Projet de base de données sur les collectionneurs de livres en Champagne

Beaucoup de ces bibliophiles ont été ou seront les bienfaiteurs de nos dépôts publics. Les faire connaître, c’est donc aider à la reconstitution de leurs collections, c’est favoriser le goût des livres chez les particuliers en leur procurant des motifs salutaires d’émulation, c’est enfin offrir à tous des modèles délicats d’art, d’esprit et de savoir.

Henri Jadart, Les Bibliophiles rémois, leurs ex-libris et fers de reliure suivis de ceux de la bibliothèque de Reims, Reims, Michaud, 1894, p. II.

Présentation générale de la base de données

Dans l’histoire de la constitution et du développement des bibliothèques publiques françaises, l’apport des collections privées fut déterminant. La présence d’ensembles de livres dans les fonds anciens des collections publiques, à la suite de dons, de legs ou encore par le biais indirect des saisies révolutionnaires, nous fait entrevoir l’importance des initiatives privées qui se sont développées parallèlement voire même en amont des initiatives publiques. Elles forment une « constellation d’aventures personnelles »[1] placées au cœur de ce projet.

La base de données « Collectionneurs de livres en Champagne, XVe-XXIe siècles », au coeur du projet ALiPaT, se propose de mettre en lumière cette réalité parfois méconnue du grand public afin de valoriser et renforcer la visibilité des riches collections des bibliothèques champenoises[2]. Elle constitue aussi un outil scientifique pour l’analyse de la pratique de la collection de livres en région et l’étude des bibliothèques privées champenoises depuis la fin du Moyen Âge jusqu’à nos jours. C’est pourquoi elle ne se limite pas aux fonds privés toujours présents matériellement dans les bibliothèques publiques. Elle permet également de découvrir des collections de livres dispersées au gré des ventes ou même disparues et dont on a parfois perdu la trace, mais qui sont représentatives des pratiques de collection sur le territoire.

Il s’agit donc d’un outil unique destiné à la fois aux acteurs du patrimoine, aux chercheurs mais aussi aux curieux, qui rassemble, signale et met à disposition des données éparpillées concernant à la fois les collections de livres et les individus auxquels celles-ci ont appartenu.

Ses objectifs principaux sont :

  • permettre l’analyse approfondie de certaines bibliothèques en donnant une vision d’ensemble de celles-ci et en signalant les sources qui en permettront la reconstitution virtuelle ;
  • conduire, parallèlement à l’étude des contenus, vers une meilleure connaissance du geste collectionneur en saisissant une pratique dans sa diversité mais aussi dans ses évolutions.

Si la base a pour extension géographique actuelle l’ancienne région Champagne-Ardenne, elle pourrait être envisagée comme une première étape vers une enquête élargie à la nouvelle région Grand-Est.

Description et perspectives

Cette base de données prosopographique qui allie informations biographiques et descriptif des collections est le résultat d’une exploitation conjointe de diverses sources. Au départ de l’enquête se trouvent trois répertoires dressés à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle par des érudits, historiens et bibliothécaires champenois sur les collectionneurs de la région. Leurs recherches, qui couvrent les départements de l’Aube, de la Marne et des Ardennes, ont été menées principalement à partir de marques de possession[3]. Les données tirées de ces répertoires ont été croisées avec celles qui sont accessibles sur le portail numérique du Catalogue Collectif de France (CCFr) telles que les fiches collectionneurs qui signalent les dons et les legs les plus importants des deux derniers siècles principalement et qui ont été récemment enrichies par l’association Interbibly. La recherche dans les catalogues informatisés des bibliothèques municipales à partir de marques de provenance et d’ex-dono a permis, quant à elle, de mettre en évidence des collectionneurs qui ne sont mentionnés ni dans les répertoires d’érudits ni dans les fiches du CCFr. Enfin, les sources traditionnelles de l’histoire du livre ont été mobilisées : catalogues de vente, inventaires après décès, inventaires de saisies révolutionnaires ou encore catalogues des dépôts littéraires.

Parmi le millier d’individus signalés, nous avons établi une liste provisoire d’environ 300 collectionneurs suffisamment documentés pour qu’on puisse retrouver un état de leur bibliothèque à un instant donné, à partir d’un inventaire ou d’un catalogue[4]. L’objectif n’est pas de donner une description des collections exemplaire par exemplaire mais plutôt d’en présenter une vision d’ensemble qui servira à des études plus approfondies de bibliothèques privées champenoises.

Les collections retenues ici répondent également à deux exigences : leur taille et leur ancrage régional. Nous avons privilégié ce que l’on nomme les petites, moyennes et grandes bibliothèques en excluant ainsi les bibliothèques « minimales » à livre unique ou à moins de dix titres[5]. De plus, nous nous sommes concentrés sur les collections établies dans la région et les collectionneurs uniquement champenois. C’est pourquoi on ne trouvera pas ici certaines grandes bibliothèques comme celles de la famille Colbert originaire de Reims et de ses environs, la collection étant installée dans l’hôtel parisien du ministre. En revanche, on pourra accéder à une partie de la bibliothèque de l’humaniste provençal Fabri de Peiresc par le biais du chanoine châlonnais Guillaume Le Roy, un des principaux acheteurs des livres vendus à la mort du magistrat. Quant à la célèbre collection de la famille Bouhier, originaire de Bourgogne, aujourd’hui conservée à Troyes, elle ne figure pas dans la base parce qu’elle a été rachetée au XVIIIe siècle non pas par un collectionneur individuel mais par une institution, l’abbaye de Clairvaux[6].

Contrairement à d’autres bases de données consacrées à des bibliothèques privées, la base « Collectionneurs de livres en Champagne » ne se limite ni à quelques grandes collections remarquables ni à une source privilégiée. En rassemblant des données biographiques sérielles sur un échantillon conséquent et diversifié d’individus et en exploitant plusieurs types de sources, elle permet de saisir des formes de « collections », au sens large, qui ne tiennent pas seulement à la bibliophilie traditionnelle et à la recherche de livres rares et précieux. La notion complexe de « collection » a donc été employée ici de façon ouverte, comme pratique mais aussi comme résultat, pour permettre d’inclure dans une même réflexion des manières de rassembler et de composer un ensemble de livres aussi diverses que celles du chanoine humaniste Guillaume Fillastre (1348-1428), de l’avocat au parlement de Troyes et compilateur Michel Sémillard (1729-1796) ou de Marie-Louise Lefort (1874-1951), directrice d’un hôpital américain dans l’entre-deux guerres. Nous espérons, par cette approche large, poser des jalons pour la compréhension des enjeux que constituent les questions du rapport au livre, de sa possession et de sa collection à l’ère du numérique.

Ingénierie de recherche : Anne-Sophie Gallo, post-doctorante

 

[1] Dominique Coq, « Bibliothèques et marché du livre rare : économie d’une relation entre deux mondes », dans Enrichir le patrimoine des bibliothèques en région, Rennes, Apogée, 1996, p. 92.

[2] Bien que le cadre géographique de la base recouvre l’ancienne région Champagne-Ardenne, l’adjectif champenois, qui renvoie à une réalité historique plus large, a été retenu comme terme englobant.

[3] Il s’agit de Henri Jadart, Les bibliophiles rémois, leurs ex-libris et fers de reliure suivis de ceux de la bibliothèque de Reims, Reims, Michaud, 1894, d’Octave Guelliot, Bibliothèques et bibliophiles ardennais, Paris, Saffroy, 1927 et de Louis Roblin, Les bibliophiles de l’Aube, Chez l’auteur, Flamboin-Gouaix, 1929.

[4] Catalogue domestique, catalogue de vente, catalogue de libraire, inventaire après décès, etc.

[5] Pierre Aquilon, « Petites et moyennes bibliothèques 1530-1660 », dans Claude Jolly (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, vol. 2, Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, Paris, Promodis, 1989, p. 226.

[6] L’extension de l’enquête aux acteurs institutionnels (abbaye, chapitre, université, société savante etc.) pourrait ainsi faire l’objet d’un développement ultérieur du projet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *