Dolbreuse de Loaisel de Tréogate

Dolbreuse_page_de_couvertureDès sa parution en 1783, Dolbreuse connaît un succès considérable. D’inspiration rousseauiste, ce roman-mémoires est porté par un idéal social et politique qui en fait une œuvre emblématique des Lumières finissantes. Sa composition repose sur une dynamique où alternent en permanence récit de soi et considérations philosophiques. La peinture du libertinage et les mensonges de la vie mondaine y jouent le rôle d’un contre-modèle auquel s’oppose la célébration du mariage d’amour, de la retraite champêtre et d’une société des cœurs. C’est pourquoi ce roman sensible se définit avant tout comme une « histoire philosophique ». Si de nombreuses réflexions se rapportent à des thèmes traditionnels de la pensée morale – le gouvernement des passions, la critique de la cour –, Loaisel leur confère souvent une dimension historique et critique. En rappelant l’éloquence du barreau ou de la tribune, le style de Loaisel montre à quel point cette « histoire philosophique » fait du roman l’instrument d’un combat politique, un moyen d’expression et de dénonciation engagé dans la transformation du monde. Avec Dolbreuse, Loaisel signe un roman où s’expriment les rêves, les refus et les aspirations des Lumières, qu’invite à redécouvrir cette première édition critique récemment publiée par Charlène Deharbe (CRIMEL EA 3311) à la Société des Textes Français Modernes (Paris, 2015).

Éditeur : Société des Textes Français Modernes
Nb de pages : 332 p.
ISBN-13 978-2-86503-302-7


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *