(À suivre)… Journalisme et bande dessinée, d’hier à aujourd’hui

La prochaine séance du séminaire « Cultures populaires » (CIRLEP EA4299) aura lieu le mercredi 25 mai à 16h30 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche – salle R240). Elle sera animée par Alexis Lévrier, Maître de conférences au CRIMEL.

« (À suivre)…Journalisme et bande dessinée, d’hier à aujourd’hui ».
Cette séance abordera, d’un point de vue historique, la question des relations entre journalisme et bande dessinée. En Europe comme aux États-Unis, cette proximité est particulièrement ancienne : des deux côtés de l’Atlantique, le neuvième art s’est construit au contact de la culture périodique. Une trajectoire semblait pourtant s’être progressivement dessinée au cours des dernières décennies. La prépublication périodique dans des magazines souvent populaires a en effet laissé la place, à partir des années 1980, au règne de l’album. En s’éloignant du journalisme, la bande dessinée a semblé trouver enfin la reconnaissance et la dignité dont elle était privée jusque là.

Une stupéfiante aventure de Viny K. - Tome 1 Une si jolie petite gueule © Dupuis
Une stupéfiante aventure de Viny K. – Tome 1 Une si jolie petite gueule © Dupuis

Depuis une quinzaine d’années, le succès du reportage graphique a pourtant conduit à un mouvement inverse. Le succès de « mooks » publiant des reportages BD (XXI et surtout La Revue dessinée), a mené à la création de revues d’actualité s’adressant à la jeunesse (Groom, Topo) et à la renaissance d’une presse spécialisée dans la bande dessinée de fiction : Pandora, que vient de lancer Casterman, s’inspire par exemple délibérément du célèbre magazine (À suivre), disparu en 1997.
Le lien entre bande dessinée et journalisme se réinvente donc sous nos yeux, au moment même où sa disparition semblait programmée. Nous tenterons de montrer qu’il n’a en réalité jamais disparu, en privilégiant trois aspects en particulier : la question de l’imaginaire médiatique d’abord, à travers notamment la figure du reporter, dont Tintin est en quelque sorte l’archétype ; la question du lien entre journalisme et actualité, dont le reportage graphique n’est que l’une des déclinaisons les plus récentes ; la question de la poétique des supports enfin, puisque la prépublication périodique a durablement influencé la manière même de concevoir un « strip » ou une planche de bande dessinée.

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – Reims


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *