Les Fables d’Esope Phrygien de Jean Ballesdens (dir. B. Teyssandier)

Comte-rendu de Bernard Beugnot dans Le Bulletin du bibliophile, 2013 (n° 2, p. 407-409)

Fruit d’une collaboration internationale, cet attachant volume, fait se rencontrer deux pratiques : les reprint (Klaus, Slatkine, Jean de Bonnot, Aux Amateurs de livres, etc.) qui, sans le plaisir du vieux papier et des reliures anciennes de basane ou de parchemin, donnent accès au texte dans sa typographie originale ; l’édition critique universitaire qui commente et annote. Ainsi se trouvent conjoints le plaisir de la bibliophilie et le plaisir de l’érudition dans le cadre d’une réhabilitation d’Ésope, « figure fictionnelle d’une incroyable richesse » (B. Teyssandier) dont La Fontaine aurait finalement, par sa réussite même, contribué à dégrader l’image.

L’ouvrage de Jean Ballesdens (déclaré « introuvable » dans la bibliographie de Cioranescu) (LES / FABLES / D’ESOPE / PHRYGIEN, / TRADVITES EN FRANÇOIS, / ET / Accompagnées de Maximes Morales / & Politiques, pour la conduite / de la Vie. / AU ROY. / A PARIS, / Chez Guillaume LE BÉ, rue S. Jean de / Beauvais, près le Puits Certain. / M. DC. XLV, / Avec Privilege du Roy. Bibliothèque de Reims : A 4836 / Rés. P. 720) fait partie des 4 fabliers in-octavo publiés pour l’éducation du jeune roi. On y trouve, après les pièces liminaires, la Vie d’Ésope le Phrygien (128 pages en 209 chapitres avec chacun leur bois gravé), et 128 fables, chacune également précédée d’un bois gravé et suivie d’une « Maxime », qui tire la en quelques lignes moralité du récit.

Bernard Teyssandier, le maître d’œuvre, prolonge ses précédentes recherches sur Gomberville (Voir Bulletin du bibliophile, 2009, n˚ 1 ; 2012, n˚ 1) et s’inscrit, sur la tradition européenne de la fable antique et des emblèmes jusqu’à la Fontaine, dans la lignée des travaux fondateurs de Georges Couton, de ceux aussi que mène Patrick Dandrey et qu’il anime autour du Fablier, organe la Société des Amis de Jean de La Fontaine à Château-Thierry. Sa postface précède quatre « Commentaires critiques » : Yannick Nexon, « Un curieux au service de Pierre Séguier » ; Antoine Biscéré (responsable aussi de la bibliographie), « Le fablier de Ballesdens : piraterie éditoriale ou translatio studiorum ? » ; Paul P. Smith, « Genèse et herméneutique d’un livre rare : pour une approche intermédiale du fablier de Ballesdens » ; Paola Cifiarelli, « D’un usage politique de la fable au XVIIe siècle : Jean Ballesdens et Emanuele Tesauro ». Trop modestement qualifiée de sélective, la bibliographie (p.581-603) décrit une quarantaine de recueils de fables du XVe siècle à 1687, les 12 cycles iconographiques conçus pour la Vie d’Ésope et offre 8 pages de références critiques. Au delà de ses sources et par la multiplicité des points de vue, le recueil de Ballesdens se trouve ainsi éclairé dans son contexte historique et formel, analysé dans sa genèse, perspective « intermédiale » si l’on veut, selon l’épithète qui fait mode sans être indispensable.

Jean Ballesdens (1595-1675), qui sera élu en 1648 au siège de Claude Malleville à l’Académie française, auteur d’ouvrages spirituels, secrétaire de Pierre Séguier et précepteur des deux premiers fils de Marie Séguier, peut être qualifié de curieux selon les deux définitions de Furetière – « celui qui a désir d’apprendre, de voir les bonnes choses, les merveilles de l’art et de la nature » et « celui amasse les choses les plus rares ». Il était en effet amateur de livres, de gravures et de manuscrits, ami du collectionneur Michel de Marolles.

Ésope, lui, « épiclèse » de la fable depuis toujours, personnage réel ou syncrétique dont la vie tient de la « rhapsodie romanesque » et de la « rêverie mythologique », incarne la Muse qui préside à tous les fabliers. La Fontaine le réduira à un génie tutélaire en émondant de sa vie toute la truculence de Ballesdens ; il ne figurera d’ailleurs que dans une seule gravure de François Chauveau. Pourtant, sous les traits d’un silène tératologique, qui cache le savoir et la sagesse, il est l’image du récit et de la moralité de la fable. On peut suivre ici de près les avatars éditoriaux tant de la Vie d’Ésope le Phrygien que des fabliers antiques et modernes dont est présenté un savant stemma.

Quant à la fable dont Furetière écrira dans son recueil de 1671 qu’« elle est le seul genre d’écrire qui a servi également à instruire le Peuple et le Roi », elle voit son autorité affirmée. Ballesdens en fait l’instrument rhétorique d’une institutio principis, inspirée de la tradition éducative érasmienne, un traité des vertus politiques et une initiation à la langue latine par les vocables traduits dans les marges. Il a travaillé à partir du recueil de Jean Baudoin (1631), auquel il ajoute quelques motifs narratifs, dont il modifie l’ordre pour terminer sur un memento mori, « Mors ultima linea rerum » (Fable CCXXVIII. D’un vieillard qui appelait la Mort) et dont il allège sensiblement les gloses réduites à une maxime. C’est également une manière d’adopter pour la fable la densité exemplaire de l’emblème ou de la devise, constitués d’un corps, l’image, et d’une âme, la formule qui l’accompagne : recueil flamand de 1587. On sait la place qu’il occupe dans la culture européenne d’Otto Vaenius à Gilles Corrozet, à la Politica d’Esopo Frigio (1646) d’E. Tesauro (que Ballesdens ne semble pas voir connue) jusqu’aux substantielles pages du P. Bouhours dans ses Entretiens d’Ariste et d’Eugène (1671).

Enfin, le programme iconographique, variation sur les gravures de Sadeler (1608) et de Briot pour Jean Baudoin , qui répond à « une économie du visible » (B. Teyssandier) affirme son originalité par le caractère archaïsant que lui confère le choix, pédagogique et esthétique, de la gravure sur bois.

Que la pluralité des perspectives et des auteurs n’aille pas parfois sans redites et sans retour de références que la bibliographie aurait suffi à regrouper, et qu’un index des noms et des notions eût rendu plus aisée l’exploitation de l’appareil critique, ce sont réserves mineures sur un travail réussi, informé, libre de dogmatisme, propre à séduire à la fois des bibliophiles auxquels l’achat des éditions anciennes est interdit et des universitaires qui avaient besoin sur la fable d’un outil de travail aussi nourri et à jour.


Compte-rendu de Anne L. Birberick (Northern Illinois University) dans  The Modern Language Review, October 2013 (vol. 108, n° 4, p. 1282-1283)

Bernard Teyssandier’s critical edition of Les Fables d’Esope Phrygien, traduites en francois, et Accompagnées de Maximes Morales & Politiques, pour la conduit de la Vie (1645) by Jean Ballesdens is as thought-provoking as it is thorough and well-executed. In addition to presenting readers with facsimiles of the two principal texts (La Vie d’Esope and Fables d’Esope) as well as several liminal texts (“Épître au Roy,” “Supplique A la Reyne regent,” and tables of content), the editor has included a postscript, four critical essays, and a select annotated bibliography. The end result is a volume that offers new and surprising perspectives on both the fable tradition and Jean Ballesdens.

In the “Postface,” Bernard Teyssandier makes a compelling case for why and how the work of Balledens follows “une logique de citation que d’imitation” (495) and, as a result, creates “une pratique livresque nouvelle” (495). All the while framing his argument within the traditional role of fables as instructional tools, Teyssandier points to the originality of Ballesdens in several respects, especially in his decision to begin with the fable “Du Paon & de la Pie” rather than “Coq et de la Pierre précieuse.” Given the fresh perspective put forth on Ballesdens in the “Postface,” it should, I would argue, be read prior to any reading of the fables themselves.

Each of the four essays that follow explores different aspects of Ballesdens or his work. In “Jean Ballesdens, un curieux au service de Pierre Séguier,” Yannick Nexon provides a condensed biography of Ballesdens through the lens of his relationship with Séguier while Antoine Biscéré, “Le fablier de Ballesdens: piraterie éditorial ou translatio studiorum?,” takes as his point of departure the allegation that Les Fables d’Esope Phrygien is nothing more than “un démarcage servile et sans intérêt” (521) of Jean Baudoin’s earlier edition. The latter essay serves as a nice companion piece to the “Postface” since Biscéré highlights the originality of Ballesdens’ editorial undertaking in terms of three perspectives: philological, aesthetic, and bibliographic. The volume’s audience and its political message are explored respectively through illuminating analyses by Paul J. Smith, “Genèse et herméneutique d’un livre rare: pour une approche intermédiale du fablier de Ballesdens,” and Paola Cifarelli, “D’un usage politique de la fable au XVIIe siècle: Jean Ballesdens et Emanuele Tesauro.”

Lire la suite http://www.jstor.org/stable/10.5699/modelangrevi.108.4.1282


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *