Journée d’étude « La géographie entre ciel et terre »

Mercredi 22 avril 2015 – Casa de Velázquez – à partir de 9h00

La géographie entre ciel et terre. Se situer et situer les lieux dans l’espace dans l’Antiquité gréco-romaine

organisée par Arthur Haushalter, doctorant de l’Université de Reims, ancien membre de l’Ecole des Hautes Etudes hispaniques et ibériques.

CARTEL CIELO BD3Comme le suggère Ptolémée (1, 1, 7), l’objet d’étude du géographe, la Terre, a ceci de singulier qu’il ne se laisse jamais voir, ni totalement ni partiellement. Et de fait, savant ou idiôtès, quiconque cherche à situer un lieu, ou à se situer lui-même dans un espace plus large, ne peut jamais procéder que relativement à un autre lieu. Aussi toute construction d’une image spatiale, mentale ou graphique, globale ou régionale, a-t-elle nécessairement recours à des points de repères empiriques, considérés de façon plus ou moins explicite comme fixes. Dans le monde grec, la science climatologique qui, depuis Eudoxe de Cnide, entend fixer la latitude des lieux terrestres par le truchement du ciel en est évidemment l’illustration emblématique.

Lors de cette journée, nous voudrions envisager dans leur diversité les différents repères utilisés à cette fin dans l’antiquité gréco-romaine (observation des corps célestes, dessins des littoraux vus depuis la mer, roses des vents, mesures de distances sur terre comme sur mer, bornes milliaires et données officielles…), avec pour objectif de comprendre les conditions matérielles, culturelles et sociales de leur émergence et de leur usage, mais aussi de comprendre leur lien avec les grandes constructions géographiques savantes, qui reposent toujours sur une réflexion sur le moyen de combiner des savoirs hétérogènes.

La geografía entre el cielo y la tierra. Situarse y situar los lugares en el espacio en la Antigüedad griego-latina

organisada para Arthur Haushalter, doctorante de la Universidad de Reims, antiguo miembro de la Escuela de Altos Estudios Hispánicos e Ibéricos.

Como lo comenta Tolomeo (1, 1, 7), el objeto de estudio del geógrafo, la Tierra, tiene esa peculiaridad que nunca se deja mirar, ni totalmente ni parcialmente. Y de hecho, o physikós o idiôtès, él que intenta situar un lugar, o intenta situarse dentro de un espacio más amplio, siempre tiene que proceder en relación con otro lugar. Por lo tanto, cualquier construcción de una imagen espacial, sea mental o gráfica, global o regional, recurre necesariamente a puntos de referencia empíricos, considerados como fijos de forma más o menos explicita. En el mundo griego, la ciencia climatológica que, desde Eudoxo de Cnido, quiso fijar la latitud de los lugares terrestres por la observación del cielo, constituye evidentemente el caso más emblemático.

Durante esta jornada, querríamos considerar la diversidad de los puntos de referencia usados con este fin en la antigüedad grecorromana (observación de los cuerpos celestes, dibujo del litoral visto desde el mar, rosa de los vientos, medidas de distancias en la tierra y el mar, miliarios et datos oficiales…), teniendo como objetivo no sólo de entender las condiciones materiales, culturales y sociales de su aparición y de su uso, sino también comprender sus vínculos con las grandes construcciones geográficas científicas, que se suelen basar en una reflexión sobre el buen método para combinar saberes heterogéneos.

TÉLÉCHARGEMENT
| Programme de la journée d’étude
| Affiche de la journée d’étude


Une réflexion sur « Journée d’étude « La géographie entre ciel et terre » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *