Théâtre de société du comte de Caylus. Comédies jouées au château de Morville (1738-1740)

Héritages critiques  – vol. 5

HC_5Dès les années 1730-1740, on assiste en France à un prodigieux essor des spectacles de société, comme en témoigne l’Histoire et recueil des Lazzis, où le comte de Caylus retrace les divertissements auxquels il se livre en 1731-1732 avec sept autres « théâtromanes » parisiens. Ce « gentilhomme universel » (M. Fumaroli) fréquente à cette époque plusieurs cercles d’acteurs amateurs, telle la société du comte de Morville, dont la mort ne met pas fin aux représentations données par sa famille et ses amis, sous la « direction » de Caylus. Lequel, en plus d’être acteur, devient alors le principal pourvoyeur de pièces pour les « saisons » du château de Morville, dans la Beauce, de 1737 à 1741. C’est la contribution de Caylus à ce « Théâtre du château de Morville » que conserve un recueil manuscrit ayant fait partie de la Bibliothèque dramatique Soleinne. Recueil acquis en 1999 par la BnF (département des Arts du spectacle), et dont est issue la présente édition de six pièces de Caylus – dont un ballet pantomime, Le Prince Pot à thé, avec la musique notée (comme pour les divertissements de trois des cinq comédies). Cette « résurrection littéraire » et « spectaculaire » d’inédits de Caylus entend rendre hommage, en ce 250e anniversaire de sa mort, à ce « grand seigneur polygraphe et anticonformiste » (J. Boch).

Ont contribué à ce volume :

  • Jean DAGEN est professeur émérite de l’Université Paris-Sorbonne. Ses travaux portent sur l’histoire des idées et leur expression littéraire aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il a consacré études et éditions à Fontenelle, Marivaux, Crébillon fils, Voltaire, aux moralistes français de Montaigne à Vauvenargues et Chamfort, et s’intéresse par prédilection aujourd’hui aux écrivains et philosophes des premières Lumières (1680 à 1750 environ).
  • Marie-Emmanuelle PLAGNOL-DIÉVAL est professeure à l’Université Paris-Est-Créteil et directrice de l’École Doctorale « Cultures et Sociétés ». Spécialiste du théâtre du XVIIIe siècle et de littérature pédagogique, elle a publié 5 ouvrages (3 monographies et 2 éditions scientifiques de Rousseau et Voltaire), plus de 75 articles, et co-dirigé 11 volumes collectifs, ainsi qu’une base de données sur les théâtres de société (avec D. Quéro et D. Trott).
  • Dominique QUÉRO est professeur de littérature française du XVIIIe siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Ses recherches portent sur la comédie et l’évolution des formes comiques, la satire et la parodie, les rapports entre littérature et société au siècle des Lumières. Co-éditeur des actes de colloques sur Regnard, Collé, Favart, il s’intéresse depuis des années aux théâtres de société (surtout avant 1750).
  • Nathalie RIZZONI est docteur ès lettres, ingénieur de recherche au Centre d’Étude de la Langue et des Littératures Françaises du XVIe au XVIIIe siècle (CELLF 16-18, UMR 8599), un laboratoire du CNRS et de l’Université Paris-Sorbonne. Ses travaux portent sur les spectacles du XVIIIe siècle et sur l’esthétique rococo du « petit », avec une ouverture sur les arts décoratifs de l’époque.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 488 p.
ISSN 2257-4719
ISBN-13 978-2-374960-05-0


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *