections privées fut déterminant. La présence d’ensembles de livres dans les fonds anciens des collections publiques, à la suite de dons, de legs ou encore par le biais indirect des saisies révolutionnaires, nous fait entrevoir l’importance des initiatives privées qui se sont développées parallèlement voire même en amont des initiatives publiques. Elles forment une « constellation d’aventures personnelles »[1] placées au cœur de ce projet.

La base de données « Collectionneurs de livres en Champagne, XVe-XXIe siècles », au coeur du projet ALiPaT, se propose de mettre en lumière cette réalité parfois méconnue du grand public afin de valoriser et renforcer la visibilité des riches collections des bibliothèques champenoises[2]. Elle constitue aussi un outil scientifique pour l’analyse de la pratique de la collection de livres en région et l’étude des bibliothèques privées champenoises depuis la fin du Moyen Âge jusqu’à nos jours. C’est pourquoi elle ne se limite pas aux fonds privés toujours présents matériellement dans les bibliothèques publiques. Elle permet également de découvrir des collections de livres dispersées au gré des ventes ou même disparues et dont on a parfois perdu la trace, mais qui sont représentatives des pratiques de collection sur le territoire.

Il s’agit donc d’un outil unique destiné à la fois aux acteurs du patrimoine, aux chercheurs mais aussi aux curieux, qui rassemble, signale et met à disposition des données éparpillées concernant à la fois les collections de livres et les individus auxquels celles-ci ont appartenu.

Ses objectifs principaux sont :

  • permettre l’analyse approfondie de certaines bibliothèques en donnant une vision d’ensemble de celles-ci et en signalant les sources qui en permettront la reconstitution virtuelle ;
  • conduire, parallèlement à l’étude des contenus, vers une meilleure connaissance du geste collectionneur en saisissant une pratique dans sa diversité mais aussi dans ses évolutions.

Si la base a pour extension géographique actuelle l’ancienne région Champagne-Ardenne, elle pourrait être envisagée comme une première étape vers une enquête élargie à la nouvelle région Grand-Est.

Description et perspectives

Cette base de données prosopographique qui allie informations biographiques et descriptif des collections est le résultat d’une exploitation conjointe de diverses sources. Au départ de l’enquête se trouvent trois répertoires dressés à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle par des érudits, historiens et bibliothécaires champenois sur les collectionneurs de la région. Leurs recherches, qui couvrent les départements de l’Aube, de la Marne et des Ardennes, ont été menées principalement à partir de marques de possession[3]. Les données tirées de ces répertoires ont été croisées avec celles qui sont accessibles sur le portail numérique du Catalogue Collectif de France (CCFr) telles que les fiches collectionneurs qui signalent les dons et les legs les plus importants des deux derniers siècles principalement et qui ont été récemment enrichies par l’association Interbibly. La recherche dans les catalogues informatisés des bibliothèques municipales à partir de marques de provenance et d’ex-dono a permis, quant à elle, de mettre en évidence des collectionneurs qui ne sont mentionnés ni dans les répertoires d’érudits ni dans les fiches du CCFr. Enfin, les sources traditionnelles de l’histoire du livre ont été mobilisées : catalogues de vente, inventaires après décès, inventaires de saisies révolutionnaires ou encore catalogues des dépôts littéraires.

Parmi le millier d’individus signalés, nous avons établi une liste provisoire d’environ 300 collectionneurs suffisamment documentés pour qu’on puisse retrouver un état de leur bibliothèque à un instant donné, à partir d’un inventaire ou d’un catalogue[4]. L’objectif n’est pas de donner une description des collections exemplaire par exemplaire mais plutôt d’en présenter une vision d’ensemble qui servira à des études plus approfondies de bibliothèques privées champenoises.

Les collections retenues ici répondent également à deux exigences : leur taille et leur ancrage régional. Nous avons privilégié ce que l’on nomme les petites, moyennes et grandes bibliothèques en excluant ainsi les bibliothèques « minimales » à livre unique ou à moins de dix titres[5]. De plus, nous nous sommes concentrés sur les collections établies dans la région et les collectionneurs uniquement champenois. C’est pourquoi on ne trouvera pas ici certaines grandes bibliothèques comme celles de la famille Colbert originaire de Reims et de ses environs, la collection étant installée dans l’hôtel parisien du ministre. En revanche, on pourra accéder à une partie de la bibliothèque de l’humaniste provençal Fabri de Peiresc par le biais du chanoine châlonnais Guillaume Le Roy, un des principaux acheteurs des livres vendus à la mort du magistrat. Quant à la célèbre collection de la famille Bouhier, originaire de Bourgogne, aujourd’hui conservée à Troyes, elle ne figure pas dans la base parce qu’elle a été rachetée au XVIIIe siècle non pas par un collectionneur individuel mais par une institution, l’abbaye de Clairvaux[6].

Contrairement à d’autres bases de données consacrées à des bibliothèques privées, la base « Collectionneurs de livres en Champagne » ne se limite ni à quelques grandes collections remarquables ni à une source privilégiée. En rassemblant des données biographiques sérielles sur un échantillon conséquent et diversifié d’individus et en exploitant plusieurs types de sources, elle permet de saisir des formes de « collections », au sens large, qui ne tiennent pas seulement à la bibliophilie traditionnelle et à la recherche de livres rares et précieux. La notion complexe de « collection » a donc été employée ici de façon ouverte, comme pratique mais aussi comme résultat, pour permettre d’inclure dans une même réflexion des manières de rassembler et de composer un ensemble de livres aussi diverses que celles du chanoine humaniste Guillaume Fillastre (1348-1428), de l’avocat au parlement de Troyes et compilateur Michel Sémillard (1729-1796) ou de Marie-Louise Lefort (1874-1951), directrice d’un hôpital américain dans l’entre-deux guerres. Nous espérons, par cette approche large, poser des jalons pour la compréhension des enjeux que constituent les questions du rapport au livre, de sa possession et de sa collection à l’ère du numérique.

Ingénierie de recherche : Anne-Sophie Gallo, post-doctorante

 

[1] Dominique Coq, « Bibliothèques et marché du livre rare : économie d’une relation entre deux mondes », dans Enrichir le patrimoine des bibliothèques en région, Rennes, Apogée, 1996, p. 92.

[2] Bien que le cadre géographique de la base recouvre l’ancienne région Champagne-Ardenne, l’adjectif champenois, qui renvoie à une réalité historique plus large, a été retenu comme terme englobant.

[3] Il s’agit de Henri Jadart, Les bibliophiles rémois, leurs ex-libris et fers de reliure suivis de ceux de la bibliothèque de Reims, Reims, Michaud, 1894, d’Octave Guelliot, Bibliothèques et bibliophiles ardennais, Paris, Saffroy, 1927 et de Louis Roblin, Les bibliophiles de l’Aube, Chez l’auteur, Flamboin-Gouaix, 1929.

[4] Catalogue domestique, catalogue de vente, catalogue de libraire, inventaire après décès, etc.

[5] Pierre Aquilon, « Petites et moyennes bibliothèques 1530-1660 », dans Claude Jolly (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, vol. 2, Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, Paris, Promodis, 1989, p. 226.

[6] L’extension de l’enquête aux acteurs institutionnels (abbaye, chapitre, université, société savante etc.) pourrait ainsi faire l’objet d’un développement ultérieur du projet.

Boecio a través del tiempo: la recepción de su obra y su influencia en las letras europeas de la Edad Media a nuestros días. Teología y Filosofía

affiche_boece2espJueves, 17 de noviembre

Facultad de Filosofía y CC.EE. – Sala de Huntas

09h00 – Recepción de participantes y apertura del Coloquio. Bienvenida por parte del Director del Departamento de Filosofía y de las organizadoras del Coloquio: Alicia Oïffer-Bomsel, Sophie Conte y Elena Cantarino

09h30 – Conferencia inaugural: Christian Trottmann (Centre d’études de la Renaissance- Université de Tours), « Denis le Chartreux lecteur de la Consolation de la Philosophie »

10h15Miquel Beltrán (Universitat de les Illes Balears), « Una referencia a Boecio en la traducción de Alonso de Cartagena del Segundo Libro de Providencia de Dios, de Séneca »

11h00Discusión y Pausa

11h30Marina Mestre Zaragozá (ENS de Lyon), « La influencia de Boecio en el Sueño de Escipión de Vives »

12h15José M. Zamora Calvo  (Universidad Autónoma de Madrid), « Una exhortación a cultivar las virtudes: La posible conexión entre la Consolación de la Filosofía y la ética neoplatónica »

13h00Discusión y Comida

16h00Agustín Domingo Moratalla  (Universitat de València), « La Filosofía de la persona ante el desafío naturalista: pensar a Boecio desde Zubiri »

16h45Analía Manzur (Universidad Nacional de Salta-Argentina), « Boecio: la filosofía como cura del alma en La Consolación de la Filosofía »

17h30Discusión y Pausa

18h00Juan de Dios Bares Partal (Universitat de València), « Providencia, destino y azar en Boecio »

18h45Gabriel González Nares (Universidad Panamericana-México), « Relaciones entre causalidad, emanación y creación en el De hebdomadibus de Boecio »

19h30Discusión y Cierre de la jornada

Viernes, 18 de noviembre

Facultad de Filosofía y CC.EE. – Sala de Juntas

09h30Christophe Erismann (Université de Vienne – Institut des Études Byzantines), « Boèce et le statut ontologique des universaux: des textes divergents et leur discussion dans le Liber de anima de  Ratramnus de Corbie»

10h15Verónique Le Ru (Université de Reims Champagne-Ardenne), « Peut-on se consoler en regardant les étoiles ? »

11h00Jesús Conill (Universitat de València), « De Boecio a Zubiri: la realidad personal »

11h45 Discusión y Pausa

12h30 – Conferencia de clausura: Adela Cortina (Universitat de València), « ¿Es éticamente irrelevante el concepto de persona? »

13h15Discusión y Comida

16h00Francisco Castilla Urbano (Universidad de Alcalá), « Presencia de las ideas boecianas en la Historia de las Indias de Bartolomé de las Casas »

16h45Francisco Arenas Dolz (Universitat de València), « Boecio y la subordinación de la retórica a la dialéctica »

17h30Discusión y Pausa

18h00 – Mesa de comunicaciones:

  • Rodrigo Ballón (Universidad de Navarra), « Conocimiento divino del mal: Influencia de Boecio en Escoto Eriúgena »
  • Jaime Vilarroig (Universidad CEU-Cardenal Herrera), « La presencia de Boecio en la polémica de Auxiliis»
  • Raúl Francisco Sebastián Solanes (Universitat de València), « Crisis de la categoría de relación: La persona como individua substantia en Boecio »

19h30Discusión y Clausura del Coloquio

DATE
Jeudi 17 et vendredi 18 novembre 2016

LIEU
Universitat de València (España)
Facultad de Filosofía y CC.EE.
Sala de Juntas

TÉLÉCHARGEMENT
Affiche du colloque
| Programme du colloque

Éthique, poétique et esthétique du secret de l’Ancien Régime à l’époque contemporaine

9789042930988Alors que notre époque semble ne laisser aucune place au secret, il est difficile d’imaginer quelle fut son importance dans la pensée et la pratique sous l’Ancien Régime. Le présent volume, issu d’un colloque international qui s’est tenu à Reims, examine ce que fut le secret durant les XVIIe et XVIIIe siècles, tout en ouvrant l’étude à des textes originels comme le Roman du Graal, à la période romantique avec Senancour, Chateaubriand et Stendhal, voire au XXe siècle. Les contributions déclinent les diverses formes du secret : discrétion, dissimulation, énigme, mystère, implicite, clandestinité, espionnage. Dans la première partie, elles touchent à l’anthropologie et au rapport qu’entretiennent le politique et la morale. Une esthétique du secret s’affirme quand les poètes, les peintres et les dramaturges sollicitent la participation du spectateur. Le «plaisir secret» se charge alors de valeur positive. Les auteurs, les libraires et les journalistes n’ignorent pas la valeur pragmatique du secret.

La seconde partie du volume porte sur les fictions. Le roman de cette époque élabore des dispositifs ingénieux pour exprimer ce qui est à la fois montré et caché. Il circonscrit le secret dans son ambiguïté, sans pouvoir le dire vraiment. Quel que soit son intérêt au Grand Siècle, le secret d’amour tend à se vider de son contenu pour mieux éclairer les processus de communication. Le roman du siècle suivant hésite entre la dissimulation et la transparence ; avec le conte, il use de l’énigme et de la mystification pour mener un combat idéologique et pour interroger l’inconscient jusque dans l’érotisme et l’inceste. Ainsi la poétique du secret qui se développe jusqu’au seuil du XIXe siècle permet de repenser plus largement le rapport du lecteur à la production littéraire.

Sous la direction de Françoise Gevrey, Alexis Levrier et Bernard Teyssandier.

Éditeur : Peeters Publishers
Collection : La République des Lettres ; 59
Nb de pages : 560 p.
ISBN-13 978-90-429-3098-8

Soutenance de Nathalie TATEM-IGOUAZI

Nathalie Tatem-Igouazi soutiendra sa thèse de doctorat, préparée sous la direction de Dominique Quéro, professeur à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, et intitulée

L’esprit dans le théâtre de Marivaux

le jeudi 20 octobre 2016 à 14h00 à la Maison de la Recherche de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, 57 rue Pierre Taittinger, Reims), Salle R 240 (rez-de-chaussée haut).

Le jury sera composé de Dominique QUERO, directeur (Université de Reims Champagne-Ardenne, directeur de thèse), Françoise GEVREY (Université de Reims Champagne-Ardenne), Jean-Louis HAQUETTE (Université de Reims Champagne-Ardenne), Geneviève HAROCHE (Université d’Orléans), Françoise RUBELLIN (Université de Nantes, rapporteur), Jean-Paul SERMAIN (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, rapporteur).

Contre Galien. Critiques d’une autorité médicale de l’Antiquité au premier âge moderne

Jeudi 29 septembre 2016
Université de Reims Champagne-Ardenne
(Bâtiment 18 – salle 03 et 05)

14h00Accueil des participants

 14h20Allocution de bienvenue

14h40Roberto LO PRESTI (Humboldt-Universität zu Berlin) et Antoine PIETROBELLI (Université de Reims), Présentation.

Présidence de séance : Véronique BOUDON-MILLOT

15h00Vivian NUTTON (I. M. Sechenov First Moscow State Medical University), « Galenism and anti-Galenism in Renaissance anatomy »

15h45Susan MATTERN (University of Georgia, Athens), « Galen’s Enemies »

16h30Pause

16h45 Gweltaz GUYOMARC’H (Université Jean Moulin Lyon 3), « Alexandre contre Galien. La réalité d’un différend »

18h00 – Salle de spectacle du CROUS
Le Voyage d’Érasme, spectacle de Jean-Marc EDER

20h00Dîner à la Brasserie Flo (96, place Drouet d’Erlon)

Vendredi 30 septembre 2016
Université de Reims Champagne-Ardenne
(Bâtiment 18 – salle 03 et 05)

Présidence de séance : Alessia GUARDASOLE

09h30 Matyáš HAVRDA (Czech Academy of Sciences, Prague), « Nemesius against Galen on soul as mixture »

10h15 Anna MOTTA (Freie Universität Berlin), « The impostor of the Cratylus. Galen and Proclus on etymology »

11h00Pause

11h15Antoine PIETROBELLI (Université de Reims Champagne-Ardenne), « Les Arabes contre Galien dans la médecine byzantine »

12h00Déjeuner (Buffet)

Présidence de séance : Marie CRONIER

14h00Philippe VALLAT (Universität Wien), « Qu’est-ce que la métaphysique a à faire avec la physiologie du corps humain ? Farabi contre Galien »

14h45Joël CHANDELIER (Université Paris 8), « Averroès “contre Galien” ? Retour sur une opposition proverbiale »

15h30Pause

15h45Nicoletta PALMIERI (Université de Reims Champagne-Ardenne), « Prolixité galénique et concision salernitaine : le cas de Barthélemy »

17h30Visite des caves du champagne Lanson (66, rue de Courlancy)

20h00Dîner au restaurant Au Conti (93, place Drouet d’Erlon)

Samedi 1er octobre 2016
Bibliothèque Carnegie (Auditorium)

Présidence de séance : Klaus-Dietrich FISCHER

10h00Danielle JACQUART (EPHE, Paris), « Avicenne et Averroès contre Galien : la lecture universitaire de leurs critiques (XIIIe-XVe siècle) »

10h45Concetta PENNUTO (Université Francois Rabelais, Tours), « Rhadamante à l’écoute de Galien : la médecine face à la philosophie »

11h30Pause

11h45Roberto LO PRESTI (Humboldt-Universität zu Berlin), « Cremonini et Harvey contre Galien : mécanismes de la critique, rejet et construction de l´autorité dans l’aristotélisme médical au XVIIe siècle »

12h45Déjeuner au restaurant Le Saint-Julien (47, rue Eugène Desteuque)

CONTACTS
Suivi administratif – Ségolène BUFFET
segolene.buffet@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.15

DATE
Jeudi 29 et vendredi 30 septembre et samedi 1er octobre 2016

LIEUX
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Bâtiment 18 – Salle 03 et 05
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Bibliothèque Carnegie
2, place Carnegie – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
Affiche du colloque
| Programme du colloque

La résonance lectorale

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 10

À quoi tient qu’une œuvre littéraire nous émeut, nous touche, nous donne à penser ? L’incursion dans l’imaginaire de l’autre, dans ses fantasmes, la reconnaissance des éléments de l’histoire  (la grande et la petite)  convoqués dans le roman, la pièce de théâtre ou le poème viennent élargir notre expérience.

Toute création est sans doute dépassement d’un donné arrière-textuel par la confrontation avec la langue, ses contraintes et ses potentialités. Mais que se passe-t-il si l’on replace l’acte créatif dans la relation littéraire comme co-création ? C’est ce  phénomène d’écho qu’explore,  sous le nom de résonance, le présent volume, dixième de la collection Approches Interdisciplinaires de la Lecture, entre harmonie et dissonance, dans la confrontation des espaces socioculturels liés à la production du texte et à ses lectures successives, dans la recherche, par-delà les problèmes  de longueur d’onde, d’un noyau de vérité à exhumer ou à faire advenir.

Dir. Marie-Madeleine Gladieu,  Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé

SOMMAIRE

Alain Trouvé – Avant-propos

I. Résonance, fiction et vérité

Thomas Pavel – Vérité et résonance.
Alain Trouvé – « Here Comes Everybody« ? Résonance et fiction littéraire chez Joyce, Yourcenar, Le Clézio.

II. Harmonie / dissonance, d’une langue à l’autre

Jean-Michel Potttier – La voix et l’écoute – Effets de résonance dans la lecture.
Nathalie Roelens – Lire entre les langues : résonance et idiorythmie.
Anikó Ádám – Les inquiétantes résonances de la traduction.
Maria de Jesus Cabral – Voyager entre deux langues ou l’intranquillité du traducteur.

III. Arrière-texte et résonance

Marie-France Boireau – La double résonance lectorale et scripturale dans Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre.
Marie-Madeleine Gladieu – Mario Vargas Llosa : résonance des discours politiques sur le discours romanesque.
Thierry Davo – Eduardo Halfon : résonances croisées chez un juif arabe né au Guatemala.
Coralie Pressacco – La résonance lectorale : de Rubén Darío à Yuri Herrera.
Audrey Louyer-Davo – Le fantastique en Extrême-Occident (Pérou) : quelles résonances ?
Roselis Batista – O que resta dos mortos : les échos de l’écriture de Políbio Alves.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages : 228 p.
ISSN 1771-236X
ISBN-13 978-2-37496-014-2

Les petits aventuriers du quotidien. Bande dessinée, journal et imaginaires médiatiques (XIXe-XXIe siècles)

Appel à communications

Organisé par Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (EA 33311), l’Université Laval et le CELSA Paris-Sorbonne, le colloque aura lieu à Reims les 28, 29 et 30 juin 2017.

Responsables : Alexis Lévrier (Université de Reims Champagne-Ardenne) et Guillaume Pinson (Université Laval)

image Marque jLes relations entre la bande dessinée et le journalisme sont anciennes et durables. Art médiatique conciliant l’image et le texte, la bande dessinée est née au creuset du journal et de la culture périodique, exploitant dès l’origine les enjeux de l’actualité, recyclant les imaginaires médiatiques et inventant des personnages qui évoluent proches des milieux de l’information, souvent journalistes eux-mêmes. Ce colloque international souhaitera ainsi interroger l’ensemble de ces relations à partir d’une réflexion alliant une poétique de la bande dessinée et un historique de ses formes telles qu’elles se sont développées au cœur de la culture médiatique et des supports périodiques.

La séquence temporelle que nous envisageons pour ce colloque sera largement ouverte, du XIXe siècle à aujourd’hui. Au XIXe siècle, la « civilisation du journal » (Kalifa, Reigner, Thérenty et Vaillant 2011) a profondément renouvelé le rapport au monde et la représentation du réel. La bande dessinée émerge au sein de cette nouvelle culture du regard et de l’image, tôt théorisée par Rodolphe Töpffer (Groensteen 2014) puis pratiquée dans certains périodiques par de grands précurseurs (Nadar, Doré, Cham). Accompagnée de la floraison de la presse illustrée et satirique, le phénomène ira s’amplifiant au XXe siècle, tant sur le rythme quotidien (et des suppléments illustrés) que périodique (ainsi de la série La Famille Fenouillard de Christophe dans Le Petit Français illustré, ou encore des succès de L’Épatant lancé en 1908). La voie sera ainsi ouverte à l’âge d’or des revues pour la jeunesse (Spirou, Tintin, Pilote…) qui ont assuré depuis l’après-guerre le succès de la bande dessinée franco-belge et en ont fait une véritable « médiaculture » (Maigret et Stefanelli 2012). Depuis une quinzaine d’années enfin, le succès du reportage graphique, venu notamment des États-Unis et du travail pionnier de Joe Sacco, a trouvé un prolongement dans certaines revues d’actualités telles que XXI ou La Revue dessinée. Des revues consacrées à la bande dessinée de fiction ont également vu récemment le jour, à l’image de Pandora, lancée par Casterman presque vingt ans après l’interruption de son magazine (À suivre). Ces « mooks » s’adressent il est vrai à un public adulte, mais 2016 a marqué la naissance de plusieurs revues de BD-reportage destinées à la jeunesse : les éditions Dupuis publient depuis le mois de janvier 2016 un semestriel intitulé Groom, et La Revue dessinée lancera au mois de septembre Topo, un magazine d’actualité en bande dessinée pour les moins de 20 ans. Ces évolutions confirment la capacité de la bande dessinée à se réinventer au contact étroit de la culture médiatique, ainsi qu’un attachement au support papier qui vient s’ajouter aux expérimentations numériques.

Au cœur de cette histoire qui court sur près de deux siècles, notre colloque invitera les participants à proposer des interventions éclairant un aspect de la relation entre bande dessinée et culture médiatique. Nous ouvrons plus particulièrement trois axes de réflexion, qui ne seront pourtant pas exclusifs, et dans lesquels les interventions pourraient s’inscrire :

  1. Les imaginaires médiatiques: la bande dessinée est friande de représentations du monde du journal (salles de rédaction, héros journalistes, petites scènes de la vie quotidienne et personnages lisant des journaux). Elle n’hésite pas en outre à mettre en abyme le support journal (présence de journaux fictifs dessinés dans les cases, enjeux narratifs et diégétiques liés à la présence d’une culture médiatique au cœur même des aventures) : on sait que des dessinateurs tels que Hergé (Les Aventures de Tintin) et Jacobs (Les Aventures de Blake et Mortimer) sont coutumiers de tels procédés. Les interventions pourront ainsi viser à penser cette construction d’imaginaires médiatiques, sans doute en phase avec l’essor d’une culture de l’information et du reportage à partir des années 1920, jusqu’aux renversements narratifs aujourd’hui opérés dans le reportage graphique.
  1. Fictionnalisations graphiques de l’actualité: cette vogue du reportage dessinée constituera également un aspect important du colloque. Le succès actuel de la livraison graphique d’enquêtes de types journalistiques confirme la plasticité poétique de la bande dessinée. Souvent engagée, cette nouvelle « fiction d’actualité » (Thérenty 2004) accompagne les révolutions actuelles de l’information et situe la démarche enquêtrice au centre du dispositif narratif. Elle paraît ainsi accompagner activement les nouveaux regards posés sur le monde, mettant de l’avant un point de vue sensible et immergé, au cœur de l’expérience. Les interventions chercheront à comprendre l’articulation poétique du reportage graphique, sa liaison avec les grands enjeux sociaux et médiatiques, de même que ses racines historiques (notamment avec le genre du grand reportage).
  1. Poétique des supports : enfin, les participants seront invités à réfléchir aux effets des supports sur la bande dessinée, afin de montrer en quoi les contraintes matérielles et médiatiques ont été hier, et demeurent aujourd’hui encore aux sources de la poétique de la bande dessinée. L’approche support permet probablement de revoir les enjeux de travail collectif (la planche de BD est souvent un élément parmi un ensemble périodique et elle engage sans doute des relations de coprésence avec les autres illustrations), de temporalité (périodicité et dynamique du feuilleton), d’effet-rubrique (la BD occupant un espace bien défini et proposant un rendez-vous régulier à ses lecteurs) ou encore de mise en recueil (passage du périodique à l’album, engageant souvent un travail d’adaptation ou de reprise). Les enjeux numériques pourraient être abordés sous cet angle.

Les interventions seront de 25 minutes. Les organisateurs du colloque invitent chercheurs et étudiants à soumettre leurs propositions (250 mots + courte biographie) par courriel à Alexis Lévrier et Guillaume Pinson avant la date du 1er décembre 2016.

Comité scientifique

  • Benoît Berthou (Université Paris 13, revue Comicalités)
  • Jacques Dürrenmatt (Université Paris-Sorbonne)
  • Thierry Groensteen (Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, Angoulême)
  • Valérie Jeanne-Perrier (Celsa Paris-Sorbonne)
  • Philippe Kaenel (Université de Lausanne)
  • Björn Olaf-Dozo (Université de Liège)
  • Nathalie Preiss (Université de Reims Champagne-Ardenne)
  • Julien Schuh (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Bibliographie indicative :

  • Benoît Berthou (dir.), La Bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ?, Paris, Éditions de la BPI, collection « Études et Recherches », 2015.
  • Will Eisner, Les Clés de la bande dessinée, Paris, Delcourt, 2009-2011 (t. I : La Bande dessinée, art séquentiel, 2009 ; t. II : La narration, 2010 ; t. III : Les Personnages, 2011).
  • Thierry Groensteen, La Bande dessinée : son histoire et ses maîtres, Paris, Skira Flammarion, Angoulême, Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, 2009.
  • Thierry Groensteen, M. Töpffer invente la bande dessinée, Bruxelles, Les impressions nouvelles, 2014.
  • Thierry Groensteen, Parodies. La bande dessinée au second degré, Paris, Flammarion, 2010.
  • Thierry Groensteen, Système de la bande dessinée, Paris, PUF coll. « Formes sémiotiques », 1999 (vol. II : Bande dessinée et narration, Paris, PUF coll. « Formes sémiotiques », 2011).
  • Éric Maigret et Matteo Stefanelli (dir.), La Bande dessinée : une médiaculture, Paris, Armand Colin, coll. « Médiacultures », 2012.
  • Scott McCloud, L’Art invisible, Paris, Vertige Graphic, 1999.
  • Scott McCloud, Réinventer la bande dessinée, Paris, Vertige Graphic, 2002.
  • Harry Morgan, Principes des littératures dessinées, Angoulême, L’An 2, 2003.
  • Benoît Mouchart, De la bande dessinée en France, Paris, Les Belles lettres, 2013.
  • Pascal Ory, Laurent Martin, Jean-Pierre Mercier, et al. (dir.), L’Art de la bande dessinée, Paris, Citadelles & Mazenod, 2012.
  • Benoît Peeters, Lire la bande dessinée, Paris, Flammarion, coll. « Champs Arts », 1998, rééd. 2003.
  • Thierry Smolderen, Naissances de la bande dessinée : de William Hogarth à Winsor McCay, Paris, Les Impressions nouvelles, 2009.
  • Marie-Ève Thérenty, « L’invention de la fiction d’actualité », dans Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), Presse et plumes. Journalisme et littérature au XIXe siècle, Paris, Éditions Nouveau monde, 2004, p. 415-428.

(À suivre)… Journalisme et bande dessinée, d’hier à aujourd’hui

La prochaine séance du séminaire « Cultures populaires » (CIRLEP EA4299) aura lieu le mercredi 25 mai à 16h30 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche – salle R240). Elle sera animée par Alexis Lévrier, Maître de conférences au CRIMEL.

« (À suivre)…Journalisme et bande dessinée, d’hier à aujourd’hui ».
Cette séance abordera, d’un point de vue historique, la question des relations entre journalisme et bande dessinée. En Europe comme aux États-Unis, cette proximité est particulièrement ancienne : des deux côtés de l’Atlantique, le neuvième art s’est construit au contact de la culture périodique. Une trajectoire semblait pourtant s’être progressivement dessinée au cours des dernières décennies. La prépublication périodique dans des magazines souvent populaires a en effet laissé la place, à partir des années 1980, au règne de l’album. En s’éloignant du journalisme, la bande dessinée a semblé trouver enfin la reconnaissance et la dignité dont elle était privée jusque là.

Une stupéfiante aventure de Viny K. - Tome 1 Une si jolie petite gueule © Dupuis
Une stupéfiante aventure de Viny K. – Tome 1 Une si jolie petite gueule © Dupuis

Depuis une quinzaine d’années, le succès du reportage graphique a pourtant conduit à un mouvement inverse. Le succès de « mooks » publiant des reportages BD (XXI et surtout La Revue dessinée), a mené à la création de revues d’actualité s’adressant à la jeunesse (Groom, Topo) et à la renaissance d’une presse spécialisée dans la bande dessinée de fiction : Pandora, que vient de lancer Casterman, s’inspire par exemple délibérément du célèbre magazine (À suivre), disparu en 1997.
Le lien entre bande dessinée et journalisme se réinvente donc sous nos yeux, au moment même où sa disparition semblait programmée. Nous tenterons de montrer qu’il n’a en réalité jamais disparu, en privilégiant trois aspects en particulier : la question de l’imaginaire médiatique d’abord, à travers notamment la figure du reporter, dont Tintin est en quelque sorte l’archétype ; la question du lien entre journalisme et actualité, dont le reportage graphique n’est que l’une des déclinaisons les plus récentes ; la question de la poétique des supports enfin, puisque la prépublication périodique a durablement influencé la manière même de concevoir un « strip » ou une planche de bande dessinée.

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Boèce au fil du temps : la réception de son œuvre et son influence sur les lettres européennes du Moyen Âge à nos jours

Affiche_BoeceUniversité de Reims, 2-3 juin 2016
« Littérature et Arts »

Jeudi 2 juin 2016

09h00 Accueil des participants

09h30Allocution d’ouverture : Didier Marcotte, Vice-président du conseil académique ; Thomas Nicklas, Directeur du CIRLEP ; Jean-Louis Haquette, Directeur du CRIMEL ; Sophie Conte, au nom des trois organisatrices du colloque.

Conférence inaugurale
10h00Vincent Zarini (Université Paris-Sorbonne)

Approches linguistiques : mots et concepts
Présidence de séance : Karin Ueltschi

10h30María Jesús Soto Bruna (Universidad de Navarra) : « Unité et bien. Boèce compris par Gundissalinus (XIIe siècle) »

11h00Béatrice Stumpf et Bernard Combettes (Université de Lorraine) : « La Consolatio Philosophiae et sa traduction en français au Moyen Âge. Le problème des noms abstraits : le cas particulier des suffixes –tas et –tio »

Discussion
Pause

11h45 Carmen Cortés Zaborras (Universidad de Málaga) : « Trois concepts boétiens dans la réflexion féminine, du XIVe au XVIIIe siècle »

12h15Isabelle Turcan (Université de Lorraine) : « La présence des références à Boèce dans les textes linguistiques des XVIIe et XVIIIe siècles »

Discussion
Déjeuner

De la technique à l’esthétique
Présidence de séance : Antoine Pietrobelli

15h00Donatella Restani (Università di Bologna) : « Embryologie, numérologie et musica humana : un nouveau regard sur les sources et la réception du concept »

15h30 Nicoletta Palmieri (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Présence de Boèce chez les maîtres de Salerne : commentaires et “diagrammes figurés” »

16h00Bruno Bouchard (Université du Québec à Rimouski) : « L’homo fortuna et la dette des maîtres d’algorisme envers Boèce : entre arithmétiques, proportions, patrimoines et esthétisation de soi, du monde marchand au monde de l’art »

Discussion
Pause

Présidence de séance : Didier Marcotte

17h00Isabel María León Sanz (Universidad de Navarra) : « Influencia de las ideas estéticas de Boecio en San Buenaventura »

17h30Alice Lamy (Université Paris-Sorbonne): « Henri Bate de Malines, lecteur de Boèce »

18h00Jean-Baptiste Guillaumin (Université Paris-Sorbonne-IUF) : « Glaréan lecteur et éditeur de l’Institution musicale »

Discussion

Vendredi 3 juin 2016

La Consolatio philosophiæ et le thème de la fortune
Présidence de séance : Sophie Conte

09h00 Olga Vassilieva-Codognet (EHESS) : « La roue de Fortune et la Consolation de Philosophie. Antécédents et postérité d’un motif iconographique médiéval »

09h30Christian Brouwer (Université Libre de Bruxelles) : « Fortune et destins de Boèce dans la poésie latine des XIe et XIIe siècles »

Discussion
Pause

Présidence de séance : Alicia Oïffer-Bomsel

10h30Anna-Maria Babbi (Università degli Studi di Verona) : « La réception en Angleterre de la Consolatio Philosophiae : le Roman de Philosophie de Simund de Freine (XIIe-XIIIe s.) »

11h00 Miren Lacassagne (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « L’Estrif de Fortune et Vertu de Martin Le Franc : de l’exemplum boétien au miroir de Fortune »

Discussion
Déjeuner

Lectures de Boèce : de l’humanisme à l’époque contemporaine
Présidence de séance : Jean-Louis Haquette

13h30Jean-Frédéric Chevalier (Université de Lorraine) : « Le soleil et les abeilles : Pétrarque et Coluccio Salutati lecteurs de Boèce »

14h00Thierry Grandjean (Université de Lorraine) : « Les éditions et la réception des œuvres de Boèce à Strasbourg et Sélestat entre 1491 et 1515 »

14h30Alicia Oïffer-Bomsel (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Entre le Libro de las consolaciones de la vida humana de l’antipape Pedro de Luna et le Boecio de consolación d’Agustín López : la réception de la Consolatio Philosophiae en Espagne, de la pré-Renaissance au Baroque »

Discussion
Pause

15h30Elena Cantarino-Suñer (Universidad de Valencia) : « Presencia y pervivencia de Boecio en las letras españolas del Siglo de Oro »

16h00Gábor Förköli (Universités Eötvös Loránd-Paris-Sorbonne) : « Une “Consolation philosophique” méconnue : Les deux Vérités de Jean de Silhon (1596-1667) »

16h30Alain Trouvé (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Francis Ponge lecteur de Boèce »

Discussion

Clôture
17h15 – Jérôme Lagouanère (Université de Montpellier) : « Boèce et Augustin, deux influences contradictoires (VIIIe-XVIe siècle) ? Réflexions sur les usages polémiques des sources »

Deuxième partie du colloque, « Théologie et Philosophie », 17-18 novembre 2016 (Université de Valence, Espagne).

DATE
Jeudi 2 juin et vendredi 3 juin 2016

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche
57, rue Pierre Taittinger – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
Affiche du colloque
| Programme du colloque

Exposition « Livres italiens imprimés à Paris à la Renaissance »

Du 13 avril 2016 au 13 juillet 2016, à la bibliothèque Mazarine se tiendra l’exposition « Livres italiens imprimés à Paris à la Renaissance », présentée à l’occasion de la publication de l’ouvrage de Jean Balsamo (CRIMEL EA 3311), L’amorevolezza verso le cose Italiche : Le livre italien à Paris au XVIe siècle (Genève, Droz, 2015).

bandeau-verticalSous le règne des derniers Valois et de Henri IV, Paris accueillit de nombreux Italiens. Les uns, exilés florentins, seigneurs napolitains ou milanais, y avaient trouvé une nouvelle patrie ; les autres, prélats, diplomates, militaires, banquiers, comédiens venaient y exercer leur mission ou leur activité. Cette présence italienne variée est à l’origine d’une activité éditoriale qui fit de Paris une capitale du livre italien. Imprimeurs et libraires de l’Université et du Palais, parmi lesquels les plus célèbres, publièrent une centaine d’ouvrages en langue italienne, des Rime d’Amomo (1535) aux oraisons funèbres pour la mort de Henri IV (1610), des traités d’architecture de Serlio (1547) à l’étonnant recueil des Diverse machine d’Agostino Ramelli (1588), sans oublier les poèmes de Luigi Alamanni, de Gabriel Symeoni, et d’Angelo Tuccaro, les comédies de Giordano Bruno et de Vincenzo Belando, les travaux de l’érudit Jacopo Corbinelli, les recueils musicaux.

l-amorevolezza-verso-le-cose-italicheIl s’agit pour l’essentiel d’une production privée, élaborée par des Italiens et quelques italianisants de l’entourage royal, qui illustre la protection que les rois de France, en même temps qu’ils favorisaient la défense et l’illustration de la langue française, accordaient à la langue et aux lettres italiennes. Ces livres, souvent d’une typographie soignée, offraient en retour une contribution originale à la célébration royale, à l’agrément de la vie mondaine, à la constitution des savoirs, à un catholicisme et une spiritualité rénovés. Par leurs auteurs, leurs textes et leurs thèmes, ils se distinguent tant des livres en langue italienne publiés en Italie même que de ceux imprimés à Lyon, Genève ou Londres à la même époque.

La Bibliothèque Mazarine, riche d’un fonds italien exceptionnel, conserve un bel ensemble de ces livres italiens de Paris, réuni et exposé ici pour la première fois.

Commissariat : Jean Balsamo (Université de Reims Champagne-Ardenne), avec la collaboration d’Amélie Ferrigno (Bibliothèque Mazarine / EDITEF).

INFORMATIONS PRATIQUES
Du 13 avril 2016 au 13 juillet 2016
Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h
23, quai de Conti – Paris 6e

Contact : contact@bibliotheque-mazarine.fr

TÉLÉCHARGEMENT
|
 Flyer de l’exposition