L’illustration en débat. Techniques et valeurs (1861-1931)

Héritages critiques  – vol. 4

heritage_critique n4Au XIXe siècle, l’industrialisation de la reproduction de l’image dans l’imprimé fait naître le concept d’illustration. Une extraordinaire inventivité conduit à l’émergence de nouvelles techniques qui contribuent à façonner les pratiques culturelles de l’imprimé et à transformer les valeurs de l’image.
C’est dans ce contexte que s’affirme le passage de la gravure de reproduction à la gravure originale, que l’eau forte devient un procédé « artiste » de prédilection et que les principes du livre d’art à tirage restreint se répandent. Tandis que des artistes proclament le primat du geste humain sur le mécanisme, certains découvrent les vertus artistiques de la photographie et de la photogravure. Mobilisant l’attention des amateurs, des corporations, des institutions, comme des industriels soucieux de placer leurs capitaux dans des techniques novatrices, l’estampe devient l’objet d’un vaste débat mettant en question le partage entre artisanat de luxe et production industrielle mécanisée et, au-delà, entre les beaux-arts et les arts décoratifs.
Opérant un retour aux sources, principalement celles des revues où, périodiquement, les acteurs s’affrontent et prennent position, cette anthologie nourrit l’ambition de présenter quelques textes révélateurs de ces tensions polarisant l’attention médiatique sur les enjeux inhérents à la reproduction des images.

Ont contribué à ce volume :

  • Luce ABÉLÈS travaille sur le livre illustré entre 1848 et 1918. Elle a organisé et co-organisé plusieurs expositions au musée d’Orsay, où elle était chargée de littérature. On lui doit plusieurs catalogues sur la bohème, les arts incohérents, Mallarmé, Champfleury.
  • Stéphanie DANAUX, docteur en histoire de l’art, a publié L’Iconographie d’une littérature. Évolution et singularités du livre illustré francophone au Québec, 1840-1940 (2013). Ses travaux actuels portent sur les dessinateurs de presse français et canadiens.
  • Fabienne FRAVALO, chargée d’études et de recherches à l’INHA de 2009 à 2013 et doctorante à l’Université de Clermont-Ferrand et à l’Université de Neuchâtel. Ses travaux portent sur la critique des arts décoratifs autour de 1900 à partir de la revue Art et Décoration.
  • Laureline MEIZEL, doctorante en Histoire de l’art à l’Université Paris 1. Ses recherches portent sur les enjeux techniques, culturels, économiques et politiques soulevés par l’intégration de la photographie dans l’imprimé français à la fin du XIXe siècle.
  • Anne-Christine ROYÈRE, maître de conférences à l’Université de Reims. Ses travaux sur la poésie de langue française des XXe et XXIe siècles s’intéressent à la poétique de la voix et à la sémiotique de l’écrit, aux poètes éditeurs typographes ainsi qu’au livre de poésie.
  • Julien SCHUH, maître de conférences à l’Université de Reims. Spécialiste de la littérature fin de siècle, il travaille actuellement au projet PRELIA (Petites Revues de Littérature et d’Art), destiné à produire une base de données des revues d’avant-garde entre 1870 et 1940 (http://prelia.fr).

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 527 p.
ISSN 2257-4719
ISBN-13 978-2-915271-87-4


Une réflexion au sujet de « L’illustration en débat. Techniques et valeurs (1861-1931) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *