Le Secret : un enjeu poétique, rhétorique et moral (XVIIe-XVIIIe siècles)

22-24 mai 2013

Colloque – Le Secret : un enjeu poétique, rhétorique et moral (XVIIe-XVIIIe siècles)

Direction scientifique : Françoise GEVREY, Alexis LÉVRIER, Amandine LEFÈVRE, Bernard TEYSSANDIER
Dates : mercredi 22, jeudi 23 et vendredi 24 mai 2013
Lieu : Hôtel Ponsardin (Chambre de Commerce et d’Industrie) – Reims

Sans secret, il n’est pas d’histoire. Secret de la naissance, secret politique, secret amoureux, secret du déguisement, secret de l’origine du texte : le secret occupe une place essentielle dans la thématique des grands romans de l’Ancien Régime (de La Princesse de Clèves aux Illustres Françaises jusqu’aux Liaisons dangereuses ou au Manuscrit trouvé à Saragosse), mais aussi dans le théâtre de cette époque, le masque, lié au secret par l’action de dissimuler, tire son étymologie maschera d’un terme propre à l’espace dramaturgique.
Le secret apparaît d’abord comme un thème qui traverse les œuvres de fiction romanesque et de théâtre : il les unifie à travers la circulation de sujets récurrents. Il génère dans le roman et dans le théâtre des schémas d’action : les scènes d’aveu ou de confidence, les scènes surprises et celles à témoin caché. Il est à l’origine des « histoires secrètes » et des romans à clef, genres à la mode.
Il permet donc de considérer les liens entre théâtre et roman, en envisageant les rapports avec la pensée des moralistes, des prédicateurs, des fabulistes, des auteurs de traités de civilité (à propos de la dissimulation ou de la confiance). Nous pourrons en outre aborder l’importance du secret dans l’écriture de l’histoire et le rapport entre vie publique et vie privée. Ainsi serait prise en compte l’histoire des mœurs et des idées.
Nous souhaiterions examiner à cette occasion l’expression du secret (lexique, procédés d’écriture, poétique du fragment ou de l’inachevé, topos du manuscrit trouvé) ainsi que sa sémiotique (dans les textes, mais aussi dans l’illustration et dans les représentations picturales), le rapport à la pratique de l’anecdote, à ce qu’on colporte, et donc à certaines formes de journalisme d’Ancien Régime.
L’objectif de ce colloque sera donc de dégager une évolution thématique, mais aussi une relation entre les genres et un fonctionnement de la République des Lettres sous l’Ancien Régime.

© CRIMEL (URCA-EA 3311) – Conception Benoît Roux.