Séminaire A2IL 2015-2016 :

La langue du lecteur

*  *  *

ANNONCE

La langue du lecteur est un des points aveugles de la théorie de la lecture. Selon le sens commun, il est entendu que « l’auteur écrit » et que « le lecteur lit ». Mais dans quelle langue le lecteur pense-t-il ce qu’il est en train de lire ? La question qui prend toute son acuité pour une lecture dans une langue dite étrangère vaut aussi pour tous les cas où l’écrivain et son lecteur sont supposés partager le même idiome.

En effet les théories de l’écriture ont nommé idiolecte, l’inflexion apportée par un écrivain doté de quelque originalité à la langue commune conçue comme simple outil de communication. Cet idiolecte est susceptible d’intégrer les écarts les plus audacieux. Mallarmé en a figuré un des possibles, inventant une syntaxe rebelle à la langue « journalistique ». Artaud a voulu « ex-crire le corps », le faisant entendre dans une langue brisant les formes socialisées du langage. Les écritures inventives transgressent les catégories génériques, lexicales, syntaxiques nécessaires à l’échange socialisé. Le brésilien Polibio Alves, replongeant aux racines indiennes de la culture, marquées par la symbiose entre nature et culture, inflige à la langue du colonisateur portugais de drôles de métamorphoses. Ce faisant, l’écrivain, comme tout artiste en général, contribue à sa façon à redessiner les contours de l’humain.

Du côté du lecteur, en quelle langue s’effectue l’acte d’appropriation éventuellement suivi de restitution ? Les grandes écritures infléchissent sans doute la langue du lecteur, le transformant en quelqu’un « qui a lu Céline, Proust ou Joyce ». Mais la lecture active et vraiment littéraire reconfigure le sens en produisant son propre texte, qu’on l’appelle « contre-texte » ou « texte de lecture »[1]. Cette création interprétative peut-elle outrepasser les formes du langage de communication ? Dans quelle mesure et jusqu’où la langue du lecteur critique mime-t-elle celle de l’écrivain ? N’y a-t-il, de l’écrivain au lecteur, qu’une seule et même langue à l’œuvre dans la relation littéraire ou convient-il d’envisager des seuils séparant deux modalités de la même langue, voire trois, si l’on distingue la langue du critique, à son tour inventive, de la langue de communication courante ?

Que penser encore des versions d’œuvres du répertoire récrites en direction des jeunes publics en raison de la représentation que l’on se fait de la compétence du lecteur ? L’enjeu de cette réflexion est aussi pédagogique et didactique.

Séminaire dirigé par : Christine ChollierMarie-Madeleine Gladieu (CIRLEP EA 4299), Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé (CRIMEL EA 3311).

[1] L’Arrière-texte, p. 13.

PROGRAMME

Les séminaires ont lieu de 17h00 à 19h00

Jeudi 8 octobre 2015

Marie-Madeleine Gladieu : « Erreurs de traduction, modèles d’écriture. Vargas Llosa, lecteur et traducteur de Rimbaud »

Jeudi 12 novembre 2015

Alain Trouvé  : « Lire, écrire, penser : Aragon/ Quignard » (Blanche ou l’oubli ; Mourir de penser)

Jeudi 26 novembre 2015

Christine Chollier : « De la langue du lecteur à la langue du traducteur »

Jeudi 10 décembre

Nathalie Roelens (Université du Luxembourg) : « L’amour bilingue : lire Chamoiseau, Khatibi, Portante ».

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R202
57, rue Pierre Taittinger – Reims


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *