Colloque « Les métamorphoses de Virgile »

ANNONCE

Mantua me genuit. Calabri rapuere. Tenet nunc Parthenope. Cecini pascua, rura, duces.
Mantoue m’a fait naître, la Calabre m’a emporté. Parthénopée me retient à présent. J’ai chanté les pâturages, les campagnes, les héros.

Affiche_VirgileVirgile n’a cessé de générer de savants et passionnants travaux centrés sur son œuvre, en particulier sur sa réception. Mais qu’en est-il de la figure de l’auctor ? Depuis les ouvrages de référence de J.W. Spargo[1] et de J. Comparetti[2], depuis le Colloque de Tours[3] et les travaux de l’École française de Rome[4], et enfin l’ouvrage de M. Capasso[5], pour ne citer que les références principales, cet aspect de la question semble avoir moins inspiré les chercheurs. Il serait donc intéressant de revenir aujourd’hui sur la figure du poète Virgile qui subit de singulières métamorphoses au cours des siècles. Ille famosissimus poeta, l’auctor par excellence, Publius Vergilius Maro, deviendra en effet lui-même un personnage, inspirant bien des rumeurs et légendes, notamment à partir et autour de sa tombe.

L’examen de son identité et de ses attributs dans une large diachronie permettra en particulier de mettre en évidence l’attitude d’une période donnée face au Poète-Auteur dans sa dimension absolue ; de distinguer une discrimination originale des lettres et des techniques (artes liberales vs artes mecanicae) ; de dégager une vision significative face au savoir et aux sciences : une telle investigation, nous semble-t-il, est d’une brûlante actualité alors que plus que jamais, on exalte les prouesses de l’ingénieur et des sciences dures, volontiers au détriment du poète et des disciplines hier encore appelées « humanités ».

La multiplication des visages de Virgile à partir de sa mort enseigne tout d’abord qu’au commencement, toujours, est le verbe. Virgile sert de relais à la translatio studii de l’Antiquité vers le Moyen Âge, établit un pont entre paganisme et christianisme, entre latin et langues vernaculaires. S’il est le poeta latin par excellence – pensons à la fortune du (ou des) Donat – , progressivement on lui impute également la rédaction d’ouvrages d’une autre nature, l’Ars notoria par exemple, ou encore les Sortes virgilianae. Virgile devient peu à peu une autorité invoquée pour étayer les grandes théories relatives aux principales énigmes de la Nature qui se posent à l’homme. Progressivement, il se rapproche de la frontière périlleuse séparant les lumières de l’esprit des eaux troubles de sciences plus noires, tout cela sous le prétexte initial de sa maîtrise du verbe, car on n’a jamais oublié que l’antique poète est aussi, fondamentalement uates, prophète, mage de la parole.

À l’instar de Merlin, d’Ovide, d’Hippocrate puis d’Albert le Grand, qui en sont occasionnellement des doubles ou des variantes, le Virgile médiéval frôle constamment le sulfureux domaine de la magie. Il devient ainsi le grand constructeur de prodigieuses machines, et autres Salvatio Romae : le voilà nigro- ou necromancien, coupable de la si dangereuse cupiditas sciendi, ce qui n’empêche pas qu’ailleurs il soit aussi, occasionnellement, saint Virgile, ou encore qu’il se retrouve berné et humilié par une femme, tout comme tant d’autres grands savants – ou magiciens.

Ses métamorphoses posent ainsi, au-delà de sa personne, toute une série de questions : qu’est-ce l’art ? Qu’est-ce l’ingenium ? Le savoir ? Qu’est-ce la culture ? Qu’est-ce qu’un auteur, un poète ? De nombreux axes permettent d’aborder ces interrogations. Car si l’ancrage des métamorphoses de Virgile est bien médiéval – d’où la place importante qui sera réservée à ce volet de la question – il nous paraît indispensable de dilater le cadre de la réflexion. Par exemple – mais ce ne sont là que des pistes parmi d’autres –, il faudra s’arrêter auprès du Virgile de Dante ; considérer la vision qu’ont du poète les théoriciens et auteurs de la renouatio studiorum ac litterarum, puis ceux du Grand Siècle, notamment dans le cadre de la Querelle des Anciens et des Modernes. Existe-t-il un visage de Virgile des Lumières, un Virgile romantique, surréaliste, un Virgile victime de l’ « ère du soupçon » ? Un Virgile des peintres, des philosophes ? Qu’en est-il du corpus des biographies de Virgile – Virgile personnage de roman[6] ? Et quels enseignements – épistémologiques, culturels – tirer de ces différentes cartes d’identité ?

Voici quelques questions auxquelles cette rencontre cherchera à trouver des réponses.

Organisateurs : Karin Ueltschi et Jean-Louis Haquette (CRIMEL-EA 3311)

[1] Virgil the Necromancer. Studies in Virgilian Legends, 1934.
[2] Virgilio nel Medio Evo, 1942.
[3] Présence de Virgile, 1978.
[4] Lectures médiévales de Virgile, 1985.
[5] Il Sepolcro di Virgilio, 1983.
[6] A l’exemple de l’ouvrage de Hermann Broch, La mort de Virgile (Der Tod des Vergils, 1945).

PROGRAMME

Mercredi 18 mars 2015 

13h45Accueil des participants

I. Séance introductive : la mesure de Virgile

14h00Pierre Laurens (Université Paris-Sorbonne – Institut de France), Le regard des contemporains et successeurs de Virgile.

14h20Dominique Millet-Gérard (Université Paris-Sorbonne), Sunt lacrimae rerum : esthétique théologique de Virgile « Père de l’Occident » (W. Pater, Claudel, Th. Haecker, W. Weidlé, H.U. von Balthasar).

14h40Philippe Heuzé (Université Sorbonne Nouvelle), L’invention du modèle : Virgile et le paradoxe borgésien.

15h00Discussion

II. Regards croisés : Antiquité – Renaissance

 

15h20Guiseppe Ramires (Università degli Studi di Messina), Si le Poète meurt : autoportrait et prophétie de la mort de la poésie dans Virgile, Enéide IX 774-777.

15h40Elisabeth Cardon (Institut Catholique de Rennes), Virgile, penseur du nouvel l’Âge d’Or augustéen.

16h00Françoise Monfrin (Université Paris-Sorbonne), Les portraits anciens de Virgile (Antiquité et Haut-Moyen Âge).

16h20 Discussion et pause

16h50Fabio Stok (Università degli Studi di Roma Tor Vergata), Totus scientia plenus : genèse d’un personnage.

17h10Monique Bouquet (Université Rennes 2), Considérations humanistes sur le prophète païen de la quatrième églogue.

17h30Virginie Leroux (Université de Reims Champagne-Ardenne), Le virgilianisme au XVIe siècle à partir d’un corpus d’histoires littéraires.

20h00Dîner (Restaurant l’Alambic)

Jeudi 19 mars 2015

09h00François Livi (Université Paris-Sorbonne), De l’Enfer au seuil du Paradis terrestre. Virgile guide de Dante dans la « Divine Comédie ».

09h20Clément Auger (Université Rennes 2), Le Virgile de Landino est-il celui de son Dante ? (autour des Disputationes Camaldulenses de Cristoforo Landino).

III. L’exception médiévale

09h40Philippe Walter (Université Stendhal-Grenoble 3), Virgile statuaire dans le Roman d’Abladane (XIIIe siècle).

10h00Claude Lecouteux (Université Paris-Sorbonne), Virgile dans les livres populaires (Volksbücher).

10h20Discussion et pause

11h00Anne Berthelot (University of Connecticut), Virgile et Merlin, ou le principe des vases communicants.

11h20Denis Hüe (Université Rennes 2), Virgile et la clergie dans le Dolopathos.

11h40Chantal Connochie-Bourgne (Aix Marseille Université), La sélection des « œuvres » de Virgile dans les encyclopédies latines et françaises du XIIIe siècle.

12h00Discussion & déjeuner (Restaurant Universitaire)

14h30 Julien Véronèse (Université d’Orléans), Virgilius Hispanus philosophe et magicien.

14h50Catalina Girbea (University of Bucharest / CESCM Poitiers), Flor de clergie : Virgile entre Aristote et Hippocrate.

15h10Pascale Bourgain (École nationale des Chartes), Utilisations décalées de l’imitation de Virgile (IXe-XIIe siècles).

15h30Discussion et pause

16h00Françoise Laurent (Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand), Translations vernaculaires du Virgile de Gervais : Jean d’Antioche et Jean de Vignay ou les enjeux d’une laïcisation.

16h20Alain Corbellari (Universités de Lausanne et de Neuchâtel), Virgile dans le Cléomadès : la figure de l’écrivain et les merveilles de la fiction.

16h40Karin Ueltschi (Université de Reims Champagne-Ardenne), Des artes liberales aux artes mecanicae : une ténébreuse affaire.

17h00Discussion

20h00Dîner (Brasserie Flo)

Vendredi 20 mars 2015

IV. Le Virgile des Temps Modernes

09h20Hélène Michon (Université François Rabelais, Tours), Virgile, théologien chrétien ? ou Les Remarques sur Virgile et sur Homère, et sur le stile poétique de l’Écriture de Pierre Valentin Faydit.

09h40Françoise Gevrey (Université de Reims Champagne-Ardenne), Actualité du poète dans un roman : l’« Histoire de Virgile » dans Les Exilés de la cour d’Auguste de Mme de Villedieu (1672-1673).

10h00Jean-Louis Haquette (Université de Reims Champagne-Ardenne), La tombe de Virgile au Pausilippe, un paysage inspiré : représentations littéraires et picturales (1750-1820).

10h20Discussion et pause

11h00Pierre Bazantay (Université Rennes 2), Impressions virgiliennes dans l’œuvre de Raymond Roussel.

11h20Giovanni Lombardo (Università degli Studi di Messina), Paul Valéry traducteur des Bucoliques.

11h40Discussion & déjeuner (Restaurant Le Saint-Julien)

14h30 – Visite de la Cathédrale de Reims, par Patrick Demouy.

CONTACTS
Suivi administratif – Ségolène BUFFET – segolene.buffet@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.15
Suivi scientifique – Benoît ROUX – benoit.roux@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.12

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – Amphithéâtre
57, rue Pierre Taittinger – Reims

DATES
mercredi 18, jeudi 19  et vendredi 20 mars 2015

TÉLÉCHARGEMENT
| Programme du colloque
| Affiche du colloque


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *